Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Hell

Maison de la Danse de Lyon 2006 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : C.Scholten, Pieter Greco, Emio (Italy)

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

Hell

Maison de la Danse de Lyon 2006 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : C.Scholten, Pieter Greco, Emio (Italy)

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

Hell

Dans «HELL», Emio Greco et Pieter C.Scholten creusent et explorent les composants de différentes formes, tendances et compositions de la danse et ils examinent comment celles-ci peuvent être décodées et interprétées. C'est une recherche concentrée sur les démarches permettant de reculer les bornes de notre identité physique. Pendant le processus de création, des connotations et associations établies autour du concept de l'enfer sont démontées et décomposées pour donner un nouveau sens. Greco et Scholten puisent leur inspiration dans les arts plastiques, les arts du spectacle, la musique et la littérature, notamment dans «L'Enfer de Dante» et la «Cinquième Symphonie» de Beethoven. En apportant leur propre interprétation sur certaines œuvres classiques, ils amènent un nouveau regard et un vrai questionnement sur l'existence.



Sources : Programme de salle Maison de la Danse

C.Scholten, Pieter

Greco, Emio

Formé en ballet classique à Cannes, Emio Greco a dansé avec le Ballet  Antibes Côte d’Azur, pour l’iconoclaste belge Jan Fabre et pour le  raffiné japonais Saburo Teshigawara avant de s’affirmer comme  chorégraphe en duo avec le dramaturge néerlandais Pieter C. Scholten,  pionnier du théâtre-documentaire avec lequel il a fondé la compagnie  Emio Greco | PC en 1996. Immédiat et fulgurant, leur succès ne s’est pas  démenti. Il est fondé sur le goût de l’extrême et de l’innovation qui  s’incarne dans une puissante théâtralité des corps et dans une gestuelle  mutante, viscérale et élégante, pétrie de classicisme.


Sources : Dansedanse

Picq, Charles

Auteur, réalisateur et vidéaste, Charles Picq (1952-2012) entre dans la vie professionnelle dans les années 70 par le théâtre et la photographie. Après une reprise  d'études (Maîtrise de Linguistique - Lyon II, Maîtrise des Sciences et Techniques de la Communication - Grenoble III), il se consacre à la vidéo, d'abord dans le champ des arts plastiques à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain (ELAC) et avec le  groupe "Frigo", puis dans celui de la danse.

Dès la création de la Maison de la Danse à Lyon en 1980, il est sollicité pour y entreprendre un travail de documentation vidéo qu'il poursuit toujours depuis. Durant les années 80, marquées en France par l'explosion de la danse  contemporaine et le développement de l'image vidéo, il fait de nombreuses rencontres avec des artistes tels qu'Andy Degroat, Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Régine Chopinot, Susanne Linke, Joëlle Bouvier et Régis Obadia, Michel Kelemenis. Son activité se déploie dans le champ de la création avec des installations et des vidéos en scène, ainsi que dans celui de la télévision avec des spectacles filmés, des recréations et des documentaires. Avec Dominique Bagouet (80-90), la rencontre est particulière. Il documente sa création, l'assiste sur " Le Crawl de Lucien" et co-réalise avec lui les films "Tant Mieux, Tant Mieux" et "10 anges". 

Dans les années 90, il devient le directeur du développement vidéo de la Maison de la danse et œuvre, avec le soutien de Guy Darmet et son équipe, pour une place grandissante de l'image vidéo au sein du théâtre à travers plusieurs initiatives :

   • Il fonde une vidéothèque de films de danse, d'accès public et gratuit. C'est une première en France. Poursuivant la documentation vidéo des spectacles, il en organise la gestion et la conservation.
  •  Il impulse la création d'un vidéo-bar et d'une salle de projection vidéo dédiée à l'accueil scolaire.
  •  Il initie les "présentations de saisons" en image.
  •  Il conçoit l'édition du DVD "Le tour du monde en 80 danses", une vidéothèque de poche produite par la Maison de la Danse pour le secteur éducatif.

   •  Il lance la collection « Scènes d'écran » pour la télévision et le web,  il entreprend la conversion numérique de la vidéothèque et crée Numeridanse.
 

Ses principaux documentaires sont : "Enchaînement", "Planète Bagouet", "Montpellier le Saut de l'Ange", "Carolyn Carlson, a woman of many faces", "Grand Ecart", "Mama Africa", "C'est pas facile", "Lyon, le pas de deux d'une ville", "Le Défilé", "Un Rêve de cirque".
  Il a également réalisé des films de spectacle : "Song", "Vu d'Ici" (Carolyn Carlson),"Tant Mieux, Tant Mieux", "10 anges", "Necesito" et "So Schnell", (Dominique Bagouet), "Im bade wannen","Flut" et "Wandelung" ( Susanne Linke), "Le Cabaret Latin" (Karine Saporta), "La danse du temps"(Régine Chopinot), "Nuit Blanche"( Abou Lagraa), "Le Témoin" (Claude Brumachon), "Corps est Graphique" (Käfig), "Seule" et "WMD" (Françoise et Dominique Dupuy), " La Veillée des Abysses" (James Thiérrée), Agwa »(Mourad Merzouki), Fuenteovejuna (Antonio Gadès), Blue Lady revisted (Carolyn Carlson)…
 

Source : Maison de la Danse de Lyon

Emio Greco I Pieter C. Scholten

Travaillant sur un nouvel axe du corps à partir de ses  motivations intérieures, le danseur et chorégraphe italien Emio Greco  ainsi que le metteur en scène néerlandais Pieter C. Scholten créent dans  les années 90 un langage chorégraphique autour de la « synchronicité »,  qui emprunte tant au vocabulaire classique qu’à la danse postmoderne.  Par son étrange théâtralité, sa scénographie lumineuse en accord avec la  musique choisie, chaque pièce devient une énigmatique fiction de chair.

Emio Greco et Pieter C. Scholten créent en 2009 ICK à Amsterdam, une  plateforme chorégraphique pluridisciplinaire et Internationale.  Également directeurs du Ballet National de Marseille de 2014 à 2018, ils  développent leur projet artistique autour du « corps en révolte » ou la  place de l’artiste dans la société et du « corps du ballet » ou la  recherche d’une nouvelle forme de ballet contemporain.

Parmi leurs créations les plus récentes : Hell (2008), La commedia (2011), Rocco (2011), Addio alla fine (2012), A man without a cause (2013), De soprano’s (2014), Le Corps du Ballet national de Marseille, Boléro, Extremalism et Passione (2015), Momentum (2016), Corpi ingrati (2017), le diptyque Apparition (2017) I Disparition (2019), Rocca (2018), Non solo Medea et Les Cygnes et les autres (2018).


Hell

Chorégraphie : Emio Greco | Pieter C. Scholten

Assistance à la chorégraphie : Bertha Bermudez Pascual

Interprétation : Ty Boomershine, Vincent Colomes, Sawami Fukuoka, Emio Greco, Marta Lopes, Nicola Monaco, Marie Sinnaeve, Suzan Tunca

Musique additionnelle : Montage avec entre autres l'«Allegro con brio» de la Cinquième Symphonie de Beethoven

Lumières : Henk Danner

Costumes : Clifford Portier

Son : Emio Greco | Pieter C. Scholten

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Emio Greco | PC coproduction Théâtre de la Ville (Paris), Festival Montpellier Danse 2006, Maison de la Culture Amiens, barbicanbite07 (Londres), Cankarjev Dom (Ljubliana), Julidans 2006 (Amsterdam)

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus