Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer

La chorégraphie Belge contemporaine

La chorégraphie Belge contemporaine

Découvrir

Les années 80 furent caractérisées par un retour de tous les éléments qui avaient été rejetés dans les danses modernes durant les décennies précédentes.

Des courants influents et des compagnies prestigieuses se développent en Europe et en Amérique du nord et la Belgique n’échappe pas à ce mouvement chorégraphique entre danse et théâtre, entre énergie brute et mouvement ciselé, entre geste et transdisciplinarité.

« La Belgique est le croisement entre Londres, l’Allemagne, la Hollande et Paris, un mélange de culture romane et germanique. Tout ça donne un espèce de no man’s land : en Belgique, tout est “entre” » déclare la chorégraphe flamande Anne Teresa De Keersmaeker. C’est ce que nous allons essayer d’expliquer dans ce Parcours.

Description

Demain – Michèle Noiret

A partir des années 90, un grand nombre de chorégraphes francophones vont développer des questionnements qui reposent sur l’intermédialité. Aux frontières de la danse et des nouvelles technologies, on peut citer Michèle Noiret dans le solo Demain (2009). Rêvant d’un mouvement impossible à se représenter, elle oblige ici le spectateur à choisir entre danse, captation du mouvement ou vidéo danse, l’itinéraire qu’empruntera son regard.

Kefar Nahum - Nicole Mossoux et Patrick Bonté

Nombre des spectacles de Nicole Mossoux et Patrick Bonté cultivent, à la frontière de la chorégraphie et du théâtre, une « inquiétante étrangeté » comme ici dans Kefar Nahum. Croisant la manipulation d'objets ou de marionnette, ils font naître des images sombres, provoquant des émotions profondes.

Frédéric Flamand

Frédéric Flamand, pour sa part, est influencé par le théâtre mais aussi les arts plastiques. En quête d’une œuvre où fusionneraient ses danseurs, la vidéo et les outils multimédias, il est connu pour ses mises en scènes spectaculaires. Avec sa trilogie sur les villes (Metapolis, Body/Work/Leisure et Silent Collisions), il cherche à comprendre comment les architectures et les flux urbains influencent nos comportements et pèsent sur nos motricités, une réflexion qui se prolonge encore avec La Cité radieuse qu’il a créé en s’installant à Marseille.

Ashes - Koen Augustijnen

Ainsi dans Ashes (2010), Koen Augustijnen fait cohabiter les circonvolutions sonores d’une soprano et d’un contre ténor avec une danse terrienne et acrobatique à la fois. La priorité n’est plus à l’élégance ou la grâce d’un mouvement mais la mise en évidence de la vitalité, du réflexe, de l’animalité des corps. L’horizontalité, la vitesse, le vol et le risque deviennent de nouveaux paramètres de la danse.

Pitié - Alain Platel

Alain Platel s’inscrit dans des formes plus narratives comme par exemple avec l'univers théâtralisé de Pitié où acteurs, danseurs, musiciens, plasticiens se côtoient sur scène. Ensemble – par l’exploration du récit, les jeux d’identité et les accumulations de matériaux scéniques, ils tentent d’exprimer une réalité crue et poétique à la fois, ouvrant encore davantage les possibilités polysémiques d’interprétation de ses spectacles.

Fase etRosas danst Rosas – Anne Teresa de Keersmaeker

Le travail d'ATK ne peut se résumer à l'image d'une chorégraphe "musicienne", comme dans Fase etRosas danst Rosas. Ce serait oublier que la chorégraphe n’a cessé – dès ses premières œuvres – de questionner la littérature, l’opéra, le théâtre, mais aussi le cinéma. Elle fait de son œuvre un véritable puzzle, questionnant sans cesse les frontières entre les arts.

Quando l’uomo principale è una donna – Jan Fabre

Jan Fabre, plasticien autant que chorégraphe, compose pour la scène des pièces qui forment un théâtre total. Mêlant danse, opéra et images plastiques, loin des “jolies” formes et du “bon” goût, le décloisonnement des arts qu’il impose génère à son sujet de violentes controverses. Le solo Quando l’uomo principale è una donna , dansé dans l’huile d’olive, nous permet à travers le parti pris radical associant vision et olfaction, de répondre à la question inouïe : « que sent la danse ? ».

Kiss & cry - Michèle Anne De Mey et Jako Van Dormael

Dans Kiss & cry Michèle Anne De Mey et Jako Van Dormael mélangent « nanodanse » et cinéma fabriqué en direct. La danse n’y est pas dissimulée mais plutôt effacée : les deux interprètes, habillés de noir et fréquemment dans la pénombre, semblent demeurer en retrait de leurs bras et doigts respectifs qui tiennent les premiers rôles pour la caméra. L’objet du regard est sans cesse changeant, entre film, danse et chorégraphie d’un cinéma en train de se faire.

Approfondir

Ouvrages

FRETARD, Dominique. Danse contemporaine, danse et non-danse, Paris : Cercle d'Art, 2004. 174 p. (Le cercle chorégraphique contemporain).

HRVATIN, Emil, ŽBONA, Moïka (trad.). Jan Fabre. La discipline du chaos, le chaos de la discipline, Paris : Armand Colin, 1994. 174 p. (Arts chorégraphiques : l'auteur dans l'œuvre).

LANZ, Isabella, Verstockt, Katie. La Danse aux Pays-Bas et en Flandre aujourd'hui. Rekkem : Stichting Ons Erfdeel, 2003. 128 p.

Articles et revues

ADOLPHE, Jean-Marc. « La Belgique est-elle une œuvre d'art ? », inMouvement, n° 4, mars - mai 1999, p. 28-33.

« Jan Fabre, une œuvre en marche », in Alternative Théâtrale, n° 86-87, 2005, p. 70- 104.

LACHAUD, Jean-Marc. « Richesse et éclectisme de la chorégraphie flamande », in Cassandre, n° 36-37, septembre-octobre 2000, p. 21-23.

LAERMANS, Rudi, GIELEN, Pascale. « Flanders. Constructing identities: the case of ‘the Flemish dance wave' », in GRAU, Andrée, JORDAN, Stephanie (eds.), Europe dancing. Perspectives on Theater Dance and Cultural Identity, Londres, Routledge, 2000, p. 12-27.

LONGUET MARX, Anne (dir.). « La traversée secrète des mondes intérieurs de Nicole Mossoux et Patrick Bonté », in Etudes théâtrales, « Théâtre et danse », vol. 1, n° 47-48, 2010, p. 109- 112.

LONGUET MARX, Anne (dir.). « Alain Platel. La communauté en scène. Entretien avec Anne Longuet » in Etudes théâtrales, vol. 1, n° 47-48, 2010, p. 145-151.

UYTTERHOEVEN, Michel. « 14 moments de danse en Flandre », in Nouvelles de danse, n° 22, Bruxelles, Contredanse hiver 1995, p. 6-16.

VERSTOCKT, Katie. « La vague flamande : mythe ou réalité ? », in Danser maintenant, Bruxelles, CFC-éditions, 1990.

Sites internet de compagnie de danse

Rosas [en ligne]. Disponible sur : www.rosas.be

Les Ballets C de la B [en ligne]. Disponible sur : www.lesballetscdela.be

Ultima Vez [en ligne]. Disponible sur : www.ultimavez.com

Cie Mossoux-Bonté [en ligne]. Disponible sur : http://mossoux-bonte.be

Plus d'information

Philippe Guisgand est professeur des universités en danse à l’Université de Lille. Il est chercheur au CEAC et dirige le programme « Dialogues entre art et recherche ». Il est concepteur d’une voie d’analyse chorégraphique pour laquelle il a développé un parti pris kinésique original (« Réception du spectacle chorégraphique : d’une description fonctionnelle à l’analyse esthétique », Revue STAPS n° 74, automne 2006, 117-130). Il travaille également à mieux cerner les moyens par lesquels les spectateurs rendent compte de leur réception sensible ainsi qu’aux conséquences politiques des débats esthétiques (« Les ateliers du spectateur, fabriques du sensible », Quaderni n° 83, hiver 2013-2014, 59-71). Spécialiste de l’œuvre d’Anne Teresa de Keersmaeker (Les fils d’un entrelacs sans fin, Septentrion, 2007 ; Anne Teresa de Keersmaeker, L’Epos, 2009 et Accords intimes. Danse et musique chez De Keersmaeker, Septentrion 2017), il s’intéresse enfin aux dialogues des arts (« Demandes et adresses : danse et musique chez Anne Teresa De Keersmaeker » in Stephanie Schroedter (ed.), Zwischen Hören und Sehen, Würzburg, Koenigshausen & Neumann, 2012, 425-437) et à certains aspects de la performativité (« A propos de la notion d’état de corps » in Josette Féral (ed.), Pratiques performatives. Body Remix, Montréal / Rennes, Presses de l’Université du Québec / Presses universitaires de Rennes, 2012, 223-239).

Auteur

Philippe Guisgand

Générique

Sélection des extraits

Philippe Guisgand

Texte et sélection de la bibliographie

Philippe Guisgand

Production

Maison de la Danse

Le Parcours "Danse belge contemporaine" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus