Horace Benedict

2001
Année de création : 2000

Film d'Aldo Lee et de Dimitri Chamblas, "Horace Benedict" est créé parallèlement au projet "Ouvrée, artistes en alpages" de Boris Charmatz.

 
close

Horace Benedict

Horace Benedict - Aldo Lee et Dimitri Chamblas

Film d'Aldo Lee et de Dimitri Chamblas, "Horace Benedict" est créé parallèlement au projet "Ouvrée, artistes en alpages" de Boris Charmatz. Sur l'invitation de ce dernier, Anne Collod, Simon Hecquet, Bernard Heidsieck, Matthieu Kavyrchine, Jennifer Lacey, Benoit Lachambre, Xavier Le Roy, Barbara Manzetti, Phil Minton, Jean-Luc Moulène, Steve Paxton ainsi que des danseurs figurants ont investi le col de Semnoz en Haute-Savoie pour confronter des matières chorégraphiques, plastiques et sonores à l'échelle démesurée de la montagne. Dans cette topographie exceptionnelle, les expérimentations proposées révèlent autrement les relations implicites du corps à l'espace-temps et la dimension collective du geste dansé. Horace Benedict, titre de ce moyen-métrage, est le nom d'un scientifique du 18e siècle qui a participé à la création de divers observatoires météorologiques dans les Alpes et inventeur de l'hydromètre à cheveu. Ce n'est pas un documentaire sur le projet de Boris Charmatz mais un projet à part entière, autour et à partir de cet événement. Dimitri Chamblas explique ainsi son positionnement : « Par ce travail, j'arriverais peut-être à évaluer l'importance d'un lieu vis-à-vis d'une œuvre, à saisir jusqu'où ce qui entoure un travail vient profondément le toucher et l'influencer. »
Ce moyen-métrage est présenté en projection simple, sous forme d'installation ou à l'occasion de soirées d'improvisations dans des cinémas. La version proposée ici en intégralité, mais dans un petit format, ne peut nous donner qu'une approche archivistique de l'œuvre.

Générique

Titre : Horace-Benedict (17 observations d'artistes dans les alpages)
Année de création : 2001
Réalisation : Dimitri Chamblas et Aldo Lee
Auteur : Dimitri Chamblas
Avec : Boris Charmatz, Anne Collod, Simon Hecquet, Bernard Heidsieck, Matthieu Kavyrchine, Jennifer Lacey, Benoit Lachambre, Xavier Le Roy, Barbara Manzetti, Phil Minton, Jean-Luc Moulène, Steve Paxton
Et aussi des figurants
Sandie Beausse, Amandine Blanc, Graziella Bouchet, Lucie Brugel, Elise Chappaz, Jacques Chappaz, Géraldine Doré, Philippe Drevon, Karine Gassend, Claireline Gibert, Esperanza Gouraud, Violette Guillarme, Hélène Marie, Margot Mathiez, Florence Orciazzi, Julie Perret, Magali Perret, Nathalie Texier, Soraya Thomas, Katrine Tissandier
Horace-Benedict a été filmé au Col du Semnoz à l'occasion d'"Ouvrée, artistes en alpage", une proposition de Boris Charmatz/association edna.

Durée : 38 minutes
Digibeta - Couleur - stéréo

Production : association edna
Coproduction : Bonlieu Scène Nationale d'Annecy - TanzWerkstatt Berlin - Centre Chorégraphique National de Montpellier / Languedoc-Roussillon
Avec le soutien de Artservice International
Remerciements: Salvador Garcia, Edith Klein, Stéphane Maisonneuve et toute l'équipe de Bonlieu /Scène Nationale d' Annecy,Claire Verlet,Bénédicte Pesle,Thérèse Barbanel,Jean-Marc Boitière,La famille Coutet, Monsieur Todesthini et la commune de Leschaux,Monsieur Dagand, Monsieur Veyrat et les ateliers Varants

En savoir plus

Site de Boris Charmatz

Charmatz, Boris

Boris Charmatz

Né le 3 janvier 1973 à Chambéry

Formé à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, Boris Charmatz est engagé par Régine Chopinot pour "Ana" (1990) et "Saint-Georges" (1991). En 1992, il est sollicité par Odile Duboc et rejoint la compagnie pour "7 jours/7 villes" (1992), "Projet de la matière" (1993), "trois boléros" (1996). Il participe en outre à la création de "K" de E d'Olivia Grandville et Xavier Marchand (1993).
En 1992, il fonde l'association edna avec Dimitri Chamblas. Ensemble, ils écrivent et interprètent le duo "À bras-le-corps" (1993), puis signent "Les Disparates" (1994), solo bicéphale pour un danseur et une sculpture de Toni Grand. Boris Charmatz présente ensuite "Aatt enen tionon" (1996), pièce verticale pour trois danseurs, puis "herses (une lente introduction)" (1997), quatuor pour cinq danseurs et un violoncelliste sur des musiques d'Helmut Lachenmann. En 1999, il chorégraphie "Con forts fleuve", sur des textes de John Giorno et des musiques d'Otomo Yoshihide. En 2002, il conçoit une pièce chorégraphique en forme de poupées russes, "héâtre-élévision", spectacle réduit à un film, lui-même contenu dans un téléviseur présenté au sein d'une installation à l'attention d'un seul spectateur à la fois. Quatre ans plus tard, il propose avec "Quintette Cercle" (2006), une tranche de ce spectacle en version live. En 2006, il signe le trio "régi" qui réunit sur scène Julia Cima et lui-même autour de la figure de Raimund Hoghe. En 2008, "La danseuse malade", en duo avec Jeanne Balibar, met en scène les textes de Tatsumi Hijikata, père fondateur de la danse butô. En 2009, un dispositif chorégraphique voit le jour à partir du livre « Merce Cunningham, un demi-siècle de danse » de David Vaughan. Conçu à la manière d'un flip-book chorégraphique, le livre en est sa partition. Elaborée en quelques jours, la performance adopte un titre différent suivant les équipes concernées : "Roman Photo" (étudiants, amateurs ou non danseurs), "Flip Book" (danseurs professionnels), "50 ans de danse" (anciens interprètes de la Merce Cunningham Dance Company). En 2010, il crée "Levée des conflits", pièce pour 24 danseurs et 25 mouvements. Artiste associé de l'édition 2011 du Festival d'Avignon, Boris Charmatz crée à la Cour d'honneur du Palais des papes enfant, pièce pour 9 danseurs et 26 enfants.
A partir de 1997, aux côtés d'Angèle Le Grand, il développe des projets très variés au sein de l'association edna. Ces propositions ont pour vocation de dessiner un espace ouvert à des essais multiples : sessions thématiques, réalisation de films ("Les Disparates" de César Vayssié, "Horace Benedict" de Dimitri Chamblas et Aldo Lee, "Une lente introduction" de Boris Charmatz), programmes "Hors-série" proposés par l'équipe d'edna ("La chaise" et "Visitations" de Julia Cima, "Jachères" de Vincent Dupont), production d'installations ("Programme court avec essorage"), organisation d'expositions ("Complexe", "Statuts"), et de projets transdisciplinaires ("Ouvrée - artistes en alpages", "Entraînements-série d'actions artistiques", "Facultés", "Education").
Si Boris Charmatz signe une série de spectacles qui feront date, l'ensemble des projets produits au sein de l'association edna rencontre également un large public au niveau national, européen et international.
De 2002 à 2004, dans le cadre d'une résidence au Centre national de la danse à Pantin, il développe le projet "Bocal", école nomade et éphémère. Professeur invité à l'Universität der Künste (Berlin), il collabore à l'élaboration d'un nouveau cursus en danse qui voit le jour en 2007.
Boris Charmatz participe régulièrement à des soirées d'improvisation (avec Médéric Collignon, Saul Williams, Archie Shepp…) et poursuit son activité d'interprète notamment dans "boléro 2" d'Odile Duboc.
En 2003 Boris Charmatz cosigne avec Isabelle Launay : "Entretenir/à propos d'une danse contemporaine" (coédition Centre national de la danse/ Les Presses du Réel), dont la traduction anglaise a été publiée en mai 2011 sous le titre "undertraining / On A Contemporary Dance" (éd. Les Presses du Réel). En avril 2009 Boris Charmatz signe "Je suis une école" aux Editions Les Prairies Ordinaires, ouvrage en forme de journal de bord qui relate l'aventure que fut "Bocal".
Directeur du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne depuis janvier 2009, Boris Charmatz propose de le transformer en un Musée de la danse d'un genre nouveau. Un manifeste est à l'origine de ce musée qui a déjà accueilli les projets "préfiguration", "expo zéro", "héliogravures", "rebutoh", "Grimace du réel", "service commandé", "brouillon", "Jérôme Bel en 3 sec, 30 sec, 3 min, 30 min, 3 h", "Petit Musée de la danse", "Rétrospective" par Xavier Le Roy et s'est déplacé à Avignon, Saint Nazaire, Singapour, Utrecht, et New York.

Lee, Aldo

Aldo Lee suit une formation à l'université du Witwatersand (Afrique de Sud) où il est reçu au Bachelor of Art, mention très bien en 1989. En 1995, il participe à l'International Vidéo Workshop for Dance (Glasgow). Il débute dans la fiction avec "Sacrifice" (drame, 30 mn) grâce auquel il reçoit le prix du meilleur court-métrage au festival du cinéma Sud Africain. Il réalise de nombreux documentaires et reçoit les prix de meilleur documentaire avec "La double vie de Dona Ermelinda" (52 mn) au festival Vues d'Afrique, Montréal en 1995 ; et en 1999, avec "Fermiers Blancs, Terre Noire" (52 mn) au festival Of the Dhow Countries, Tanzanie.
Il collabore avec les artistes Rainer Ganahl, Boris Achour, Yann Kopp, et notamment les chorégraphes Hervé Robbe, Jérôme Bel, Rachid Ouramdane... Pour l'association edna, il coréalise "Horace-Benedict" en 2001 avec Dimitri Chamblas et collabore avec Boris Charmatz pour son film "Une lente introduction" (2007). Parallèlement, il travaille régulièrement comme cadreur et réalisateur sur différents projets diffusés sur Arte, France3 (Striptease) ou Channel Four.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Musée de la danse

Musée de la danse

Boris Charmatz inscrit son travail artistique au sein de l’association edna depuis 1992. Nommé directeur du CCN de Rennes et de Bretagne en 2008, il le transforme en Musée de la danse dès son arrivée en 2009. Né d'un croisement contre-nature entre le musée, lieu de conservation, la danse, art du mouvement, et le centre chorégraphique, lieu de production et de résidence, Boris Charmatz poursuit son travail de création pensant la danse de manière élargie.

Voir la collection