Aller au contenu principal
Add video to a playlist

Title

Choreographer

The video has been added successfully.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient des images qui pourraient heurter la sensibilité
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favoris Ajouter à vos favoris

L'Arbitre des élégances

1986

Chorégraphe(s) : Diverrès, Catherine (France)

Déposé par Centre national de la danse

en fr

L'Arbitre des élégances

1986

Chorégraphe(s) : Diverrès, Catherine (France)

Déposé par Centre national de la danse

en fr

Arbitre des élégances (L')

Commande du Carré Saint-Vincent d'Orléans, « L'Arbitre des élégances ou Du baroque dans le désert » est créé le 8 novembre 1986 au Festival Sigma de Bordeaux. Le CNDC d'Angers, entre autres, a hébergé les répétitions dans ses locaux désertés pendant l'été. La pièce tourne au Théâtre de la Bastille (décembre 1986), à Orléans (Carré Saint Vincent, 1987), au Havre, à Genève puis au Tanz Festival de Vienne en mars 1988. A l'image de la réception d'« Instance », plusieurs années s'écouleront entre la création de la pièce et l'intérêt qu'elle suscite. Reprise en août 1991 dans le cadre du Festival d'Avignon, la pièce est ensuite accueillie au Théâtre de la Ville (Paris) puis au Quartz de Brest.


Pièce pour cinq danseurs et un comédien, « L'Arbitre des élégances » aborde le sujet de la nostalgie, de la vieillesse et de la mort dans un enchaînement de séquences baignant dans une atmosphère dramatique. Cette phrase tirée d'« Hamlet » est citée en guise de préambule : « Est-il possible que l'esprit d'une jeune fille soit aussi mortel que la vie d'un vieillard ? »


S'appuyant sur des images fortes et les textes « Avis de décès » d'Heiner Müller et « Tumeur cervykal » de Stanislas Witkiewicz, la mise en scène diffuse une théâtralité contenue entre baroque et abstraction : « Pour "L'Arbitre des élégances", j'utilise Heiner Müller, Witkiewicz. On pourrait s'en passer, mais pourquoi bouger si une phrase le dit mieux. Par contre, il y a des moments où la maladresse du geste est irremplaçable. L'entrecroisement des deux est intéressant. L'objectif c'est de rendre le spectateur fragile et éveillé dans une société surinformée. Dans l'univers baroque de "L'Arbitre des élégances", les textes apportent selon moi une force d'abstraction, de sensualité, quelque chose d'antique.(...) Les images fortes sollicitent le spectateur comme une peinture mais ce n'est pas pour autant une lecture facile. Il faut empêcher le regard de se laisser emporter par des images trop fortes. C'est dans les vides que la pensée arrive. » [1]


A propos de l'énigmatique sous-titre de la pièce – « Du baroque dans le désert » – Catherine Diverrès explique avoir cherché à évoquer par cette antithèse, la tension entre excès et vide : « L'inspiration du mouvement baroque, dans ses excès, dans son vouloir artistique acharné, repose dans l'histoire, sur une période de confusion, de trouble des valeurs qui permet aisément de créer un parallèle avec le présent (…) Le désert est à l'extrême, comme vide mental, comme mort de l'intention, Saïs devant l'image dévoilée, s'effondre, le feu de la quête se trouve noyé. De l'amour comme mode d'apprentissage. “Du baroque dans le désert” est en soi un paradoxe. Mais des extrêmes naît la TENSION, sorte de regard éloigné, mesure de l'impermanence et de l'imminence. » [2]


Ses notes de création reportées dans le dossier de presse dévoilent en bouquet ses sources d'inspiration  :

« Voyage en Hollande,
  La lumière de Vermeer, visite de Versailles.
  Le portrait, relation à trois plus un :
  le temps.
  Transmission des regards,
  Mémoire sensitive, impressive, intime.
  Du baroque dans le désert.
  Mort de l'intention, tout est possible.
  1600 Shakespeare écrit Hamlet
  "Comment est-il possible que l'esprit d'une jeune fille soit aussi mortel que la vie d'un vieillard"
  1690
  Au Japon, Bashô écrit les journaux de voyage.
  "Dûssent blanchir mes os"
  1927 Proust écrit "Le Temps retrouvé".
  Rapport à la vieillesse
  Les légendes de Franz Hals
  Légèreté du geste, ponctuation incisive,
  La danse originaire, de la pensée, fluide.
  Fermeté de la décomposition. » (dossier de presse du Théâtre de la Ville, 18-19 octobre 1991)


La reprise de 1991 serait « plus dansée » de l'avis de Marcelle Michel, critique du journal Libération. Pour l'occasion, Josef Nadj et Alain Rigout ont provisoirement réintègré la compagnie qu'ils avaient entretemps quittée. La pièce ressurgira sur scène par bribes à l'avenir : des duos seront ainsi repris de façon isolée en 1994 dans le cadre du Festival Duos au Théâtre national de Bretagne (TNB) tandis que des passages seront intégrés successivement aux pièces anthologiques « Retour » (1995) et « Voltes » (2001).


Claire Delcroix


[1] C. Diverrès in Marcelle Michel, « Elégances Diverrès », Libération, 27 juillet 1991
[2] Dossier de presse du Théâtre de la Ville, 18-19 octobre 1991


EXTRAITS DU PROGRAMME


« Sur le plateau une tache, carrelée, vestige du passé et quelques stries de neige, indice de voyage. Un plissé bleu tombe des cintres. Bernardo Montet s'empare de la diagonale. Sa présence laconique, soulignée par la rapidité du geste, efface toute trace. Il semble n'avoir jamais existé avant le pas qui l'emporte depuis la lisière de la scène. Dans la transversale la lumière de plein fouet brûle d'autres silhouettes. Sous la sobriété des couleurs, sous l'étrangeté des émois, mieux vaut ne pas oublier le noir d'où ils viennent, l'ombre qui les a longtemps contenus. Chacun porte en soi son propre exil, le corps traversé par une dispersion fondamentale. Alain Rigout se cache derrière les aveux arrachés par bribes au cœur des textes de Heiner Müller et Witkiewicz. (…) Gardien de l'ironie, Josef Nadj cultive une sensualité de l'effroi et dédouble d'un timbre voilé le corps-cri des mots que dessine la voix changeante du comédien, multipliant ses masques. Une frénésie de la dislocation traverse les élans et les chutes de Thierry Baë. Tandis que, le geste presque candide, Marion Mortureux trace une ligne mélodique blanche, sautillante, qui s'étire jusqu'à l'extinction, visage voilé, Catherine Diverrès se glisse entre virgules et apostrophes. »

Irène Filiberti, programme du Théâtre de la Ville, octobre 1991


« Plateau jonché de petites billes (de polystyrène?) semblant du sel ou de la neige verglacée. Sombre histoire sans récit possible. Catherine Diverrès monte une heure et quart de chorégraphie sans biographie lisible d'un parcours dramatique. C'est un état plutôt qu'elle organise à travers les tableaux successifs qui finissent tous par se fondre dans l'étonnante dernière image : un tableau de Vermeer [ndlr : il s'agit en fait des Régentes de Franz Haals], cinq personnages religieux autour de rouges pommes. Là le temps se ralentit concentré en ce petit espace autour d'une table, les corps se taisent et les regards nous fixent. Ce qui a eu lieu avant disparaît dans la représentation picturale, simulant ce fameux vide auquel Diverrès aspire, en sous-titrant son oeuvre "Du baroque dans le désert".

Le baroque ce serait donc avant, dans l'affrontement et le choc des corps qui se joignent, se heurtent et chutent violemment sur le sol. (...) Ne jouant pas du tout sur les cordes de la virtuosité ni du spectaculaire, la danse travaille à même les limites de la représentation de la violence, du mal, des coups, des chutes. Parfaitement maîtrisés, les excès des corps simulent une déchirure, une révolte, un cri qui nous atteignent dans la chair. »

C. G., « Avignon : Diverrès corps à corps », La Marseillaise, 29 juillet 1991


textes Avis de décès, Hamlet-machine, Heiner Müller, trad. Jean Jourdheuil, Heinz Scharzinger, éd. de Minuit. Tumeur cervykale in Théâtre complet, V, Witkiewicz, trad. Alain Van Crugten, éd. L'âge d'homme.


dernière mise à jour : novembre 2014

Diverrès, Catherine

Catherine Diverrès naît en Gironde en 1959, et passe une enfance entre France et Afrique. Dès l'âge de 5 ans, elle se forme à la danse classique auprès de Sylvie Tarraube, puis de Suzanne Oussov, selon la technique Vaganova. Dans le milieu des années 1970 elle aborde les techniques américaines (Limon, Graham, Cunningham, Nikolais), et entre en 1977 à Mudra Béjart.

Elle danse un temps pour les Ballets Félix Blaska (1978) puis pour la compagnie Nourkil – danse-théâtre et pour Elinor Ambasch (1979) avec Bernardo Montet. En 1980 ils intègrent la compagnie de Dominique Bagouet à Montpellier, notamment pour les pièces Grand Corridor et Toboggan. A la suite d'une série d'ateliers, Catherine Diverrès conçoit Une main de sable, création pour cinq danseurs pensée depuis un travail en commun autour des thèmes d'origine et de territoire, qui sera présentée au festival de Montpellier en juillet 1981.

En 1982, Elle s’installe à paris avec Bernardo Montet. Advient la préfiguration de ce qui deviendra le Studio DM, avec la création d'un solo de Catherine Diverrès, Consumer, puis l'obtention d'une bourse d'étude du Ministère de la Culture, leur permettant de se rendre à Kamihoshikawa (Japon) suivre une formation de six mois auprès du maître de butô Kasuo Ohno.

La première pièce officielle du Studio DM, Instance, est créée par Catherine et Bernardo Montet en 1983 à Tokyo, et la légende veut qu'elle laissa « muet le maître du butô en personne. » Elle est suivie du Rêve d'Helen Keller en 1984, conçue par Catherine Diverrès seule, et primée lors du Concours de Bagnolet. Sept autres pièces voient le jour entre 1985 et 1994, faisant l'objet de différentes collaborations. De cette première période de création, on note que Catherine Diverrès continue à danser dans chacune de ses pièces. A ses côtés, Bernardo Montet se pose également comme un collaborateur et interprète d'exception : « Deux danseurs hors pair : elle, lointaine, intouchée, lui, massif et virtuose à la fois, tous deux réunis dans une même façon de ployer le corps et de passer avec aisance de la lenteur la plus suspendue à la brutalité la plus vive » (Chantal Aubry).

Le studio DM – où désormais chacun des deux chorégraphes signe ses propres pièces - acquiert progressivement une reconnaissance critique, publique et institutionnelle : les spectacles font la une des festivals les plus prestigieux d'Europe (Avignon, Montpellier, SIGMA à Bordeaux, Sringdance à Utrecht, Glashuset à Stockholm, Festwoch à Berlin…), et sont montés grâce à différentes coproductions (CAC d'Orléans, Théâtre de la Ville, Quartz de brest, CNDC d'Angers, …).

En 1994, Catherine Diverrès et Bernardo Montet sont nommés codirecteurs du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne, que Catherine Diverrès continuera à diriger seule à compter de 1998. Ce qui, peut-être, détermine le plus pertinemment cette période tient probablement à l'incursion de textes poétiques ou philosophiques dans les créations. Si l'incursion de textes n'est certes pas nouvelle dans les œuvres de Catherine Diverrès, du moins prend-elle, dans ces années-là, un tour essentiel dans les enjeux, artistiques comme de réflexion, portés par la chorégraphe. Il paraît nécessaire de souligner l'importance de la pratique de l'écriture chez Catherine Diverrès. Les archives des documents artistiques de la chorégraphe montrent assez l'ampleur et la qualité de son implication dans les éditoriaux des Lettres du CCNRB comme dans les dossiers de création : toutes les notes d'intention des pièces, exclusivement rédigées par elle, témoignent d'une grande exigence et d'une rare clarté de pensée. 

L'année 2008 est marquée par le retour au statut de compagnie indépendante, que Catherine Diverrès nomme Association d'octobre. La première pièce créée après le départ du CCNRB, Encor (2010), est une commande de la Biennale de danse de Lyon dont c'est alors la dernière édition pour son fondateur Guy Darmet. C'est d'ailleurs ce dernier qui lui suggérera ce titre, telle une pirouette actée et symbolique à leurs départs respectifs. 

En 2012 est créé le solo O Senseï, dansé par Catherine Diverrès. Il s'agit d'une commande du CDC-Les Hivernales, que la chorégraphe conçoit en hommage à Kasuo Ohno, mort en 2010. Ce solo constitue actuellement la seule pièce dansée par Catherine Diverrès. La dernière pièce à ce jour date de 2013 : Penthesilée, créée au Théâtre Anne de Bretagne, renoue avec le format de pièce de groupe, en réunissant sur scène une équipe de neuf danseurs. 


Source :  Alice Gervais-Ragu 

Arbitre des élégances (L')

Chorégraphie : Catherine Diverrès

Interprétation : Thierry Baë, Catherine Diverrès, Bernardo Montet, Marion Mortureux, Josef Nadj, Alain Rigout (comédien)

Scénographie : Jean Yves Bouchicot, Catherine Diverrès

Musique additionnelle : Bach, Bartok, Schubert

Costumes : Manon Martin, Goury, Chantal Rader

Les vidéos du moment

02:52

Yātrā

Marin, Andrés (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:00

Hourvari

Bourgeois, Yoann (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:47

Event

Meklin, Heli (Finland)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:55

Théorie des Prodiges

Biscuit, Karl (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
09:38

Sons of Sissy

Mayer, Simon (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:21

La Création du monde 1923-2012

Börlin, Jean (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
07:46

Drift

Van Acker, Cindy (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
05:16

Bruit de couloir

Dazin, Clément (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
01:38

Ibuki (extrait de Namasya)

Amagatsu, Ushio (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
}
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus