Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

CÉDEZ LE PASSAGE - ÉPISODE 2 : Corps Contraints - Nacera Belaza et Dalila Belaza

documentaires dansés Cédez le passage #2

Nawel Oulad 2020 - Réalisateurs : Sgambato, Antonin - Oulad, Nawel

Chorégraphe(s) : Belaza, Nacera (France) Belaza, Dalila (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Nawel Oulad , Documentaires dansés

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin et à la Maison de la danse de Lyon

en fr

CÉDEZ LE PASSAGE - ÉPISODE 2 : Corps Contraints - Nacera Belaza et Dalila Belaza

documentaires dansés Cédez le passage #2

Nawel Oulad 2020 - Réalisateurs : Sgambato, Antonin - Oulad, Nawel

Chorégraphe(s) : Belaza, Nacera (France) Belaza, Dalila (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Nawel Oulad , Documentaires dansés

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin et à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Documentaires Dansés- Cédez le passage

La série des documentaires dansés-CEDEZ LE PASSAGE invite des danseurs-chorégraphes à investir et questionner le mobilier urbain anti-SDF. Nous souhaitons proposer une expérimentation sensible entre danse et cinéma pour confronter le corps et la parole des danseurs aux mobiliers «anti-corps», appelés pudiquement aujourd’hui «mobiliers dissuasifs».

Nous associons nos univers, avec comme fil rouge, nos regards respectifs sur la ville et la place de l’exclu pour la réalisation de ces documentaires.

Nawel Oulad & Antonin Sgambato


Les DOCUMENTAIRES DANSÉS cherchent à rendre visibles des tentatives d’appropriation par le corps d’un espace qui semble a priori impossible pour la danse: le mobilier urbain anti-SDF.

Plusieurs danseurs-chorégraphes vont en duo à la rencontre de ces mobiliers urbains dissuasifs. Ils questionnent avec leurs corps et leurs voix ces architectures inhospitalières.


Production : Pleine Image & Cie Nawel Oulad
Réalisateurs : Nawel Oulad & Antonin Sgambato
 

http://www.naweloulad.com

https://www.antonin-sgambato.com

https://www.pleineimage-loc.com

Belaza, Nacera

« Danser, une nécessité vitale. Comme respirer. Dans ses pièces,  Nacera Belaza poursuit son exploration : sculpter le vide, lui donner un  corps, le rendre palpable. “Ceci n’est pas de la danse, ceci est un  trait, un seul mouvement, celui d’échapper à soi…”, indique cette  autodidacte née en 1969 dans un hameau proche de Médéa, en Algérie.  C’est là aussi qu’elle passe sa petite enfance, avant que sa famille ne  s’installe à Reims, 1973. C’est là aussi qu’elle revient chaque été, à  la période des mariages, où s’entremêlent les chants des femmes, le son  des darboukas et les youyous, lors de soirées que seules éclairent des  bougies. Avec la liberté retrouvée auprès d’une famille élargie, chose  perdue en France, où elle vit avec ses frères, sa soeur et ses parents.  

“Certains s’intègrent, se diluent ; d’autres se replient, par peur de  vivre dans un pays sans vraiment y vivre”, raconte la Franco-Algérienne,  qui n’a de cesse de creuser le sillon de l’aller-retour entre ses deux  patries. Une passerelle indissociable de ses créations et de son  engagement dans la transmission et le partage.“Parler du geste de Nacera  Belaza, c’est revenir sur ce qui fonde en mémoire son appartenance à  une terre, l’Algérie, et à un entre-deux, une mer, la Méditerranée, en  ce qu’il est un milieu, à moitié de tout, pris entre deux rives. Comme  si son geste dansé se trouvait en ces bords où le là-bas interroge  toujours l’ici où qu’il soit”, écrit Frédérique Villemur dans l’ouvrage  qu’elle lui consacre, Nacera Belaza, entre deux rives (Actes Sud).  Répétition du geste, lenteur infinie, étirement du temps, ses  chorégraphies explorent quelque chose de plus grand, de plus infime  aussi : la naissance de la danse. Nacera Belaza pratique depuis ses 8  ans. Dès que ses parents sortent de l’appartement – car cela lui est  strictement interdit –, elle pousse les meubles et se met à danser.  “J’ai utilisé mon corps pour pouvoir m’exprimer.” Son rapport à la  musique et au corps est spontané. Dès lors, il devient langage. 

Face à  l’emprisonnement de sa double culture – qui deviendra ensuite sa  meilleure alliée –, la jeune danseuse parle à travers son corps. En  1982, elle découvre Michael Jackson et le clip “Billie Jean”. C’est une  trainée de poudre. “J’ai vu quelqu’un qui incarnait la voix et l’intime,  ça me parlait, ça m’était familier, c’était une langue que je  comprenais.” Plus elle grandit, plus les interdits deviennent forts et  se referment sur elle. Elle n’a ni le droit de sortir, ni celui de  danser. Elle ne peut qu’aller à l’école. Nous sommes dans les années  1990, et le durcissement venu des imams d’Arabie saoudite se fait  ressentir. L’étau se resserre, et son désir de liberté devient de plus  en plus fort. Alors qu’elle suit des études de lettre modernes à  l’université de Reims, la littérature devient un détonateur fabuleux. Le  Meilleur des mondes, d’Adolf Huxley, lui montre la voie. Il y a deux  façons d’explorer le monde : soit on part à sa découverte et on voyage,  soit on plonge à l’intérieur de soi. Elle comprend alors qu’elle peut  être libre là où elle est. Le voyage devient vertical, et la danse une  introspection. Minimaliste. Sa quête spirituelle – elle est de  confession musulmane – l’empêche de sombrer dans la violence. Jusqu’à la  rupture. À 27 ans, elle décide de quitter sa famille, seule. C’est le  vertige. Et l’envol. Elle crée sa compagnie en 1989. Son rayonnement est  international. En 2015, Nacera Belaza est nommée Chevalier de l’Ordre  des Arts et des Lettres. Pour la première fois, ses amis et sa famille  sont rassemblés dans une même pièce. “Mes parents ont pleurés. Puis ma  mère m’a dit que je les avais rendus fiers. Ici, et en Algérie.” Une  consécration après tant d’années de combat. Et de résistances. »


Catherine Faye


Source : Compagnie Nacera Belaza 

En savoir plus : cie-nacerabelaza.com

Belaza, Dalila

Dalila Belaza cherche à travers la danse un  territoire utopique où l’intime et l’universel se rencontrent comme deux  horizons infinis. Elle s’est d’abord illustrée comme interprète et  partenaire artistique de sa sœur, la chorégraphe Nacera Belaza. Par  leurs recherches autour de mémoires profondes du corps et d’une danse  habitée par un espace intérieur sans limite ; elles ont construit une  voie signifiante du paysage chorégraphique. Sur la base de cet ancrage,  au fil du temps, la nécessité de donner voix et forme à des questions  personnelles s’est imposée à elle. Une trajectoire qui l’amène à  poursuivre différents questionnements en étendant ce champ de l’être à  d’autres réalités. 

Ainsi depuis maintenant plusieurs années, Dalila mène ses propres  projets et développe un travail qui sonde les thématiques de l’identité  et creuse la question du dialogue entre danse rituelle et abstraction.  Fin 2020, Dalila Belaza crée hiya compagnie afin d’assurer le  développement et la pérennité de ses projets personnels. Elle crée,  depuis lors, trois pièces Au cœur, Figures et Rive qui  croisent les langages de la danse folklorique et de la danse  contemporaine. Ces pièces dépeignent une aventure à la fois artistique  et philosophique.

Source : Montpellier danse

En savoir plus : hiya compagnie

Sgambato, Antonin

Antonin Sgambato, réalisateur, scénariste et photographe, vit et réside à Paris. Il a écrit et réalisé plusieurs courts-métrages de fiction et documentaire. En 2012, il lance Pleine Image, sa société de production audiovisuelle. Il se passionne très tôt pour toutes les formes filmiques associant la danse et collabore régulièrement avec la Cie Nawel Oulad. Il prépare actuellement un long métrage de fiction. 

www.antonin-sgambato.com 

Oulad, Nawel

Nawel a grandi entre l’atelier de peinture de sa mère et les plateaux de tournage où travaillait son père. A cet univers pictural se sont ajoutés la danse, le théâtre et la musique qu’elle pratique dès six ans au conservatoire, la conduisant à nourrir une pensée sensible qui passe par l’expression artistique.

Curieuse de comprendre l’histoire de ses ancêtres, elle mène des études universitaires en sociologie et arts plastiques tout en continuant sa formation de danseuse à Paris aux RIDC école des Dupuy, à Freedancesong école de Christiane de Rougemont, et au CNSMDP.

EN 2010 elle fonde sa Compagnie ,la recherche identitaire, l’urbanité, la mémoire et la place de l’individu dans le groupe sont autant de sujets récurrents dans ses créations.  L’histoire de l’art et la sociologie y sont au coeur de son travail.

En 2014 elle créé le festival annuel « L’Appel de la Lune », invitant des artistes et chercheurs a se rencontrer autour d’une thématique d’actualité en lien avec les femmes. 

Avec le réalisateur et producteur Antonin Sgambato elle se forme au montage  et aux techniques du cinéma  lui permettant de réaliser de nombreux films de danse  .
 En 2015 elle réalise son premier film de danse "quitter le bitume" et commence un cycle créatif qu'elle intitule CINEMADANSE mélant des projets de videodanse et de documentaires .

Pour aller plus loin :

site de la Cie Nawel Oulad 

Vimeo

Chaine youtube 

Pleine Image Production

Pleine Image produit des films et photographies avec passion depuis plus de six ans. Nos collaborateurs mettent en récit par l'image des univers singuliers et riches de sens.

Nous animons une équipe de techniciens et d'artistes confirmés, réunis par un désir commun de raconter des histoires humaines, fortes, et de satisfaire leur goût du challenge et de l'innovation.

Pleine Image propose un service complet et intégré, depuis l'écriture, la conception, en passant par la mise à disposition du matériel technique et la post-production. Tout ceci permet à nos clients de nous confier sereinement l'intégralité de leurs réalisations.


https://www.pleineimage.com/

Cie Nawel Oulad

Crée en 2011, la Compagnie Nawel Oulad mène des projets de danse contemporaine en lien étroit avec les arts plastiques et les sciences humaines. La troupe se fédère autour de projets artistiques hybrides, spectacles mais aussi performances, installations, et films.
L’écriture chorégraphique commence par une rencontre avec un sujet, un paysage, une matière, puis les sensations, les mots et les images s'incorporent pour faire naitre le mouvement et la spatialité.
Les créations interrogent nos rapports au monde et à notre histoire collective et individuelle. Dans cette démarche la compagnie investit la scène mais aussi des lieux où on ne l'attend pas: l'angle d'une rue, un bâtiment désaffecté, une galerie, un appartement...


Convaincue de l'importance de l'art comme vecteur de lien social la compagnie propose des ateliers pour les professionnels et les amateurs lors de ses tournées.

Aujourd’hui la compagnie a réalisé 5 spectacles, 8 performances et de nombreuses vidéodanses que vous pourrez découvrir sur son site www.naweloulad.com

Partenaires de la compagnie:
Conseil départemental de Seine Saint Denis /
Centre National de la Danse Pantin Mad /
Ménagerie de Verre StudioLab /
La Belle Orange bureau de production et diffusion /
Maison du théâtre et de la danse /
Centre Louis Lumière /
Ville d'Epinay Sur Seine
Pleine image /
​Palais de la Femme /
Sur les toits production

CEDEZ LE PASSAGE #2 -CORPS CONTRAINT

Direction artistique / Conception : Antonin Sgambato et Nawel Oulad

Chorégraphie : Nacera Belaza & Dalila Belaza

Interprétation : Nacera Belaza & Dalila Belaza

Conception vidéo : Directeur de la photographie: Alexis Doaré

Direction technique : directeur post production : Victor Janin

Son : Lucas Rollin

Autres collaborations : montage : Marion Delucé / Etalonnage Alexandra Schimmich / Regisseuse générale Tahiana Daniel /Regisseur adjoint Stéphane Assezat

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Pleine Image Pro & Sur les toits production

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Cie Nawel Oulad, Samir Benchikh , Alix Sureda Sanchez

Durée : 13'31

Nos suggestions de videos
01:01:30

LISA

  • Ajouter à la playlist
03:20

La Minute du spectateur (2022) : Lucinda Childs

Childs, Lucinda (France)

  • Ajouter à la playlist
03:17

La Minute du spectateur (2022) : Nach

Nach (France)

  • Ajouter à la playlist
03:09

La Minute du spectateur (2022) : Sharon Eyal

Eyal, Sharon (France)

  • Ajouter à la playlist
03:03

La Minute du spectateur (2022) : Marco Da Silva Ferreira

Da Silva Ferreira, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
03:08

La Minute du spectateur (2022) : Catherine Diverrès

Diverrès, Catherine (France)

  • Ajouter à la playlist
03:37

Mouvements #05

Moglia, Chloé (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Tiamat

Gaud, Delphine (France)

  • Ajouter à la playlist
04:35

Le corps de la ville #05

Charlot, Annick (France)

  • Ajouter à la playlist
03:25

Le corps de la ville #03

Ben Mahi, Hamid (France)

  • Ajouter à la playlist
04:30

Le corps de la ville #11

Bois, Lise (France)

  • Ajouter à la playlist
04:16

Le corps de la ville #10

Azema, Anne (France)

  • Ajouter à la playlist
03:09

Le corps de la ville #16

Valdes, Veronika (Slovenia)

  • Ajouter à la playlist
04:15

Le corps de la ville #19

Valdes, Veronika (Slovenia)

  • Ajouter à la playlist
04:49

Le corps de la ville #23

Plassard, Denis (France)

  • Ajouter à la playlist
05:06

Le corps de la ville #25

Brethenoux, Maud (France)

  • Ajouter à la playlist
05:11

Le corps de la ville #28

Foley, Kate (Croatia)

  • Ajouter à la playlist
04:03

Le corps de la ville #21

  • Ajouter à la playlist
03:53

Le corps de la ville #20

Azoulay, Jeanne (France)

  • Ajouter à la playlist
04:13

Le corps de la ville #07

Mischel, Kevin (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Memories (ou l'oubli)

Exposition virtuelle

fr/en/

Vidéo-danses mexicaines

Exposition virtuelle

fr/en/

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

fr/en/

Carolyn Carlson, a woman of many faces

Exposition virtuelle

fr/en/

Technique(s) contemporaine(s)

Ce parcours en forme de question part en quête de la ou des technique(s) que révèlent différents spectacles de danse contemporaine et donne une idée des modes de formation des danseurs contemporains.

Parcours

fr/en/

Sacré Sacre

Classique, tellurique, chamanique, révolutionnaire ? Le 29 mai 1913, la première du "Sacre du printemps" de Nijinski fit scandale. Ce webdoc vous raconte l'histoire de cette pièce majeure qui a inspiré tant de chorégraphes.

Webdoc

fr/en/

MAPS - UN PROJET EUROPÉEN POUR L’ESSOR DU FILM DANSÉ SOCIÉTAL

Exposition virtuelle

fr/en/

La part des femmes, une traversée numérique

Exposition virtuelle

fr/en/

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

fr/en/

Le défilé de la Biennale de la danse

Exposition virtuelle

fr/en/

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

fr/en/

James Carlès

Exposition virtuelle

fr/en/

COLLECTION BAGOUET

Exposition virtuelle

fr/en/

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

fr/en/

À corps et à cris

Exposition virtuelle

fr/en/

Partenaires artistiques de K. Danse

Exposition virtuelle

fr/en/

Danse sur Mobilier urbain dissuasif

Exposition virtuelle

fr/en/

(LA)HORDE : RÉSISTER ENSEMBLE

Exposition virtuelle

fr/en/

CHRISTIAN & FRANÇOIS BEN AÏM ET L'ÉLAN VITAL - échappées chorégraphiques salvatrices

Exposition virtuelle

fr/en/

La petite histoire de Numeridanse

Exposition virtuelle

fr/en/
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus