Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Les Météores

CN D - Centre national de la danse 1994 - Réalisateur-rice : Le Bayon, Michel

Chorégraphe(s) : Raffinot, François (France)

Producteur vidéo : CCN Le Havre

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Les Météores

CN D - Centre national de la danse 1994 - Réalisateur-rice : Le Bayon, Michel

Chorégraphe(s) : Raffinot, François (France)

Producteur vidéo : CCN Le Havre

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Les Météores

Les météores (1993) est une pièce chorégraphique de François Raffinot pour neuf danseurs sur une musique de Hughes de Courson

C’est la première création de François Raffinot au Havre, tout juste nommé à la tête du Centre chorégraphique national en 1993.

La pièce est une trilogie dont les thèmes sont : "l'échange et le croisement, avec comme toile de fond le jeu et la guerre. [Elle] aborde les rapports amoureux d'une suite de personnages oscillants entre l'Orient et l'Occident. En résonance à la mise en scène des amants toujours sujets à d'imprévisibles revers du sort, les corps de neuf danseurs (le chœur), de dix-huit figurants (l'Action Parallèle) et de deux enfants (les Discoboles) vont évoluer dans des espaces où s'exercent le hasard, le jeu et la chance : du terrain de golf au tennis, du court de tennis à la table de billard, se succèdent trois univers où chaque surface, de plus en plus réduite, évoque les autres et représente, au moyen d'échelles décroissantes, les mêmes zones prévues pour la rencontre de cinq couples, cinq duos de factures chorégraphiques très différentes, autour desquels tourne spasmodiquement toute la trilogie" (extrait du programme du Festival Danse de Châteauvallon).

La pièce a été créée dans le cadre du festival de danse de Châteauvallon, le 2 juillet 1993.

La pièce a également été présentée à la Maison de la danse de Lyon le 11 novembre 1993 et au théâtre Le Volcan du Havre du 16 au 18 décembre 1993.

La création de cette pièce a été suivi par le réalisateur Michel Le Bayon. Il en restitue le parcours dans son documentaire États des lieux.

Source : inventaire des archives François Raffinot déposées au CND

Raffinot, François

François Raffinot est un chorégraphe français né le 1er janvier 1953 à Paris.
Il découvre assez tôt sa sensibilité pour les arts. À dix ans, il se souvient d'avoir été marqué par la musique moderne et contemporaine, en particulier celle des compositeurs Edgar Varèse, avec son Poème électronique et Belà Bartók.
Il poursuit sa scolarité dans les lycées Montaigne et Louis-le-Grand où son intérêt pour le théâtre laisse rapidement la place à la danse. De fait, à seize ans, en vacances, il assiste à Nomos Alpha de Maurice Béjart, ballet créé à Royan en 1969 sur une musique de Iannis Xenakis. Cette association entre la danse et la musique marque profondément le jeune homme.
 

À dix-sept ans, il s'inscrit aux cours de danse classique dispensés par Igor Fosca à la salle Pleyel. À cette même période, il assiste à de nombreux spectacles, notamment ceux de Merce Cunningham au Théâtre de l'Odéon.
En 1973, âgé de vingt ans, il passe une audition pour le Théâtre du Silence, compagnie alors dirigée par Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre. Il s'installe ensuite à Grenoble, où il danse pour Félix Blaska et au Ballet de poche où il rencontre le chorégraphe Alain Deshayes en qui il trouve un interlocuteur perivilégié. Après un bref épisode rouennais, début 1975, il s'essaye au théâtre et au cabaret à Londres, où il joue notamment à la Roundhouse dans La Grande Eugène de Frantz Salieri. Il y approfondit sa culture du cabaret et du music-hall.   
 

Alain Deshayes le met aussi en contact avec Jean-Claude Malgoire, grand spécialiste de la musique baroque. Les deux hommes collaborent une première fois en 1974 pour la reprise des Indes galantes, opéra-ballet de Jean-Philippe Rameau.
En 1975 et 1976, il intègre la compagnie Peter Goss où danse également Dominique Bagouet, et participe activement au collectif chorégraphique Watercress. Parallèlement, il commence en autodidacte ses recherches sur les danses anciennes, en particulier à partir des danses de Guillaume-Louis Pécour notées par Raoul-Auger Feuillet. Viviane Serry qui fait partie de Watercress lui présente alors Francine Lancelot. En 1978, il décide de reprendre ses études et de suivre les cours de licence de Philosophie à l'Université Paris IV-Sorbonne.
 

La vie artistique de François Raffinot permet ensuite de distinguer cinq grandes périodes correspondant aux différentes structures (compagnies ou institutions culturelles) au sein desquelles il développe ses créations : Ris & danceries, qu'il intègre en tant qu'interprète en 1980 mais qu'il co-dirige ensuite (1984 à 1989), la compagnie Barocco (1990-1992), le CCN du Havre – Haute-Normandie, l'Ircam (1999-2002) et enfin le Snarc (2002-2013).
En 1980, il rejoint Ris & Danceries la compagnie de Francine Lancelot dont le travail sur les danses baroques trouve un écho particulier en lui. Il y devient danseur et interprète. Aux côtés de Francine Lancelot, il se réapproprie et réinvente les danses des XVème au XVIIIème siècles. Il prend avec elle la co-direction de la compagnie à partir de 1984. Il se distingue en chorégraphiant les divertissements d'Hippolyte et Aricie (1985) sous la direction de William Christie, d'après une mise en scène de Pier-Luigi Pizzi ou en reprenant la conception de Bal et ballets à la cour de Louis XIV (1987). Pourtant, François Raffinot commence à se démarquer en se consacrant à sa propre écriture de la danse baroque, proposant sa Suitte d'un goût étranger sur une musique de Marin Marais, pièce pour laquelle il demande à Andy De Groat, Dominique Bagouet et Robert Kovich de s'associer au projet. Suivront Caprice (1986) et Passacailles (1987). En 1988, il travaille à nouveau avec le chef d'orchestre Jean-Claude Malgoire pour les recréations de Zéphyre (1988) et Platée (1989).   
 

En 1990, il quitte la compagnie de Francine Lancelot et monte avec Guilène Lloret la compagnie Barroco. Dès lors, il se consacre à l'écriture d'une nouvelle esthétique de la danse baroque qu'il voudrait empreinte de plus de contemporanéité. Ses réflexions s'articulent notamment autour du rapport entre la danse et la musique. C'est pourquoi il crée, au Festival Montpellier Danse, Garden-Party ou les surprises de la conversation pour laquelle le compositeur anglais Michael Nyman réalise les thèmes musicaux. En 1991, il met en scène sous la direction musicale de Jean-Claude Malgoire Les Fêtes vénitiennes dont la première partie est constituée d'extraits de l'opéra éponyme d'André Campra, et la seconde de Pulcinella d'Igor Stravinski. Il chorégraphie l'année suivante Alceste, la tragédie lyrique de Jean-Baptiste Lully, avant de monter Les Barricades mystérieuses, trio créé pour les danseurs du Jeune Ballet de France.   Il dira, concernant ses recherches sur le monde baroque, en réponse à nos questions, qu'il a « gardé de ces études et de ces activités, le goût du flamboyant, des débordements, de la machinerie et de l'illusion ».
 

En 1993, il est nommé co-directeur, avec Guilène Lloret, du Centre chorégraphique national du Havre – Haute-Normandie.   Pour sa première saison, il crée Les Météores. De ses propres mots, la pièce ouvre la voie à une nouvelle ère de création, encourageant un style plus libre et plus personnel. Pour le Festival d'Avignon, en juillet 1994, il crée Adieu, pièce mise en musique par Pascal Dusapin. En août de la même année, il présente Linden, dans le cadre du festival Tanz Im August de Berlin. La musique a été confiée au compositeur finlandais Magnus Lindberg. Adieu et Linden seront ensuite souvent jouées ensemble lors de la même soirée. En 1995, la musique de sa nouvelle création Sin arrimo y con arrimo est confiée une nouvelle fois à Pascal Dusapin. Le titre s'inspire d'un poème de Saint-Jean de la Croix.   En 1996, Au-delà est une commande du Komische Oper de Berlin. La pièce, interprétée par des danseurs allemands, évolue sur des musiques de Giacinto Scelsi. Quelques mois plus tard, Scandal Point est présenté à l'occasion de la 50ème édition du Festival d'Avignon. La pièce frappe par l'utilisation de la voix de Salman Rushdie et du titre très rock du groupe britannique The Rolling Stones, Sympathy for the Devil.   Après avoir réalisé les décors de Sin arrimo y con arrimo, la plasticienne Agnès Lévy collabore à nouveau avec François Raffinot pour Rift, une création pour le festival Octobre en Normandie de 1997. Pour sa dernière année à la tête du centre, il crée Remix sur des musiques de György Ligeti et Heiner Goebbels. On lui doit, à cette même période, la conception et la première édition du Vif du sujet en 1996, manifestation chorégraphique de la SACD au Festival d'Avignon.
 

En 1999, François Raffinot met en place le département chorégraphique de l'Institut de recherche coordination acoustique/musique (Ircam) dont il occupe la direction. Le nouveau département « a pour mission d'établir un programme de sensibilisation à l'art chorégraphique, de déterminer des axes de recherches audiovisuelles en accord avec ceux du département de recherche, de provoquer le développement de certaines techniques en relation avec le département pédagogique, de favoriser les échanges entre jeunes chorégraphes et jeunes compositeurs avec des commandes musicales spécifiques et d'encourager la présence sur scène des instrumentistes ou des chanteurs aux côtés des danseurs ».   De fait, à l'occasion du Festival Agora, François Raffinot crée la pièce Play-Back sur une musique d'Edmund J. Campion, en juin 1999, commandée par l'Ircam et la SACD. En 2000, il travaille en étroite collaboration avec Emmanuelle Vo-Dinh, l'une de ses plus fidèles interprètes, et le compositeur Yan Maresz pour la pièce Al Segno. Enfin, en 2001, il présente P.R. / On Line (Home studio) sur Anthème 2 de Pierre Boulez et Animus de Luca Francesconi.
 

En quittant ses fonctions en juillet 2002, il met en place sa propre structure SNARC (Site nomade des ateliers de recherche chorégraphiques) afin de se consacrer à des laboratoires de recherche et de pédagogie autour du corps et des nouvelles technologies (danse/musique/image). En témoigne pas_de_direction qu'il crée avec le compositeur François Sarhan et la vidéaste Magali Desbazeille. Cette pièce a été conçue pour trois performers. Il produit par la suite une série de Laboratoires : Rebound's Lab avec le percussionniste et metteur en scène Roland Auzet, Totem pour une acrobate, Salomé, Salon littéraire pour quatre écrivains et Set, pièce pour sept femmes au parcours artistique différent (mars 2006). Parallèlement à ces projets, il a inauguré, en 2005, une résidence de trois ans à l'Arsenal de Metz où il crée Set, pièce pour sept femmes au parcours artistiques différent (mars 2006). Il s'est aussi associé au Centre des arts d'Enghien-les-Bains.   Depuis 2009, François Raffinot est régulièrement invité à donner des cours théoriques dans les écoles d'art, les universités et publie ouvrages, articles et fictions.

Il a été professeur de philosophie au Lycée Steiner-Waldorff Perceval de Châtou de 2010 à 2015.

Il a publié deux livres et des articles sur la chorégraphie. Il est également auteur de fictions.

Source : CN D - inventaire des archives de François Raffinot

Le Bayon, Michel

Les Météores

Chorégraphie : François Raffinot

Interprétation : Andrea Battaglia, Jean-Christophe Boclé, Aline Lesecq, Virginie Mirbeau, Jean-Christophe Paré, Pascale Poulain, Patrick Rébus, Emmanuelle Vo-Dinh, Zheng Ziru

Scénographie : Majo Coppens (scénographie et accessoires)

Musique originale : Hughes de Courson

Lumières : Jacky Lautem

Costumes : Marc Audibet de la maison Hermès

Durée : 17 minutes (rushes des répétitions)

Nos suggestions de videos
26:11

Roméo et Juliette

Bouvier, Joëlle (Switzerland)

  • Ajouter à la playlist
04:44

Le Cantique des Cantiques

Lagraa, Abou (France)

  • Ajouter à la playlist
02:27

La Minute du spectateur (2017) : Alonzo King

King, Alonzo (France)

  • Ajouter à la playlist
09:13

Le Jardin [remontage 2014]

Ficely, Julien (France)

  • Ajouter à la playlist
02:52

Tristan & Isolde, "salue pour moi le monde !"

Bouvier, Joëlle (Switzerland)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Carmen

Inger, Johan (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Soon

Jones, Bill T. (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

La FIlle mal gardée

Cramér, Ivo (France)

  • Ajouter à la playlist
11:50

La Chambre d'amour

Malandain, Thierry (France)

  • Ajouter à la playlist
07:52

Le Cantique des Cantiques - Création à la Maison

Lagraa, Abou (France)

  • Ajouter à la playlist
02:33

La Minute du spectateur (2014) : La fille mal gardée

Dauberval, Jean (France)

  • Ajouter à la playlist
03:08

La Belle

Maillot, Jean-Christophe (Monaco)

  • Ajouter à la playlist
03:05

Roméo et Juliette

Maillot, Jean-Christophe (Monaco)

  • Ajouter à la playlist
02:55

La Bayadère

Petipa, Marius (Russian Federation)

  • Ajouter à la playlist
03:47

Love Sonnets

De Mey, Michèle Anne (Belgium)

  • Ajouter à la playlist
02:36

La Minute du spectateur (2012) : Bouvier et Obadia

Bouvier, Joëlle (France)

  • Ajouter à la playlist
05:14

Pulcinella

Malandain, Thierry (France)

  • Ajouter à la playlist
05:20

L'Amour sorcier

Malandain, Thierry (France)

  • Ajouter à la playlist
13:05

Les ombres du péché

Ombres du péché (Les) (France)

  • Ajouter à la playlist
02:08

La Minute du spectateur (2013) : Giselle de Mats Ek

Ek, Mats (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Céline Roux

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Les Ballets russes ont ouvert la porte à ce qui sera nommé plus tard : le néoclassique. A l’époque, l’expression « ballet moderne » est souvent utilisée pour définir ce renouvellement esthétique : un savant mélange de tradition et d’innovation définit par chaque chorégraphe.

Découvrir
En savoir plus

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

Parcours

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

Parcours

Avec les années 1970, l’élan des artistes vers un nouveau classique a plus d’un demi-siècle et ainsi plusieurs générations se sont déjà déployées depuis les Ballets Russes. Au fil des décennies, chacun a défendu ou défend la danse classique sous le signe de la nouveauté, de la singularité, de la connexion avec les autres arts et avec les préoccupations de son temps.

Découvrir
En savoir plus

La relecture des œuvres

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La relecture des œuvres

Parcours

Certains grands spectacles sont revisités à travers les siècles. Voici deux exemples de pièces relues par différents chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus

Collaborations artistiques

Parcours

Centre national de la Danse

Collaborations artistiques

Parcours

Petit panorama de collaborations artistiques, des « couples » de chorégraphes aux créations impliquant des musiciens ou des plasticiens, via quelques rencontres atypiques

Découvrir
En savoir plus

Quand le réel s'invite

Parcours

Centre National de la danse

Quand le réel s'invite

Parcours

Comment les œuvres témoignent-elles du monde ? L’artiste contemporain est-il lui-même le produit d’une époque, d’un milieu, d’une culture ?  

Découvrir
En savoir plus

La filiation « américaine » de la danse moderne. [1930-1950] De la Modern Dance expressive à une vision moderne abstraite.

Parcours

Céline Roux

La filiation « américaine » de la danse moderne. [1930-1950] De la Modern Dance expressive à une vision moderne abstraite.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

Féminin - Masculin

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Féminin - Masculin

Parcours

Promenade entre les différentes conceptions et réceptions des genres dans les différents styles et époques de la danse.

Découvrir
En savoir plus

Des genres et des styles

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Des genres et des styles

Parcours

La danse est un terme bien vaste qui comprend beaucoup de spécificités. Ils dépendent de la culture d’un pays, d’une époque, d’un lieu. Ce Parcours propose une visite entre les genres et les styles de la danse.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus