Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
Retour aux themas

Hip hop / Influences

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Momboye, Georges (Cote d'Ivoire) Merzouki, Mourad (France) McIntyre, Trey (United States)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

Hip hop / Influences

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Momboye, Georges (Cote d'Ivoire) Merzouki, Mourad (France) McIntyre, Trey (United States)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

Auteur : Anne Décoret-Ahiha
en fr

Découvrir

Juin 2009 : Mourad Merzouki est nommé directeur du Centre Chorégraphique National (CCN) de Créteil. Quelques mois plus tôt, son compère Kader Attou a pris la tête du CCN de la Rochelle. Et c’est le Hip Hop qui emménage dans les hauts lieux de la danse contemporaine française. Quelle consécration institutionnelle pour cette danse venue de la rue !

Du bitume au plateau de scène, le chemin n’était pas tout tracé pour le Hip Hop. Il en avait déjà pourtant parcouru bien d’autres. Née sur les trottoirs de New York, à la fin des années 1970, cette danse urbaine a vite gagné les autres continents du globe pour devenir une forme d’expression chorégraphique mondialisée.

Prenez donc place à bord de ce Thema et sillonnez les routes par lesquelles le Hip Hop s’est inventé. Creuset de cultures, fruit de métissages gestuels et musicaux, il n’en continue pas moins, encore aujourd’hui, de se nourrir d’expériences nouvelles.

Description

Kamanda - Georges Momboye

En débutant ce Parcours par un extrait de Kamanda qu’en penses-tu, pièce de l’Ivoirien Georges Momboye, il y aurait tout à penser que le Hip Hop tire ses origines des danses d’Afrique. Ce serait pourtant un raccourci rapide et trompeur. Issue des ghettos noirs de New York, la danse Hip Hop n’en est pas moins un produit de la culture américaine, forgée dans un contexte social et culturel spécifique aux États-Unis des années 1970. Néanmoins, cet extrait vient rappeler que des millions d’Africains furent déportés comme esclaves sur le sol américain et que leurs descendants composent aujourd’hui la nation américaine. Il vise également à évoquer ce qui fonde l’énergie et la dynamique initiales du Hip Hop : l’improvisation et le défi.

Bahia de todas as cores - Balé Folclórico de Bahia

Les capoeristes du Balé Folclórico de Bahia, compagnie de danse folklorique brésilienne, s’affrontent également dans une sorte de lutte qui, cependant, n’est que feinte. A l'origine, la Capoeira, expression de révolte contre la société esclavagiste brésilienne, permettait aux esclaves de s’entraîner au combat en maquillant leur pratique martiale sous l’apparence d’une danse, accompagnée de musiques et de chants. Cercle, défi, adresse, le tout en rythme : ce sont aussi les ingrédients du Hip Hop !

Interplay - Jazz Tap Ensemble

Avant le Hip Hop, l’Amérique a produit un style de musique et de danse qui prend, en 1917, le nom de « jazz ». Malgré le climat de racisme qui règne entre les maîtres blancs et leurs esclaves noirs, les deux communautés s’empruntent respectivement des rythmes et des mouvements donnant lieu aux danses jazz. Parmi elles, les claquettes ou « tap dance ».

Dans cet extrait, les deux solistes du Jazz Tap Ensemble rivalisent d’adresse en lien avec la musique. Mais quand l’orchestre fait silence, c’est pour laisser libre cours à l’improvisation du danseur qui, avec brio, développe une complexité grandissante de pas. Voilà qui le rapproche du danseur Hip Hop : la capacité à improviser et la recherche de virtuosité.

Blue until June – Trey Mcintyre

Lui-même fruit du métissage, le jazz n’en finit pas de se frotter à d’autres expériences. A Broadway, dans les années 1940 – 1960, les danseurs de Jazz se mêlent aux artistes issus du ballet classique et de la danse moderne. Au travers de leurs échanges, ils élaborent une nouvelle danse de scène appelée Modern Jazz où se conjuguent des déhanchés, des coulés fluides du torse, des isolations entre haut et bas du corps. Les traces du langage classique sont aussi perceptibles. On repère ici un grand jeté, des sauts en "attitude", et ce port de tête bien académique dans la façon de se déplacer.

C'est ça la vie ?! – Pokemon Crew

Aller puiser dans d’autres styles artistiques pour y renouveler leur art, c’est la démarche qu’ont entrepris des danseurs de Hip Hop dans les années 1990 lorsqu’ils ont gagné la scène des théâtres. L’enjeu majeur est d’abord d’inscrire la danse au cœur d’un propos et d’une cohérence artistiques. Sur le tapis de scène, la "break dance" des Pokemon se reformule en pas de deux, en pas de trois. Elle organise ses trouvailles contorsionnistes et acrobatiques et œuvre à délivrer un message, rendu bien lisible par l’ajout d’éléments scénographiques.

Boxe boxe – Mourad Merzouki

« La danse « à message », ce n’est pas pour moi », clame au contraire Mourad Merzouki. Le chorégraphe de la compagnie Kafig est néanmoins porté par l’envie « de décliner le Hip Hop sous diverses facettes et de le faire sortir du carcan initial » où, selon lui, il fut longtemps enfermé. Dans cet extrait de Boxe boxe, l’espace circulaire devient l’arène où le danseur livre bataille à ses propres angoisses. Le vocabulaire de la break dance emprunte de nouveaux contours et sert ainsi un dialogue poignant avec le sol. Pour le spectateur, c’est le bonheur par KO !

Approfondir

Ouvrages

CAPOEIRA, Nestor, CHEZE, Gilles (trad.). Le petit manuel de capoeira. Noisy-sur-Ecole : Budo-Les Editions, 2003. 1 vol. (286 p.) + 1 CD-ROM (18 min).

MOÏSE, Claudine, MOURRAT, Philippe (collab.). Danseurs du défi : rencontre avec le Hip Hop. Montpellier : Indigène, cop. 1999. 144 p. (Indigène esprit).

SEGUIN, Eliane. Histoire de la danse jazz. Paris : Chiron, cop. 2003. 281 p.


VERNAY, Marie-Christine. La danse Hip Hop. Paris : Gallimard jeunesse, cop. 1998. 47 p. (Carnets de danse).

Plus d'information

Biographie de l’auteur

:

Anne Décoret-Ahiha est anthropologue de la danse, docteur de l'Université Paris 8. Conférencière, formatrice et consultante, elle développe des propositions autour de la danse comme ressource pédagogique et conçoit des processus participatifs mobilisant la corporéité. Elle anime les « Échauffements du spectateur » de la Maison de la Danse.

Auteur

Anne Décoret-Ahiha

Générique

Sélection des extraits

Olivier Chervin

Textes et sélection de la bibliographie

Anne Décoret-Ahiha

Production

Maison de la Danse

Le Parcours "Hip-Hop/Influences" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus