Terpsichore

2014
Année de création : 2014
Déposée par : Fondation BNP Paribas

Du dessin à la naissance de la couleur... Terpsichore est une chorégraphie picturale. Du dessin préparatoire à l’arrivée de la couleur, le mouvement dessine l’idée de continuité sur les musiques de Rebel et Haendel.

 
close

Terpsichore

Du dessin à la naissance de la couleur...

 

Terpsichore est une chorégraphie picturale. Du dessin préparatoire à l’arrivée de la couleur, le mouvement dessine l’idée de continuité sur les musiques de Rebel et Haendel.

 

Commande du Centre de Musique Baroque de Versailles, Terpsichore est une création en deux temps. En 2013-2014, la Muse de la danse habille la pièce d’un nouvel élan avec cette version sur musique enregistrée après avoir été créé les 9 et 10 juin 2012 au Händel Festspiele (Allemagne) avec l’ensemble Les Talens Lyriques dirigé par Christophe Rousset.

 

Générique

conception et chorégraphie Béatrice Massin
musiques
= REBEL :Terpsichore, Les Plaisirs Champêtres, extraits des Eléments Ensemble Arion Chef invité : Daniel Cuiller = HAENDEL : Terpsichore, prologue de Il Pastro Fido composé pour Marie Sallé (1707-1756)
 
créé et interprété par les danseurs de la compagnie fêtes galantes
Céline Angibaud, Bruno Benne, Sarah Berreby, Olivier Collin, Laurent Crespon, Adeline Lerme
lumières et scénographie Rémi Nicolas
costumes Dominique Fabrègue
régie générale Evelyne Rubert

 

Massin, Béatrice

Interprète dans plusieurs compagnies contemporaines, dont celle de Susan Buirge, Béatrice Massin est engagée en 1983 par Ris et Danceries où elle alterne durant dix années, l'interprétation, la recherche sur le répertoire, l'assistanat et la création chorégraphique. Elle crée « Water music » de Haendel à l'Arsenal de Metz (1990), « Bastien et Bastienne » (1991), « Les petits riens » de Mozart (1991) pour l'atelier lyrique de Tourcoing et signe les chorégraphies de « Médée » sur la musique de Marc-Antoine Charpentier (1983).

Fin 1993, Béatrice Massin fonde sa propre compagnie, Fêtes Galantes, pour laquelle elle monte un spectacle par an : reconstitutions de pièces du répertoire baroque, mais surtout, créations utilisant le vocabulaire chorégraphique de la danse du XVIIe (« Charpentier des ténèbres », « Carte du tendre », « Pipinone », « Trio triptyque » ou tout récemment « Que ma joie demeure »).

De décembre 1999 à juillet 2000, Béatrice Massin crée et dirige les chorégraphies du film « Le roi danse » de Gérard Corbiau. En septembre 2001 Béatrice Massin est invitée par le ballet de Lorraine pour la création de trois chorégraphies baroques dont « Noir, du côté de Callot » inspirée de l'œuvre de Callot.

Parallèlement à son travail de recherche et de création, elle assure des programmes pédagogiques à l'Opéra Bastille, à la Cité de la musique, ou encore au Centre national de la danse, sous forme de conférences-spectacles, stages et ateliers et propose la découverte de la danse académique baroque ainsi que des reconstitutions de pièces du répertoire baroque.

Ses dernières créations

Atys (recréation) 2011
La Belle Dame 2011
Songes 2009
Un  voyage d'hiver 2008
Un air de Folies 2007
Pimpinone 2006
Les Eléments 2004
Que ma joie demeure 2002

Plus d'informations

Site de la compagnie

Ressource électronique de la médiathèque du CND sur la compagnie Fêtes galantes

Dernière mise à jour : mars 2010

Compagnie Fêtes galantes

Direction artistique: Béatrice Massin

Année de création: 1993

Par la singularité de son travail et la complémentarité de ses actions, la compagnie Fêtes galantes se veut, tant sur le plan national qu’international, l’acteur incontournable de la valorisation et de la transmission du patrimoine chorégraphique français des XVIIe et XVIIIe siècles, ainsi qu’un lieu de production et de création contemporaine résolument tourné vers le XXIè siècle.

Lorsqu’en 1993 Béatrice Massin fonde la compagnie Fêtes galantes, elle souhaite mettre en lumière au moyen de ses créations et d’un travail de sensibilisation, les relations fortes qui existent entre le XVIIème et le XXème siècle. Cette démarche spécifique s’inscrit là où l’Histoire de la danse occidentale trouve sa source, mais également là où la rencontre avec la matière contemporaine est possible.

Après dix ans d’existence, le succès de la pièce "Que ma joie demeure" affirme la direction de la compagnie et la particularité de l’écriture chorégraphique de Béatrice Massin. Une écriture qui utilise la « matière baroque » dans toute sa spécificité et toute sa modernité. Précisément, cette « matière baroque » est de l’ordre de l’appropriation d’un « langage » qui passe par des apprentissages rigoureux de la notation et de l’écriture, d’une musicalité du geste, d’une construction d’espace, de coordinations gestuelles et de volumes corporels. Mais c’est aussi la capacité de cette « matière » à être traitée par des savoirs techniques contemporains ou hétérogènes qui a « fait » le baroque tel qu’il existe est peut se définir au sein de Fêtes galantes sous le néologisme de post-baroque.

Le post-baroque invite à quitter les plateaux et salles feutrées des opéras pour rencontrer les grands plateaux de la modernité culturelle décentralisée. Ce dépoussiérage du spectacle chorégraphique baroque adapté aux architectures des nouveaux lieux de spectacle portait une « révolution » qui résonnait positivement avec les revisitations de la musique et des architectures. Cette « première » révolution fut celle d’un geste qui décidait de son espace, de sa musicalité, de son rythme et de ses mises en scène. Fort de cette affirmation de style, l’Atelier baroque, cellule de transmission et de recherche de la compagnie Fêtes galantes, est créé en 2003. L’atelier baroque valorise le travail pédagogique en ouvrant le panel des publics et en s’orientant vers la formation des danseurs professionnels.

Source : Site de la Compagnie Fêtes Galantes

En savoir plus

fetesgalantes.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Fondation BNP Paribas

Fondation BNP Paribas

Déposée par : Fondation BNP Paribas

La Fondation BNP Paribas est l’un des rares mécènes à soutenir des chorégraphes et des artistes issus des nouveaux arts du cirque. Aide à la création, soutien à la diffusion des spectacles et aux résidences d’artistes sont autant de moyens pour la Fondation BNP Paribas de favoriser le développement et le rayonnement de la création contemporaine aux côtés des autres partenaires institutionnels.

Voir la collection