Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Les pas perdus

Maison de la danse 1983 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : Petit, Dominique (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la danse , Saisons 1980 > 1989

Producteur vidéo : Maison de la Danse de Lyon

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Les pas perdus

Maison de la danse 1983 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : Petit, Dominique (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la danse , Saisons 1980 > 1989

Producteur vidéo : Maison de la Danse de Lyon

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Les pas perdus

 

Aranzaquil et Les pas perdus

La création de ces deux pièces à La Maison de la Danse en décembre 1983 était pour moi l’occasion d’une véritable première création de groupe après une expérience malheureuse deux ans auparavant dans le cadre du Festival d’Avignon.J’étais assez peu expérimenté dans la communication autour de mes œuvres et, de plus, je ne me souviens pas qu’il y ait eu l’occasion d’écrire quelques lignes d’intention pour le programme distribué aux spectateurs.Je voudrais profiter de l’occasion de cette initiative d’archivage pour revenir sur ce qui a sous-tendu l’écriture de ces deux ballets qui ont été conçus comme un véritable dyptique.A cette époque j’allais régulièrement voir les mises en scènes de Peter Brook au Théâtre des Bouffes du Nord et j’avais été profondément marqué par son film « Rencontre avec des hommes remarquables » d’après l’œuvre de Georges Gurdjieff, sorti en 1979.Le film retrace la quête spirituelle de Gurdjieff parti à la recherche d’une mystérieuse confrérie, qu’il finit par trouver dans le désert de Gobi au terme d’un long voyage. Il découvre là une petite communauté pour laquelle la recherche d’élévation passe par une pratique assidue de la musique et de la danse. Il y a une d’ailleurs une scène de danse qui m’avait particulièrement impressionné par saclarté et sa puissance.Mais ce film m’a surtout révélé l’existence d’une tradition dont je n’avais jamais entendu parler auparavant, et dont la dimension à la fois initiatique et communautaire venait renforcer l’aspiration à relier la recherche spirituelle et la pratique artistique qui était la mienne à cette époque.Ces deux pièces créées à Lyon en 1983 étaient pour moi une manière de rendre compte de l’impact de ce film.Les pas perdus a donc été conçu à partir des éléments qui m’avaient marqué dans cette scène de danse du film : une construction et une géométrie rigoureuses prenant appui sur une rythmicité très présente. J’ai demandé à Denis Levaillant d’écrire une partition sur une base de neuf temps qui offre de multiples combinaisons internes, et il m’a proposé de la faire interpréter au Zarb, instrument depercussion traditionnel d’origine Iranien, par Youval Missenmacher.J’ai écrit une douzaine de phrases chorégraphiques sur cette base de neuf temps sur laquelle s’appuie presque la totalité de la danse, en jouant sur une multiplicité d’orientations de chacune des phrases, et sur des combinaisons de duos, trios, quatuors, etc.Mais dès le départ je savais que cette danse ne constituerait qu’une partie du programme et qu’il devait y avoir une suite qui rendrait compte de la menace qui me paraissait peser sur la transmission de certaines traditions.J’ai donc imaginé une deuxième partie sous forme de débâcle d’un petit groupe de personnes violemment chassés de leur territoire et contraints à un exode qui les coupe de leurs racines culturelles. J’ai inventé le nom d’un village, « Aranzaquil », situé pour moi en Afghanistan, avant l’invasion par l’Union soviétique.Cette partie du dyptique, à l’inverse de la première, entièrement écrite comme une partition, a été composée à partir d’une multitude de scènes résultant d’improvisations proposées aux danseurs à partir de différents thèmes liés à l’exode, à la déportation et à la perte de repères culturels et spirituels, dont l’enchaînement montre la progression du déracinement intérieur des personnages.Dans cette deuxième partie la composition de la musique a suivi celle de la danse, Denis Levaillant venant au studio voire l’avancée de l’écriture des séquences successives et composant alors la musique au fur et à mesure de celle-ci.Les costumes, comme les décors, ont été imaginés et réalisés par Francis Coulet. Les costumes étaient inspirés de vêtements villageois traditionnels (à base de kimonos japonais), de manière rituelle dans la première partie et plus quotidienne dans la deuxième.La conception des éclairages est de John Davis, que j’avais bien connu en tant qu’éclairagiste de Carolyn Carlson au GRTOP.C’était ma deuxième collaboration avec Denis Levaillant après notre duo « D. D. Blue Gold Digger » présenté au Centre Georges Pompidou en 1982.


Dominique PETIT

Décembre 2021 

Petit, Dominique

Danseur, chorégraphe et pédagogue français.


Il découvre la danse avec K. Cremona puis part étudier à New York chez P. Sanasardo dont il devient interprète. Revenu en France en 1975, il entre au GRTOP puis crée sa compagnie en 1980. Remarquable danseur, il révèle très vite des qualités de chorégraphe sensible et poétique de Ircea (1979), subtil et sobre, où le corps se met en jeu, à Lieux d'orages (1993) porté par son engagement social et humain. Jade (1985), magnifique duo créé avec Anne Carrié, et les Tournesols (1988), puissante pièce d'hommes, se détachent dans une carrière restée discrète malgré vingt-cinq créations. Depuis 1997, il enseigne au CNDC d'Angers.


Il enseigne pendant de nombreuses années au CNDC d’Angers. Il est, depuis 2001, professeur de danse contemporaine au conservatoire de La Roche-sur-Yon. Il crée en collaboration avec Daniel Dobbels en 2009 Danser, hors de soi.


Source : Site de la compagnie de Daniel Dobbels

Picq, Charles

Auteur, réalisateur et vidéaste, Charles Picq (1952-2012) entre dans la vie professionnelle dans les années 70 par le théâtre et la photographie. Après une reprise  d'études (Maîtrise de Linguistique - Lyon II, Maîtrise des Sciences et Techniques de la Communication - Grenoble III), il se consacre à la vidéo, d'abord dans le champ des arts plastiques à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain (ELAC) et avec le  groupe "Frigo", puis dans celui de la danse.

Dès la création de la Maison de la Danse à Lyon en 1980, il est sollicité pour y entreprendre un travail de documentation vidéo qu'il poursuit toujours depuis. Durant les années 80, marquées en France par l'explosion de la danse  contemporaine et le développement de l'image vidéo, il fait de nombreuses rencontres avec des artistes tels qu'Andy Degroat, Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Régine Chopinot, Susanne Linke, Joëlle Bouvier et Régis Obadia, Michel Kelemenis. Son activité se déploie dans le champ de la création avec des installations et des vidéos en scène, ainsi que dans celui de la télévision avec des spectacles filmés, des recréations et des documentaires. Avec Dominique Bagouet (80-90), la rencontre est particulière. Il documente sa création, l'assiste sur " Le Crawl de Lucien" et co-réalise avec lui les films "Tant Mieux, Tant Mieux" et "10 anges". 

Dans les années 90, il devient le directeur du développement vidéo de la Maison de la danse et œuvre, avec le soutien de Guy Darmet et son équipe, pour une place grandissante de l'image vidéo au sein du théâtre à travers plusieurs initiatives :

   • Il fonde une vidéothèque de films de danse, d'accès public et gratuit. C'est une première en France. Poursuivant la documentation vidéo des spectacles, il en organise la gestion et la conservation.
  •  Il impulse la création d'un vidéo-bar et d'une salle de projection vidéo dédiée à l'accueil scolaire.
  •  Il initie les "présentations de saisons" en image.
  •  Il conçoit l'édition du DVD "Le tour du monde en 80 danses", une vidéothèque de poche produite par la Maison de la Danse pour le secteur éducatif.

   •  Il lance la collection « Scènes d'écran » pour la télévision et le web,  il entreprend la conversion numérique de la vidéothèque et crée Numeridanse.
 

Ses principaux documentaires sont : "Enchaînement", "Planète Bagouet", "Montpellier le Saut de l'Ange", "Carolyn Carlson, a woman of many faces", "Grand Ecart", "Mama Africa", "C'est pas facile", "Lyon, le pas de deux d'une ville", "Le Défilé", "Un Rêve de cirque".
  Il a également réalisé des films de spectacle : "Song", "Vu d'Ici" (Carolyn Carlson),"Tant Mieux, Tant Mieux", "10 anges", "Necesito" et "So Schnell", (Dominique Bagouet), "Im bade wannen","Flut" et "Wandelung" ( Susanne Linke), "Le Cabaret Latin" (Karine Saporta), "La danse du temps"(Régine Chopinot), "Nuit Blanche"( Abou Lagraa), "Le Témoin" (Claude Brumachon), "Corps est Graphique" (Käfig), "Seule" et "WMD" (Françoise et Dominique Dupuy), " La Veillée des Abysses" (James Thiérrée), Agwa »(Mourad Merzouki), Fuenteovejuna (Antonio Gadès), Blue Lady revisted (Carolyn Carlson)…
 

Source : Maison de la Danse de Lyon

Les petits pas

Chorégraphie : Dominique Petit

Interprétation : Anne Carrié, Bernadette Doneux, Pierre Doussaint, Isabelle Dubouloz, Giorgio Rosssi

Musique originale : Denis Levaillant

Lumières : John Davis

Costumes : Francis Coulet

Décors : Francis Coulet

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Maison de la Danse de Lyon - Charles Picq, 1983

Nos suggestions de videos
03:38

Yvette Chauviré

Fokine, Michel (France)

  • Ajouter à la playlist
02:56

Ligne de crête

Marin, Maguy (France)

  • Ajouter à la playlist
02:58

Another look at memory

Lebrun, Thomas (France)

  • Ajouter à la playlist
03:12

Têtes d'Affiche

Tchouda, Bouba Landrille (France)

  • Ajouter à la playlist
08:02

I think

  • Ajouter à la playlist
14:53

Contrepoint

  • Ajouter à la playlist
04:04

Cabaret Talon

  • Ajouter à la playlist
09:18

Accumulation spectacle de fin d'année 2016

  • Ajouter à la playlist
06:08

Kwa Zulu Natal

  • Ajouter à la playlist
08:32

Signes et Formes en Mouvement Perpétuel

  • Ajouter à la playlist
15:26

Regarde-moi encore!

  • Ajouter à la playlist
02:40

Cartes postales de Chimère

Bédard, Louise (Canada)

  • Ajouter à la playlist
16:10

Boléro

  • Ajouter à la playlist
05:32

Sing Sing

Carlès, James (France)

  • Ajouter à la playlist
09:01

Canon 1

  • Ajouter à la playlist
03:58

Impair - focus

Brabant, Jérôme (Reunion)

  • Ajouter à la playlist
01:00:01

Réservé au personnel

Touzé, Loïc (France)

  • Ajouter à la playlist
06:39

Dans les plis du paysage : Création à la Maison

Collectif Petit Travers

  • Ajouter à la playlist
07:37

La la la Human Sex (duo n°1)

Lock, Édouard (Canada)

  • Ajouter à la playlist
31:09

Klimsbeu

Le Doaré, Patrick (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

À corps et à cris

Exposition virtuelle

fr/en/

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

fr/en/

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

fr/en/

Latitudes contemporaines

Exposition virtuelle

fr/en/

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

fr/en/

Amala Dianor : danser pour donner à voir

Exposition virtuelle

fr/en/

LES CENTRES CHORÉGRAPHIQUES NATIONAUX

Exposition virtuelle

fr/en/

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

fr/en/

Le Butô

Une découverte de la danse japonaise du Butô. 

Parcours

fr/en/

Folklores dites-vous ?

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Parcours

fr/en/

La danse au Québec : Les corps déraisonnables

Première partie du Parcours consacré à la danse au Québec, voici un ensemble d’extraits présentant l’utilisation très physique du corps.

Parcours

fr/en/

Le défilé de la Biennale de la danse

Exposition virtuelle

fr/en/

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

fr/en/

L'improvisation

 Découverte des spécificités de l’improvisation en danse.  

Parcours

fr/en/

EIVV 2022 Le montage qui danse

Exposition virtuelle

fr/en/

Sacré Sacre

Classique, tellurique, chamanique, révolutionnaire ? Le 29 mai 1913, la première du "Sacre du printemps" de Nijinski fit scandale. Ce webdoc vous raconte l'histoire de cette pièce majeure qui a inspiré tant de chorégraphes.

Webdoc

fr/en/

Écrire le mouvement

De nombreux systèmes ont été inventés pour analyser et mettre en perspective la danse et pour accompagner l’outil resté indispensable à sa mémoire, le corps du danseur. Ce webdoc vous présente les enjeux de la notation du mouvement.

Webdoc

fr/en/

Danses noires

James Carlès, danseur et chorégraphe spécialiste de la danse afro-américaine, évoque l’origine des danses urbaines actuelles. De l’Afrique aux États-Unis en passant par l’Europe, il souligne leur caractère métissé et met en perspective leur dimension sociale et politique. De nombreuses vidéos, photos, dessins et ressources complémentaires accompagnent cette interview.

Webdoc

fr/en/

Pourquoi je danse ?

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !

Webdoc

fr/en/

Genèse des oeuvres

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Parcours

fr/en/
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus