Babel (words)

2011
Année de création : 2010

 
close

Babel (words)

BABEL (WORDS) / création 2010

Chorégraphie et mise en scène Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jallet
Interprétation création et interprétation Navala chaudhari, Francis ducharme, Darryl e. Woods, Jon Filip Fahlstrom, Damien Fournier, Ben Fury, Vala Runarsdottir, Christine Leboutte, Ulrika Kinn Svensson, Kazutomi Kozuki, Sandra Delgadillo Porcel, James O'Hara, Helder Seabra

Babel (words) prend pour point de départ l'instant précis du récit de la Tour de Babel où Dieu punit ceux qui ont élevé une tour en son nom, entraînant le chaos en les divisant selon des langues, des cultures et des pays différents.
Concrètement : le premier jour de répétition, c'est un microcosme de dix-huit artistes venant de treize pays, parlant quinze langues, représentant sept religions et issus de divers milieux de performance, qui a rejoint les chorégraphes Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet, ainsi que le plasticien Antony Gormley, pour entreprendre un nouveau voyage. Et c'est dans ce maelström tourbillonnant d'identités, de nationalités et de cultures qu'ils ont trouvé leur inspiration. Là où le langage est à la fois verbe et mouvement, là où il unit et divise, où il rend la communication à la fois possible et impossible, et où il est chargé de sens tout en étant profondément insignifiant.

Au cours de la réflexion et de la réalisation a ainsi émergé une ville de diversité, un réseau de possibilités, où les gigantesques cadres en trois dimensions d'Antony Gormley sont dressés, renversés et transformés, comme s'ils n'étaient faits de rien d'autre que de nos pensées. L'espace est disséqué et on se l'approprie, créant des territoires, des axes et des frontières qui évoquent les divisions géopolitiques, souvent aléatoires mais parfois meurtrières, d'un pays, ainsi que les barrières et les limites que nous nous imposons et que nous imposons à autrui. Mais, bien sûr, tout en offrant refuge et apaisement dans un paysage où règnent le chaos et la complexité, les structures favorisent des moments tendres, secrets et intimes sans lesquels aucun de nous ne pourrait survivre. Cette ville n'est pas sans rappeler le paysage où s'aventure le philosophe français Michel de Certeau dans son ouvrage «L'Invention du quotidien», dans lequel des vagabonds marchent à l'aveuglette, en prenant des décisions à la milliseconde, sans savoir ce qu'ils font, ni pourquoi ils le font, ni ce que cela signifie, ou encore où cela les mènera.
Les gens adoptent par hasard leurs choix de conviction, de communauté et d'identité qui, tout en apportant un soutien, ferment des portes, dressent des barrières et posent des limites. Et bien sûr, ils construisent des tours d'ivoire, non seulement pour afficher leur position et leur prospérité, mais aussi pour poursuivre leur quête d'une certaine forme de savoir et d'instruction plus élevés. Observer en vue aérienne et à distance ces motifs silencieux, tout en bas, génère une sensation de confort, de contrôle et d'ordre, car, comme le disait un vieux panneau au sommet du World Trade Center : « It's hard to be down when you're up » !

Le voyage de Sidi Larbi Cherkaoui et de Damien Jalet a en effet été amorcé par leur profonde « foi en la conviction qu'il existe quelque chose d'important » et leur quête commune de ce que pourrait être ce quelque chose. En cours de réalisation, le spectacle a révélé à ses créateurs que leur travail renversait la Tour de Babel : l'important n'était pas la multiplicité extérieure de nos différences (régionales, spirituelles, linguistiques, physiques...), mais le lien sous-jacent qui nous unit plus qu'il nous divise, à savoir les responsabilités que nous partageons tous. Ainsi, de même que la pièce évolue vers une sorte d'oméga, nous observons une dilution des barrières artificielles, des structures, des définitions et des technologies que nous cherchons à imposer à nos mondes géographiques, virtuels, politiques ou spirituels. Il nous reste quelque chose de plus primitif, transcendant et unifié. Il nous reste nous autres. Complètement et littéralement enchaînés les uns aux autres par nos neurones, et séparés uniquement par notre peau, ainsi que l'énoncent les mots du neurologue Vilayanur S. Ramachandran au cours de la performance.


texte: Lou Cope
traduction : Émilie Syssau

Sources : Programme de salle Maison de la Danse

Générique

chorégraphie et mise en scène Sidi Larbi Cherkaoui & Damien Jalet concept visuel et design Antony Gormley assistance à la chorégraphie Nienke Reehorst costumes Alexandra Gilbert éclairages Adam Carrée dramaturgie Lou Cope création et interprétation Navala Chaudhari, Francis Ducharme, Darryl e. Woods, Jon Filip Fahlstrom, Damien Fournier, Ben Fury, Vala Runarsdottir, Christine Leboutte, Ulrika Kinn Svensson, Kazutomi Kozuki, Sandra Delgadillo Porcel, James O'Hara, Helder Seabra musiciens Patrizia Bovi, Mahabub Khan, Sattar Khan, Gabriele Miracle, Kazunari Abe (Kodo) consultant musique Fahrettin Yarkin techniciens sharp, Tom Daniels, Bert van Dijck, Bart van Hoydonck (sLP), Mathias Batsleer (sLP), Jens Drieghe vaisselier Elisabeth Kinn Svensson directeur de production Bram Smeyers assistante de production Sofie de Schuter directeur exécutif Karen Feys distribution Frans Brood Productions remerciements Marek Pomocki, Seniz Karaman, Raad van Bbestuur Eastman, de Munt, Lise Uytterhoeven, Assaf Hochman, Casey Spooner, Alistair Wilson (Push 4), Antony Gormley studios, Juliette van Peteghem, Milan ‘mino' Herich, Sven Bahat, Hisashi Itoh, Kodo ensemble (melanie Taylor), Rakesh mps, Karthika Nair, Frederik verrote

Production Eastman vzw et Théâtre Royal de la Monnaie/De Munt (Bruxelles) coproduction : Fondation d'entreprise Hermès, Etablissement Public du Parc et de la Grande Halle de la Villette (Paris), Sadler's Wells (Londres), Festival Boulevard (Den Bosch Pays- Bas), Festspielhaus (St. Pölten), Grand Théâtre de Luxembourg, International Dance festival Switzerland - Migros Culture Percentage, Fondazione Musica per Roma (Rome) et Ludwigsburger Schlossfestspiele (Allemagne) Babel (words) est une commande de DASH ARTS (Grande Bretagne) pour la Dash Arabic Series, dans le cadre de la Saison des arts arabes en 2010 avec le soutien du Garrick Charitable Trust Eastman est une compagnie en résidence à Het Toneelhuis à Anvers.

Réalisation vidéo Charles Picq date du document vidéo 2011 production Maison de la Danse

durée de l'oeuvre 1h45

Dernière mise à jour : Mai 2011

Cherkaoui, Sidi Larbi

Sidi Larbi Cherkaoui a débuté comme chorégraphe en 1999 dans "Anonymous Society", une comédie musicale contemporaine d’Andrew Wale. Depuis lors, il a signé de nombreuses chorégraphies, qui lui ont valu une série de prix parmi lesquels le Fringe First Award et le Total Theatre Award à Édimbourg, le Barclay Theatre Award à Londres, le Special Prize au BITEF Festival de Belgrade, le prix Nijinski du ‘chorégraphe prometteur’ à Monte-Carlo, le Movimentos Award à Wolfsburg, le Helpmann Award en Australie. En 2008 et 2011, le magazine Tanz le proclame ‘chorégraphe de l’année’. En 2009, la fondation Alfred Toepfer lui attribue le Kairos Prize pour sa vision artistique et sa recherche d’un dialogue culturel ; il reçoit aussi le titre de ‘meilleur chorégraphe’ au National Dance Awards et celui de ‘meilleure production de l’année’ par le magazine Tanz pour "Sutra". En 2011 un Giraldillo Award lui est attribué pour "Dunas", un Benois de la danse et deux Laurence Olivier Awards pour "Babel(words)" et il est proclamé ‘jeune artiste pour le dialogue interculturel entre les mondes arabe et occidental’ par Unesco.

Sidi Larbi Cherkaoui a réalisé ses premières chorégraphies en tant que membre du collectif Les Ballets C. de la B. – "Rien de rien" (2000), "Foi" (2003), "Tempus Fugit" (2004). Parallèlement, il a collaboré à divers projets : "Ook" (2000) avec le chorégraphe Nienke Reehorst au Theater Stap à Turnhout ; "D’avant" (2002) avec Damien Jalet et la compagnie Sasha Waltz & Guests ; "Zero degrees" (2005) avec Akram Khan. Sidi Larbi Cherkaoui a travaillé pour de nombreux théâtres, opéras et compagnies de danse, allant des Ballets de Monte-Carlo ("In memoriam", 2004 et "Mea culpa", 2006), au Sadler’s Wells à Londres ("Sutra", 2008), en passant par le Grand Théâtre de Genève (Loin, 2005), les Ballets Cullberg de Stockholm ("End", 2006), le Royal Danish Ballet ("L’Homme de bois", 2007) et la Monnaie ("Apocrifu", 2007). À la Monnaie, il a également assuré la chorégraphie de la création de l’opéra House of the Sleeping Beauties de Kris Defoort. De 2006 jusqu'à 2009, il est artiste en résidence au Toneelhuis où il a créé les productions "Myth" (2007) et "Origine" (2008). Depuis 2008, il est également artiste associé du Sadler’s Wells de Londres.

En 2009, il a créé sa première commande américaine, Orbo Novo, pour le Cedar Lake Contemporary Ballet à New York, ainsi que plusieurs duos, "Faun" au Sadler’s Wells et "Dunas" pour Creaciones Artisticas Dunas. Pour Dunas, il a reçu le Prix Giraldillo du meilleur spectacle à la Biennale de Flamenco de Séville en 2011 et le National Dance Award pour une performance exceptionnelle homme (moderne) en 2012.

2010 marqua le lancement de sa nouvelle compagnie, Eastman, en résidence au Campus des Arts International deSingel à Anvers. Il réalise la chorégraphie de Das Reingold (Wagner) dans une mise en scène de Guy Cassiers à la Scala de Milan et un nouveau duo Play avec Shantala Shivalingappa. Avec Damien Jalet et Antony Gormley il crée Babel(words), la partie finale du triptyque qu’il a commencé avec Foi et Myth. Babel(words) à triomphé au 2011 Laurence Olivier Awards, en remportant le prix pour la meilleure production de danse et le prix pour la réalisation exceptionnelle en danse pour la scénographie par Antony Gormley.

En 2011 Sidi Larbi Cherkaoui a assuré la chorégraphie Labyrinth pour le ballet National de Hollande. La meme année, il crée "TeZukA", une pièce pour 15 danseurs et musiciens sur l’oeuvre du maître de manga japonais Osamu Tezuka. A la fin de l'année, il a chorégraphié "Constellation", un solo de 16 minutes pour "Rising", un spectacle composite exécuté par le danseur de Kathak Aakash Odedra.

En 2012, il crée "Puz/zle" avec 11 danseurs et les chanteurs corses d’A Filetta, la chanteuse libanaise Fadia Tomb El-Hage et le musicien japonais Kazunari Abe. Il a également assuré la chorégraphie d'Anna Karénine, le film de Joe Wright avec Keira Knightley et Jude Law.

Au printemps 2013 Cherkaoui a créé "4D" pour Eastman, "Boléro" (en collaboration avec Damien Jalet et Marina Abramovic) pour le Ballet de l'Opera de Paris, et "M¡longa", un spectacle de tango, pour Sadler's Wells. Fin 2013 a eu lieu à Pékin la première de "生长genesis", la nouvelle production d'Eastman.

En Janvier 2015 a lieu la première de Pluto à Tokyo, ou il met en scène une nouvelle adaptation au théâtre du manga d’ Urasawa, produite par le Bunkamura. Il continue en Allemagne avec la chorégraphie de l’Oiseau de Feu de Stravinsky pour les Ballets de Stuttgart. En aout dernier, Sidi Larbi Cherkaoui assure la chorégraphie  du mouvement pour Hamlet, mis en scène par Lynsdey Turner à Londres avec la participation de Benedict Cumberbatch. La première de sa dernière production, Fractus V, une pièce sur la rupture naturelle nécessaire pour grandir et devenir plus fort, a lieu en septembre 2015 à Anvers et le spectacle est actuellement en tournée internationale.

Sidi Larbi Cherkaoui a été récemment nommé directeur artistique du Ballet Royal de Flandres, fonction qu’il associe à la direction artistique de sa compagnie Eastman.

Source: Eastman⎜Sidi Larbi Cherkaoui

En savoir plus 

east-man.be

 


Jalet, Damien

----------------------------

Damien Jalet est un chorégraphe et un interprète freelance français et belge. Depuis 2000, il travaille régulièrement en collaboration avec Sidi Larbi Cherkaoui, pour les compagnies Less ballets C. de la B., Toneelhuis et Eastman vzw (il a dansé dans "Rien de Rien", "Fo", "Tempus Fugit" "Myth" et récemment "TeZukA").

En 2002, Jalet et Cherkaoui ont créé "d'avant", avec Luc Dunberry et Juan Kruz Diaz de Garaio Esnaola, produits par Sasha Waltz et invités. Jalet et Cherkaoui ont également signé "Babel (words)". Damien Jalet travaille aussi régulièrement avec la chorégraphe islandais Erna Ómarsdóttir. Ensemble, ils créent un certain nombre d'œuvres en collaboration avec l'artiste visuelle Gabriela Fridriksdóttir. Ómarsdóttir et Jalet ont également créé "Black Marrow" pour la société australienne renommée Chunky Move au festival international de Melbourne en 2009.

En 2008, Jalet a créé "Three Spells" avec la danseuse Alexandra Gilbert et le compositeur Christian Fennesz pour le Festival international des arts de Tokyo. Il a également travaillé avec d'autres chorégraphes de renom, comme Wim Vandekeybus pour "The day of heaven and hell" (Le jour du ciel et de l'enfer) et Akram Khan pour qui il a conçu un segment solo dans la pièce "Desh".

Jalet a développé un grand nombre de collaborations avec des artistes de haut niveau dans différents domaines, tels que le directeur de théâtre Arthur Nauzyciel, des artistes visuels (Antony Gormley, Jim Hodges), des musiciens (Lady and Bird, Olof Arnalds, Florence + The Machine, Editors) . Il a également travaillé avec le photographe Nick Knight et le designer Bernhard Willhelm  (pour la vidéo "Men in tights"), et avec le philosophe Giorgio Agemben et le musicien contemporain Stefano Scodanibio (l'opéra "Il cielo sulla terra").

En février 2013, il a dirigé une importante installation chorégraphique intitulée "les médusés" dans certaines des plus grandes salles du musée du Louvre à Paris avec la participation de plus de 30 artistes de différentes disciplines. En mai 2013, il crée en collaboration avec Cherkaoui et l'artiste de performance légendaire Marina Abramovic, une nouvelle version du "Bolero" de Ravel pour le Ballet de l'Opéra de paris avec les costumes Givenchy du styliste Riccardo Tisci et 11 danseurs dont les étoiles Aurélie Dupont, Marie Agnès Gillot et Jérémie Bélingard.

Source : Site de Damien Jalet

En savoir plus

damienjalet.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Festival de danse de Cannes

Festival de danse de Cannes

Ce sont 17 compagnies, avec des créations inédites et des premières françaises ou en région, qui sont invitées pour cette nouvelle édition du 8 au 17 décembre 2017 dirigée par Brigitte Lefèvre ! Après la rêverie maritime, qui inspirait la précédente édition de son mouvement de flux infini, Brigitte Lefèvre a souhaité cette année que le Festival de Danse de Cannes s'inscrive dans un croisement de cultures et nous entraîne dans un voyage dans le temps et l'espace révélant la danse dans sa diversité.

Voir la collection
Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés, une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection