Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

I'm going to toss my arms, if you catch them they're yours

Chaillot-Théâtre National de la Danse 2011 - Réalisateur-rice : Riolon, Luc

Chorégraphe(s) : Brown, Trisha (United States)

Présentée dans la/les collection(s) : Chaillot-Théâtre National de la Danse , Spectacles

en fr

I'm going to toss my arms, if you catch them they're yours

Chaillot-Théâtre National de la Danse 2011 - Réalisateur-rice : Riolon, Luc

Chorégraphe(s) : Brown, Trisha (United States)

Présentée dans la/les collection(s) : Chaillot-Théâtre National de la Danse , Spectacles

en fr

I’m going to toss my arms, if you catch them they’re yours

Création au Théâtre de Chaillot en 2011.


Collaborant pour la scénographie et le concept sonore avec Burt Barr, Trisha choisit ici « d’explorer et de développer des idées autour de la sculpture, de la calligraphie et de corps noués. Les danseurs manipulent une personne passive pour lui donner la forme d’un nœud et déplacent cette masse sculpturale ailleurs ». Passant des espaces imaginaires à l’idée de rupture, de l’expansion à la contraction des corps, Trisha Brown développe une langue dansée d’une richesse inouïe.


Source : Philippe Noisette 

Brown, Trisha

(1936-2017)

Trisha Brown, l'une des principales inspiratrices de la postmodern dance, s'est faite connaître du public, avec ses premières performances réalisées au Judson Dance Theater de New York dans les années 60. En compagnie d'artistes avec lesquels elle partage une communauté d'esprit, Yvonne Rainer, Steve Paxton et Simone Forti, elle repousse les limites du mouvement imposé jusqu'alors à la chorégraphie et transforme ainsi la danse moderne d'une manière définitive. Ce "lieu qui a révolutionné la danse", selon un critique de l'époque, est alors imprégné d'un esprit d'indépendance et de total irrespect envers la gestuelle affectée de l'époque, qualités qui sont toujours présentes chez Trisha Brown, même quand elle présente son travail dans les grands opéras du monde entier.
 

Avec sa compagnie, fondée en 1970, elle commence par explorer le territoire de son quartier new-yorkais d'adoption, Soho, en créant des pièces spécialement conçues pour des lieux alternatifs, toits et façades d'immeubles, où elle flirte avec la gravité, s'y pliant ou s'en affranchissant. Avec « Man Walking Down the Side of a Building », tout en annonçant la nouvelle manière de voler qu'elle a par la suite développée dans son « Orfeo » de Monteverdi, en 1998, elle inspire le travail de nombreux chorégraphes et metteurs en scène en quête de lieux insolites et déroutants pour faire évoluer les corps. Elle commence très tôt à explorer ses idées complexes sur le mouvement en travaillant à plusieurs pièces regroupées par cycles. En 1983, avec « Set and Reset », en collaboration avec Robert Rauschenberg et Laurie Anderson, elle complète son premier cycle de travail, « Unstable MolecularStructures », et établit le style géométrique fluide bien qu'imprévisible qui est une marque de son travail. Suit la « Valiant Serie », implacablement athlétique, peut-être le mieux incarnée par « Newark », oeuvre puissante dans laquelle elle pousse ses danseurs à leurs limites physiques et explore pour la première fois un mouvement sexué. Ensuite vient l'élégant et mystérieux cycle intitulé « Back to Zero », dans lequel la chorégraphe s'éloigne d'une virtuosité concrète pour investir le mouvement inconscient, cycle qui comprend le classique « For MG. : The Movie ».
 

Inspirée par l'expérience de l'opéra qu'elle connût grâce à Lina Wertmüller, qui l'invite à créer la chorégraphie de « Carmen », Trisha Brown se tourne vers la musique classique avec le dessein de mettre en scène sa propre production lyrique. « MO.», créé sur la monumentale Offrande Musicale de Jean- Sébastien Bach. 1998 voit la création mondiale à Bruxelles de sa production de l' « Orfeo » de Monteverdi, suivie par une tournée à guichet fermé à Londres, Paris, Aix-en- Provence et New York. Par la suite, Trisha Brown s'est adjointe deux nouveaux collaborateurs, l'artiste visuel Terry Winters et le compositeur Dave Douglas, pour donner naissance à une trilogie chorégraphique s'appuyant sur les sons et structures de la musique jazz. Complétée par l'éclairagiste Jennifer Tipton, cette équipe artistique a conçu une oeuvre à la fois pleine de sensualité et d'une totale modernité : « El Trilogy ». Parmi ses projets, une collaboration avec le chanteur Simon Keenlyside, créateur du rôle-titre de « l'Orfeo », pour une série « New Visions » au Lincoln Center et la mise en scène du nouvel opéra de Salvatore Sciarrino, « Luci mie Traditrici ». En 2002, une reprise pour une tournée internationale de « l'Orfeo » et l'organisation d'une importante exposition, consacrée à une autre facette de Trisha Brown, celle de la plasticienne, abordant aussi son influence sur les artistes avec qui elle a travaillé au fil des ans.
 

Trisha Brown est la première femme chorégraphe à avoir reçu une bourse de la Fondation MacArthur. Elle est également lauréate de nombreuses autres récompenses, parmi lesquelles cinq bourses du Centre National des Arts et deux bourses de la Fondation John Simon Guggenheim. En 1988, elle est nommée Chevalier dans l'Ordre des Arts et des Lettres par le gouvernement français puis, en janvier 2000, est élevée à la dignité d'Officier. Elle obtient en 1994 le Prix du Festival Américain de Danse Samuel H. Scripps et, à l'invitation du président Clinton, participe aux travaux du Conseil National des Arts de 1994 à 1997. En 1999, elle reçoit le Prix du Gouverneur de l'Etat de New York. Trisha Brown est également lauréate de nombreux doctorats honoris causa et membre honoraire de l'Académie Américaine des Arts et des Lettres.


Trisha Brown est décédée le 18 mars 2017 à San Antonio, au Texas.
 

Source : Site de la compagnie Trisha Brown

En savoir plus : trishabrowncompany.org

Riolon, Luc

Après des études de mathématiques supérieures et de médecine, Luc Riolon débute la réalisation dans le cadre de sa faculté de médecine, puis rencontre les chorégraphes des années 1980 (Maguy Marin, Mark Tompkins, Josef Nadj, Daniel larrieu, Odile Duboc, Josette Baiz, Angelin Preljocaj, etc.) avec qui il tourne de nombreux films (recréation pour la caméra, captations). Dans les années 1980 avec le chorégraphe américain Mark Tompkins il introduit la vidéo sur la scène, retransmettant en direct sur des écrans géants les images qu'il tourne avec sa caméra en étant sur le plateau avec les danseurs, mélangeant images sur bande et direct.
Avec Daniel Larrieu, il participe à la création du spectacle Waterproof, chorégraphie contemporaine qui se déroule dans une piscine, en filmant en direct les danseurs évoluant dans l'eau et mixant les images en direct avec des images subaquatiques préenregistrées.
Puis il collabore pendant 10 ans avec Eve Ruggieri pour son émission « Musiques au cœur ». Il tourne avec elle de nombreux documentaires sur la musique classique, l'opéra et la danse.
À partir de 1999 il réalise des documentaires de vulgarisation scientifique, en suivant les travaux de chercheurs de terrain attachés à la résolution d’une énigme particulière. Ces deux domaines artistiques et scientifiques qui peuvent sembler bien séparés l’un de l’autre mais sont pourtant, au regard de Luc Riolon, animés de la même démarche. Le désir de comprendre le monde, que ce soit par l’art ou par la recherche scientifique, et restituer cette découverte au plus grand nombre. Parmi ses documentaires scientifiques récents, on peut citer par exemple « Tchernobyl, une histoire naturelle ?», « L’Énigme du Caïman Noir », « Voyage en eau trouble » ou « Delta du Nil : La fin du miracle ». Ces documentaires de vulgarisation scientifique ont récemment reçu des prix dans des festivals en France, comme à l’étranger.


Source: Vimeo

Chaillot-Théâtre national de la Danse

Le Théâtre National de Chaillot est l’un des cinq  théâtres nationaux français (établissements publics dont les missions  sont définies par l’État) et le seul à porter un projet construit autour  et à partir de la danse. Placé sous une tutelle double, celle du  ministère de la Culture et de la Communication et celle du ministère du  Budget, il est dirigé depuis 2011 par le chorégraphe et danseur Didier  Deschamps.
 

La légende de Chaillot

Installé au cœur du Palais de Chaillot, le Théâtre National de Chaillot,  qui est devenu en 2016 Chaillot – Théâtre national de la Danse, est une  des institutions culturelles les plus prestigieuses de Paris, non  seulement pour la place unique qu'il occupe dans l’histoire du spectacle  vivant - notamment dans la grande aventure du Théâtre national  populaire fondé par Firmin Gémier, puis porté et développé par une  personnalité mythique, Jean Vilar – mais aussi dans celle de la France  et du Monde puisque c’est dans la grande salle du théâtre que fut  signée, le 10 décembre 1948, la Déclaration universelle des droits de  l’homme. Lieu exceptionnel de la capitale, le théâtre peut accueillir  chaque soir plus de 1 600 spectateurs, dans ses trois salles (Salle Jean  Vilar de 1200 places, Salle Firmin Gémier de 390 places, Studio Maurice  Béjart de 100 places). Son Grand Foyer, qui fait face aux fontaines du  Trocadéro, à la tour Eiffel et au Champ-de-Mars, offre de jour comme de  nuit l’une des vues les plus célèbres du monde. Les espaces publics du  théâtre abritent en outre une importante collection de sculptures,  peintures, fresques et pastels signés des plus grands artistes de  l’époque : Paul Belmondo, Louis Billotey, Pierre Bonnard, Maurice  Brianchon, Roger Chapelain-Midy, Maurice Denis, Othon Friesz, Henri  Laurens, Aristide Maillol ou encore Édouard Vuillard.


Source : Chaillot-Théâtre National de la Danse

En savoir plus : www.theatre-chaillot.fr

I'm going to toss my arms, if you catch me they're yours

Chorégraphie : Trisha Brown

Assistance à la chorégraphie : Carolyn Lucas

Interprétation : Neal Beasley, Elena Demyanenko, Dai Jian, Tara Lorenzen, Leah Morrison, Tamara Riewe, Nicholas Strafaccia, Laurel Jenkins Tentindo, Samuel Wentz

Scénographie : Burt Barr


Musique originale : Alvin Curran

Lumières : John Torres

Costumes : Kaye Voyce


Son : Luca Spagnoletti

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : 24 images

Nos suggestions de videos
04:10

La Bête

Schwartz, Wagner (France)

  • Ajouter à la playlist
03:51

Juego versión 1.1

Kaeja, Allen (Mexico)

  • Ajouter à la playlist
04:48

L'oeil, la bouche et le reste

Cordeiro, Volmir (France)

  • Ajouter à la playlist
13:19

Hommage à Trisha [remontage 2014]

Baïz, Josette (France)

  • Ajouter à la playlist
03:04

Samba #2

Samba #2 (United States)

  • Ajouter à la playlist
03:54

Set and Reset / Reset [extrait-remontage 2017]

Brown, Trisha (France)

  • Ajouter à la playlist
05:06

Transaction

Alzghair, Mithkal (France)

  • Ajouter à la playlist
28:23

Ma vie sans bal

Languet, Éric (Reunion)

  • Ajouter à la playlist
05:04

Reincarnation

Reincarnation (Japan)

  • Ajouter à la playlist
03:54

One Story as in Falling [remontage 2016]

Brown, Trisha (France)

  • Ajouter à la playlist
03:29

Paso Doble

Nadj, Josef (France)

  • Ajouter à la playlist
08:47

Holding Nostalgia

Holding Nostalgia (Mexico)

  • Ajouter à la playlist
06:40

Jornada ao Umbigo do Mundo

Cassal, Alex (Brazil)

  • Ajouter à la playlist
08:40

Cheveux de Vénus

Cheveux de Vénus (France)

  • Ajouter à la playlist
03:05

Opal Loop/Cloud Installation #72503

Brown, Trisha (France)

  • Ajouter à la playlist
03:17

Day on Earth

Humphrey, Doris (United States)

  • Ajouter à la playlist
03:07

The Shakers

Humphrey, Doris (United States)

  • Ajouter à la playlist
03:08

New Dance

Humphrey, Doris (United States)

  • Ajouter à la playlist
03:32

With my Red Fires

Humphrey, Doris (United States)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Ritmo Jondo

Humphrey, Doris (Bolivarian Republic of Venezuela)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus

Vidéo-danses mexicaines

Exposition virtuelle

Centre de Vidéo Danse de Bourgogne

Vidéo-danses mexicaines

Exposition virtuelle

Une sélection de vidéo-danses mexicaines réalisée par le festival AGITE Y SIRVA (https://www.agiteysirva.com/).
 

Découvrir
En savoir plus

Danse dehors

Parcours

Julie Charrier

Danse dehors

Parcours

La scène d’un théâtre et le studio ne sont pas les seuls lieux de travail ou de représentation d’une pièce chorégraphique. Parfois, les danseurs et les chorégraphes dansent à l’extérieur.

Découvrir
En savoir plus

Corps dansants

Parcours

Centre national de la danse

Corps dansants

Parcours

Focus sur la variété des corps que propose la danse contemporaine et la manière de montrer ces corps : de la nudité complète au corps tout à fait caché ou recouvert.

Découvrir
En savoir plus

Étranges spectacles

Parcours

Centre national de la danse

Étranges spectacles

Parcours

 Des spectacles atypiques de danse contemporaine qui réinventent le rapport à la scène.  

Découvrir
En savoir plus

L'improvisation

Parcours

Philippe Guisgand

L'improvisation

Parcours

 Découverte des spécificités de l’improvisation en danse.  

Découvrir
En savoir plus

Danses noires

Webdoc

Julie Charrier

Danses noires

Webdoc

James Carlès, danseur et chorégraphe spécialiste de la danse afro-américaine, évoque l’origine des danses urbaines actuelles. De l’Afrique aux États-Unis en passant par l’Europe, il souligne leur caractère métissé et met en perspective leur dimension sociale et politique. De nombreuses vidéos, photos, dessins et ressources complémentaires accompagnent cette interview.
Découvrir
En savoir plus

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Rencontre avec Charles Picq, réalisateur et vidéaste de la danse. 

Découvrir
En savoir plus

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

Noé Soulier : Repenser le mouvement

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Noé Soulier : Repenser le mouvement

Exposition virtuelle

Découvrez le travail du chorégraphe Noé Soulier à travers cette exposition, réalisée par un groupe d'étudiants de l'Université de Lyon 2 issus du Master Arts de la scène et du spectacle vivant (théâtre et danse), en collaboration avec la Biennale de la danse - édition 2021 et Numeridanse. 

Découvrir
En savoir plus

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus...

Et mettons-nous tous nus 

> Chanson de l’Affaire Louis Trio (1987)

Découvrir
En savoir plus

Danse et performance

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et performance

Parcours

 Echantillon d’extraits des figures burlesques de la Performance en danse.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus