Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

À l'Ouest — Olivia Grandville — teaser

Création 2018

Mille Plateaux, CCN La Rochelle 2018 - Réalisateur-rice : Vayssié, César

Chorégraphe(s) : Grandville, Olivia (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Olivia Grandville

en fr

À l'Ouest — Olivia Grandville — teaser

Création 2018

Mille Plateaux, CCN La Rochelle 2018 - Réalisateur-rice : Vayssié, César

Chorégraphe(s) : Grandville, Olivia (France)

Présentée dans la/les collection(s) : Olivia Grandville

en fr

Teaser

Teaser filmé par César Vayssié

À l'Ouest

« Frapper le sol avec les pieds, frapper la terre sacrée, communiquer avec les esprits, faire résonner le corps et la terre pour dire son existence au monde, sa résistance, sa rébellion, taper à réveiller les morts, taper comme des sourds, espérer les fantômes, faire vibrer, secouer notre matière vivante, faire rempart à la mort embusquée, scander nos vies minuscules. »

"En amont de ce projet : un regard étranger, un voyage initiatique dans les pas du compositeur Moondog, au cœur des réserves autochtones du Canada et d’Amérique du Nord. Un prétexte pour aller à la rencontre de la culture Amérindienne, un fantasme d’enfant resté vivace à l’âge adulte, une histoire à la fois fascinante et culpabilisante. Une histoire finalement au cœur de notre affolante actualité.

Objectif : partager l’expérience de cette pulsation fondatrice et ce qu’elle continue d’incarner pour ces populations : l’affirmation d’une culture toujours vivante malgré le génocide, un cœur révolutionnaire et spirituel qui continue de battre à contretemps de l’occident.

Au-delà de cette rencontre, la question du déplacement, géographique, culturel, artistique, personnel, pour peut-être aussi interroger nos propres fondations, marges et avant gardes. Une question qui s’articule à un motif récurrent : celui de la pulsation et de sa répétition.

Une tentative de révéler en quoi ce battement du cœur, des corps, et du monde est aussi le nôtre.

Et puis un peuple qui n’a jamais pris à la nature plus que ce qu’elle pouvait lui donner et qui continue de défendre aujourd’hui ces valeurs dans l’Amérique de Trump, un peuple qui, un jour, a imaginé vaincre des cavaleries entières de soldat surarmés en dansant jour et nuit, ça me parle et ça devrait nous parler à tous.

C’est qui les nouveaux indiens ?"


Olivia Grandville



Cette pièce est dédiée à Marguerite Wylde (1950-2017)


La pièce est suivie de la projection du film documentaire Traverser les grandes eaux


Grandville, Olivia

Formée à l’Opéra de Paris (elle y danse de 1981 à 1988), Olivia Grandville s’oriente très vite vers la danse contemporaine. Entre 1983 et 1988, elle a l’opportunité de traverser, outre le répertoire classique, des œuvres de Balanchine, Limon, Cunningham, de participer aux créations de Alvin Ailey, Karole Armitage, Maguy Marin, Dominique Bagouet, Bob Wilson... Elle quitte cette maison – faute de pouvoir la changer de l’intérieur - pour rejoindre la compagnie de Dominique Bagouet (1988). Pendant quatre ans, elle s’imprègne de son écriture virtuose, précise et teintée d’humour. Puis à la mort du chorégraphe en 1992, elle co-fonde, avec plusieurs interprètes de la compagnie, Les Carnets Bagouet qui s’est donné pour but de conserver et transmettre l’héritage de ce chorégraphe.

Déjà chez Bagouet, la danseuse amorçait ses premiers projets de chorégraphe ; elle s’y consacrera ensuite tout au long de sa carrière. Difficile de résumer en quelques mots la direction de cette artiste guidée par diverses expérimentations, son esthétique a quelque chose d’insaisissable, d’inclassable. Elle ose mêler les disciplines ou encore s’attaquer à des sujets denses et complexes, parfois clivants, comme le lettrisme et Isidore Isou dans Le Cabaret discrépant en 2011, l’écriture complexe des Ryoanji de John Cage qu’elle met en danse en 2012 ou l’hommage qu’elle rend à la culture amérindienne à travers À l’Ouest en 2018.

Aussi habituée aux soli, à l’instar du Grand jeu dialogue avec le cinéma de John Cassavetes - qu’aux pièces pour de grands groupes – comme Foules en 2015, qui mobilisait une centaine d’amateurs - elle tisse toujours des liens étroits entre texte et chorégraphie. Plusieurs de ses spectacles ont une relation directe avec la littérature : L’Invité mystère (2014), mis en scène à partir d’un texte de Grégoire Bouillier, Toute ressemblance ou similitude (2015) basé sur un texte d’Aurore Jacob ou La guerre des pauvres (2021), adapté du roman d’Éric Vuillard. La parole fait aussi souvent irruption, la preuve avec Klein (2020), basée sur la conférence Le dépassement de la problématique de l’art, d’Yves Klein ou Débandade (2021), qui livre les récits de sept jeunes hommes pour exprimer leur rapport à la masculinité.

À partir de 2011, Olivia Grandville est installée à Nantes, elle devient artiste associée du lieu unique, scène nationale, de 2017 à 2022. Elle y développe des dispositifs à danser comme le Koréoké (karaoké chorégraphique) et le principe de théâtre d’opérations chorégraphiques (Le Dance-Park en 2019, en collaboration avec Yves Godin). À ce moment, elle mène des projets de grande ampleur, notamment Jour de colère (2019), pour vingt-et-un interprètes du Ballet de Lorraine et débute une recherche autour des utopies, à l’occasion du cinquantième anniversaire de Woodstock, avec un groupe d’étudiants qui deviendra ensuite la création Nous vaincrons les maléfices (2020). Ce projet est le point de départ de la réflexion autour de Débandade. En 2022, elle prend la direction du CCN de La Rochelle. La chorégraphe compte y insuffler son goût pour le polymorphisme de la danse, à l’image de son parcours.

Vayssié, César

Diplômé de l'école Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Dijon avec les félicitations du jury. Entre 1992 et 1995, César Vayssié est l'auteur de plusieurs courts et longs-métrages expérimentaux : "Les Quatre saisons" (60'), "La cinquième saiso"n (11')... Cette série de films est montrée au Centre Georges Pompidou, au Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris et au National Film Archives de New York. A cette période, il produit et réalise une série de documentaires sur des artistes contemporains ("Il faut être inexact mais précis", "Conscience", "Rire Jaune"). Il travaille aux côtés d'Eric Colliard dans le cadre de Nouvelles Scènes, festival de créations contemporaines à Dijon. En parallèle, il produit et réalise des films de fiction ("Un jour son prince", "It's wonderful"...). Entre 1995 et 1996 il réalise des films pour le spectacle vivant et entame une collaboration avec Odile Duboc. Il est assistant de Philippe Decouflé pour la réalisation de films publicitaires. De septembre 1996 à septembre 1997, il est pensionnaire à la Villa Médicis à Rome où il rencontre l'écrivain Yves Pagès avec qui il écrit le scénario "Elvis de Médicis". Le film est tourné à Rome en août 1997 et sa finalisation se poursuit jusqu'en 1999. Pendant ce temps, il réalise "Les Disparates", film d'après une chorégraphie originale de Boris Charmatz et Dimitri Chamblas. Il s'en suit plusieurs collaborations avec Boris Charmatz ("Education", "héâtre-élévision", "Tarkos Training").

César Vayssié partage son activité entre des réalisations d'œuvres de fictions ("Elvis de Médicis", "Aujourd'hui Madame", "Phénix"), des productions expérimentales ("American Forsythe", "The circle X", "The playlist"...) , des collaborations avec l'art contemporain où le spectacle vivant, des films publicitaires et des clips (Laurent Garnier, Keren Ann, Avia). Il est leader du groupe rock situationniste « Groupederock ». Actuellement il est interprète dans la dernière création de Philippe Quesne "Big-Bang". Il prépare un long-métrage de fiction "Tomber pour France".


Source : César Vayssié

CCN de La Rochelle

Bref historique :
1974-1985 Expérience pionnière du Théâtre du Silence dirigé par Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre, labellisé Centre chorégraphique de Poitou-Charentes en 1984.
1986-2008 Régine Chopinot succède à Brigitte Lefèvre.

2008-2022 Kader Attou est directeur du CCN.

Janvier 2022 Olivia Grandville nommée directrice du CCN



Projet du CCN :


Mille Plateaux, Centre Chorégraphique National La Rochelle, abrite le nouveau projet d’Olivia Grandville depuis janvier 2022.
Mille  Plateaux se veut un espace de création, d’expérimentation, et  d’innovation artistique ; il souhaite refléter la vitalité et la  diversité de la scène contemporaine, être une maison des cultures  chorégraphiques au sens large. 

Le premier semestre 2022 sera un prélude expérimental au projet dont l’inauguration est programmée pour l’automne 2022.

HABITER

Mille  Plateaux est implanté à la chapelle Fromentin, un bâtiment d’exception  du 17e siècle situé au cœur de la ville. Un lieu singulier et central  pour un projet artistique curieux et excentrique qui embrasse les  différents champs de l’art contemporain. Ouvert sur la ville et sur le  monde, artistes émergents et figures emblématiques, de la scène locale à  
la scène internationale, pratiquants amateurs ou professionnels sont  invités à faire projet dans ces Mille Plateaux.

DÉPLACER

Mobile et aventureux, ce nouveau CCN se délocalisera aussi pour partir à la rencontre des habitants  du territoire. Avec son Unité Mobile d’Actions Artistiques, un dispositif de diffusion itinérant qui verra le jour au printemps 2023,  Mille Plateaux investira les lieux publics et les paysages pour emmener  la danse partout, avec l’envie de partager un espace, de proposer des occupations in situ à même de déplacer les regards et abolir les frontières entre acteurs et spectateurs, avec une promesse : l’art comme expérience.

ACCUEILLIR

Mille Plateaux, maison des cultures chorégraphiques, engage un dialogue transgénérationnel et transculturel pour s’emparer de toutes les danses et troubler les  frontières. Mille Pratiques sera le reflet de la diversité des techniques de corps qui nourrissent la danse d’aujourd’hui : voix, arts martiaux, pratiques kinesthésiques, techniques de danses multiples, des plus traditionnelles aux plus récentes, des plus savantes aux plus populaires.

RENCONTRER

Participez au temps de création de Foules, une pièce pensée pour un groupe composé d’une centaine de performeurs amateurs, habitants du territoire de 10 à 80 ans. Vivez de l’intérieur l’expérience d’un travail chorégraphique ! La création sera présentée  pendant la saison 2022/2023, des temps de répétitions spécifiques seront organisés en amont.

INNOVER

Novateur et  ludique, Faune est le plateau virtuel de ces Mille Plateaux, un pôle de  productions numériques, piloté par l’artiste visuel César Vayssié. Il dévoile, à l’instar d’une programmation de spectacles, une collection particulière d’objets filmiques à découvrir à partir de l’été 2022, sur sa plateforme en ligne dédiée.

COOPÉRER

Tisser un réseau de partenaires pour soutenir mutuellement les artistes, de l’accueil en résidence  jusqu’à l’accompagnement en diffusion est une ligne directrice fondamentale de Mille Plateaux.
 Créer aussi une  communauté d’artistes, pour que le CCN soit un lieu vivant, un lieu d’accueil, un lieu traversé. Pour impulser cette forte envie, nous invitons le collectif Ès (Lyon) et La Tierce (Bordeaux) à être les artistes associés du projet pour les trois premières années.

TRANSMETTRE

La  notion de transmission est essentielle. Des actions avec le monde de l’éducation et de l’enseignement artistique du territoire seront menées sans oublier
 les autres publics et notamment les jeunes en formation professionnelle ou éloignés de toute culture chorégraphique mais aussi les plus anciens, toutes populations où la pratique du corps peut apporter un soin particulier dans la vie de tous les jours. 


Mille  Plateaux parce qu’il nous faut trouver de nouvelles manières de penser  la communauté et les territoires, parce que nous voulons proliférer  horizontalement plutôt que de continuer à nous ériger, parce que nous sommes des multiplicités ouvertes, parce que l’art contemporain n’est fait que d’agencements, de logiques combinatoires qui migrent d’une  discipline à l’autre, d’une culture à l’autre, et que ce nomadisme fait  partie de son ADN, parce que plus que jamais cette pensée est précieuse et pertinente pour construire un art du vivre ensemble et que ses lignes de fuite nous invitent à rêver un futur désirable.



Source : https://www.milleplateauxlarochelle.com/ 

Générique

Direction artistique / Conception : Olivia Grandville

Chorégraphie : Olivia Grandville

Interprétation : Olivia Grandville, Marie Orts, Sidonie Duret ou Nolwenn Ferry, Emma Müller, Émilie Szikora

Scénographie : Yves Godin, Olivia Grandville

Musique originale : Alexis Degrenier, Moondog

Musique live : Paul Loiseau (percussions)

Lumières : Yves Godin, Titouan Geoffroy

Costumes : Éric Martin

Son : Jonathan Kingsley Seilman

Autres collaborations : Stéphane Pauvret, Aurélien Desclozeaux, Anne Reymann, Fabrice Le Fur

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Production : Mille Plateaux, CCN La Rochelle Co-productions : Le lieu unique, scène nationale de Nantes ; La Place de la Danse – CDCN Toulouse / Occitanie; la Ménagerie de Verre (Paris) ; le Centre Chorégraphique National de Nantes ; de Charleroi danse, Centre chorégraphique de la Fédération Wallonie-Bruxelles; le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers. Avec les aides de l’ADAMI pour la création et pour la réalisation de captation vidéo. Avec le soutien de La Ville de Nantes, du Département de Loire-Atlantique, de l’Institut Français, de l’Ambassade de France à Ottawa (CA); l’aide à la création et à la captation de l’ADAMI.

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus