Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Sacré printemps !

Maison de la Danse de Lyon 2014 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : M'Barek, Aïcha (Tunisia) Dhaou, Hafiz (Tunisia)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la Danse de Lyon , Saisons 2010 > 2019

Producteur vidéo : Maison de la Danse

en fr

Sacré printemps !

Maison de la Danse de Lyon 2014 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : M'Barek, Aïcha (Tunisia) Dhaou, Hafiz (Tunisia)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la Danse de Lyon , Saisons 2010 > 2019

Producteur vidéo : Maison de la Danse

en fr

Sacré Printemps !

Rencontre avec Aïcha M'Barek et Hafiz Dhaou - Propos recueillis par Gallia Valette-Pilenko, octobre 2014

Comment est née cette pièce ?
Hafiz Dhaou : En fait, on y travaillait déjà quand on a monté "Toi et Moi", notre duo, en 2013.
Aïcha M'Barek : Le duo a été comme un déclic, ou plutôt le levier pour aller ailleurs et traduire ce qu'on avait expérimenté tous les deux sur la masse, parce qu'on aime bien travailler sur la masse corporelle et la masse des danseurs (leur nombre). On cherche leur individualité tout en cherchant un langage commun.
H.D : "Kharbg"a (2011) a marqué un tournant dans notre travail. Il nous est apparu la nécessité de revisiter toute la grammaire que nous avions construite auparavant. On a mis le doigt sur quelque chose qui nous appartient, ce goût du chemin. Ce n'est pas tant le geste dans sa forme qui est important que le cheminement pour y arriver.
A.M'B : Il y a une notion de don, une épreuve qui nécessite de l'engagement. Et puis, on connaît toute l'équipe depuis 14 ans, même si chacun n'a pas dansé toutes les pièces. On va directement à l'essentiel, le mensonge n'est pas possible, le « faire » non plus. C’est l' « être » qui nous intéresse.
H.D : Nous sommes dans un partage très concret, la joie, le souffle, la fatigue... Tout ça peut nous permettre de converger vers un même objectif, d'être un.

Le titre que vous avez choisi, "Sacré printemps!", est à double entrée. La référence au Sacre du printemps, évidemment, et celle, tout aussi évidente, aux Printemps arabes. Pourquoi ?
A. M'B : Pour nous le Sacre du printemps est un tournant dans l'histoire de la danse, mais pas tant dans l'œuvre elle-même que l'onde de choc qu'elle a créée, ce qu'elle a provoqué comme résonances. Nous ne nous identifions pas à la musique elle même mais plutôt à son écriture. Le corps est remis en jeu à chaque fois, comme
dans la partition de Stravinski qui déconstruit ses phrases musicales.
H.D: Sacré, ça évoque aussi tout à la fois la mythologie, le religieux, l'intouchable, quelque chose de pérenne qui dépasse les générations. Et le printemps est synonyme d'espoir même s'il y a aussi un point d'exclamation qui tempère et qui questionne. Nous sommes au milieu de deux mouvements contradictoires, l'espoir d'un jour meilleur et le dogme. La foi dans l'avenir doublée d'une crainte. Comment concilier le sacré et le contemporain ? La Tunisie est une sorte de « laboratoire à ciel ouvert », la « start-up de la démocratie ». Ce qui s'y passe est attentivement scruté par l'ensemble du monde arabe. La société civile en Tunisie a obligé le politique à se positionner.
A.M'B : Cette urgence s'inscrit dans les corps parce qu'elle les conditionne, elle les plonge dans un état d'urgence permanent. Ainsi des gestes de révolte. On met tout en place pour installer les corps dans l'urgence et quand elle
est là, on ne peut plus baisser la garde. Mais nous sommes des témoins, pas des porte-parole. D'où l'importance de la scénographie.

Oui, parlons de cette scénographie constituée de 32 personnages grandeur nature dessinés par Dominique Simon.
A. M'B : En fait, c'est la rencontre avec les cartons peints de Bilal Berrini - zoo project, jeune graffeur franco-algérien, dans les rues de Tunis qui nous a interpellé. Ses figures, des martyrs tombés pendant la Révolution tunisienne se déplaçaient dans la ville de Tunis comme des témoins silencieux. À l'époque, en 2011, nous l'avions rencontré et avions parlé d'un projet ensemble. Quand nous avons voulu reprendre contact avec lui, il avait disparu. Puis, nous avons appris qu'il avait été retrouvé assassiné à Detroit.
H.D: Nous ne voulions pas nous servir de son œuvre, par respect pour lui alors même qu'elle avait motivé en partie cette nouvelle recherche. Nous avons demandé à Dominique Simon, dessinateur, de rendre hommage à son travail, en créant des personnages anonymes, mais aussi connus qui font partie intégrante de la pièce. Des personnages importants pour nous, mais aussi quelques martyrs peints par Bilal et d'autres anonymes. Il a traduit nos intentions à travers ceux que nous avons souhaiter voir figurer avec nous, avec un trait et une lecture
différents. Nous sommes sensibles à son point de vue.
A.M'B : Oui, nous avons exploré les postures du corps, parce que ces témoins silencieux conditionnent l'espace et les mouvements des danseurs, qu'ils imposent leur temps de réflexion et d'ouverture. Leur présence développe
l''imaginaire et ouvre des espaces.
H.D : Le public n'est plus que spectateur et consommateur mais aussi témoin de ce qui se passe. Un dialogue s'instaure entre lui, les figures et les interprètes.

M'Barek, Aïcha

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou sont nés à Tunis, et vivent et travaillent aujourd’hui à Lyon. Ils constituent la Compagnie CHATHA en 2005 et créent depuis ce jour leurs spectacles ensemble.


Après avoir intégré le Conservatoire de Musique et Danse de Tunis, ils rejoignent en 1995 le Sybel Ballet Théâtre, et participent aussi aux différents projets de Fadhel Jaziri. Il étudient en parallèle le cinéma au sein de l’Institut Maghrébin de Cinéma (IMC) à Tunis.

C’est en 2000 qu’ils intègrent le CNDC d’Angers, à la faveur de bourses de l’Institut Français de Tunis.


Aicha obtient ensuite un Master IUP Métiers des Arts et de la Culture à l’Université Lyon 2, et devient danseuse interprète de la chorégraphe Sophie Tabakov / Cie Anouskan.


Hafiz quant à lui, danse pour Abou Lagraa dès 2003, et suit la formation E.X.E.R.C.E dirigée par Mathilde Monnier au CCN de Montpellier.


Il participe aussi a plusieurs pièces de Héla Fattoumi et Eric Lamoureux et est Interprète associé au CCN de Caen sur divers projets.

Les deux chorégraphes créent leur premier duo Khallini Aïch en 2004, puis Khaddem Hazem en 2006, VU en 2008, à la Biennale de danse de Lyon, puis Kawa, solo à deux en 2010. En 2011, à l’invitation des Ballets de Lorraine-CCN Nancy ils créent Un des Sens, pièce pour 28 danseurs.


KHARBGA - jeux de pouvoir et Do You Believe me ? sont créés en 2011, puis le duo Toi et Moi en 2013. Ils créent le septet Sacré printemps ! en 2014 et Narcose en 2017, enfin Ces Gens-là! en 2018 et L’Amour sorcier avec le musicien Jean-Marie Machado en 2019.

2010 est une année charnière, durant laquelle se créé pour la compagnie une ouverture à l’international : en Afrique, Asie, Moyen Orient, Amérique du nord... C’est l’occasion aussi pour les deux chorégraphes d’établir une correspondance à distance, qui sera la matrice de Kawa, solo écrit à deux mains. Pièce marquant de manière plus globale un tournant dans la vie et l’évolution de la compagnie.

En 2011 et 2012, ils sont nommés directeurs artistiques du Festival Les Rencontres Chorégraphiques de Carthage Tunis Capitale de La Danse. Ils se voient aussi confié plusieurs cartes blanches au MUCEM – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille, également au Kampnaguel à Hambourg, à Limoges au festival des Francophonies en Limousin. Ils collaborent au symposium Dewan en Jordanie, intègrent tous deux le comité d’Orientation de l’Institut Français Paris pour la Triennale Danse l’Afrique Danse jusqu’en 2020.


Ils interviennent au sein de formations universitaires pour lesquelles ils sont chorégraphes-enseignants, à Tunis et à Grenoble.

Enfin la compagnie a été en résidence au Theatre Work Theater Singapore en 2009, au Toboggan, Décines en 2010, au Théâtre Louis Aragon, Tremblayen- France en 2012 et 2013, au MOUSSEM, centre Nomade des Arts Anvers & Bruxelles en 2014, à la Maison de la Danse de Lyon en 2014 et 2015, aux 2 scènes, Scène Nationale, Besançon en 2016 et 2017, à Bonlieu, Scène Nationale d’Annecy – résidence longue de 2016 à 2018, Artistes Associés au CCN, Belfort Franche Comté Viadanse de 2016 à 2018.

Ils sont aujourd’hui Artistes en résidence à l’Arsenal - Cité musicale-Metz en 2019 et 2020, en résidence à l’Esplanade de Divonne et dans le département de l’Ain de 2020 à 2023, en résidence à l’Université Lyon 3 également, et enfin Artistes associés à l’Espace des Arts scène nationale de Chalon-sur-Saône de 2020 à 2025.


Source : Cie Chatha - Avril 2020

Dhaou, Hafiz

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou sont nés à Tunis, et vivent et travaillent aujourd’hui à Lyon. Ils constituent la Compagnie CHATHA en 2005 et créent depuis ce jour leurs spectacles ensemble.


Après avoir intégré le Conservatoire de Musique et Danse de Tunis, ils rejoignent en 1995 le Sybel Ballet Théâtre, et participent aussi aux différents projets de Fadhel Jaziri. Il étudient en parallèle le cinéma au sein de l’Institut Maghrébin de Cinéma (IMC) à Tunis.

C’est en 2000 qu’ils intègrent le CNDC d’Angers, à la faveur de bourses de l’Institut Français de Tunis.


Aicha obtient ensuite un Master IUP Métiers des Arts et de la Culture à l’Université Lyon 2, et devient danseuse interprète de la chorégraphe Sophie Tabakov / Cie Anouskan.


Hafiz quant à lui, danse pour Abou Lagraa dès 2003, et suit la formation E.X.E.R.C.E dirigée par Mathilde Monnier au CCN de Montpellier.


Il participe aussi a plusieurs pièces de Héla Fattoumi et Eric Lamoureux et est Interprète associé au CCN de Caen sur divers projets.

Les deux chorégraphes créent leur premier duo Khallini Aïch en 2004, puis Khaddem Hazem en 2006, VU en 2008, à la Biennale de danse de Lyon, puis Kawa, solo à deux en 2010. En 2011, à l’invitation des Ballets de Lorraine-CCN Nancy ils créent Un des Sens, pièce pour 28 danseurs.


KHARBGA - jeux de pouvoir et Do You Believe me ? sont créés en 2011, puis le duo Toi et Moi en 2013. Ils créent le septet Sacré printemps ! en 2014 et Narcose en 2017, enfin Ces Gens-là! en 2018 et L’Amour sorcier avec le musicien Jean-Marie Machado en 2019.

2010 est une année charnière, durant laquelle se créé pour la compagnie une ouverture à l’international : en Afrique, Asie, Moyen Orient, Amérique du nord... C’est l’occasion aussi pour les deux chorégraphes d’établir une correspondance à distance, qui sera la matrice de Kawa, solo écrit à deux mains. Pièce marquant de manière plus globale un tournant dans la vie et l’évolution de la compagnie.

En 2011 et 2012, ils sont nommés directeurs artistiques du Festival Les Rencontres Chorégraphiques de Carthage Tunis Capitale de La Danse. Ils se voient aussi confié plusieurs cartes blanches au MUCEM – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée à Marseille, également au Kampnaguel à Hambourg, à Limoges au festival des Francophonies en Limousin. Ils collaborent au symposium Dewan en Jordanie, intègrent tous deux le comité d’Orientation de l’Institut Français Paris pour la Triennale Danse l’Afrique Danse jusqu’en 2020.


Ils interviennent au sein de formations universitaires pour lesquelles ils sont chorégraphes-enseignants, à Tunis et à Grenoble.

Enfin la compagnie a été en résidence au Theatre Work Theater Singapore en 2009, au Toboggan, Décines en 2010, au Théâtre Louis Aragon, Tremblayen- France en 2012 et 2013, au MOUSSEM, centre Nomade des Arts Anvers & Bruxelles en 2014, à la Maison de la Danse de Lyon en 2014 et 2015, aux 2 scènes, Scène Nationale, Besançon en 2016 et 2017, à Bonlieu, Scène Nationale d’Annecy – résidence longue de 2016 à 2018, Artistes Associés au CCN, Belfort Franche Comté Viadanse de 2016 à 2018.

Ils sont aujourd’hui Artistes en résidence à l’Arsenal - Cité musicale-Metz en 2019 et 2020, en résidence à l’Esplanade de Divonne et dans le département de l’Ain de 2020 à 2023, en résidence à l’Université Lyon 3 également, et enfin Artistes associés à l’Espace des Arts scène nationale de Chalon-sur-Saône de 2020 à 2025.


Source : Cie Chatha - Avril 2020

Aïcha M'Barek, Hafiz Dhaou (Cie Chatha)

La force de leurs spectacles tient à leur capacité de montrer des corps traversés intimement par la politique : la répression, l’effervescence révolutionnaire... Soubresauts, convulsions : sous leur direction, les danseurs explosent en scène. Attentats chorégraphiques. 

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson

Chatha

Direction artistique: Aïcha M'Barek, Hafiz Dhaou
Année de création: 2005

Tous les deux nés à Tunis et vivant à Lyon, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou travaillent et créent ensemble depuis 1995. Parallèlement à leur carrière professionnelle, ils ont développé une approche commune de la composition chorégraphique. En 2004, cela a conduit à créer le duo "Khallini Aïch" (Let Me Live) pour Repérages de Danse, Lille. En 2005, ils fondent la compagnie CHATHA à Lyon et l'année suivante ils créent ensemble leur première pièce de groupe, le quatuor "Khaddem Hazem" (les ouvriers du bassin) et le quintet "Vu" en 2008, présentés à la Biennale de danse de Lyon. Ils déposent leurs valises véritablement à Lyon.

En 2008, invités une nouvelle fois à la Biennale de la Danse de Lyon, ils créent le quintet "VU". En 2009, il crée la pièce "Mon corps est un pays" dans le cadre d'un projet universitaire Franco-Tunisien impliquant pendant une année en aller-retour des étudiants de Grenoble et de Tunis.
En 2010, ils voyagent beaucoup et crée à distance "Kawa solo à deux", interprété par Hafiz. Ils participent au Défilé 2010 de la Biennale de la danse de Lyon et créent "Mon c(h)oeur qui bat" avec 150 habitants de Décines-Meyzieu dans le cadre de leur résidence au Toboggan, Décines. Ils font cette même année la première au Bonlieu Scène Nationale d’Annecy.
En 2011, ils créent "KHARBGA - jeux de pouvoir", une pièce pour six danseurs qui représente un virage dans le travail en tandem.
En 2012 et 2013, Aïcha et Hafiz sont en résidence au Théâtre Louis Aragon de Tremblay-en-France où ils créent le projet pluridisciplinaire  "TRANSIT" et signent en 2013 la création d’un duo "Toi et Moi".
Pour la saison 2014-2015 Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou sont artistes associés à la Maison de la Danse de Lyon, ils créent "Sacré Printemps !", pièce pour 7 danseurs, hors les murs au Toboggan, Décines. Toujours en 2015, suivant la commande de l’Institut Français de Tunisie, ils développent un projet de formation et de création et mettent en scène leur première pièce de théâtre "la Vie est un Songe" de Caldéron en invitant David Bobée à co-signer la pièce.
En 2016/2017, ils seront présents à Avignon avec "Narcose" création Bonlieu Scène National d’Annecy. Le musée des Beaux-arts de Besançon ainsi que la scène Nationale de Besançon les 2 scènes, invitent les deux chorégraphes et leur équipe à concevoir et mettre en scène un projet participatif autour de la ville, sa population et leur relation avec les œuvres du musée des beaux arts de Besançon. Ils sont également invités par le Kampnaguel pour créer "Ces gens là !" à Hambourg, un projet imaginer autour du grand port de Hambourg.


Source : VIADANSE - Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort

En savoir plus : www.chatha.org (site en construction)

Sacré Printemps !

Chorégraphie : Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou

Interprétation : Stéphanie Pignon, Johanna Mandonnet, Aïcha M’Barek, Amala Dianor, Rolando Rocha, Mohamed Toukabri, Hafiz Dhaou

Texte : Horrya – Liberté (poème de Khaled Waghlani)

Musique originale : Éric Aldéa et Ivan Chiossone avec la participation de Sonia M’Barek

Musique live : Sonia M’Barek (voix)

Lumières : Xavier Lazarini

Décors : Dominique Simon (illustrations), Bernard Ledey (constructeur)

Son : Christophe Zurfluh

Autres collaborations : Sandrine Faure (régie générale)

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Simge Gücük (Administration et production)

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Maison de la Danse de Lyon

Nos suggestions de videos
01:46

Grand final

Shechter, Hofesh (United Kingdom)

  • Ajouter à la playlist
01:16

The art of Ohad Naharin

Naharin, Ohad (Israel)

  • Ajouter à la playlist
02:56

Ligne de crête

Marin, Maguy (France)

  • Ajouter à la playlist
02:58

Another look at memory

Lebrun, Thomas (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Peekaboo

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
02:57

BROTHER

Da Silva Ferreira, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Vertikal

Merzouki, Mourad (France)

  • Ajouter à la playlist
02:55

Du désir d'horizons

Sanou, Salia (Du désir d'horizons)

  • Ajouter à la playlist
02:45

Suite pour deux pianos

Scholz, Uwe (France)

  • Ajouter à la playlist
04:10

La Bête

Schwartz, Wagner (France)

  • Ajouter à la playlist
05:05

Deus ex Machina

Seyoung, Jeong (France)

  • Ajouter à la playlist
04:55

Slow, heavy and blue

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
04:46

Still waters

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
01:19:53

Undici Onde

Carlson, Carolyn (Italy)

  • Ajouter à la playlist
05:53

Stäbetanz

Wavelet, Christophe (France)

  • Ajouter à la playlist
03:21

Going Home

Carlson, Carolyn (Germany)

  • Ajouter à la playlist
03:41

Syyskuu

Carlson, Carolyn (Finland)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Correction

Havelka, Jiří (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

L'après-midi d'un faune

Nijinsky, Vaslav (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

La troisième symphonie de Gustav Mahler

Neumeier, John (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle


Découvrir
En savoir plus

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

Centre chorégraphique James Carlès

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

La danse contemporaine désigne des courants artistiques succédant à la danse moderne. Mais, il est difficile de cerner précisément cette expression, tant elle inclus différentes pratiques et esthétiques. Aujourd’hui, le mot « contemporain » intègre des danses actuelles, urbaines, théâtrales, de différentes origines géographiques ou «culturelles». Pour comprendre et illustrer la notion de diversité dans la danse contemporaine, nous utiliserons divers créations de la collection du Centre chorégraphique ou de la Compagnie James Carlès Danse &Co, qui a mis cette idée au cœur de ses préoccupations.

Découvrir
En savoir plus

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

La danse classique occidentale entre dans la modernité du 20e siècle : Les Ballets russes et les Ballets suédois

Parcours

Céline Roux

La danse classique occidentale entre dans la modernité du 20e siècle : Les Ballets russes et les Ballets suédois

Parcours

Si le 19e siècle est celui du romantisme, l’entrée dans le nouveau siècle est synonyme de modernité ! Ce sera quelques décennies plus tard que lui sera attribué a posteriori un nom : « le néo-classique ».

Découvrir
En savoir plus

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus...

Et mettons-nous tous nus > Chanson de l’Affaire Louis Trio (1987)

Découvrir
En savoir plus

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Céline Roux

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Parcours

Les Ballets russes ont ouvert la porte à ce qui sera nommé plus tard : le néoclassique. A l’époque, l’expression « ballet moderne » est souvent utilisée pour définir ce renouvellement esthétique : un savant mélange de tradition et d’innovation définit par chaque chorégraphe.

Découvrir
En savoir plus

Amala Dianor : danser pour donner à voir

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Amala Dianor : danser pour donner à voir

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

Parcours

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

[1970-2018] Développements néoclassiques : diffusion mondiale, répertoires multiples et dialogues avec la danse contemporaine

Parcours

Avec les années 1970, l’élan des artistes vers un nouveau classique a plus d’un demi-siècle et ainsi plusieurs générations se sont déjà déployées depuis les Ballets Russes. Au fil des décennies, chacun a défendu ou défend la danse classique sous le signe de la nouveauté, de la singularité, de la connexion avec les autres arts et avec les préoccupations de son temps.

Découvrir
En savoir plus

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv
Université Lyon 2 - Arts de la scène et du spectacle vivant

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

Danses noires

Webdoc

Julie Charrier

Danses noires

Webdoc

James Carlès, danseur et chorégraphe spécialiste de la danse afro-américaine, évoque l’origine des danses urbaines actuelles. De l’Afrique aux États-Unis en passant par l’Europe, il souligne leur caractère métissé et met en perspective leur dimension sociale et politique. De nombreuses vidéos, photos, dessins et ressources complémentaires accompagnent cette interview.
Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Käfig, portrait d'une compagnie

Webdoc

Agathe Dumont

Käfig, portrait d'une compagnie

Webdoc

À l’occasion des 20 ans de la compagnie Käfig, Mourad Merzouki revient sur l'évolution singulière du mouvement hip-hop en France, du succès populaire à la conquête de la scène, et sur les spectacles qui ont marqué l'histoire de Käfig.
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus

Rencontres avec la littérature

Parcours

Centre national de la danse

Rencontres avec la littérature

Parcours

La collaboration entre chorégraphe et écrivain fait apparaître de multiples combinaisons. Parfois, ce n’est plus le chorégraphe qui « met en danse » le texte d’un auteur, c’est l’écrivain qui prend la danse pour sujet ou matière de son texte.

Découvrir
En savoir plus

Quand le réel s'invite

Parcours

Centre National de la danse

Quand le réel s'invite

Parcours

Comment les œuvres témoignent-elles du monde ? L’artiste contemporain est-il lui-même le produit d’une époque, d’un milieu, d’une culture ?  

Découvrir
En savoir plus

La ronde

Parcours

Olivier Lefebvre

La ronde

Parcours

 De l’importance de la Ronde en danse aujourd’hui.

Découvrir
En savoir plus

Folklores dites-vous ?

Parcours

Sarah Nouveau

Folklores dites-vous ?

Parcours

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Découvrir
En savoir plus

La relecture des œuvres

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

La relecture des œuvres

Parcours

Certains grands spectacles sont revisités à travers les siècles. Voici deux exemples de pièces relues par différents chorégraphes.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus