Chanson des vieux amants (La)

1997

Filmée en plan large dans un décor minimum, Madira Sardancourt se jette dans le flot lyrique des paroles de Jacques Brel et toute sa danse irradie cette offrande d'amour que rien, semble-t-il ne saurait consumer.

 
close

Chanson des vieux amants (La)

La Chanson des vieux amants

Filmée en plan large dans un décor minimum – des flammes, qui donnent aussi le seul éclairage à la scène –, Madira Sardancourt se jette dans le flot lyrique des paroles de Jacques Brel et toute sa danse irradie cette offrande d'amour que rien, semble-t-il ne saurait consumer.

Voilà bien une chanson à laquelle il n'était pas évident de se frotter. L'univers de Brel a tant pénétré notre imaginaire, si bien coloré et sublimé les expériences de chacun, qu'il n'était sans doute pas simple d'en proposer une image. Ce qui explique peut-être le parti pris simple et sans prétention de la chorégraphe et interprète, et du réalisateur. Comme son prénom d'emprunt l'indique, cette danseuse française pratique la danse indienne. Elle utilise le langage gestuel fortement codifié d'un art traditionnel pour exprimer, ici, les mots d'amour éternels.

 

(Fabienne Arvers)

 

 

Une Danse, le temps d'une chanson

Conception : Patrice Nezan

L'idée a tout pour plaire : avec la complicité d'un réalisateur, un chorégraphe joue le jeu en mettant en danse avec talent un air puisé dans le répertoire de la chanson française, où le plus souvent, poésie rime avec drôlerie et tendresse. Aucune de ces danses ne s'apparente à un clip censé illustrer la chanson, mais elles constituent toujours une proposition chorégraphique originale. Chansons de geste version contemporaine, elles permettent d'accéder en quelques minutes aux univers fort diversifiés des chorégraphes. Prenez une chanson, ses couplets et son refrain, le timbre de la voix de l'interprète, le sujet ou l'ambiance évoqués, et voyez quelles images, quelles couleurs, quelles figures et quels rythmes, la danse pourrait leur donner.

Barbara

Jolie Môme

La Chanson des vieux amants

La Complainte du progrès

Ta Katie t'a quitté

Les Amants d'un jour

Tout morose

 

 

Générique

1997, 6', couleur, fiction

Chorégraphie et interprétation : Madira Sardancourt

 

Réalisation : Pascal Magnin

Production : Heure d'été productions, Qwazi Qwazi film, Arte

Participation : CNC, ministère de la Culture (DMD), ministère des Affaires étrangères, Procirep

 

Contact

Ministère de la Culture et de la Communication : claire.perrus@culture.gouv.fr

CNC Images de la culture : alain.sartelet@cnc.fr


Dernière mise à jour : juin 2013

Sardancourt, Madira

Madira Sardancourt

Madira Sardancourt vit et travaille en Avignon depuis 1980.

Après plusieurs années de formation en danse indienne Bharatanatyam à Paris, elle part en Inde et travaille à Poona sous la direction de Madame Prerna Desaï qui l'invitera à danser et à enseigner à son tour. Elle y étudie également le yoga. Depuis son retour en France, ponctué de nombreux séjours en Inde, elle poursuit des recherches personnelles autour des écritures et langages du corps à travers la chorégraphie. Elle explore simultanément les univers de la danse indienne et de la danse contemporaine occidentale. Elle entreprend une démarche de création qui met en résonance les gestes du corps, de l'écriture et de la voix.

 

 

Dernière mise à jour : juin 2013

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection CNC - Images de la culture

Collection CNC - Images de la culture

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, le catalogue Images de la culture, géré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), présente 300 de ses films consacrés à la danse. Réunissant captations de spectacle, fictions, entretiens ou documentaires, cette collection donne à voir une précieuse diversité d’esthétiques et d’approches de l’art chorégraphique du XXe siècle à aujourd’hui.

Voir la collection