Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Midori

Numeridanse.tv 2013

Chorégraphe(s) : Leighton, Joanne (Belgium)

Présentée dans la/les collection(s) : Numeridanse.tv , Joanne Leighton

Producteur vidéo : CCNFCB

en fr

Midori

Numeridanse.tv 2013

Chorégraphe(s) : Leighton, Joanne (Belgium)

Présentée dans la/les collection(s) : Numeridanse.tv , Joanne Leighton

Producteur vidéo : CCNFCB

en fr

Midori

Joanne Leighton a rencontré, à l’occasion d’Exquisite Corpse, Jérôme Andrieu, l’un des interprètes les plus marquants du paysage chorégraphique français des quinze dernières années.
Cette première expérience a provoqué chez elle le désir de prolonger ces échanges artistiques et de créer pour et avec lui Midori. Cette pièce met en jeu les notions d’identité, et questionne, par sa nature, la place de l’interprète dans la démarche chorégraphique en prenant appui, comme point de départ, sur la traduction en langage parlé de plusieurs danses emblématiques interprétées par Jérôme Andrieu avec une description en temps réel. Ce texte, considéré comme une partition, sert à la réalisation d’une « nouvelle »
danse qui, à son tour, peut être transposée. Néanmoins le désir de Joanne Leighton n’est pas de recréer l’œuvre originale mais plutôt de découvrir les nouveaux espaces ouverts par cette démarche.

Leighton, Joanne

Joanne Leighton est une chorégraphe et pédagogue belge, d’origine australienne, installée en Ile-de-France, dont le parcours est étroitement lié à une vision de la danse originale et évolutive. Sa démarche explore les notions d’espace et de site comme un tout, un commun peuplé de territoires, d’identités, d’espaces interdépendants. Elle propose une ouverture vers un travail sur scène et hors scène où chaque lieu au-delà des frontières, concret ou virtuel et où chaque corps au-delà des individualités, deviennent le champ de l’expérimentation chorégraphique et interpellent la notion du même et de l’autre.

Depuis 2018, elle est Administratrice à la chorégraphie et membre du Conseil d'Administration de la SACD et membre du Conseil d'Administration Beaumarchais. Elle est également membre du Conseil d’Administration de la Maison du Geste et de l’Image à Paris. 

Artiste chorégraphique au sein de l'Australian Dance Theater (1986–1991), Joanne Leighton habite Londres pendant 2 ans, puis crée sa compagnie Velvet à Bruxelles (1993-2010), pour œuvrer à ses projets chorégraphiques pendant 18 ans. En 1994 et en 2010, elle reçoit le Prix de la SACD Belgique pour son parcours. 

Joanne Leighton dirige le Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort entre 2010 et 2015. Depuis 2015, sa compagnie WLDN, projet et philosophie, est implantée en Ile-de-France. Ses pièces sont présentées sur les plateaux de théâtre, espaces urbains et industriels, galeries d’art, jardins, écrans de smartphones ou encore toits d’immeubles, en France et à l’étranger comme en Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni et à Cuba. 

Joanne Leighton créé des pièces comme Corps Exquis (2019) pour 3 danseurs et 58 chorégraphes, sur le principe du cadavre exquis ; I am sitting in a room (2016), quatuor sur le texte éponyme d’Alvin Lucier ; Exquisite Corpse (2012) un cadavre exquis pour 7 danseurs ; Made in... Séries, pièce in situ avec 99 habitants et créée dans 20 villes différentes en France et à l’étranger ; Les Modulables, des courtes pièces, aux formats divers, en perpétuelle invention depuis 10 ans.

En 2015, Joanne Leighton débute une trilogie en créant 9000 Pas (2015), sextet dansé sur un parterre de sel sur Drumming, de Steve Reich ; Songlines (2018), pièce pour huit danseurs, créée sur la composition musicale In C de Terry Riley, qui saisit le mouvement fondateur de la marche ; et People United (2021), pièce pour 9 danseurs qui pose nos gestes comme fondation du collectif. 

En 2011, Joanne Leighton crée Les Veilleurs pour 732 participants à Belfort : une personne chaque matin et une chaque soir veille sur sa ville et sa région pendant une heure, au lever et au coucher du soleil, et ainsi de suite pendant 366 jours. Sur ces mêmes principes, Joanne Leighton remonte cette œuvre chorégraphique à Laval, Rennes, Haguenau, Freiburg, Evreux, Dordrecht, Graz, Munich et Hull. En parallèle, elle instaure une pratique de marche performative avec WALK #1 Belfort-Freiburg, un parcours de 127 kilomètres le long des cours d’eau. Cette pratique se poursuit depuis 2014 à Paris, le Jura, Falaise ou Istres. 

Pédagogue internationalement reconnue, Joanne Leighton donne régulièrement des cours, ateliers, interventions pédagogiques et conférences autour de son travail artistique. Elle a enseigné pour les compagnies de Jean-Claude Gallotta, Catherine Diverrès, Angelin Preljocaj, Trisha Brown Company, Batsheva Company, AMNT à Tokyo, Need Company, Rosas, Wim Vandekeybus ainsi qu’à Charleroi/Danse, au Seoul International Choreographic Center ; la Ménagerie de Verre à Paris, le Centre National Danse à Paris, PARTS, Dansens House à Copenhague ou le Croatian Institue for Movement and Dance / Zagreb Dance Center. 

En savoir plus : wldn.fr

Midori

Chorégraphie : Joanne Leighton

Interprétation : Jérôme Andrieu (danse et voix)

Conseil artistique / Dramaturgie : Geoffrey Carey

Musique originale : Peter Crosbie

Musique live : Pieter Van Dessel (guitare)

Lumières : Sylvie Mélis

Costumes : Hélène Oliva-Patinec

Direction technique : Thierry Meyer

Autres collaborations : Geoffrey Carey (voix), Noël Claude, Christophe Maltot (voix), Gérard Mayen et Benjamin Tovo (lecture des danses)

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Centre Chorégraphique National de Franche-Comté à Belfort / Coproduction Le Granit, Scène nationale de Belfort

C'est un solo (À propos de Midori de Joanne Leighton)

Sur scène : l’unique présence physique de Jérôme Andrieu. Soit une figure de l’interprète contemporain en danse, dans son cas habitée d’une formidable diversité d’emplois de tout premier plan sur la scène hexagonale des dernières années. Dans Midori, pour la première fois, le voici aussi investi dans un énoncé verbal, très élaboré.
Et puis c’est une rencontre. A partenaires multiples.
Jérôme Andrieu figurait déjà parmi les interprètes de la récente pièce Exquisite Corpse, de Joanne Leighton. On sait l’art de cette chorégraphe, concevant des dispositifs actifs – par l’emprunt, la copie, la série, l’altération, le recyclage – pour déjouer les vieux modèles de la fonction d’auteur. Si par là elle éclaire des pans critiques fondamentaux de la modernité, elle le fait avec l’intelligence d’un humour malicieux, tenant à heureuse distance les postures de l’esprit de sérieux.
Un autre partenaire est évidemment le spectateur. On va y revenir.
Car un autre encore s’est glissé dans la pièce Midori, moins saisissable, quoique formidablement actif. Pour une grande part du spectacle, on écoute des voix off occupées à décrire par la parole des gestes de danseurs occupés à leurs danses. Des séquences de films de danse divers ont été sélectionnées, confiés à des observateurs qui ont enregistré en direct ces descriptions de leur visionnage, ensuite retournées à Jérôme Andrieu.  Ainsi une transposition par la voix a initié une chaîne de réactions entre transmission, appropriation et commentaire, qui anime la pièce de Joanne Leighton.
Une description est minutieuse. Plutôt factuelle. Un geste est un geste. Mais on ne  voit pas celui-ci dans sa forme d’origine. Un décalage opère. Et c’est en cela que dialogue Jérôme Andrieu, par sa propre parole, comme par son geste, d’interprète en mode majeur.
Là, revenons au partenaire spectateur. Midori conduit ce dernier à éprouver une expérience perceptive inusitée. Entendre le déroulé d’une danse d’un danseur ; tout en regardant celle d’un autre danseur. Est-ce la même ? Entre écoute et regard opère un chiasme inter-sensoriel, qui connecte le spectateur sur un réseau d’entendus et attendus. Si minutieux soit l’effort de description, il y a absentement d’une danse ailleurs, ouvrant les fluctuations d’un espace imaginaire inépuisé, qu’active l’interprète bien présent, Andrieu.
La marge de variabilité, considérable et profondément vivante, constamment ranimée, glisse d’une traduction gestuelle littérale et appliquée, à un libre déploiement  riche en charges d’intentions, inflexions d’énergie, modulations rythmiques et échappées spatiales. Quand encore Andrieu n’en vient pas à énoncer lui-même la danse qu’il exécute.
S’activent tous les espacements de l’être présent, qui font glisser du «je» au «il», et réciproquement ; du statut de sujet d’une action à celui d’objet de ses projections. On y perçoit l’écartement ontologique d’être soi-même un corps tout autant qu’on en a un. Un vertige aimable s’insinue, qui suggère d’évaluer à neuf tout ce qu’on croyait savoir, assez paresseusement, sur ce que fixe une écriture en danse, et sur ce qu’elle ouvre de variations de lecture.
A ce propos, les discours convenus ressassent un dualisme entre une supposée autorité rigidifiée du chorégraphe d’une part, et la part de liberté qui serait laissée au danseur d’autre part. Pareils raccourcis en passent souvent aussi par une compréhension naïve de ce qu’est l’improvisation. Et c’est ainsi qu’on ignore ce que Midori, au contraire, fait toucher : soit un enchâssement fluctuant entre niveaux d’interprétations, qui met en abîme tout ce qu’un répertoire de danses a déjà interprété du monde, avec l’interprétation qu’en forge un auteur chorégraphe, confiant dans l’interprétation d’un danseur auteur de son geste, qui ne saurait trouver sens hors l’interprétation qu’en aura un spectateur.
Midori présente tous les miroitements de ces jeux de renvois, de relais et de retournements. En langue japonaise, Midori signifie le vert. Croyait-on qu’au moins la gamme chromatique relèverait d’un registre indubitable et universel dans le régime des perceptions ? Alors, même pour dire les couleurs, la pièce de Joanne Leighton rappelle heureusement combien les civilisations s’ingénient à se représenter avec mille différences les singularités de leurs lectures du monde.
Entre un phénomène et le signe qui le désigne – un mot, un geste – l’espace est déjà bien suffisant pour déplier pléthore de variations interprétantes. La pièce Midori offre une heureuse chorégraphie à ce libre je(u) de relations.

Gérard Mayen, critique de danse

Nos suggestions de videos
03:38

Yvette Chauviré

Fokine, Michel (France)

  • Ajouter à la playlist
03:46

La Valse de Vaslav

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Hard to be soft

Doherty, Oona (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Peekaboo

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
31:26

Montpellier, le saut de l'ange

Bagouet, Dominique (France)

  • Ajouter à la playlist
04:07

Icons

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:50

Witness

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
03:18

Under my skin

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
05:59

STAYIN ALIVE

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Eins Zwei Drei

Zimmermann, Martin (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Dialogue with Rothko

Carlson, Carolyn (Dialogue with Rothko)

  • Ajouter à la playlist
02:52

Firebird

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
04:10

La Bête

Schwartz, Wagner (France)

  • Ajouter à la playlist
05:12

Savušun

Darabi, Sorour (France)

  • Ajouter à la playlist
04:28

20 Minutes for the 20th Century, but Asian

Lin
, River (France)

  • Ajouter à la playlist
05:55

Dance, if you want to enter my country!

Matsune, Michikazu (France)

  • Ajouter à la playlist
04:21

DISPARUE (dehors)

Santander Corvalán, Marcela (France)

  • Ajouter à la playlist
02:33

Everything Not in Its Right Place II

Bhu Bhu II (France)

  • Ajouter à la playlist
05:28

Your teacher, please

Teodoro, Ana Rita (France)

  • Ajouter à la playlist
04:46

Still waters

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

K. Danse - Jean-Marc Matos

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle


Découvrir
En savoir plus

Animal Kingdom, PAROLE DES PARTICIPANTS

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Animal Kingdom, PAROLE DES PARTICIPANTS

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

Centre chorégraphique James Carlès

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

La danse contemporaine désigne des courants artistiques succédant à la danse moderne. Mais, il est difficile de cerner précisément cette expression, tant elle inclus différentes pratiques et esthétiques. Aujourd’hui, le mot « contemporain » intègre des danses actuelles, urbaines, théâtrales, de différentes origines géographiques ou «culturelles». Pour comprendre et illustrer la notion de diversité dans la danse contemporaine, nous utiliserons divers créations de la collection du Centre chorégraphique ou de la Compagnie James Carlès Danse &Co, qui a mis cette idée au cœur de ses préoccupations.

Découvrir
En savoir plus

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

La compagnie Vlovajobpru

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv
Université Lyon 2 - Arts de la scène et du spectacle vivant

La compagnie Vlovajobpru

Exposition virtuelle


Découvrir
En savoir plus

La danse classique occidentale entre dans la modernité du 20e siècle : Les Ballets russes et les Ballets suédois

Parcours

Céline Roux

La danse classique occidentale entre dans la modernité du 20e siècle : Les Ballets russes et les Ballets suédois

Parcours

Si le 19e siècle est celui du romantisme, l’entrée dans le nouveau siècle est synonyme de modernité ! Ce sera quelques décennies plus tard que lui sera attribué a posteriori un nom : « le néo-classique ».

Découvrir
En savoir plus

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus...

Et mettons-nous tous nus > Chanson de l’Affaire Louis Trio (1987)

Découvrir
En savoir plus

Danses indiennes

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Danses indiennes

Parcours

Une découverte de la danse indienne au travers de créations chorégraphiques qui la dévoilent, la suggèrent, la revisitent ou la transforment !

Découvrir
En savoir plus

La Nouvelle Danse Française des années 80

Parcours

Francis de Coninck

La Nouvelle Danse Française des années 80

Parcours

En France, à l’aube des années 80, une génération de jeunes s’empare du corps dansant pour esquisser leur vision singulière du monde. 

Découvrir
En savoir plus

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

James Carlès

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

James Carlès

Exposition virtuelle

© Emmanuel Tussore

Découvrir
En savoir plus

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv
Université Lyon 2 - Arts de la scène et du spectacle vivant

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

Découvrir
En savoir plus

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Rencontre avec Charles Picq, réalisateur et vidéaste de la danse. 

Découvrir
En savoir plus

Danses noires

Webdoc

Julie Charrier

Danses noires

Webdoc

James Carlès, danseur et chorégraphe spécialiste de la danse afro-américaine, évoque l’origine des danses urbaines actuelles. De l’Afrique aux États-Unis en passant par l’Europe, il souligne leur caractère métissé et met en perspective leur dimension sociale et politique. De nombreuses vidéos, photos, dessins et ressources complémentaires accompagnent cette interview.
Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus