Aller au contenu principal
Add video to a playlist

Title

Choreographer

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient des images qui pourraient heurter la sensibilité
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favoris Ajouter à vos favoris

Self trio

1976 - Réalisateur-rice : Emshwiller, Ed

Chorégraphe(s) : Carlson, Carolyn (United States)

Déposé par Atelier de Paris – Carolyn Carlson

en fr

Self trio

1976 - Réalisateur-rice : Emshwiller, Ed

Chorégraphe(s) : Carlson, Carolyn (United States)

Déposé par Atelier de Paris – Carolyn Carlson

en fr

Self trio

« Incontestablement, la danse, qui peut être vue comme une succession d’images en mouvement, est intimement liée au cinéma (motion pictures). Comme au cinéma, la danse dévoile et révèle les sources de son contenu poétique et dramaturgique au travers de cet organe, cœur visuel de l’homme, que sont les yeux. » Carolyn Carlson

En 1976, Ed Emshwiller filme Self Trio. Avec sa caméra, Ed Emshwiller confronte la réalité, qui l'amène à une série de faits d'optique. Il collabore à plusieurs reprises avec la compagnie Alwin Nikolais Dance Theater et explore les rapports de la danse et de l'image.

Dans cette courte vidéo de huit minutes, Carolyn Carlson semble, par le biais d’effets d’optiques chers au réalisateur, se « détripler » en différentes matières.


Source : Cinémathèque de la danse


En savoir plus : carolyn-carlson.com

Carlson, Carolyn

Née en Californie, Carolyn Carlson se définit avant tout comme une nomade. De la baie de San Francisco à l'Université d'Utah, de la compagnie d'Alwin Nikolais à New York à celle d'Anne Béranger en France, de l'Opéra de Paris au Teatrodanza La Fenice à Venise, du Théâtre de la Ville à Helsinki, du Ballet de l'Opéra de Bordeaux à la Cartoucherie de Paris, de la Biennale de Venise à Roubaix, Carolyn Carlson est une infatigable voyageuse, toujours en quête de développer et faire partager son univers poétique.

Héritière des conceptions du mouvement, de la composition et de la pédagogie d'Alwin Nikolais, elle est arrivée en France en 1971. Elle a signé l'année suivante, avec Rituel pour un rêve mort, un manifeste poétique qui définit une approche de son travail qu'elle n'a pas démenti depuis : une danse assurément tournée vers la philosophie et la spiritualité. Au terme "chorégraphie", Carolyn Carlson préfère celui de "poésie visuelle" pour désigner son travail. Donner naissance à des œuvres témoins de sa pensée poétique, et à une forme d'art complet au sein de laquelle le mouvement occupe une place privilégiée.

Depuis quatre décennies, son influence et son succès sont considérables dans de nombreux pays européens. Elle a joué un rôle clef dans l'éclosion des danses contemporaines françaises et italiennes avec le GRTOP à l'Opéra de Paris et le Teatrodanza à La Fenice.

Elle a créé plus d'une centaine de pièces, dont un grand nombre constituent des pages majeures de l'histoire de la danse, de Density 21,5 à The Year of the horse, de Blue Lady à Steppe, de Maa à Signes, de Writings on water à Inanna. En 2006, son œuvre a été couronnée par le premier Lion d'Or jamais attribué à un chorégraphe par la Biennale de Venise. Elle est aussi Chevalier et Commandeur des Arts et Lettres.

Carolyn Carlson a dirigé le Centre Chorégraphique National de Roubaix Nord-Pas de Calais de 2005 à 2013. Aujourd’hui, la Carolyn Carlson Company continue de produire et diffuser ses spectacles à travers le monde.

En 1999, Carolyn Carlson fonde l'Atelier de Paris sur le site de la Cartoucherie, dont elle est aujourd'hui présidente d'honneur. L'Atelier de Paris-Carolyn Carlson / Centre de développement chorégraphique national est dirigé par Anne Sauvage. 


Source : Site Internet de Carolyn Carlson


En savoir plus :www.carolyn-carlson.com

Emshwiller, Ed

Né dans le Lansing à Michigan, Il sort diplômé de L'université de Michigan en 1947, puis étudie à l'école des beaux-arts (1949-1950) de Paris avec l'écrivain Carol Emshwiller, avec laquelle il se marie le 30 août 1949. Il finira à l' Art Student's League de New York (1950-1951). Entre 1951 et 1979, en viant à Levittown, à New-York, Emshwiller crée couvertures et illustrations pour de nombreuses revues de science-fiction, notamment pour Galaxy Science Fiction et The Magazine of Fantasy & Science Fiction. Durant cette période il gagne cinq fois le prix Hugo du meilleur artiste : 1953 (ex aqueo avec Hannes Bok), 1960, 1961, 1962, et 1964. En 1964 la Fondation Ford propose à Emshwiller de travailler sur des films. Il participe alors au mouvement du nouveau cinéma américain notamment avec des films expérimentaux, ou en filmant des projets à petit budget et des documentaires : "Time of the Heathen" (1964), "Relativity" (1966), "The Streets of Greenwood", "Dont Look Back" (1967) etc.


Ses films des années 1960 ont été principalement tirés en 16mm couleur, et certains d'entre eux comprenaient des doubles expositions créées simplement en rembobinant les caméras. Il était l'un des premiers artistes vidéastes. Avec "Scape-Mates" (1972), il a commencé ses expériences en vidéo, combinant l'animation 3D avec la prise de vues réelle. En 1979, Il produit "Sunstone" un film de 3 minutes en images de synthèse fait par l'Institut de Technologie de New York avec Alvy Ray Smith. Il part en Californie en 1984 travailler à la School of Film/Video de L'Institut des Arts de Californie. En 1987 Il crée "Hungers" pour le Los Angeles Arts Festival de 1987 avec comme partenaire Morton Subotnick. Emshwiller meurt d'un cancer le 27 juillet 1990 à Valencia en Californie, où il est incinéré. Ses travaux sont archivés à L'Institut des Arts de Californie.


Sources : Fluidr, Pulp Artist (David Saunders 2009)

Self trio

Directeur artistique : Ed Emswhiller

Interprétation : Carolyn Carlson

Les vidéos du moment

03:24

Girls and Boys

Assaf, Roy (Switzerland)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:00

Moeder

Carrizo, Gabriela (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:51

La légèreté des tempêtes - Teaser

Ben Aïm, Christian & François (La légèreté des tempêtes - Teaser)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
01:54

Le cygne

Chauviré, Yvette (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:06

D'après une histoire vraie

Rizzo, Christian (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:31

Tauberbach

Platel, Alain (Belgium)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
07:46

Drift

Van Acker, Cindy (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
05:16

Bruit de couloir

Dazin, Clément (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
01:38

Ibuki (extrait de Namasya)

Amagatsu, Ushio (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
}
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus