Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

La Minute du spectateur (2020) : Serge Aimé Coulibaly

Maison de la Danse de Lyon 2020 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Coulibaly, Serge Aimé (Burkina Faso)

Producteur vidéo : Maison de la Danse de Lyon

La Minute du spectateur (2020) : Serge Aimé Coulibaly

Maison de la Danse de Lyon 2020 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Coulibaly, Serge Aimé (Burkina Faso)

Producteur vidéo : Maison de la Danse de Lyon

La Minute du Spectateur

La Minute du Spectateur, un rendez-vous vidéo à visionner avant chaque spectacle pour découvrir en deux minutes un chorégraphe, sa compagnie, son vocabulaire, son œuvre.

Une collection présentée par Dominique Hervieu, produite par la Maison de la Danse de Lyon et réalisée par Fabien Plasson.
 

© Maison de la Danse de Lyon

Coulibaly, Serge Aimé

Danseur et chorégraphe burkinabé, Serge-Aimé Coulibaly est avant tout un artiste engagé. Ses créations reflètent les questionnements qui l'animent. La jeunesse et l'espoir d‘un changement au niveau de la société voire de l'humanité sont souvent au cœur de ses œuvres chorégraphiques.

Après une formation pluri-disciplinaire au sein de la Compagnie FEEREN dirigée par Amadou Bourou, complétée par des stages auprès de metteurs en scènes et chorégraphes internationaux, Serge-Aimé intègre en 2002 la compagnie flamande des Ballets C de la B où il sera interprète des spectacles « Wolf » mis en scène par Alain Platel, puis « Tempus Fugit » de Sidi Larbi Cherkaoui.

Il crée sa compagnie - FASO DANSE THÈÂTRE – cette même année et signe son premier solo, « Minimini » avant de devenir artiste associé du Théâtre du Grand Bleu à Lille (jusqu'en 2007). Les créations suivantes de Serge-Aimé reçoivent une reconnaissance internationale : sa seconde pièce « Et demain… » est sélectionnée dans le cadre des Emergences de Lille 2004 – Capitale européenne de la culture ; "A benguer" et "Babemba" se produisent sur de prestigieux festivals en France et à l'étranger.

Le parcours artistique éclectique de Serge-Aimé l'amène également à collaborer avec de nombreux artistes. Entre autres, il travaille avec Rachael Swain, metteur en scène de la compagnie australienne MARRUGEKU, sur la recherche et la confrontation des danses aborigènes traditionnelles à la danse contemporaine qui aboutit à la création du spectacle « Burning Daylight » (2006). Ils se retrouvent ensuite pour créer « Sugar », axé sur les cultures urbaines et la place des jeunes dans la ville. Cette chorégraphie met en scène des interprètes issus du monde du hip hop (danseurs et rappeurs) ; elle est au cœur de l'événement Liverpool 2008 – Capitale européenne de la culture. Pour Les Subsistances de Lyon, Serge-Aimé réalise dans le cadre du festival Ça tchatche « J'ai perdu mon français » avec la chorégraphe et danseuse indienne Kalpana Raghuraman, une pièce qui explore les thèmes du pouvoir, de la rencontre, de la langue et des rapports de force.

En 2011 création de « kohkuma 7°Sud » avec sa compagnie Faso Danse Théâtre. Une exploration en danse, musique et animations vidéo sur notre lutte intérieure, 7 nos violences étouffées, un voyage poétique et chorégraphique au travers de personnalités cachées que l'on rencontre dans leurs formes brutes. En 2012 il danse en duo avec Farid Berki pour « A l'ombre des gazelles » (coproduction FDT / Melting Spot), chorégraphie un solo pour Julie Dossavi (production Cie Julie Dossavi) et  participe au projet de Moise Toué sur Marguerite Duras au Burkina Faso. Enfin il poursuit sa collaboration avec Alain Platel dans C(H)OEURS dont la création le 12 mars prochain se fera au Teatro Real de Madrid rassemblant un orchestre, un chœur de 80 chanteurs et 10 danseurs.

Source : Compagnie Faso Danse Theatre

En savoir plus

fasodansetheatre.com

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.


Source : Maison de la Danse, Fabien Plasson

Nos suggestions de themas et videos

Aucun Résultat

En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus