Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Saint-Georges à Aulnay

CN D - Centre national de la danse 1991 - Réalisateur-rice : Chopinot, Régine

Chorégraphe(s) : Chopinot, Régine (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Centre national de la danse

Producteur vidéo : Compagnie Chopinot;ARP

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Saint-Georges à Aulnay

CN D - Centre national de la danse 1991 - Réalisateur-rice : Chopinot, Régine

Chorégraphe(s) : Chopinot, Régine (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Centre national de la danse

Producteur vidéo : Compagnie Chopinot;ARP

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Saint-Georges à Aulnay

Créé les 8 et 9 novembre 1991 à La Coursive de La Rochelle, « Saint-Georges » est une pièce de groupe inspirée des recherches de l'historien d'art Jurgis Baltrusaitis (1903-1988) sur l'art roman menées dans les années 1930. Ses dessins reprenant les ornements sculptés des édifices romans séduisent Régine Chopinot qui les découvre à l'occasion de la création d'« ANA » (1990) et de l'étude des travaux de l'érudit lituanien sur l'anamorphose. S'intégrant dans le répertoire du Centre chorégraphique de La Rochelle qu'elle occupe depuis 1986, cette pièce est affichée par la chorégraphe comme un retour aux salles de spectacle de moindre envergure après les tournées de superproductions de « Rossignol », « KOK » et « ANA » qui ne trouvaient que des gymnases ou des palais des sports pour accueillir l'ampleur de leur dispositif scénique.

« Dans son ouvrage "Formations, déformations : la stylistique ornementale dans la sculpture romane", J. Baltrusaitis tente un rapprochement entre l'ornement monumental roman et le geste originel » [1]. Régine Chopinot s'empare de ces réflexions sur la vie des formes en en retenant « le rythme, l'horreur du vide et la métamorphose du sujet » [2]. Sur une représentation en mosaïque de St Georges combattant le dragon recouvrant le plateau imaginée par Zinn Atmane, douze interprètes esquissent ainsi en solo, duo, trio ou ensemble, les mouvements à l'origine des formes capturées dans la sculpture romane, sur une composition sonore naturaliste signée André Serré (bruits de source et d'animaux) entrecoupée de musique vocale interprétée par l'Ensemble Mora Vocis. Les éclairages de Gérard Boucher viennent en appui des costumes colorés de Jean Paul Gaultier pour opérer la « dissolution des frontières – entre l'animal et l'humain, les règnes et les espèces » [3] fomentée par les vides interstitiels à l'oeuvre dans la sculpture romane.

Quatre séquences sont à identifier dans ce spectacle d'une durée d'un peu plus d'une heure, comme les introduit Régine Chopinot dans le dossier de création de la pièce :
« Le gisant “n'a qu'un œil blanc” habite son cadre, les pieds en dedans, le nombril africain tandis que l'homme acrobate rentre comme il peut dans le carré : le corps se déforme aux besoins du fonds — Solo
L'ornement, tel une frise, court, circule, s'entrelace à en perdre le fil, sans fin, tisse, jusqu'à en avaler des bouts d'homme — Ensemble
Déformation des bras pour toucher l'autre et créer des lignes de corps qui devient abstraite à force de géométrie — Duo
Les triplés à calot de chirurgien en mouvance perpétuelle : hanche, tête, avant-bras collés. Imaginons l'ordre de vie déclenchée par le mouvement du coude de monsieur à gauche dans le genou plié de l'autre à droite du chapiteau — Trio » [4]

Pour la première fois avec « Saint-Georges », Régine Chopinot sollicite un travail important d'improvisation chez ses danseurs marquant une nouvelle orientation de son travail. S'adjoignant la collaboration de Michel Alibert, éminent professeur de yoga, elle introduit le yoga dans le programme d'entraînement de la compagnie, afin de fournir des clefs à ses interprètes pour « investir les bas-reliefs-romans, non comme des "formes mécaniques" mais comme "des formes énergétiques à éprouver" » [5]. Nombreux seront les critiques à voir en « Saint-Georges » la fin de l'esbroufe qu'ils avaient fini par reprocher au travail de R. Chopinot et à en célébrer son dépouillement.

En 1992, la chorégraphe réalise une adaptation vidéo de sa pièce dans laquelle elle entrecoupe la chorégraphie des dessins de J. Baltrusaitis et des vues de la sculpture ornementale de l'église Saint Pierre d'Aulnay de Saintonge, considérée comme un joyau du style roman.


[1] O. Saillard (dir.), « Jean-Paul Gaultier, Régine Chopinot : le défilé  », Paris : Les arts décoratifs, 2007, p. 136.
[2] O. Saillard (dir.), op. cit., p. 136.
[3] R. Chopinot, citée dans H. Gauville, « Les dessous d'Ana », Libération, 13 novembre 1990.
[4] R. Chopinot, « Chopinot danse St Georges », Dossier de création, Centre chorégraphique Poitou-Charentes, La Rochelle, 1991.
[5] M. Alibert, « Yoga et santé énergétique », Les Cahiers de Présence et d'Esprit, n° 5, 2004, p. 33


Dernière mise à jour : février 2013

Chopinot, Régine

Régine Chopinot, née en 1952 à Fort-de-l'Eau en Algérie, est très vite attirée par la danse. Après des cours de danse classique, elle découvre la danse contemporaine avec Marie Zighera en 1974. Devenue lyonnaise, elle y fonde en janvier 1978 sa première compagnie, la Compagnie du Grèbe qui associe danseurs, comédiens et musiciens. Elle signe alors ses premières chorégraphies. Trois ans plus tard, elle reçoit le deuxième prix au Concours chorégraphique international de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) pour la pièce « Halley's Comet » (1981) rebaptisée « Appel d'air ». 


Ses créations suivantes, « Délices » et « Via », ouvrent la chorégraphie aux apports d'autres médias dont le cinéma. C'est avec « Délices » (1983) que Régine Chopinot commence sa longue collaboration avec le couturier Jean Paul Gaultier, qui marquera l'époque, avec des pièces comme « Le Défilé » (1985), « K.O.K. » (1988), « ANA » (1990), « Saint Georges » (1991) ou « Façade » (1993). Nommée en 1986, directrice du Centre chorégraphique national de Poitou-Charentes à La Rochelle (où elle succède au Théâtre du Silence de Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre), qui devient en 1993 le Ballet Atlantique-Régine Chopinot (BARC), Régine Chopinot multiplie les rencontres artistiques : avec des plasticiens comme Andy Goldsworthy, Jean Le Gac ou Jean Michel Bruyère, des musiciens comme Tôn-Thât Tiêt ou Bernard Lubat.


Au début des années 1990, elle quitte – selon son expression – les « espaces de grande légèreté » où, très jeune, elle s'était fait connaître, notamment dans sa collaboration avec Jean Paul Gaultier. Elle se passionne alors pour des expériences de confrontation de la danse contemporaine aux éléments et aux rythmes naturels et de sa mise à l'épreuve de pratiques et de sciences du corps anciennes et complexes, comme le yoga. En 1999, dans le cadre des « artistes associés », Régine Chopinot invite trois personnalités de la danse contemporaine à collaborer pendant trois ans à son projet artistique : Françoise Dupuy, Dominique Dupuy et Sophie Lessard rejoignent l'équipe de danseurs permanents et d'intervenants-chercheurs du BARC, comme interprètes, pédagogues et chorégraphes.


En 2002, elle ouvre le triptyque de la Fin des Temps, une longue remise en cause de l'écriture et de la création chorégraphique conséquente à une mise en crise volontaire des notions générales de temps, de mémoire et de construction. « Chair-obscur », son premier chapitre, est tourné vers un effacement du passé, de la mémoire, et « WHA » vers la disparition du futur. « O.C.C.C. » se préoccupe du « temps qui reste », de ce qu'il reste à faire, ce qui peut être fait encore, à l'endroit simple et essentiel de la représentation. En 2008, « Cornucopiae », la dernière pièce créée au sein de l'institution, signe la fin d'une forme de représentation et ouvre vers une autre proposition de perception sensorielle.


Parallèlement à son travail de chorégraphe, Régine Chopinot collabore en tant qu'interprète avec des artistes qui lui sont proches : Alain Buffard (« Wall dancin' - Wall fuckin' », 2003 ; « Mauvais Genre », 2004), Steven Cohen (« I wouldn't be seen dead in that ! », 2003). Ou encore, elle forme et dirige des danseurs vietnamiens dans le cadre d'une collaboration avec l'École supérieure de danse du Vietnam et l'Opéra-Ballet de Hanoï (« Anh Mat », 2002 ; « Giap Than », 2004). En 2008, la chorégraphe quitte le CCN de La Rochelle et crée la compagnie Cornucopiae - the independent dance, la nouvelle structure qui porte désormais, création et répertoire, tous les travaux de Régine Chopinot. En 2010, elle choisit le port de Toulon pour y vivre et travailler.


Depuis 2009, Régine Chopinot s'aventure, questionne et approfondit sa recherche du corps en mouvement en lien avec la force de la parole auprès de cultures organisées par et sur la transmission orale, en Nouvelle-Calédonie, en Nouvelle-Zélande, au Japon. De nombreux actes artistiques jalonnent ces trois dernières années : pièces chorégraphiques et films réalisés à partir des expériences artistiques In Situ ont été créés dans le cadre du projet Pacifique Sud. La relation privilégiée initiée depuis 2009 avec le groupe du Wetr (Drehu/Lifou), aboutit à la création de « Very Wetr ! » au Festival d'Avignon en juillet 2012, repris au Centre national de la danse en février 2013.


En savoir plus

Site de Cornucopiae

Dernière mise à jour : février 2013

Chopinot, Régine

Compagnie Chopinot

Saint-Georges à Aulnay

Chorégraphie : Régine Chopinot

Interprétation : John Bateman, Jeannette Carol Brooks, Boris Charmatz, Régine Chopinot, Philippe Combes, Georgette Louison Kala-Lobe, Joseph Lennon, Samuel Letellier, Francis Mervyn, Marianne Rachmuhl, Lin-Guang Song, Eric Ughetto

Musique originale : Concept musical Cyril de Turckheim, Régine Chopinot - Compositeur et musicologue Anne-Marie Deschamps

Musique additionnelle : Musique enregistrée Ensemble Mora Vocis (Monique Avril, Pierrick Bachelin, Rebecca Bain, Richard Costa, Annie Paris, Françoise Slavick)

Lumières : Gérard Boucher

Costumes : Jean Paul Gaultier

Décors : Zinn Atmane - Réalisation du décor RTLD et Nestor

Direction technique : Denis Tisseraud

Son : André Serré, Frédéric Viricel

Durée : 26 minutes

Nos suggestions de videos
02:55

Relâche

Börlin, Jean (Relâche)

  • Ajouter à la playlist
01:46

Grand final

Shechter, Hofesh (United Kingdom)

  • Ajouter à la playlist
03:04

Lobby

Zebiri, Moncef (France)

  • Ajouter à la playlist
03:18

Under my skin

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
06:37

Why can't we get along

Millepied, Benjamin (United States)

  • Ajouter à la playlist
04:52

Commedia

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
10:54

Carolyn Carlson et Michel Portal

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
03:21

Going Home

Carlson, Carolyn (Germany)

  • Ajouter à la playlist
08:14

Citta' d'Acqua

Carlson, Carolyn (Italy)

  • Ajouter à la playlist
03:37

La barque sacrée

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
02:11

Improvisation Carolyn Carlson et Michel Portal

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
03:51

Steppe

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
02:57

Let me change your name

Ahn, Eun-Me (France)

  • Ajouter à la playlist
02:31

La belle au bois dormant

Petipa, Marius (France)

  • Ajouter à la playlist
03:39

[TEASER] - Bouge #2

Lamotte, Sylvère (France)

  • Ajouter à la playlist
04:56

Altered Natives' Say Yes to Another Excess - TWERK

Bengolea, Cecilia (France)

  • Ajouter à la playlist
04:26

Думи мої - Dumy Moyi

Chaignaud, François (France)

  • Ajouter à la playlist
05:51

Mauvais genre

Buffard, Alain (France)

  • Ajouter à la playlist
02:56

as far as

Richard, Alban (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

La Nouvelle Danse Française des années 80

Parcours

Francis de Coninck

La Nouvelle Danse Française des années 80

Parcours

En France, à l’aube des années 80, une génération de jeunes s’empare du corps dansant pour esquisser leur vision singulière du monde. 

Découvrir
En savoir plus

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

Sacré Sacre

Webdoc

Julie Charrier

Sacré Sacre

Webdoc

Classique, tellurique, chamanique, révolutionnaire ? Le 29 mai 1913, la première du "Sacre du printemps" de Nijinski fit scandale. Ce webdoc vous raconte l'histoire de cette pièce majeure qui a inspiré tant de chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus

Écrire le mouvement

Webdoc

Julie Charrier

Écrire le mouvement

Webdoc

De nombreux systèmes ont été inventés pour analyser et mettre en perspective la danse et pour accompagner l’outil resté indispensable à sa mémoire, le corps du danseur. Ce webdoc vous présente les enjeux de la notation du mouvement.
Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus

Collaborations artistiques

Parcours

Centre national de la Danse

Collaborations artistiques

Parcours

Petit panorama de collaborations artistiques, des « couples » de chorégraphes aux créations impliquant des musiciens ou des plasticiens, via quelques rencontres atypiques

Découvrir
En savoir plus

La ronde

Parcours

Olivier Lefebvre

La ronde

Parcours

 De l’importance de la Ronde en danse aujourd’hui.

Découvrir
En savoir plus

Folklores dites-vous ?

Parcours

Sarah Nouveau

Folklores dites-vous ?

Parcours

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Découvrir
En savoir plus

La relecture des œuvres

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La relecture des œuvres

Parcours

Certains grands spectacles sont revisités à travers les siècles. Voici deux exemples de pièces relues par différents chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus

Hip hop / Influences

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Hip hop / Influences

Parcours

Ce Parcours présente un aperçu des racines de la danse Hip Hop.

Découvrir
En savoir plus

Rituels

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Rituels

Parcours

Découvrez comment la notion de rituel prend sens dans diverses danses à travers ces extraits.

Découvrir
En savoir plus

L’espace scénique

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

L’espace scénique

Parcours

Un spectacle de danse se déroule dans une zone spatiale définie ou non. Ce parcours permet de comprendre l’occupation de l’espace scénique en danse.

Découvrir
En savoir plus

La Fondation BNP Paribas

Exposition virtuelle

Fondation BNP Paribas

La Fondation BNP Paribas

Exposition virtuelle

Depuis sa création en 1984, la Fondation BNP Paribas soutient les arts de la scène. Attentive à la qualité de son engagement auprès de ses partenaires,  elle veille à accompagner leurs projets dans la durée.  Découvrez les engagements de la Fondation.

Découvrir
En savoir plus

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Créée à Lyon en 1980, la Maison de la Danse fut le premier théâtre en Europe dédié exclusivement la danse. Avec plus de 150 000 spectateurs par saison et près de 200 levers de rideaux, la Maison de la Danse rassemble aujourd’hui un large public de spectacles très fédérateurs mais aussi d’œuvres innovantes et de recherche. Théâtre de diffusion mais aussi pôle européen de création et d’innovations numériques, la Maison de la Danse vous ouvre ses portes et vous dévoile ses projets.

Découvrir
En savoir plus

Corps dansants

Parcours

Centre national de la danse

Corps dansants

Parcours

Focus sur la variété des corps que propose la danse contemporaine et la manière de montrer ces corps : de la nudité complète au corps tout à fait caché ou recouvert.

Découvrir
En savoir plus

Danse et accessoires

Parcours

Julie Charrier

Danse et accessoires

Parcours

Les créations chorégraphiques comprennent parfois des accessoires pour compléter, nourrir ou contraindre la danse.

Découvrir
En savoir plus

Danse et arts plastiques

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et arts plastiques

Parcours

Danse et arts plastiques sont parfois en collaboration sur scène. Ce Parcours ne peut aborder toutes les formes de leurs relations ; il tente seulement de montrer l'importance de la création plastique dans certaines chorégraphies.

Découvrir
En savoir plus

Étranges spectacles

Parcours

Centre national de la danse

Étranges spectacles

Parcours

 Des spectacles atypiques de danse contemporaine qui réinventent le rapport à la scène.  

Découvrir
En savoir plus

La danse à la croisée des arts

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La danse à la croisée des arts

Parcours

Certains spectacles sont le lieu de rencontre de différents métiers. Voici un aperçu de certains spectacles où les arts se croisent sur la scène d’une pièce chorégraphique.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus