Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Jaillissements, Isadora Duncan et Auguste Rodin

Ministère de la Culture 1990

Chorégraphe(s) : Duncan, Isadora (United States) Schwartz, Elisabeth (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Ministère de la Culture

Producteur vidéo : Arcanal, La Sept, Ina, Lieurac productions

en fr

Jaillissements, Isadora Duncan et Auguste Rodin

Ministère de la Culture 1990

Chorégraphe(s) : Duncan, Isadora (United States) Schwartz, Elisabeth (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Ministère de la Culture

Producteur vidéo : Arcanal, La Sept, Ina, Lieurac productions

en fr

Jaillissements

Jaillissements - Isadora Duncan et Auguste Rodin

Elisabeth Schwartz évoque Isadora Duncan, la danseuse aux pieds nus, dans un jeu de correspondances entre la danse et l'oeuvre de Rodin. En de longs plans-séquences, la caméra capte les solos successifs de la danseuse qui rencontre parfois des moniteurs vidéo intégrés au décor. Ils diffusent des images de la "Porte de l'enfer" et d'autres oeuvres du sculpteur.

Le cadre est large, à distance du corps, et permet d'apprécier la gigantesque toile de fond peinte qui dramatise la chorégraphie et souligne son lyrisme de façon abstraite. Elisabeth Schwartz a reconstitué de nombreux solos d'Isadora Duncan. Elle mêle à cet hommage des compositions plus personnelles et un duo final avec le danseur et chorégraphe Dominique Petit.

 

(Patrick Bossatti)

 

 

 

 

Générique

1990, 30', couleur, adaptation

 

Conception : Elisabeth Schwartz

Musique : Patrick Marcland

Réalisation : Raoul Sangla

Production : Arcanal, La Sept, Ina, Lieurac productions

Participation : ministère de la Culture (DMD, DDF), Sacem, musée d'Orsay

 

 

 

Contact

CNC Images de la culture : idc@cnc.fr

 

Duncan, Isadora

Danseuse et chorégraphe américaine.


Née à San Francisco dans une famille de quatre enfants, elle mène une enfance difficile et bohème avec sa mère et ses frères et sœur. En l'absence du père se forme un clan familial qui au-delà des préoccupations matérielles se passionne pour les arts. De 1895 à 1900 elle danse dans quelques *comédies musicales à Chicago et à New York, tout en composant sur des poèmes ses premières danses vraisemblablement de facture encore pantomimique. En 1900, elle quitte les Etats-Unis pour l'Europe afin de réaliser ses aspirations artistiques. Ses premiers récitals lui ouvrent les salons artistiques de Londres, Paris, Munich. En 1903, elle publie à Leipzig son manifeste la Danse du futur. La même année, porté par un hellénisme passionné, le clan Duncan se déplace en Grèce et tente de faire revivre la tragédie grecque avec la pièce d'Eschyle les Suppliants. En 1905, elle ouvre à Berlin sa première école de danse. C'est dans cette ville qu'elle rencontre le metteur en scène G. Graig dont elle aura une petite fille. Ses tournées la font sillonner l'Europe. Elle quitte Berlin pour Paris. Après sa liaison passionnée mais éprouvante avec Graig, elle trouve bien-être et soutien auprès du millionnaire Paris Singer, dont elle aura un fils. Mère comblée, danseuse vénérée, femme adulée, proche de la pensée d'artistes comme A. Rodin, K. Stanislavski, elle en inspire beaucoup d'autres : le scuplteur Antoine Bourdelle, les peintres André Dunoyer de Segonzac, Maurice Denis. La noyade de ses deux enfants en 1913 marque un tournant tragique dans sa vie. Après de nombreuses tournées aux succès inégaux en Amérique du Sud et du Nord, Isadora est invitée à fonder une école de danse à Moscou en 1921. Elle rencontre le poète russe Serge Essenine qu'elle épouse. Epuisée par sa relation tumultueuse avec lui et la dureté des conditions de vie dans une Russie ensanglantée, elle rentre en France en 1924. Elle mène alors une vie instable entre Paris et Nice, donnant quelques spectacles dont Sonate (date, mus. F. Liszt), dansé sur des poèmes de J. Cocteau. En 1927 elle meurt accidentellement, en voiture, étranglée par sa propre écharpe.


Dans un rapport intuitif à l'histoire qui lui est contemporaine (Première guerre mondiale, révolution en Russie, émancipation de la femme, affaire Sacco et Vanzetti), I. Duncan se laisse brasser dans la vie sociale et politique de son époque. Abolissant l'antagonisme entre être danseuse et être femme, elle aborde la danse à partir de son corps, sa sensualité et son âge. Dès son arrivée en Europe, son style se précise. Elle apparait en simple tunique, sur une scène sans décor devant un fond bleu clair, dansant en osmose avec la musique : F. Chopin (Prélude, v. 1900), Ch-W. Gluck (Iphigénie, 1904), L. van Beethoven (Septième Symphonie, 1904), offrent des correspondanses musicales au rubato expressif de sa gestuelle et l'éloignent de la pantomime. Après la rencontre avec Craig et la naissance de sa fille, la qualité plastique de sa danse, entre poids et envol, devient plus charnelle : Bacchanale (1904), Valses de Brahms, op. 39 et Danses Allemandes (1905, mus. F. *Schubert), Danses des Furies (1910, mus. Ch.-W. Gluck), Orphée (1911, mus. C. Gluck), extraits des opéras Tristan, Parsifal, les Maîtres chanteurs de R Wagner (1911). La mort de ses enfants et le début de la guerre entrainent une nouvelle évolution. L'élan se condense dans une gestuelle intensément intériorisée et plus terrienne : Ave Maria (1914), Symphonie inachevée (1915, mus. Schubert), Symphonie n°6 (1916, mus. P. Tchaïkovski), Neuvième symphonie (1916, mus. Schubert), Les Funérailles (1918, mus. F. Liszt), Mazurka lente (1923), Rédemption (1927, mus. C. Franck). A la suite de son séjour en Russie le contenu politique de certaines de ses danses, présent dès la Marseillaise (1915) puis la Marche slave (1917), s'accentue : Impressions de Russie (1921, mus. A. Scriabine), ensemble dont font partie la Mère et Étude révolutionnaire ; Chants russes (1924).


A l'instar de Jean-Jacques Rousseau, I. Duncan est persuadée que l'homme nait bon et que seule la société le pervertit. Ce n'est donc pas un hasard si elle place au centre de ses préoccupations d'artiste l'éducation des enfants : outre l'école de Grünewald à Berlin que fréquentent les futures *Isadorables, et celle de Moscou, elle fonde aussi une école à Meudon près de Paris en 1913, qu'elle mettra à disposition de la Croix Rouge au début de la guerre. Passionnée et généreuse, simple ou grandiloquente, magnanime ou ridicule, elle est toujours au coeur des mouvements de libération. Sa danse en est la traduction artistique : la libération s'y exprime par le dépouillement des contraintes vestimentaires (pieds nus, tunique) et des contraintes physiques (spontanéité, élan, parcours dans l'espace), le recours aux mouvements élémentaires en relation avec ceux de la nature comme la houle, l'onde. Faite de courbes et de volumes, sa danse expose un jeu dynamique entre l'abandon et la résistance à la gravité. Sa fluidité plastique revivifie le code occidental des expressions. Dans sa recherche de gestes simples elle se situe dans l'héritage des arts plastiques européens, de la Grèce Antique à Botticelli jusqu'aux Impressionnistes. A l'intérieur de son style une métaphysique exacte sous-tend chaque geste. Plus qu'une technique formelle, son art, sans doute influencé par le système d'expression de F. Delsarte, établit un certain rapport au corps qui, au-delà de la question du mode d'expression, figuratif ou abstrait, privilégie l'émotion au sens large du terme comme source du mouvement.


Danseuse de sa vie, au gré des événements extérieurs et de ses tourments personnels, elle est associée à l'élaboration des principes fondamentaux de la danse moderne en rupture avec la danse classique occidentale et participe de l'avènement de la modernité : son élan créateur constitue le coeur du courant artistique de la danse libre dont les recherches de M. Fokine, E. Jaques-Dalcroze ou E. Hawkins, entre autres, portent la marque. Par son esprit libre, elle reste une figure emblématique de la danse du XXe s. comme en témoigne la pérennisation de son répertoire à travers le travail de J. *Levien notamment, et les hommages chorégraphiques que lui rendront, par exemple, J. Limón (Dances for Isadora, 1972), F. Ashton (Five Brahms Valses in the Manner of Isadora Duncan, 1975) ou M. Béjart (Isadora, 1976).


Source : Elisabeth Schwartz sous la direction de Philippe Le Moal, Dictionnaire de la danse, Larousse, 1999


En savoir plus : 

http://www.isadoraduncanarchive.org/ 

Schwartz, Elisabeth

Danseuse, pédagogue, historienne de la danse, diplômée de l'analyse labanienne et du mouvement dansé) Formée principalement aux Etats-Unis, à New York de 1975 à 1983, auprès de Margaret Craske (Méthode de danse classique d'Enrico Cecchetti) et auprès de grands chorégraphes de la danse moderne américaine : Merce Cunningham, Viola Farber, Meredith Monk, Douglas Dunn, Elisabeth Schwartz entreprend à partir de 1978 une recherche sur Isadora Duncan auprès des deux dernières Isadorables et apprend son répertoire auprès de Julia Levien.

De retour en France en 1975, elle monte des spectacles autour d'Isadora Duncan : La courbure de la vie, Evocation d'Isadora Duncan, Champs de bataille, Jaillissements qui seront programmés entre autres au Festival de Châteauvallon  1983 et 1984, à la Biennale de Lyon 1984 et 1990, aux Iles de danse 1991, au Montpellier Danse 1983 et à l'étranger (Norvège, Suisse, Tchéquie, Emirats d'Arabie, etc).

Lauréate du Prix Villa Médicis Hors les murs en 1992, elle retourne à New York pour poursuivre des recherches autour d'Emile Jaques-Dalcroze, Rudolf Laban, Isadora Duncan et la danse libre. Elle participe en 1990 à l'élaboration d'un film sur Isadora Duncan et Auguste Rodin Jaillissements (INA, ARTE).En 2001, elle réalise un montage de films d'archives glanées dans le monde entier, sur le concept de la danse libre pour la Cinémathèque de la danse.

En 2001-2002, elle réalise une conférence dansée autour de l'abstraction américaine avec Dominique Jégou.En 2005, elle monte le spectacle  Les plis du temps au Centre National de la Danse, carte blanche proposée par Claire Rousier, qui regroupe des danses de groupes d'I. Duncan pour adultes et enfants. Dans le cadre d'une aide au projet de la DRAC, cette pièce est créée à l'Opéra de Rennes.

Pédagogue, DE,  diplômée en analyse fonctionnelle du mouvement dansé (CND Paris, 1995), et en analyse qualitative labanienne (LIMS, New York 1996), Elisabeth Schwartz est aussi notatrice labanienne (CNSM, Paris 2003), diplômée en culture chorégraphique, Cefedem- Sud, dir. Laurence Louppe, 2005).Entre 2003 et 2007, elle anime des conférences sur l'histoire de la danse avec la chorégraphe Dominique Rebaud Depuis 2004, elle est chargée de cours en culture chorégraphique à l'université d'Evry, Département Musiques et spectacles. Depuis 2009, elle est inspectrice de la danse à la Ville de Paris.

Source : Elisabeth Schwartz

En savoir plus :

http://entronsdansladanse.blogspot.fr/2012/01/formation-pedagogique-et-technique-pour.html

http://www.isadoraduncanarchive.org/dancer/108/ 

Nos suggestions de videos
03:01

Hard to be soft

Doherty, Oona (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Peekaboo

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
03:46

La Valse de Vaslav

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
06:12

Ô Solitude

Yepes, Ana (France)

  • Ajouter à la playlist
02:42

Die grüne Tisch (La Table verte, solo de la mort)

Jooss, Kurt (France)

  • Ajouter à la playlist
01:56

Tod

Gert, Valeska (France)

  • Ajouter à la playlist
05:01

Hexentanz

Wigman, Mary (France)

  • Ajouter à la playlist
01:53

Japanische Groteske

Gert, Valeska (France)

  • Ajouter à la playlist
01:31

Canaille

Gert, Valeska (France)

  • Ajouter à la playlist
04:28

Narcisse

Duncan, Isadora (France)

  • Ajouter à la playlist
04:17

Atys

Lancelot, Francine (France)

  • Ajouter à la playlist
09:30

L'après-midi d'un faune (1912)

Nijinsky, Vaslav (France)

  • Ajouter à la playlist
06:09

Le Sacre du printemps (solo de l'élue)

Nijinsky, Vaslav (France)

  • Ajouter à la playlist
05:30

Folias & Jacaras

Yepes, Ana (France)

  • Ajouter à la playlist
04:07

Icons

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:50

Witness

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
03:18

Under my skin

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
05:59

STAYIN ALIVE

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Dialogue with Rothko

Carlson, Carolyn (Dialogue with Rothko)

  • Ajouter à la playlist
12:08

Blue Lady : montage d'extraits

Carlson, Carolyn (Italy)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Une traversée de l’histoire des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, depuis le Concours de Bagnolet jusqu’aujourd’hui.  

Découvrir
En savoir plus

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Depuis plus de 20 ans, Vaison Danses accueille les plus grands noms de la danse. La scène du majestueux théâtre antique va à nouveau vibrer en juillet 2019 avec des compagnies internationales prestigieuses et des chorégraphes de renom. L’occasion pour Numeridanse de faire découvrir ce festival ! 

Découvrir
En savoir plus

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Latitudes Contemporaines, festival de la scène contemporaine internationale, se déroule tous les ans au mois de juin sur le territoire dense de la métropole lilloise et frontalier de la région Hauts-de-France. 

Découvrir
En savoir plus

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus...

Et mettons-nous tous nus 

> Chanson de l’Affaire Louis Trio (1987)

Découvrir
En savoir plus

Danses indiennes

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Danses indiennes

Parcours

Une découverte de la danse indienne au travers de créations chorégraphiques qui la dévoilent, la suggèrent, la revisitent ou la transforment !

Découvrir
En savoir plus

Amala Dianor : danser pour donner à voir

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Amala Dianor : danser pour donner à voir

Exposition virtuelle

Découvrez le travail du chorégraphe Amala Dianor à travers cette exposition, réalisée par un groupe d'étudiants de l'Université de Lyon 2 issus du Master Arts de la scène et du spectacle vivant (théâtre et danse), en collaboration avec la Biennale de la danse - édition 2021 et Numeridanse. 

Découvrir
En savoir plus

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

LES CENTRES CHORÉGRAPHIQUES NATIONAUX

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

LES CENTRES CHORÉGRAPHIQUES NATIONAUX

Exposition virtuelle

Comment sont nés les centres chorégraphiques nationaux (CCN) ? Que représentent-ils aujourd’hui ? 

Découvrir
En savoir plus

James Carlès

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

James Carlès

Exposition virtuelle

© Emmanuel Tussore

Découvrir
En savoir plus

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

K. Danse - Jean-Marc Matos

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

Créations de spectacles, performances participatives et installations mêlant danse contemporaine et arts numériques interactifs. Une constante dialectique entre le corps vivant (vécu) et le corps visuel (donné à voir ou virtuel). Une exposition proposée par Jean-Marc Matos, chorégraphe de la compagnie K. Danse.

Découvrir
En savoir plus

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Découvrez la compagnie Dyptik, leur travail et leur lieu de création dans cette exposition virtuelle.

Découvrir
En savoir plus

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

Centre chorégraphique James Carlès

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

La danse contemporaine désigne des courants artistiques succédant à la danse moderne. Mais il est difficile de cerner précisément cette expression, tant elle inclus différentes pratiques et esthétiques. Aujourd’hui, le mot « contemporain » intègre des danses actuelles, urbaines, théâtrales, de différentes origines géographiques ou «culturelles». Une exposition virtuelle signée par la Compagnie James Carlès Danse &Co.

Découvrir
En savoir plus

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Céline Roux

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

QUDUS ONIKEKU : Se réapproprier une mémoire oubliée

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

QUDUS ONIKEKU : Se réapproprier une mémoire oubliée

Exposition virtuelle

Découvrez le travail du chorégraphe Qudus Onikeku à travers cette exposition, réalisée par un groupe d'étudiants de l'Université de Lyon 2 issus du Master Arts de la scène et du spectacle vivant (théâtre et danse), en collaboration avec la Biennale de la danse - édition 2021 et Numeridanse. 

Découvrir
En savoir plus

CHRISTIAN & FRANÇOIS BEN AÏM ET L'ÉLAN VITAL - échappées chorégraphiques salvatrices

Exposition virtuelle

Christian et François Ben Aïm

CHRISTIAN & FRANÇOIS BEN AÏM ET L'ÉLAN VITAL - échappées chorégraphiques salvatrices

Exposition virtuelle

Avec cette exposition virtuelle et à travers la démarche du tandem  fraternel, pénétrons dans le monde des BEN AÏM et dans l’univers de leur  dernière pièce : FACÉTIES

Découvrir
En savoir plus

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Rencontre avec Charles Picq, réalisateur et vidéaste de la danse. 

Découvrir
En savoir plus

Devenir spectateur de danse

Webdoc

Guisgand, Philippe ; Guisgand, Sébastien

Devenir spectateur de danse

Webdoc

Dans ce webdoc en forme d'enquête, Philippe Guisgand et ses étudiants répondent à une douzaine de questions que peut se poser tout apprenti spectateur. "Apprenti" ? En effet, pour ce chercheur en danse, spécialiste du débat esthétique, assister à un spectacle ne se résume pas à le voir. On ne naît pas spectateur mais on le devient.
Découvrir
En savoir plus

Danses noires

Webdoc

Julie Charrier

Danses noires

Webdoc

James Carlès, danseur et chorégraphe spécialiste de la danse afro-américaine, évoque l’origine des danses urbaines actuelles. De l’Afrique aux États-Unis en passant par l’Europe, il souligne leur caractère métissé et met en perspective leur dimension sociale et politique. De nombreuses vidéos, photos, dessins et ressources complémentaires accompagnent cette interview.
Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus