Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
Retour aux themas

Folklores dites-vous ?

04:00

Very Wetr !

Chopinot, Régine (France)

04:19

Coupé décalé

Carlès, James (France)

04:22

Dervish in Progress

Azazi, Ziya (Turkey)

06:08

Waxtaan

Acogny, Germaine (Senegal)

02:57

BiT

Marin, Maguy (France)

03:17

Magyar Tancok

Salamon, Eszter (France)

01:40

Political Mother

Shechter, Hofesh (United Kingdom)

02:58

Badke (2014)

Augustijnen, Koen (Belgium)

03:06

D'après une histoire vraie

Rizzo, Christian (France)

Folklores dites-vous ?

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Chopinot, Régine (France) Carlès, James (France) Azazi, Ziya (Turkey) Salamon, Eszter (Hungary) Marin, Maguy (France) Acogny, Germaine (Senegal) Shechter, Hofesh (Israel) Rizzo, Christian (France) Augustijnen, Koen (Belgium) Torres Guerrero, Rosalba

Auteur : Sarah Nouveau
en fr

Découvrir

Le terme « folklore » désigne les traditions populaires, traditions de partage et de regroupement communautaire festif. Les folklores renaissent souvent pour réactiver des danses et musiques menacées de disparition, par besoin de se rassembler ou pour affirmer la puissance d’un Etat et la cohésion d’un peuple. De nombreux chorégraphes s’intéressent à ces traditions populaires pour y puiser leur inspiration, décelant ainsi l’aspect vivant de ces formes parfois figées. Quelles sont leurs motivations et leurs démarches ? Cela peut correspondre d’abord à un désir de retour sur ses propres origines, sur ce que ces danses folkloriques apprises ont laissé comme trace dans le parcours du chorégraphe mais aussi à la volonté d’affirmer une altérité et de faire découvrir la richesse d’un patrimoine.  

Description

Very Wetr ! - Régine Chopinot  

Régine Chopinot porte le projet Pacifikmeltingpot, qu’elle crée entre la France, le Japon, la Nouvelle-Zélande et la Nouvelle-Calédonie. Elle travaille en particulier avec la troupe du Wetr, fondée en 1992, qui réinvente des traditions chantées kanak interdites pendant la colonisation française. Son travail est, selon ses propres termes, une alliance de précision et de lâcher-prise et laisse la liberté aux interprètes de créer leur propre alchimie. Elle prend ainsi le risque d’une création en-dehors des normes occidentales et européennes, permettant l’émergence de quelque chose d’inédit. 

Coupé décalé -  James Carlès  

Né dans les années 2000 en Côte d’Ivoire et à Paris dans la communauté ivoirienne, le coupé-décalé mêle danse et musique urbaine, la rumba congolaise, le hip-hop, des musiques des Caraïbes et des chansons populaires françaises. Propagé sous l’impulsion d’un groupe de DJs ivoiriens, le coupé décalé se danse lors des fêtes.  

James Carlès danseur et chorégraphe français d’origine camerounaise initie le projet « Coupé décalé » composé de deux parties dont une pièce pour 5 danseurs « On va gâter le coin » qui donnent à voir les différents aspects du « coupé décalé ».  

Dervish in progress -  Ziya Azazi  

Depuis 1999, le danseur et chorégraphe turc Ziya Azazi explore la danse traditionnelle sacrée des Soufis, qui remonte au 13e siècle. Cette danse n’a rien a priori d’une danse folklorique, puisque son sens est spirituel, cependant elle fait partie de la tradition culturelle du pays,. À l’origine, dans un rituel initiatique, les derviches tournent sur eux-mêmes, de manière répétitive et continue, afin de s’anéantir dans une extase mystique, pour accueillir le divin. Par le vertige de ce tour, le derviche rencontre plusieurs états de conscience, et le déroulement de cette danse offre un modèle pour le cheminement spirituel du Soufi.  

Waxtaan - Germaine Acogny  

« Waxtaan » signifie palabre ou discussion : les danseurs parodient les hommes de pouvoir et les politiciens. Mais cette pièce met également en valeur le patrimoine culturel et les folklores populaires de plusieurs pays d’Afrique, réinterprétés de manière contemporaine. Tout en dénonçant le chaos politique, Germaine Acogny rend hommage dans une création moderne à la richesse des traditions africaines,  

BiT - Maguy Marin

Dans BiT, un rythme implacable entraîne les danseurs dans une farandole où différentes traditions sont évoquées. Maguy Marin mêle les folklores et affirme le pouvoir réunificateur de la danse. Se tenant par la main, martelant le sol, ou frappant un rythme commun, le groupe de danseurs se forme et entame une danse continue qui rappelle des traditions ancestrales. Il y a urgence à se remémorer le besoin primitif de danser ensemble, et BiT témoigne peut-être d’une tentative de créer un « nouveau folklore », réponse possible de la danse à la dureté et à la violence du monde.  

Magyar Tancok - Eszter Salamon  

Dans cette conférence dansée, Eszter Salamon revient sur son parcours de danseuse et sa pratique des danses traditionnelles hongroises. Dans ses créations, Eszter Salamon ne cesse d’interroger les différences de sexe. Les danses traditionnelles hongroises ont en effet une structure très codifiée dans laquelle un principe d’improvisation permet de se singulariser. Or cette possibilité d’improviser était surtout réservée aux hommes, tandis que les femmes pratiquaient essentiellement les danses d’ensemble. Dans cet extrait, elle interprète une danse masculine de Transylvanie, que son neveu lui a transmise.

Political Mother - Hofesh Shechter  

Hofesh Shechter, s’inspire des danses folkloriques pour ses créations contemporaines. Dans Political Mother, une énergie puissante se communique au public, tandis que s’illumine sur le fond de scène cette phrase en anglais : « là où il y a de la pression, il y a de la danse folklorique ». Hofesh Shechter a lui-même composé la musique de sa pièce, et les corps des danseurs sont pris dans cette énergie proche de la transe, tous ensemble réunis dans cet héritage commun, qui les empêche de tenir en place.  

Badke - Koen Augustijnen  

Pour Badke, Koen Augustijnen, Rosalba Torres et Hildegard De Vuyst ont travaillé avec dix danseurs palestiniens. Le titre de cette pièce détourne le nom de la dabke, une danse folklorique arabe, populaire en Palestine et dans différents pays du Moyen-Orient. Cette danse, qui s’exécute par de virtuoses jeux de jambes, à la fois en cercle et en ligne lors des mariages et des fêtes, est la base de ce spectacle.  

D’après une histoire vraie - Christian Rizzo

Pour Christian Rizzo, chorégraphe et artiste plasticien, la chorégraphie est avant tout écriture d’espace. Sa pièce D’après une histoire vraie trouve son origine dans le choc émotionnel du chorégraphe lorsqu’il vit, à Istanbul, une danse masculine, issue du folklore turc. Cette expérience forte lui donne envie d’interroger la puissance vibratoire qu’il a ressentie. Les états corporels de chute, d’abandon, de toucher, de prise permettant au partenaire de tenir debout, ainsi que l’empathie masculine, constituent la base de sa chorégraphie  

Approfondir

Ouvrages  

BAILLY Danielle, BORZYKOWSKI, Michel (collab.). La danse traditionnelle juive ashkénaze : revue d’ouvrages et d’articles commentés. Paris : L’Harmattan, impr. 2014, cop. 2014. 237 p.

BARBA, Eugenio, SAVARESE, Nicola, DESCHAMPS-PRIA, Eliane (trad.). L’énergie qui danse : un dictionnaire d’anthropologie théâtrale [2e éd. revue et augmentée]. Montpellier : L’entretemps, impr. 2008, cop. 2008. 333 p. (Les voies de l’acteur).  

GRAU, André (dir.), WIERRE-GORE, Georgiana (dir.), ARGAUD, Elise (trad.), LEYMARIE, Isabelle (trad.). Anthropologie de la danse : genèse et construction d’une discipline. Paris, 2005. 318 p. (Recherches – CND).  

GUILCHER, Yves. La danse traditionnelle entre manière d’être et façon de faire. Saint-Join-de-Milly : éd. FAMDT, 1998. 276 p. (Modal Folio).  

GUILCHER, Yves. La danse traditionnelle en France : d’une ancienne civilisation paysanne à un loisir revitalise. Saint-Join-de-Milly : éd. FAMDT, 1998. 276 p. (Modal Folio).

GRÜND, Françoise. Danses de la terre. Paris : éd. de La Martinière, 2001. 255 p.

MARTIN, György, HAP, Béla (trad.), KARDOS, Géza. Les danses populaires hongroises. Budapest : Corvina, 1974. 86 p. (Art populaire hongrois).

ROUGET, Gilbert. La musique et la transe : esquisse d’une théorie générale des relations de la musique et de la possession.  Paris : Gallimard, 1980. 494 p. (Bibliothèque des sciences humaines).

ROUSIER, Claire (dir.). Etre ensemble : figures de la communauté en danse depuis le 20e siècle. Pantin : Centre National de la Danse, 2003. 383 p. (Recherches – CND).  

SEGUIN, Eliane. Histoire de la danse jazz. Paris : éd. Chiron, cop. 2003. 281 p.

Articles et revues

BORO, Seydou, SANOU, Salia, SMAOUI, Imen. « L’idée que l’on se fait de la danse africaine », in Repères, n°12, Biennale de danse Val de Marne, novembre 2003.  

CHOPINOT Régine, SUQUET, Annie. « Douceur et précision », in Repères, n°32, février 2013, p. 3-4.  

« Danse nomade, Regards d’anthropologues et d’artistes », in Nouvelles de Danse, n°34, Bruxelles, Contredanse, 1998. (Nouvelles de danse).

« Le Sacre du printemps », in L’Avant-scène Ballet/Danse, n°3,  Paris, L’Avant-Scène Théâtre, août-octobre 1980.  

MARTIN, György, PESOVAR, Erno. « Une analyse structurale de la danse folklorique hongroise, Esquisse méthodologique », in Anthropologie de la danse, Genèse et construction d’une discipline, Pantin, Centre National de la Danse, 2005 (Recherches – CND).  

MOMBOYE, Georges. « Entretien avec Georges Momboye », in Repères, n°12, Biennale de danse Val de Marne, novembre 2003.  

PESOVAR, Ernő. « Les types de la danse folklorique hongroise », in Studia musicologica academiae scientiarum hungaricae, vol. 7, fasc. ¼, Budapest, Akadémiai Kiado, 1964, p. 103-108.  

ROGINSKY, Dina, « Folklore, folklorism and synchronization : Preserved - created folklore in Israel », in Journal of folklore Research, n°44, janvier-avril 2007. P 41-66.  

ROQUET, Christine. « L’Ecole des Sables, ou le studio à l’air libre », in Repères, n°31, La Briqueterie/CDC Val-de-Marne, p. 27-28.

SIEGERT, Nadine, « Contemporary dance from Africa as creative opposition to stereotypical images of Africanity » [en  ligne],  in Buala, 2010.  Disponible sur : http://www.buala.org/en/stages/contemporary-dance-from-africa-as-creative-opposition-to-stereotypical-images-of-africanity 

Thèse

ACOGNY Patrick, Les techniques des danses africaines et leur expansion en France : transmission et genèse des copropriétés interculturelles. Thèse de doctorat, sous la direction de Jean-Marie Pradier, Université de Paris 8, 2010.  

Plus d'information

Biographie de l’auteur :

Sarah Nouveau a un parcours de danseuse contemporaine auprès de différents chorégraphes (Haïm Adri, Jean Rochereau, Nadège Macleay, Régis Bouchet-Merelli, Michèle Ettori, Elisabeth Schwartz, Monique Duquesne) et metteurs en scène (Brigitte Mounier). Après une formation longue en théâtre corporel (Le chemin du Théâtre), elle a été clown pour la Cie Elixir, et comédienne pour la Cie les Détours. Diplômée d’Etat pour l’enseignement de la danse contemporaine, elle a une expérience d’enseignement de la danse auprès de publics divers. Elle a également suivi un cursus universitaire en philosophie à la Sorbonne et en culture chorégraphique auprès de Laurence Louppe au CEFEDEM d’Aubagne. Elle enseigne l’histoire de la danse, anime régulièrement des conférences, et a publié aux éditions L’Harmattan « Le corps wigmanien d’après ‘Adieu et Merci’ », « Danser l’ailleurs », et « La culture chorégraphique au coeur de l’enseignement de la danse ». Depuis 2010, elle créé des spectacles au sein de sa compagnie, le quadrille des homards, et développe des conférences dansées : le spectacle « C.O.R.P.uS. », sur les débuts de la modernité en danse, créé avec les comédiens de la compagnie de l’Oiseau-Mouche, personnes en situation de handicap mental, a tourné en Pologne et en Russie. Pratiquant le yoga depuis 2003, elle se forme également auprès de Bénédicte Pavelak (« Transmettre un art du corps et de la voix »), et sa recherche l’amène à positionner différemment son enseignement, la danse devenant médium privilégié d’une découverte de soi.  

Le Parcours "Folklores, dites-vous ?" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

lapi

Auteur

Sarah Nouveau

Générique

Sélections des extraits

Sarah Nouveau

Texte et suggestions bibliographiques
Sarah Nouveau

Production

Maison de la Danse

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus