Aller au contenu principal
Add video to a playlist

Title

Choreographer

The video has been added successfully.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient des images qui pourraient heurter la sensibilité
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favoris Ajouter à vos favoris

Le Cargo

2011 - Réalisateur-rice : Centre national de la danse, Réalisation

Chorégraphe(s) : Linyekula, Faustin (The Democratic Republic of the Congo)

Déposé par Centre national de la danse

en fr

Le Cargo

2011 - Réalisateur-rice : Centre national de la danse, Réalisation

Chorégraphe(s) : Linyekula, Faustin (The Democratic Republic of the Congo)

Déposé par Centre national de la danse

en fr

Cargo (Le)

Ces dix dernières années, Faustin Linyekula les a passées à raconter des histoires, des histoires du Congo, de la République Démocratique du Congo, ex Zaïre, ex Congo belge, des corps et de destins bouleversés, violentés, irrémédiablement marqués par la grande histoire... 

Mais comment laisser un instant de côté les mots pour faire parler la mémoire d'un corps ? Comment laisser un instant les compagnons de voyage, Kabako, Vumi, Papa Rovinsky... pour revenir à soi ? Comment retrouver la danse, ou une certaine idée un peu romantique de la danse, comme ce qui serait juste avant ou après les mots, juste avant ou après le cri, juste avant ou après le récit ? Dans cette marche vers soi, Faustin Linyekula prendra un train qui n'existe plus dont les rails ont été avalés par la forêt, partira à la recherche de danses que l'on ne danse plus, interdites par le dieu du miracle et du réveil spirituel, retrouvera un grand maître de percussion qui ne joue plus, devenu pasteur....

« Si la forme du solo ne m'attirait guère malgré quelques tentatives vite détournées comme le projet “Radio Okapi” où je conviais chaque soir des artistes à m'accompagner ou les performances du “Cargo” proposées ces dernières années dans des galeries ou studios, c'est que mon travail était avant tout un espace de partage, peut-être pour être un peu moins seul... Mais je sens aujourd'hui la nécessité de revenir à moi. Remonter à mes premiers souvenirs, revenir à Obilo, ce petit village à 80 kilomètres de Kisangani où j'allais avec ma sœur rejoindre mon père en train. Que reste-t-il de la maison de mon père ? Après toutes ces années de guerre, les gens dansent-ils toujours la nuit tombée, des danses qui, alors enfant, m'étaient interdites ? »


Dernière mise à jour : septembre 2011

Linyekula, Faustin

Danseur, chorégraphe, Faustin a toujours un livre en tête, un chemin à prendre, un sac tout juste défait à refaire, une histoire à raconter, une ruine à reconstruire… entre Kisangani où il vit aujourd’hui au Nord-Est de la République Démocratique du Congo (ex Zaire, ex Congo Belge, ex état indépendant du Congo…), Kinshasa, Paris et le monde… 

Tout commence à Kisangani avec une bande d’amis férus de théâtre, emmenés par un grand frère, Kabako, qui mourra quelques années plus tard à la frontière de l’Ouganda d’une maladie si anachronique en cette fin de Xxe siècle qu’elle n’ose plus guère dire son nom, la peste… 


En 1993, Faustin quitte un pays de fin de règne, celui de Mobutu, et de début de chaos et s’installe à Nairobi, débutent les allers et retours entre l’Ouganda, le Rwanda et le Kenya. En 1997, il fonde avec Opiyo Okach et la danseuse Afrah Tenambergen la première compagnie de danse contemporaine au Kenya, la compagnie Gàara. 

Leur première création, Cleansing, exploration des symboliques du nettoyage et de la purification, est primée aux Rencontres chorégraphiques africaines de Luanda en 1998. Malgré le succès, Faustin quittera la compagnie quelques mois plus tard pour reprendre la route entre la France, l’Afrique du Sud, la Réunion et la Slovénie. 


En juin 2001, s’impose le retour au Zaïre devenu République Démocratique du Congo, déchiré par plusieurs années de conflits meurtriers, le séjour de quelques semaines pour un atelier devient un choix de vie. Faustin met sur pied les Studios Kabako, structure pour la danse et le théâtre visuel, « un lieu où l’on travaille, où toujours on cherche et où parfois l’on trouve, un lieu où l’on doute mais où certains soirs s’impose une certitude ». Avec quatre danseurs qu’il forme, il crée Spectacularly Empty, carnet un rien désespéré d’un retour au pays natal… Commence alors une longue réflexion sur l’histoire et une mémoire collective sans cesse malmenée, bousculée, détournée par des dirigeants en mal de légitimité, incapables de penser le futur, mais aguerris à l’art délicat du passe-passe et de la substitution. 


Suivent Triptyque sans titre (2002), Spectacularly Empty II (2003), recréation pour boîte noire de la pièce de 2001, Radio Okapi (2003-04), performance mêlant radio en direct et artistes invités, chaque soir différents, Le Festival des mensonges (2005-06), veillée autour de la petite et de la grande histoire du Congo et The Dialogue Series: iii. Dinozord (2006).

En 2007, Faustin travaille sur la mise en scène d’un texte de Marie-Louise Bibish Mumbu La Fratrie errante. En 2008-09, il crée more more more… future, opéra ndombolo rock qui a tourné dans le monde entier et a reçu le Bessie Award de la meilleure composition musicale pour Flamme Kapaya en 2012.

En 2009, il met en scène pour la Comédie Française (Studio Théâtre) et le Théâtre de Gennevilliers Bérénice de Jean Racine, une Bérénice qu’il reprend à sa façon et avec des comédiens congolais en 2009 : Pour en finir avec Bérénice. 

En 2011, il imagine sur son premier solo, Le Cargo, qui tourne toujours sur les scènes du monde entier. L’année suivante, il revisite à la demande du KVS Dinozord, une pièce de 2006, naît Sur les traces de Dinozord.

Après Drums and Digging présentée au festival d'Avignon en 2013, Faustin vient de signer un solo pour la danseuse sud-africaine Moya Michael The Dialogue Series: IV Moya (2014), ainsi que le projet Statue of Loss, autour des soldats congolais ayant combattu en Europe lors de la première guerre mondiale. 


Parmi les autres collaborations, il faut noter la rencontre avec Raimund Hoghe qui imagine pour Faustin le duo Sans-Titre (2009) et La Création du monde 1923-2012, objet grandiose et non identifié pour 24 danseurs du Ballet de Lorraine (Nancy) et Djodjo Kazadi.


Faustin enseigne régulièrement en Afrique, aux Etats-Unis (University of Florida - Gainesville, University of Arizona - Tempe…) et en Europe (Parts, CNDC Angers, Impulstanz…). En 2007, il reçoit le Grand Prix de la Fondation Prince Claus pour la Culture et le Développement et a reçu en 2014 le grand Prix de la Fondation CurryStone pour le travail développé avec les Studios Kabako sur Kisangani.

En 2016, Faustin sera Artiste associé de la ville de Lisbonne.


Faustin a développé également une pratique d'ingénierie du son et a mixé plusieurs albums enregistrés aux Studios Kabako, notamment avec Flamme Kapaya et Pasnas. 

Source : Site internet de Studios Kabako


En savoir plus : www.kabako.org

Centre national de la danse, Réalisation

Depuis 2001, le Centre national de la danse (CND) réalise des captations de ses programmations de spectacle et de pédagogie et crée des ressources à partir de ces représentations filmées (interviews, conférences dansées, rencontres avec des artistes, démonstrations, grandes leçons, colloques spécialisés, montages thématiques, etc.). 

Cargo (Le)

Chorégraphie : Faustin Linyekula

Interprétation : Faustin Linyekula

Musique originale : Flamme Kapaya et les percussionnistes d'Obilo

Les vidéos du moment

02:59

Nombrer les étoiles

Richard, Alban (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:58

Milena & Michael

Gat, Emanuel (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:59

<<both, and >>

Maliphant, Russell (United Kingdom)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:59

Jessica and me

Morganti, Cristiana (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
07:46

Drift

Van Acker, Cindy (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
07:57

Unfinished Fragments : Acknowledged

Karagozian, Patricia (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:46

100% polyester, objet dansant n°( à définir)

Rizzo, Christian (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
04:13

Tout morose

Hervieu, Dominique (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:31

Soapéra

Monnier, Mathilde (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
}
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus