Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Ligne de crête

Biennale de la danse 2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Marin, Maguy (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Biennale de la danse , Biennale de la danse - 2018

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Ligne de crête

Biennale de la danse 2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Marin, Maguy (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Biennale de la danse , Biennale de la danse - 2018

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Ligne de crête

« Où en est le désir des gens ? » 1
 

Étouffée, noyée dans le nœud constitué des tourments de notre époque - violences  du social, déchainements du désir marchand, structures économiques et  politiques toujours plus opaques, injustices criantes, guerres, morts et  noyés, espoirs désenchantés, démissions et sensations d’impuissance,  repli sur soi et « corps dorlotés » - cette simple question invite, à  même la toile d’araignée formant obstacle, à une réflexion profonde sur  ce qui, pour chacun, présente un intérêt essentiel dans sa propre  existence, fait écran à nos désirs collectifs de transformation sociale.

Se tenir debout, pas à pas, et cheminer sur une ligne de crête entre  deux dangereux versants, violence des dysfonctionnements institutionnels  et violence des passions des hommes « tels qu’ils sont et non tels  qu’on voudrait qu’ils fussent »2,  déplier l’inclinaison à percevoir, sentir, faire et penser d’une  certaine manière, intériorisées et incorporées par chaque individu au  travers de ses affects, « renoncer à ce qu’on a appris à aimer »3.  Voilà l’effort que nous devrons mettre en œuvre pour retrouver la  capacité à nous refaire un régime de désir autre que celui qu’a instauré  patiemment le capitalisme et son rejeton infâme le néolibéralisme. Un  processus de libération.
 

C’est à partir de cette « étrange » combinatoire proposée par Frédéric Lordon dans son livre Capitalisme, désir et servitude, entre les passions de la philosophie de Spinoza et la philosophie politique de Marx, que prendra forme cette  nouvelle pièce. Accompagnée d’une équipe de six artistes-interprètes,  compagnons de route, je désire m’engager sur cette piste-là, piste déjà  amorcée par la dernière pièce DEUX MILLE DIX SEPT, avec l’intention de  la prendre par un autre bout, à la manière des fous d’escalades qui, s’y  reprenant avec endurance, changent radicalement les angles d’attaque,  découvrent les voies inexplorées, pour tenter de venir à bout d’un  sommet peut-être inatteignable…
 

Dans le Post-Scriptum qui suit le  texte de sa pièce D’un retournement l’autre, Frédéric Lordon après  avoir cité Spinoza et Bourdieu - il n’y a pas de force intrinsèque des  idées vraies - affirme que : (…) c’est l’art qui dispose  constitutivement de tous les moyens d’affecter parce qu’il s’adresse  d’abord aux corps auxquels il propose immédiatement des affections : des  images et des sons ». (...) Non pas que l’art aurait pour finalité  première de véhiculer des idées – il peut très bien, il peut surtout, se  concevoir comme production d’affections intransitives, à la manière si  l’on veut des percepts de Deleuze. Mais il peut aussi avoir envie de  dire quelque chose. Sans doute cette forme de l’art a-t-elle perdu les  faveurs dont elle a pu jouir dans la deuxième moitié du XXème siècle au  point que « l’art engagé » soit presque devenu ensoi une étiquette  risible, dont on ne voit plus que les intentions lourdement  signifiantes, les propos trop délibérés et le magistère pénible. On peut  bien avoir tous les griefs du monde pour l’art-qui-veut-dire, le  problème n’en reste pas moins entier du côté opposé : car en face de  l’art qui dit, il y a les choses en attente d’être dites. Or, elles ont  impérieusement besoin d’affections et « l’art politique » refluant, les  choses à dire menacent de rester en plan – ou bien de vivoter dans la  vitalité diminuée, dans la débilité de la pure analyse. Si elles ont  besoin d’affections, qui va les leur donner ? Et elles en ont besoin  pour devenir puissantes, c’est à dire dotées d’un pouvoir d’affecter,  condition pour entrer vraiment dans les têtes, c’est à dire en fait dans  les corps et y produire des effets ( des effets qui sont des mouvements  : accélération du rythme cardiaque, tension artérielle, agitation  colérique, éventuellement dépli des jambes, action de les mouvoir,  locomotion qui fait se rendre quelque part, participer à une réunion, entrer dans le local d’un groupe, peut-être à la fin prendre la rue).(…)  Contre les avantages inertiels de la domination tous les moyens sont  bons, tout est envisageable, cinéma, de fiction ou de documentaire,  littérature, photo, BD, installations, tous les procédés sont à  considérer pour monter des machines affectantes. Le théâtre est l’un  d’eux (…)

___

1 Question, posée par Frédéric Lordon lors d’une conférence intitulée Au-delà du capitalisme ,
2 Baruch Spinoza - Traité politique
3 Conférence de Frédéric Lordon Au-delà du capitalisme

Source : Site de Ramdam

En savoir plus : https://ramdamcda.org

Marin, Maguy

LA COURSE DE LA VIE 

Il y a un lieu de naissance, autre qu’une ville. Toulouse. Un emplacement atteint suite à une série de déplacements provoqués par des mouvements politiques en Espagne. Ainsi, grandir par là, en France, au tout dé- but des années 50. Puis il y a un désir de danser qui se confirme par un enchaînement d’études - de Toulouse, à Strasbourg puis à Mudra (Bruxelles) Maurice Béjart, Alfons Goris et Fernand Schirren ... dans lequel se manifestent déjà des rencontres : les étudiants acteurs du Théâtre National de Strasbourg. Une volonté qui s’af- firme avec le groupe Chandra puis au Ballet du XXème siècle. Le travail de création s’amorce aux côtés de Daniel Ambash, et les concours de Nyon et de Bagnolet (1978) viennent appuyer cet élan. 

Faire à plusieurs 

De 1980 à 1990, portée par la confiance de l’équipe de la Maison des arts de Créteil, la recherche se poursuit avec Christiane Glik, Luna Bloomfield, Mychel Lecoq et la complicité de Montserrat Casanova. Une troupe se constitue renforcée par Cathy Polo, Françoise Leick, Ulises Alvarez, Teresa Cunha, et bien d’autres encore. Chercher toujours, avec une composante, une compagnie qui deviendra en 1985 le Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne. Une tentative de travailler à plusieurs et pouvoir en vivre, soutenue par une intense diffusion de par le monde. En 1987, la rencontre avec Denis Mariotte amorce une longue collaboration qui ouvre le champ des expériences par un questionnement mutuel hors des cadres d’un champ artistique spécifique. 

Faire - Défaire - Refaire 

1998, une nouvelle implantation.
 Un nouveau territoire pour un nouveau Centre choré- graphique national à Rillieux- la-Pape, dans le quartier de la Velette. Avec la nécessité de reprendre place dans l’espace public. Un croisement de présences qui agit dans un espace commun: Un “nous, en temps et lieu”. Ainsi chercher en ce lieu la distance nécessaire pour renforcer notre capacité à faire surgir « ces forces diagonales résistantes à l’oubli » (H. Arendt). 

Le travail se poursuit dans une pluralité de territoires - du Studio, au quartier de la Velette, aux villes partenaires, jusqu’aux villes d’autres pays. Un travail où s’entremêlent des créations, des interventions multiples où l’exigence artistique ouvre des pistes qui dépassent le désir convivial immédiat d’un être ensemble. 

Avec l’arrivée en 2006 d’un nouveau bâtiment - pour le CCN de Rillieux-la-Pape. Un lieu à habiter et à co-habiter, un laboratoire citoyen qu’est l’art de la scène destiné aux regards de la cité pour qu’ait lieu le geste d’une poétique publique. Faire que se fabrique et s’exprime par l’adresse publique, de lieux en lieux, de villes en villes, de pays en pays, la part d’existence que l’art nous renvoie. Et par- delà ces multiples endroits, partager les moyens, les outils, les expériences et les actions. Croiser les champs artistiques, créer, soutenir des recherches, ancrer des actes artistiques dans divers espaces de vie sociale, des écoles aux théâtres, des centres d’art aux centres sociaux, des espaces publics aux habitations ouvertes, des lieux de recherches aux maisons de quartier en faisant vivre le geste artistique comme puissance poétique du faire et du refaire les mondes. 

L’année 2011 sera celle d’une remise en chantier des modalités dans lesquelles s’effectuent la réflexion et le travail de la compagnie. Après l’intensité de ces années passées au CCN de Rillieux-la-Pape, s’ouvre la nécessité d’une nouvelle étape en reprenant une activité de compagnie indépendante. Cette décision importante répond au désir toujours très vivant et impératif d’expérimenter autrement l’enjeu que présente l’acte de créa- tion, comme un potentiel capable de prolonger sous d’autres formes ce qui en est le cœur. 

Après un passage de 3 années à Toulouse, ville qui ac- cueillera pour un court temps cette nouvelle aventure, sans répondre favorablement au besoin impérieux d’un espace de travail pérenne pour une compagnie permanente, l’idée d’une installation à ramdam, une ancienne menuiserie acquise en 1995 grâce aux droits d’auteur à Sainte-Foy-lès-Lyon a pris corps. Ce lieu est activé depuis 17 ans par une association qui propose aux artistes des résidences, de la formation et des ouvertures publiques. Ce projet actif et pérenne est actuellement soutenu par la Région Rhône Alpes, l’Etat et la ville de Sainte-Foy-lès-Lyon. 

L’installation de la compagnie dans ce lieu en 2015 permet de continuer à ouvrir l’espace immatériel d’un commun qui cherche obstinément à s’exercer et enclenche le déploiement d’un nouveau projet ambitieux en coopération avec l’actuelle équipe : RAMDAM, un centre d’art. 

Prix et distinctions de Maguy Marin 

1978 Grand Prix du Concours chorégraphique international de Bagnolet 

2003 Grand Prix de la danse du Syndicat de la critique pour Les applaudissements ne se mangent pas 

2003 American Dance Festival Award
2006 Prix spécial du jury du Syndicat de la critique 

pour Umwelt

2008 Bessie Award pour Umwelt présenté au Joyce 

Theater
2008 Grand Prix de la danse du Syndicat de la cri- 

tique pour Turba
2011 Prix Danza & Danza du « meilleur spectacle 

de danse contemporaine» pour Salves 2016 Lion d’or Biennale de Venise 

Source : Naïa productions


En savoir plus : https://compagnie-maguy-marin.fr/

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson

Ligne de crête

Direction artistique / Conception : Maguy Marin

Interprétation : Ulises Alvarez, Françoise Leick, Louise Mariotte, Cathy Polo, Ennio Sammarco, Marcelo Sepulveda

Lumières : Alexandre Béneteaud

Costumes : Nelly Geyres

Décors : (dispositif scénique) Albin Chavignon, Balyam Ballabeni, Charlie Aubry

Son : Charlie Aubry

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Coproductions Biennale de la Danse de Lyon, Théâtre de la Ville - Paris, Théâtre Gérard Philipe - Centre dramatique national de Saint-Denis, La Briqueterie-CDCN du Val-de-Marne, Ville de Fontenay-sous-Bois, théâtre Garonne, scène européenne – Toulouse, ThéâtredelaCité - CDN Toulouse Occitanie, La Place de la Danse - CDCN Toulouse - Occitanie, Compagnie Maguy Marin, avec le soutien du Conseil Départemental du Val de Marne pour l’aide à la création

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Biennale de la danse, Fabien Plasson 2018

Nos suggestions de videos
01:46

Grand final

Shechter, Hofesh (United Kingdom)

  • Ajouter à la playlist
01:16

The art of Ohad Naharin

Naharin, Ohad (Israel)

  • Ajouter à la playlist
02:58

Deux-mille-dix-sept

Marin, Maguy (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Hard to be soft

Doherty, Oona (France)

  • Ajouter à la playlist
03:04

Lobby

Zebiri, Moncef (France)

  • Ajouter à la playlist
02:58

Another look at memory

Lebrun, Thomas (France)

  • Ajouter à la playlist
01:39

Mirages — Les âmes boréales - Teaser

Ben Aïm, Christian & François (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Peekaboo

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
03:42

Seeds (retour à la terre)

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
02:48

Questcequetudeviens ?

Bory, Aurélien (France)

  • Ajouter à la playlist
02:57

BROTHER

Da Silva Ferreira, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Eins Zwei Drei

Zimmermann, Martin (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Vertikal

Merzouki, Mourad (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Drumming / Fragment #3

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:24

Drumming / Fragment #2

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:30

Drumming / Fragment #1

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:55

Du désir d'horizons

Sanou, Salia (Du désir d'horizons)

  • Ajouter à la playlist
02:45

Suite pour deux pianos

Scholz, Uwe (France)

  • Ajouter à la playlist
04:10

La Bête

Schwartz, Wagner (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Céline Roux

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Les Ballets russes ont ouvert la porte à ce qui sera nommé plus tard : le néoclassique. A l’époque, l’expression « ballet moderne » est souvent utilisée pour définir ce renouvellement esthétique : un savant mélange de tradition et d’innovation définit par chaque chorégraphe.

Découvrir
En savoir plus

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus

Rencontres avec la littérature

Parcours

Centre national de la danse

Rencontres avec la littérature

Parcours

La collaboration entre chorégraphe et écrivain fait apparaître de multiples combinaisons. Parfois, ce n’est plus le chorégraphe qui « met en danse » le texte d’un auteur, c’est l’écrivain qui prend la danse pour sujet ou matière de son texte.

Découvrir
En savoir plus

La ronde

Parcours

Olivier Lefebvre

La ronde

Parcours

 De l’importance de la Ronde en danse aujourd’hui.

Découvrir
En savoir plus

Folklores dites-vous ?

Parcours

Sarah Nouveau

Folklores dites-vous ?

Parcours

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Découvrir
En savoir plus

La relecture des œuvres

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La relecture des œuvres

Parcours

Certains grands spectacles sont revisités à travers les siècles. Voici deux exemples de pièces relues par différents chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus

Danse et percussions

Parcours

Camille Rocailleux

Danse et percussions

Parcours

Découvrez de quelles manières ont collaboré chorégraphes et éléments percussifs.

Découvrir
En savoir plus

La danse contemporaine italienne : les années deux mille

Parcours

Ada d’Adamo

La danse contemporaine italienne : les années deux mille

Parcours

Panorama des pratiques de danse contemporaine en Italie dans les années 2000.

Découvrir
En savoir plus

Hip hop / Influences

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Hip hop / Influences

Parcours

Ce Parcours présente un aperçu des racines de la danse Hip Hop.

Découvrir
En savoir plus

Danse dehors

Parcours

Julie Charrier

Danse dehors

Parcours

La scène d’un théâtre et le studio ne sont pas les seuls lieux de travail ou de représentation d’une pièce chorégraphique. Parfois, les danseurs et les chorégraphes dansent à l’extérieur.

Découvrir
En savoir plus

Rituels

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Rituels

Parcours

Découvrez comment la notion de rituel prend sens dans diverses danses à travers ces extraits.

Découvrir
En savoir plus

Le défilé de la Biennale de la danse

Exposition virtuelle

Biennale de la danse

Le défilé de la Biennale de la danse

Exposition virtuelle

La biennale de la danse créée en 1984 à l’initiative de Guy Darmet voit en 1996 s’ajouter à son programme un nouvel événement : le Défilé.

Découvrir
En savoir plus

La Fondation BNP Paribas

Exposition virtuelle

Fondation BNP Paribas

La Fondation BNP Paribas

Exposition virtuelle

Depuis sa création en 1984, la Fondation BNP Paribas soutient les arts de la scène. Attentive à la qualité de son engagement auprès de ses partenaires,  elle veille à accompagner leurs projets dans la durée.  Découvrez les engagements de la Fondation.

Découvrir
En savoir plus

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Créée à Lyon en 1980, la Maison de la Danse fut le premier théâtre en Europe dédié exclusivement la danse. Avec plus de 150 000 spectateurs par saison et près de 200 levers de rideaux, la Maison de la Danse rassemble aujourd’hui un large public de spectacles très fédérateurs mais aussi d’œuvres innovantes et de recherche. Théâtre de diffusion mais aussi pôle européen de création et d’innovations numériques, la Maison de la Danse vous ouvre ses portes et vous dévoile ses projets.

Découvrir
En savoir plus

Danse et accessoires

Parcours

Julie Charrier

Danse et accessoires

Parcours

Les créations chorégraphiques comprennent parfois des accessoires pour compléter, nourrir ou contraindre la danse.

Découvrir
En savoir plus

Danse et arts plastiques

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et arts plastiques

Parcours

Danse et arts plastiques sont parfois en collaboration sur scène. Ce Parcours ne peut aborder toutes les formes de leurs relations ; il tente seulement de montrer l'importance de la création plastique dans certaines chorégraphies.

Découvrir
En savoir plus

L'improvisation

Parcours

Philippe Guisgand

L'improvisation

Parcours

 Découverte des spécificités de l’improvisation en danse.  

Découvrir
En savoir plus

Danse et musique

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Danse et musique

Parcours

Le rapport entre musique et création chorégraphique se décline différemment selon les courants, selon les siècles.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus