Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Mauvais Genre

CN D - Centre national de la danse 2004 - Réalisateur-rice : Laly, Sophie

Chorégraphe(s) : Buffard, Alain (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Centre national de la danse

Producteur vidéo : pi:es

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Mauvais Genre

CN D - Centre national de la danse 2004 - Réalisateur-rice : Laly, Sophie

Chorégraphe(s) : Buffard, Alain (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Centre national de la danse

Producteur vidéo : pi:es

Vidéo intégrale disponible au CND de Pantin

en fr

Mauvais Genre

Comment d’une pièce à caractère autobiographique – Good Boy – déplier des histoires plus génériques, tel a été le pari de Good for..., pièce pour quatre danseurs. Tel est le défi aujourd’hui avec Mauvais Genre. Une nouvelle version, mais cette fois, pour vingt à trente personnes, dont une majorité a par ailleurs son propre parcours de création.

Étrange infinité du solo : s’il a en effet une grande capacité à exposer le corps plus que n’importe quelle forme, il semble, en même temps, inséparable de son interprète. Un autre corps, des corps autres : peut-on dire encore qu’il s’agit du même solo ? Je voulais voir ce que donneraient, transposées à d’autres corps, chacun porteur d’une histoire individuelle, les propositions de ce premier travail.

Si Good Boy trafique avec la maladie et la fragilité de notre corps, il s’agit bien d’une exposition d’un corps singulier dont les strates respirent et transpirent sa propre histoire. Pour autant, il ne s’agit pas ici d’autobiographie déguisée, encore moins de biographies démultipliées. En s’appuyant sur les différences de chacun, Good for... déplace l’enjeu politique et social du solo initial vers la question de la communauté et de sa difficile figuration. Démultiplier les présences produit autant de pistes pour représenter les enjeux chorégraphiques et sociaux de Good Boy. Pour autant : c’est moins une communauté indivise qui apparaît, réconciliée ou non, qu’une démultiplication des singularités.

Les présences de Matthieu Doze, Rachid Ouramdane et Christian Rizzo dans la deuxième étape piégeaient le dispositif du solo, en ce qu’elles en défiguraient chacune des séquences qui constituaient le matériau initial. Quelque chose de l’identification du danseur au solo et du solo au danseur s’y trouve ainsi empêché. D’une expérience particulière peuvent surgir des tralalas. Good Boy se risquait au tragique, lui aura substitué sans que cela ait été intentionnel un parti pris ludique, ironique, amusé à tout le moins. On peut dire que l’on passe du corps-je au corps-jeu. La nécessité du contrepoint produit par chacun ayant incliné l’ensemble du projet dans le sens d’une complicité amusée.

Nous avons, lors de notre première présentation de Good for... au Crestet-centre d’art, établi un rapport de plasticité et d’élasticité spécifique, dû à l’architecture du lieu. L’espace en L des galeries d’exposition où nous dansions et les baies vitrées, ou plutôt les vitrines qui nous séparaient du public debout dans le jardin carré renforçaient la distance et la séparation entre le spectateur et les interprètes, l’obligeant ainsi à assumer le choix qu’il avait fait de regarder tel ou tel d’entre nous. L’espace permettait un jeu du visible et du non-visible, une démultiplication et une réduction de nos présences. Ce dispositif dans le White Cube favorisait également une certaine distanciation de l’objet traité. Nous avons exposé cette proposition à l’auditorium de Dijon – un très grand théâtre –, et nous avons constaté la grande diversité de lectures rendues possibles par ce nouvel espace architectural, très diffèrent du précèdent. Sans que cela fût prémédité, il y eut un retour au tragique propre à la première version.

Avec Mauvais Genre, le nombre de personnes aura nécessairement pour effet de déplier et démultiplier les lignes de tension du solo initial ; mais l’enjeu pour moi, c’est aussi de travailler à partir des possibles architectoniques des sites où sera présentée la pièce afin de tisser d’autres grilles de lecture, de multiplier les regards sur cette histoire.

Explorer d’autres possibles dans les espaces de représentation où nous nous produisons suppose un travail en amont. Cela nous oblige à repenser les composants de la pièce initiale comme une nouvelle étape, pour mieux désamorcer ce qui a été construit pendant la précédente. Je pourrais dire aussi qu’un artiste fait toujours la même pièce, j’assume ici et revendique ce doux et lent travail de grattage, de biffures, de retour et d’après-coup qui peut-être disent tous la même obsession, mais sans en empêcher l’altération et les variations.

Avec Mauvais Genre, l’enjeu est encore différent puisque nous sommes des good girls et des good boys réunis. Nous mettons l’accent sur la production sonore de nos corps : des splash et des boum. Et sur la capacité à chacun de se rendre poreux à sa propre féminité et sa propre masculinité : des talons pour les boys oui, mais pas de falbalas, des slips kangourous pour les girls oui, mais sans dentelles.

Les bons garçons sont devenus des mauvaises filles, et réciproquement. Les bonnes filles vont au paradis, les mauvais vont partout.

Et font pas de chichis.

Alain Buffard [novembre 2002] 

Buffard, Alain

1960-2013.
 

Alain Buffard commence la danse en 1978 avec Alwin Nikolais au Centre national de danse contemporaine d'Angers. Interprète de Brigitte Farges, Daniel Larrieu ou Régine Chopinot, il devient assistant à la Galerie Anne de Villepoix et couvre l'actualité des arts visuels en France pour pour deux quotidiens norvégiens.
 

En 1996, il fait deux rencontres déterminantes, Yvonne Rainer et Anna Halprin avec qui il travaille en tant que lauréat de la "Villa Médicis - hors les murs".
 

En 1988, Alain Buffard chorégraphie un premier solo "Bleu nuit", puis "Les Maîtres Chanteurs" de Wagner mise en scène Claude Régy au Théâtre du Châtelet en 1989. Sa dernière création "Tout va Bien", pièce pour huit interprètes, a été présentée au festival Montpellier Danse les 21 et 22 juin 2010. Il a réalisé un film vidéo "Des faits et gestes" défaits pour la Villa Gillet à Lyon en décembre 2001. Il a également réalisé un film avec et autour de Anna Halprin à San Francisco, "My lunch with Anna" (2004).

L'association pi:es est fondée en 1998. Depuis sa création, ce sont 14 productions (créations chorégraphiques, films, installations videos) qui tournent de part le monde: Centre Pompidou-Paris, Montpellier Danse, Les Subistances-Lyon, Arsenic-Lausanne, Fondation Serralves-Porto BIT-Bergen, Festival d'Athènes, Festival Panorama-Rio de Janeiro, DTW-New York...
 

Il est co-commissaire de l'exposition « Campy, vampy, tacky » à La Criée-Rennes en 2002. Artiste professeur invité au Fresnoy pour la saison 2004/2005, il présente l'exposition « Umstellung/Umwandlung » à Tanzquartier-Vienne en 2005. En 2013 à Nîmes, il conçoit « Histoires Parallèles: Pays Mêlés », un projet original mêlant commissariat d'exposition, programmation spectacle vivant et conférences autour des questions de territoire et de représentation.
 

Alain Buffard était artiste associé au Théâtre de Nîmes pour les saisons 2010-2011 et 2011-2012. L'association pi:es est conventionnée par la DRAC Languedoc-Roussillon et la Région Languedoc-Roussillon.

Source : Site d'Alain Buffard

Laly, Sophie

Née en 1973, diplômée des beaux-arts de dijon, Sophie Laly réalise des installations vidéo, et des vidéos questionnant, décortiquant, les notions de temps et d'espace-temps. Son travail s'inspire, traverse divers domaines, tels que le cinéma, la biologie et la physique. Elle devient projectionniste à Paris en 1999.

Par affinité, elle se rapproche de la danse contemporaine, réalisant des films de danse pour Daniel Larrieu, Alain Buffard, Emmanuelle Huynh, Latifa Laâbissi, Boris Charmatz, Christian Rizzo, David Wampach, Deborah Hay, Marco Berettini, Yves-Noël Genod, Carlotta Sagna, Lionel Hoche, Laure Bonicel, Thierry Baë, Sylvain Prunenec ainsi que pour la SACD (depuis 2007 pour les Sujets à Vifs - Festival d'Avignon).

Elle participe en tant que collaboratrice artistique et/ou vidéaste à différents projets : Emmanuelle Huynh Ligne d'arrivée (2004), Rachid Ouramdame A l'oeil nu (2003 / 2005), Les morts pudiques (2004), Cover (2005), Richard Siegal Stranger/stranger report (2006), Daniel Larrieu pour une régie vidéo de Waterproof (2006), Latifa Laabissi Habiter (2007), Dysfashionai - adventure in post-style (Luxembourg 2007), Elisabeth Naud et Luc Poux architectes pour une mise en espace d'un diaporama pour l'exposition à la Galerie d'Architecture Paris (2008), réalise des portraits filmés pour l'Agence Pargade Architecte pour l'exposition « Subjectiver le lieu » à la Galerie d'Architecture Paris (2012), travaille avec  Kader Attia pour le montage vidéo de ses pièces vidéographiques depuis 2011.

Depuis 2008, elle collabore avec Christian Rizzo en tant que vidéaste et assistante à la mise en scène sur plusieurs projets : Mon amour (2008), Ni cap, ni grand canyon  (2009), pour l'Opéra de Lyon), L'oubli, toucher du bois (2010) , Le bénéfice du doute (2012), ainsi qu' Ewartung, Pierrot lunaire, la voix humaine (2010),« Tannhäuser » (2012) opéras produits par le théâtre du Capitole de Toulouse.

Sur une commande du Musée de la danse / CCN Rennes/Bretagne - Boris Charmatz, un film est cours de réalisation sur les enfants d'Enfants, création Avignon (2011).

En 2011, elle obtient une bouse Beaumarchais, pour l'aide à l'écriture pour un long métrage en cours d'écriture.

« PA », le plus petit de ses court-métrage vient de recevoir un prix spécial du très court métrage au CHERIES-CHERIS 2012, Festival international du film gay, lesbien, bi et trans ++++ (LGBT) de Paris.

Mauvais Genre

Direction artistique / Conception : Alain Buffard

Interprétation : Jérôme Andrieu, Cédric Andrieux, Trisha Bauman, Jeanne-Nora Bennouar, Nadia Beugré, Alain Buffard, John Bateman, Rita Cioffi, Régine Chopinot, Germana Civera, Steven Cohen, Erin Cornell, Georgette Dee, Ingo Diehl, Herman Diephuis, Evie Demetriou, DD Dorvillier, Matthieu Doze, Elu, Héla Fattoumi, Nicolas Fayol, Mitia Fedotenko, Virginie Garcia, Neil Greenberg, Miguel Gutierrez, Trajal Harrell, Simon Hecquet, Boris Hennion, Matthieu Hocquemiller, Ishmael Houston-Jones, Christophe Ives, John Jasperse, Krassen Krastev, Heather Kravas, Hanna Hedman, Jennifer Lacey, Anne Laurent, Xavier Le Roy, Romuald Luydlin, Magali Milian, Vera Mantero, Mathilde Monnier, Bernardo Montet, Sarah Jane Morris, Julie Nioche, Michael O’Connor, Hildur Ottarsdottir, Rachid Ouramdane, Pascale Paoli, Mickaël Phelippeau, Laurent Pichaud, Cécile Proust, Fabrice Ramalingom, Laurence Rondoni, Sylvia Scheidl, Claire Servant, Lucy Sexton, Mark Tompkins, Claudia Triozzi, Tomeo Vergès, Jeremy Wade, Daniela Weber

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Création le 26 juin 2003, festival Montpellier Danse (annulé)

Nos suggestions de videos
12:17

Le beau mariage

  • Ajouter à la playlist
04:00

Le corps de la ville #09

Attou, Kader (France)

  • Ajouter à la playlist
06:07

Le corps de la ville en Martinique #05

Josiane Antourel (Martinique)

  • Ajouter à la playlist
03:18

Girl with no shoes

  • Ajouter à la playlist
03:06

Be ba be doo

Raynal, Julia (France)

  • Ajouter à la playlist
03:38

1000 départs de muscles

Lamoureux, Éric (France)

  • Ajouter à la playlist
03:51

Juego versión 1.1

Kaeja, Allen (Mexico)

  • Ajouter à la playlist
48:33

Paroles croisées : Damien Jalet & Emanuele Coccia

Jalet, Damien (France)

  • Ajouter à la playlist
12:19

Sans titre, 2000, avec Nuno Bizarro

  • Ajouter à la playlist
19:33

Sans titre, 2000, avec Nuno Bizarro

  • Ajouter à la playlist
12:00

Sans titre, 2000, avec Nuno Bizarro

  • Ajouter à la playlist
05:36

Good Boy

Buffard, Alain (Portugal)

  • Ajouter à la playlist
05:33

Good for...

Buffard, Alain (France)

  • Ajouter à la playlist
17:27

Sans titre, 2002, avec Franco Senica

  • Ajouter à la playlist
08:20

Sans titre, 2000, avec Nuno Bizarro

  • Ajouter à la playlist
18:19

Sans titre, 2002, avec Franco Senica

  • Ajouter à la playlist
15:57

Sans titre, 2002, avec Franco Senica

  • Ajouter à la playlist
15:26

Sans titre, 2002, avec Franco Senica

  • Ajouter à la playlist
08:27

Sans titre, 2000, avec Nuno Bizarro

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus