Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer

Le Butô

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Hijikata, Tatsumi (Japan) Ohno, Kazuo (Japan) Murobushi, Kô (Japan) Ikeda, Carlotta (Japan) Amagatsu, Ushio (Japan)

en fr
02:53

Hosotan

Hijikata, Tatsumi (Japan)

02:51

La Argentina

Ohno, Kazuo (Japan)

02:38

Iki

Murobushi, Kô (Japan)

02:48

Edge

Murobushi, Kô (Japan)

02:56

Waiting

Ikeda, Carlotta (France)

03:04

Hibiki

Amagatsu, Ushio (Japan)

Le Butô

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Hijikata, Tatsumi (Japan) Ohno, Kazuo (Japan) Murobushi, Kô (Japan) Ikeda, Carlotta (Japan) Amagatsu, Ushio (Japan)

Auteur : Olivier Lefebvre
en fr

Découvrir

 Le 24 mai 1959, Tatsumi Hijikata interprète le personnage de « l’Homme » dans la pièce intitulée Kinjiki (Les amours Interdites)

Le Ankoku Buto est né, « danse des ténèbres » ou, littéralement, « mouvements compulsifs dans l’obscurité ». On a souvent dit que ce courant avait fleuri sur les cendres d’Hiroshima et de Nagasaki… Une chose est certaine : le Japon, pays vaincu, doit à la fois tourner la page et conserver la mémoire de ces centaines de milliers de morts ensevelis sous les gravats des deux villes martyrs. Hiroshima et Nagasaki ont inauguré une nouvelle page de l’histoire de l’humanité, sans doute l’une des plus sombres et des plus anxiogènes. C’est bien d’obscurité dont il est question dans le Butô et de résistance à une modernité importée d'occident.

Seuls les milieux intellectuels accueillent cette radicalité avec enthousiasme, et c’est en dehors des frontières de l’archipel que le Butô va acquérir ses lettres de noblesse.

Description

 Hôsôtan - Tatsumi Hijikata

Pour cette performance, Hijikata s’est astreint à un jeûne drastique au point de n’avoir plus que la peau sur les os, une peau recouverte de lambeaux de papier mâché. Recroquevillé sur lui-même, le danseur nous donne à voir un corps primitif qui puise ses énergies au creux de son ventre et, lentement, émerge du néant pour accéder à la conscience de soi.

Ce corps-là a des affinités avec la littérature de Mishima qui les a mis en mots dans ses écrits. Hijikata les met en corps.

Le Butô, comme la nation au sein de laquelle il voit le jour, est à la croisée des chemins.

Hommage à La Argentina - Kazuo Ôno

Seconde personnalité fondatrice du Butô, Kazuo Ôno fait bouger les lignes un peu plus encore, avec son célèbre solo Hommage à La Argentina, chorégraphié par Hijikata, en établissant un lien de filiation directe entre esthétique occidentale et esthétique japonaise. 

La force de cette chorégraphie tient à une idée simple et apparemment contradictoire : en s'emparant d'une esthétique qui n'est a priori par la leur, le danseur et le chorégraphe cherchent à regarder à l'intérieur, "à faire naître quelque chose de nouveau".

Hijikata avait donné une consigne très simple à Ôno : "que tes bras ne t'appartiennent plus". Et c'est le cas dans le troisième tableau, Mariage du Ciel et de la Terre, où le danseur lève lentement les mains dans une offrande adressée à l'univers.

Iki, Edge – Ko Murobushi 

Dans la danse de Murobushi, comme dans celle de son mentor Hijikata, le bouillonnement pulsionnel de la vie et l’échéance fatale de la mort sont à l'œuvre, comme si tout ce que le corps sait, ou savait, devait disparaître. C'est de "non savoir" dont il est question ici car il n'y a pas dans le Butô un langage utilisable, contrairement aux danses classiques ou contemporaines occidentales. Le corps, pour Murobushi comme pour ses prédécesseurs, met en jeu des questions métaphysiques et tout part de lui, de sa présence, tout simplement.

Waiting - Carlotta Ikeda

Carlotta Ikeda et Ko Murobushi fondent en 1974 la compagnie Ariadone qui met en scène des femmes exclusivement.

Dans Waiting , solo de 1996, le corps de Carlotta Ikeda apparemment vide, finit par être habité tout entier : vêtue d'une robe de mariée, elle cherche de ses mains, de ses doigts, ce plaisir qui vibre en elle, l'onde qui anime tout son corps jusqu'à ce point de rencontre avec l'espace. Naissance et mort, flux et reflux sont bien les moteurs essentiels du Butô qui, comme le souligne Carlotta Ikeda, tente de donner à voir le dedans, cet endroit précis où, à l'intérieur, ça tremble.

Hibiki - SanKai Juku

Ushio Amagatsu et sa compagnie SanKai Juku questionnent avant tout l'équilibre entre l'intime et l'universel, l'histoire et la cosmologie. Sur scène, ses danseurs et lui-même semblent bien souvent émerger d'un monde invisible pour venir dialoguer avec la gravité.

Avec Hibiki, c'est la relation entre le sable et l'eau qu'Amagatsu explore cette fois. À la fluidité des éléments répond la fluidité des corps qui, bien que faits d'os et de muscles, ne semblent pas solides. La pulsation vivante et primitive qui habite les danseurs, partagés entre tension et relâchement, évoque le flux et le reflux incessant de la vague. 

Approfondir

 Ouvrages

AMAGASTU, Ushio. Dialogue avec la Gravité, Arles : Actes Sud, DL 2000. 43 p. (Le Souffle de l'Esprit). 


DE BRUYCKER, Daniel (dir.). Le Butô et ses Fantômes. Bruxelles : Alternatives Théâtrales, 1985 . 96 p. 

DURIX, Claude. L'âme poétique du Japon. Paris : Les Belles Lettres, 2002. 191 p. (Architecture du verbe).

GINOT, Isabelle, MARCELLE, Michelle. La Danse au XXe siècle. Paris : Larousse, DL 2002. 263 p. 

ROUSIER, Claire (dir.), DELARUELLE, Catherine. Danses et identités. Paris : Centre National de la Danse, impr. 2009, cop. 2009. 271 p. (Recherches).

Plus d'information

 Biographie de l’auteur :

Titulaire d'un "MA history of arts" de l'université de Bristol, agrégé d'anglais, Olivier Lefebvre est historien de la danse, conférencier et rédacteur. Il collabore, entre autres, au développement de la vidéothèque de danse en ligne Numeridanse.tv ainsi qu'au programme de conférences de l'Université Populaire en Normandie.

Le Parcours "Le butô" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)  

Auteur

Olivier Lefebvre

Générique

 Sélection des extraits
Olivier Lefebvre

Textes et sélection de la bibliographie
Olivier Lefebvre

Production
Maison de la Danse

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus