Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

one mysterious Thing, said e.e. cummings*

CN D - Centre national de la danse 2016 - Réalisateur-rice : Centre national de la danse, Réalisation

Chorégraphe(s) : Mantero, Vera (Portugal)

Producteur vidéo : Centre national de la danse

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

one mysterious Thing, said e.e. cummings*

CN D - Centre national de la danse 2016 - Réalisateur-rice : Centre national de la danse, Réalisation

Chorégraphe(s) : Mantero, Vera (Portugal)

Producteur vidéo : Centre national de la danse

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

one mysterious Thing, said e.e. cummings*

[Une mystérieuse chose, a dit E.E. Cummings*]

Hommage à Josephine Baker créé au Théâtre Culturgest à Lisbonne

Cette désinvolture qui la définit sur scène trouve un écho dans la manière d’être de Joséphine Baker à qui elle rend un hommage distancié mais complice dans la pièce one mysterious Thing… L’artiste livre sa nudité aux spectateurs. S’amorce une danse instable, au sein de laquelle se font entendre des mots dont la force se trouve décuplée par la diction particulière de l’artiste. Dire encore et toujours, tel est l’indice qui rassemble ces pièces.

* Ce qui'il a vraiment dit à propos de  Josephine Baker :
“one mysterious Thing, neither primitive or civilised, or beyond time, in the sense that emotion is beyond arithmetic”

Mantero, Vera

Vera Mantero étudie la danse classique et travaille au Ballet Gulbenkian (Lisbonne, Portugal) pendant cinq ans (1984-1989). Elle abandonne définitivement l'entraînement classique après un an de stage à New-York, où elle étudie des techniques release, théâtre, voix et composition. Elle débute comme chorégraphe en 1987 et présente ses spectacles dès 1991 sur la scène européenne, en Argentine, au Brésil, au Canada, aux États-Unis et à Singapour.

De son travail chorégraphique, sont à noter ses solos Perhaps she could dance first and think afterwards (1991), Olympia (1993), One mysterious Thing, said e.e.cummings* (1996), What can be said about Pierre (2011) et The Caldeirão Highlanders, exercises in fictional anthropology (2012) ; ainsi que ses pièces en groupe Under (1993), For Boring and Profound Sadnesses (1994), Poetry and Savagery (1998), Until the moment when God is destroyed by the extreme exercise of beauty (2006) et We are going to miss everything we don't need (2009).

En 2013 et 2014, Vera Mantero crée les installations de performance Shadows on offer et More for Less than for More. Cette dernière pièce est présentée en deux versions différentes : occupant tout l'espace de la salle - sièges et proscenium - en 2013, et dans des jardins potagers urbains créés pour la présentation finale du projet en 2014. Elle a été créée en partenariat avec Culturgest et le théâtre Maria Matos dans le cadre du projet Create to Connect financé par la Commission européenne. Ces projets, ainsi que The Clean and The Dirty, création de l'artiste créée en avril 2016 au théâtre Matos Maria dans le cadre du cycle « Les trois écologies», reflètent clairement les préoccupations de la chorégraphe pour des questions fondamentales telles que l’environnement, la stabilité économique, l’insertion et la cohésion sociale, ainsi que la citoyenneté.

Son travail artistique est reconnu par des prix institutionnels tels que le prix Almada (ministère de la Culture - 2002), le prix des Arts Gulbenkian pour sa carrière en tant que créateur et interprète (2009), ainsi que par des initiatives telles que la rétrospective organisée par Culturgest dans 2009, intitulé «Mois de Mars, Mois de Vera », ou la représentation portugaise à la 26e biennale de São Paulo (2004) avec un travail co-créé avec le sculpteur Rui Chafes, intitulé Eating your heart out.

En 2014, Vera Mantero intègre, en collaboration avec Jorge Andrade et Pedro Penim, le casting de la version portugaise de Quizoola! par Tim Etchells / Forced Entertainment.

Vera Mantero est invitée par Boris Charmatz pour faire partie des « 20 danseurs pour le 20e siècle», une archive vivante des solos chorégraphiques définissant du 20e siècle, qui a eu lieu à la Tate Modern (Londres) et au Palais Garnier en 2015, au Staatsoper, à Hanovre (Tanzkongress) en juin 2016, ainsi qu’en décembre au Museo Reina Sofía (Madrid).

Vera Mantero participe régulièrement à des projets internationaux d'improvisation aux côtés d’improvisateurs et de chorégraphes tels que Lisa Nelson, Mark Tompkins, Meg Stuart et Steve Paxton. Depuis 2000, elle se consacre de plus en plus au travail de la voix, en chantant le répertoire de plusieurs auteurs, et participe aux projets de musique. Elle enseigne régulièrement la composition et l'improvisation au Portugal et à l'étranger.

Centre national de la danse, Réalisation

Depuis 2001, le Centre national de la danse (CND) réalise des captations de ses programmations de spectacle et de pédagogie et crée des ressources à partir de ces représentations filmées (interviews, conférences dansées, rencontres avec des artistes, démonstrations, grandes leçons, colloques spécialisés, montages thématiques, etc.). 

one mysterious Thing, said e.e. cummings*

Direction artistique / Conception : Vera Mantero

Interprétation : Vera Mantero

Lumières : João Paulo Xavier

Autres collaborations : Maquillage Alda Salavisa (dessin original Carlota Lagido) - Accessoires Teresa Montalvão - Régie Bruno Gaspar

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Production Culturgest, Lisbon, 1996 / 'Homage to Josephine Baker'

Durée : 20 minutes

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus