Aller au contenu principal
Add video to a playlist

Title

Choreographer

The video has been added successfully.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient des images qui pourraient heurter la sensibilité
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favoris Ajouter à vos favoris

La Minute du spectateur : Giselle

2015 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Coralli, Jean (Italy) Perrot, Jules (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

La Minute du spectateur : Giselle

2015 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Coralli, Jean (Italy) Perrot, Jules (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

Giselle

Chorégraphie Jean Coralli et Jules Perrot, remonté par Yvette Chauviré et Florence Clerc
Interprétation Ballet du Théâtre de la Scala

Giselle, -"ballet-pantomime en deux actes" créé à Paris le 28 juin 1841 à l'Académie royale de musique, et salué dans l'histoire de la danse comme l'apothéose du ballet romantique- pourrait bien nous sembler aujourd'hui être la plus ancienne oeuvre chorégraphique du répertoire née de la convergence de multiples sources créatrices.

Archétype du ballet romantique, Giselle reprend le grand thème traditionnel de l'amour plus fort que la mort, motif qui remonte au mythe d'Orphée et Eurydice pour atteindre son apogée au milieu du XIXe siècle et tout au long des décennies suivantes dans les drames musicaux de Richard Wagner.

De quoi s'agit-il ? Giselle, fille des champs naïve et innocente, s'éprend d'un bel inconnu dont elle se croit aimée en retour. Entourés de leurs amis, tous deux se réjouissent de cet amour partagé, sous l'oeil jaloux du garde-chasse Hilarion qui soupire lui-même pour Giselle.
Hilarion découvre qui est le bien-aimé de la petite paysanne : un jeune noble du nom d'Albrecht. A l'occasion de la visite du prince accompagné de sa suite pour une partie de campagne, les deux rivaux s'affrontent, et la véritable identité d'Albrecht est dévoilée. On apprend de surcroît qu'Albrecht est fiancé à Bathilde, fille du prince. Giselle, d'une nature déjà des plus fragiles, en perd la raison.
Elle s'empare de l'épée d'Albrecht pour s'en transpercer le sein avant de se lancer dans une danse mortelle.

L'acte II se déroule au bord d'un étang, la nuit, dans la forêt. On aperçoit une tombe dont la croix porte l'inscription "Giselle". C'est le royaume de Myrtha, reine des Willis. Myrtha est à la tête d'une armée de jeunes vierges mortes, dont les spectres nocturnes attirent en ces lieux leurs fiancés infidèles jusqu'à ce que mort s'ensuive. Hilarion lui-même, que Giselle a éconduit, est attiré en cette heure de la nuit auprès du tombeau de la jeune fille pour subir ce sort. Survient Albrecht qui vient se recueillir sur la tombe de Giselle. Ayant appelé la défunte, Myrtha la contraint à prendre Albrecht dans ses filets en dansant. (...) Au moment où il finit par être à bout de force, une clochesonne la fin de l'heure des spectres. Les Wilis doivent regagner leurs tombes. Giselle quitte Albrecht en sachant qu'elle vient de lui sauver la vie.

Giselle rejoint ainsi ces personnages féminins si chers au romantisme, qui se sacrifient jusqu'à la folie pour leur bien-aimé.

Horst Koegler (traduction Virginie Bauzou)

Sources : livret ARTHAUS Musik

Générique

Chorégraphie Jean Coralli et Jules Perrot, remonté par Yvette Chauviré et Florence Clerc Livret Jules-Henri Vernoy de Saint-Georges et Théophile Gautier Musique Adolphe Adam Interprètes Svtlana Zakharova (Giselle), Roberto Bolle (Albrecht), Vittorio D'Amato (Hilarion), Marta Romagna (Myrtha), Francisco Sedeno (le Duc), Flavia Vallone (Bathilde) et le corps de ballet du Théâtre de la Scala Chef d'orchestre David Coleman Orchestre du Théâtre de la Scala Costumes Aleksandr Benois
Réalisation vidéo Tina Protasoni en 2005
Production Rai Tre et Rai Trade

Mise à jour : juin 2012

Coralli, Jean

Jean Coralli Peracini est un danseur et maître de ballet italien né à Paris le 15 janvier 1779 et mort dans la même ville le 1er mai 1854.

De famille bolonaise, Jean Coralli vient étudier à l'école de l'Opéra de Paris, où il débute en 1801. Il chorégraphie ses premières œuvres en 1806 pour Vienne, Milan, Lisbonne et Marseille. Nommé maître de ballet au théâtre de la Porte-Saint-Martin en 1825, il occupe les mêmes fonctions à l'Opéra en 1831, où il remplace Jean-Pierre Aumer en évinçant Filippo Taglioni et où il chorégraphie ses œuvres les plus significatives et les plus renommées.

Sa chorégraphie de "Giselle", en collaboration avec Jules Perrot, marque l'apogée du ballet romantique et est toujours représentée aujourd'hui.

Source: Danse Aujourd'hui

Perrot, Jules

Chorégraphe et danseur français né à Lyon en 1810 et mort à Paramé en 1892. Fils du chef machiniste du théâtre de Lyon, Jules Perrot est initié à la danse et à l'acrobatie dans cette ville, avant d'être, à Paris, l'élève favori d'Auguste Vestris. Il débute à l'Académie royale de musique en 1830, et partage le succès de Marie Taglioni dans « Zéphire et Flore », « Robert le Diable », « Nathalie ou la Laitière suisse ». Il se produit ensuite sur différentes scènes européennes : à Vienne où il règle sa première chorégraphie, Kobold, à Munich, à Milan et à Naples. De retour à Paris, il présente pour la première fois au public parisien sa protégée : Carlotta Grisi dans « Zingaro » (1840) ; à Londres, au Her Majesty's Theatre, il réunit les fonctions de danseur, de maître de ballet et de chorégraphe (1841-1848). Il crée, avec J. Coralli, « Giselle » pour Carlotta Grisi (1841) ; le fameux "Pas de Quatre", qui réunit Fanny Cerrito, Carlotta Grisi, Lucile Grahn et Marie Taglioni. Après un engagement à l'Opéra de Paris (1849), où il règle « La Filleule des Fées », il gagne Saint-Pétersbourg, où il triomphe au Théâtre impérial en qualité de danseur, maître de ballet et chorégraphe, jusqu'en 1859.

Personnage intransigeant, entièrement captivé par son art, peu favorisé par son apparence physique (Auguste Vestris, son professeur, lui conseille en effet de ne jamais rester sur place afin de ne pas attirer l'attention sur son physique), il acquiert la célébrité par son élévation, son élégance et son sens dramatique. Doué d'un sens scénique très sûr, il règle essentiellement des ballets d'action où la danse et la pantomime se succèdent sans rupture ; il excelle dans l'art de régler les mouvements d'ensemble d'un corps de ballet qui, avec lui, acquiert la valeur que nous lui connaissons actuellement. Il impose pour la première fois, à la suite d'un procès contre Marius Petipa, la reconnaissance juridique d'une chorégraphie comme œuvre d'art.

Source: Encyclopedie Universalis

En savoir plus

universalis.fr

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson


En savoir plus : fabione.fr

Les vidéos du moment

02:52

Yātrā

Marin, Andrés (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:00

Hourvari

Bourgeois, Yoann (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:47

Event

Meklin, Heli (Finland)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
02:55

Théorie des Prodiges

Biscuit, Karl (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
09:38

Sons of Sissy

Mayer, Simon (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
03:21

La Création du monde 1923-2012

Börlin, Jean (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
07:46

Drift

Van Acker, Cindy (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
05:16

Bruit de couloir

Dazin, Clément (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
01:38

Ibuki (extrait de Namasya)

Amagatsu, Ushio (France)

  • Ajouter à la playlist
  • Enlever de vos favorisAjouter à vos favoris
}
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus