Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
Retour aux themas

La danse contemporaine italienne : les années deux mille

La danse contemporaine italienne : les années deux mille

Découvrir

La danse italienne contemporaine des années deux mille voit cohabiter plusieurs générations d’artistes : ceux qui ont contribué à la naissance de ce qu’on appelle la « nouvelle danse » il y a trente ans, et les jeunes de vingt ans aux prises avec leurs premières expériences créatives.

En Italie, la danse contemporaine n’a jamais bénéficié de véritables projets politiques et culturels et, sauf exception, les chorégraphes n’ont jamais vu s’ouvrir les portes des théâtres institutionnels.

Malgré cela, le panorama actuel est vivace et diversifié, non seulement du point de vue des générations en présence, mais également en ce qui concerne la diversité des formats, des pratiques et des processus de création.

Description

In ascolto - Virgilio Sieni

Virgilio Sieni a fondé en 2007 l'Accademia sull'Arte del gesto (« Académie de l’art du geste »), grâce à laquelle il implique des personnes aux âges et profils différents : seniors, artisans, non-voyants, mères et enfants… Il se situe dans une recherche sur l’art du geste lié à la mémoire et au vécu de chacun. Il attribue une valeur primordiale à la transmission du répertoire contemporain, comme le démontre In ascolto. Cette chorégraphie, née dans le cadre du projet « Cerbiatti del nostro futuro » est destinée à de très jeunes danseurs âgés de 10 à 13 ans.

La natura delle cose - Virgilio Sieni

Dans La natura delle cose inspiré par le poème De rerum natura de Lucrèce, Vénus traverse trois âges : elle a d’abord onze ans, puis est une enfant de deux ans et enfin, une personne âgée. Dans la première scène, la légèreté et l’enchantement divin dont parle le philosophe sont représentés par la danse de quatre interprètes masculins, qui, formant un seul et même corps, soutiennent la déesse de telle sorte qu’elle ne touche jamais le sol.

Quore. Per un lavoro in divenire - Sosta Palmizi / Raffaella Giordano

En 1999, Raffaella Giordano présente un travail marquant une rupture par rapport aux modalités de création de la décennie précédente. Ce spectacle se propose de partager une expérience humaine avec une candeur presque enfantine. La musique pop, bande-son de notre quotidien, amplifie les émotions ; les concepts traditionnels de « chorégraphie », de « virtuosité », de « beauté » et de « représentation » sont éclatés. Les corps vivants des danseurs, illuminés sans pitié par des éclairages fixes, renoncent à la pureté technique et formelle pour s’exposer avec toutes leurs imperfections, comme autant de présences nues.

Cette dimension performative annonce une pratique assez commune pendant les années deux mille. La danse devient une sorte de laboratoire dans lequel s’agrègent toutes les autres formes d’art de la scène : théâtre, performance, musique et mise en scène.

otto - Kinkaleri

Kinkaleri qui se définit comme un « regroupement de formats et de moyens en suspens dans une tentative », fait ses débuts à Florence en 1995. La pièce otto propose un dispositif scénique reposant sur la répétition de quelques actions simples, comme un corps tombant au sol et y restant pendant un certain temps : un corps-cadavre qui devient un objet parmi les autres sur la scène. Vide au départ, l’espace de représentation voit arriver une série de détritus dans un silence presque total. Le public entend uniquement l’écho lointain d’une chanson diffusée dans le baladeur porté par une danseuse venue effectuer quelques brèves séries de mouvements.

Robinson - Michele Di Stefano

Michele Di Stefano se forme lui aussi en dehors des écoles canoniques. En 1997, il fonde le groupe Mk, qui réunit des personnalités aux parcours variés. Chanteur dans un groupe de musique new wave pendant les années quatre-vingt, Di Stefano s’intéresse au corps en mouvement en recherchant l’impact qualitatif d’un concert. Ses travaux, conçus pour le théâtre et d’autres espaces, explorent les intersections entre chorégraphie, recherche sonore et performance. Robinson utilise certains mécanismes du ballet pour donner vie à une séquence obtenue par accumulation et mise en œuvre par des corps très différents, esthétiquement et techniquement. La tension obtenue nait justement de ces différences, que le langage commun n’uniformise pas mais souligne.

Folk-s - Alessandro Sciarroni

Alessandro Sciarroni est issu des arts plastiques et du théâtre. Ses spectacles tentent d’apporter une réponse à des interrogations spécifiques, comme dans le cas de Folk-s (2012). « Jusqu’à quand survivra le Schuhplattler, la célèbre danse traditionnelle du Tyrol du Sud ? », demande l’auteur. La réponse est énoncée au début du spectacle par l’un des artistes : « Nous continuerons tant qu’il y aura ne serait-ce qu’un seul spectateur dans les gradins ou un seul danseur sur scène ; ceux qui quittent ces gradins ou cette scène ne pourront plus revenir. » En dehors de son contexte d’origine, dépouillé des costumes typiques et de l’accompagnement musical traditionnel bavarois, le bal populaire se transforme en une pratique performative confiée à la vaillante exécution de six danseurs. Une épreuve de résistance physique individuelle, mais aussi une fulgurante et rigoureuse construction chorégraphique.

John - Ambra Senatore

L’association Aldes de Roberto Castello a vu naître les premiers solos d’Ambra Senatore, attentive observatrice des relations humaines au regard léger et ironique. Dans ses spectacles de groupe, les interprètes construisent une dramaturgie allant de la parole au geste quotidien en passant par la partition chorégraphique. En parallèle, ils se trouvent dans un état de glissement continu de la réalité de « personnes qui dansent » vers la fiction de la représentation. Dans John (2012), le rythme et les règles du spectacle sont dictés par le mouvement de certains objets : oiseaux mécaniques, toupies, petites voitures, robots. Les spectateurs, invités à répondre à des questions simples ou à actionner les mécanismes, déterminent partiellement, par leurs réponses, les évènements se produisant sur scène.

Meditation on Beauty - Marina Giovannini

Marina Giovannini a longtemps fait partie dans la compagnie de Virgilio Sieni. Avec Meditation on Beauty, elle étudie le concept de la beauté à travers l’intelligence du corps féminin. Ce corps révèle sa fragilité, mais également sa puissance, dans sa relation avec un dispositif scénique extrêmement simple : trois parallélépipèdes en bois sur lesquels Giovannini explore sa capacité d’adaptation, sa précarité et son équilibre. Le second tableau est une danse circulaire dans laquelle les trois interprètes, en se soutenant mutuellement, semblent vouloir porter tout le poids du monde sur leur tête.

Les formes de composition « agiles », comme le solo et le duo, sont très nombreuses sur les scènes italiennes.

à elle vide - Dewey Dell

Dewey Dell, est un collectif fondé en 2007 par quatre jeunes performeurs. Leur premier travail, à elle vide fait émerger deux personnages du noir absolu de la scène : un coq et un scorpion semblant sortis d’un dessin animé. Le coq rouge a des mouvements saccadés, tandis que le scorpion blanc a une attitude élégante et altière. Dans ses travaux plus récents, le collectif a continué à s’inspirer du monde de la bande dessinée. Il est allée jusqu’à concevoir des corps « gonflables » dans Marzo réalisé avec la complicité du plasticien japonais Yuichi Yokoyama.

Il sacro della primavera - Michela Lucenti

Michela Lucenti propose un théâtre total à forte tendance éthique. Ce n’est pas par hasard que sa compagnie s’appelle Balletto civile. Dans Il sacro della primavera (le Sacre du printemps) le rite originel du sacrifice d’une jeune vierge est vu comme une métaphore de la condition des jeunes artistes de la danse italienne : une génération fatiguée d’attendre, écrasée entre les exigences du marché, qui réclame toujours de la nouveauté, et la conscience que tout a déjà été fait par leurs prédécesseurs. Le mélange de frustration et d’énergie refoulée se manifeste dans les chutes répétées des corps, littéralement jetés sur la scène, dans les changements frénétiques de vêtements et dans l’agression de la partition de Stravinski, continuellement violée par les incursions sonores d’un DJ, des hurlements et des bribes de conversation entre artistes.

Calore - Enzo Cosimi

Même le terme « répertoire », synonyme de « vieux » et « poussiéreux » pendant les années quatre-vingt, a pris un sens nouveau pour la danse contemporaine. Le projet RIC.CI (Reconstruction Italian Contemporary Choreography – années quatre-vingt et quatre-vingt-dix), conçu et piloté par la critique Marinella Guatterini, a permis de redécouvrir des œuvres importantes comme Calore, une pièce culte qui, en 1982, catapulta Enzo Cosimi au cœur du panorama théâtral de la Rome post-avant-garde. Calore avait l’euphorie de la découverte du sexe et un goût irrévérencieux pour l’excès, mais aussi l’ingénuité, le jeu et l’ironie d’un langage qui évoluait librement à l’intérieur et à l’extérieur des codes, en mélangeant citations de bas et haut niveau de langage. En 2012, la reconstruction du spectacle avec quatre jeunes interprètes a permis de retrouver intacte l’atmosphère de rage et de fureur de ces débuts.

Approfondir

Ouvrages et chapitres

ACCA, Fabio, LANTERI, Jacopo. Cantieri Extralarge. Quindici anni di danza d'autore in Italia 1995-2010. Rome : Editoria & Spettacolo, 2011. 208 p. (Spaesamenti).

AGAMBEN, Giorgio. Che cos’è il contemporaneo ? Rome : Nottetempo, 2008. 28 p. (I sassi).

AGAMBEN, Giorgio, Lucrezi. « Appunti per una drammaturgia », in La natura delle cose di Virgilio Sieni, Firenze, Maschietto Editore, 2011, 40 p. (Il gesto).

CAROSI, Massimo. Movimenti urbani : la danza nei luoghi del quotidiano in Italia. Rome : Editoria & spettacolo, 2011. 152 p.

D’ADAMO, A. Spazi per la danza contemporanea. Rome : Editoria & spettacolo, 2009. 192 p.

DI BERNARDI, Vito. Virgilio Sieni. Palerme : L'Epos, Palermo, 2011. 87 p.

DI STEFANO, Michele, MORGANTIN, Margherita. Agenti autonomi e sistemi multiagente. Macerata : Quodlibet, 2012. 96 p.

FANTI, Silvia. Corpo sottile : lo sguardo sulla nuova coreografia europea. Milan : Ubulibri, 2003. 269 p.

GRAZIANI, Graziano. Hic sunt leones : Scena indipendente romana. Rome : Editoria & spettacolo, 2007. 368 p. (Spaesamenti).

GUATTERINI, Marinella. L'ABC della danza : la storia, le tecniche, i capolavori, i grandi coreografi della scena moderna e contemporeana. Milan : Mondadori Electa, 2008. 192 p. (Illustrati. Guide cultura).

KINKALERI. 2001-2008 : la scena esausta. Milan : Ubulibri, 2008. 191 p. (I libri quadrati).

PONTREMOLI, Alessandro. Drammaturgia della danza : percorsi coreografici del secondo Novecento. Firenze: Euresis, 1997. 170 p.

PONTREMOLI, Alessandro. « Danzare l'incarnazione : note sullo spettacolo Quore. Per un lavoro in divenire di Raffaella Giordano », in FIASCHINI, F., La lotta di Giacobbe : Inquietudini della fede nella scena contemporanea, Pise, Titivillus, 2013, 152 p.

PROVVEDINI, Claudia. Le parole del corpo : il teatro fisico di Michela Lucenti/Balletto Civile. Pise : Titivillus, 2012. 112 p. (Altre visioni).

SENATORE, Ambra. La danza d'autore. Vent'anni di danza contemporanea in Italia. Turin : UTET Università, 2007. 225 p.

SIENI, Virgilio. Trois Agoras Marseille : l’art du geste dans la Méditerranée. Firenze : Maschietto Editore, 2013. 144 p. (Il gesto).

TOMASSINI, Stefano. Enzo Cosimi : Gruppo Occhèsc, Compagnia di danza Enzo Cosimi. Arezzo, Toscane : Zona, 2002. 144 p.

Plus d'information

Biographie de l’auteur :

Ada d’Adamo est une chercheuse indépendante italienne. Elle a écrit et édité des volumes sur la danse et le théâtre du XXe siècle, y compris les monographies Danzare il rito (Bulzoni, 1999) et Mats Ek (L'Epos, 2002) et l'interview Emio Greco | (L'Epos, 2004).

Le Parcours "La Danse contemporaine italienne : les années deux-mille" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Auteur

Ada d’Adamo

Générique

Sélections des extraits

Ada d’Adamo

Texte et suggestions bibliographiques

Ada d’Adamo

Production

Maison de la Danse

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus