Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

JOTR

D’après "Janet on the roof" pièce chorégraphiée par Pierre Pontvianne créée le 5 juillet 2016 au Festival des 7 collines – Comédie de Saint-Étienne 


La pièce JANET ON THE ROOF

JANET ON THE ROOF retranscrit un état de sidération qui finit par tout imprégner, et devient la toile de fond de nos existences. 

L’attention du spectateur est amenée à se concentrer sur un endroit physique, primaire, provoqué par le trop-plein d’événements terrifiants que nos sociétés peuvent traverser. 

Attentats, catastrophes, menaces ... sont des impacts qui compriment le temps de nos perceptions. Il s’agit de s’emparer de ce temps pour l’étirer et le diluer, pour essayer de mieux le comprendre, pour soulever, élargir les micro-évènements qui s’y produisent : les évidences, l’irréversibilité, la logique de l’instant, la stupeur ... Ce sont des choses qui, prises séparément sont assez simples à analyser, mais que nous n’avons pas le temps de saisir dans leur instantanéité. 

JANET ON THE ROOF véhicule et provoque un contexte de sidération porté par l’interprète. Deux singularités fortes lui sont imposées d’emblée. Le corps perd son visage, il perd son identité, il devient commun, humain ; puis sa physicalité est étirée dans le temps. Il entre dans une démultiplication de l’échelle du mouvement, il propose continuellement de nouvelles images qui glissent l’une dans l’autre, qui se relaient, la première infiltrant la suivante et ainsi de suite, jusqu’à de brutales césures. Sa danse s’exprime dans une perte et une récupération continue du mouvement qui fait puis défait ce qui vient d’être terminé, qui en récupère le matériau, qui recommence, sans jamais s’arrêter. 

JANET ON THE ROOF est une chute, un mouvement inéluctable. À l’instant où l’on voit la feuille se détacher de l’arbre, on a compris qu’elle allait se poser au sol. Ce que l’on regarde, c’est tout le chemin qu’elle fait pour tomber, qui repose toujours sur le même principe, mais qui se trouve être toujours singulier. Le mouvement de l’interprète, sur 50 minutes, suit un principe analogue, celui du thème et de la variation, qui agit à la fois à l’endroit de la surprise et du connu. 

La sidération se produit aussi dans ce constat : ce qui survient nous surprend en même temps que c’est identifié, presque attendu. Dans JANET ON THE ROOF, on retrouve ces soudaines compressions du temps qui s’opèrent sous l’effet d’un choc. La première surprend le public, la deuxième déjà moins, et la troisième se transforme presque en situation habituelle. La peur nous permet peut-être de chercher des solutions, la sidération, quant à elle, éradique toute la fertilité du possible. La terreur, elle, crée une angoisse qui se diffuse et qui, par sa répétition, finit par nous engourdir. 

Ce qui nous surprend nous sidère et ce qui nous sidère ne nous surprend plus. La pièce dit, entre autres choses, cette érosion de nos sensibilités. 


Le film JANET ON THE ROOF

« [...] L’adaptation filmique de Janet on the roof me donne l’occasion d’aller plus loin dans ce dialogue cinétique entre le corps du danseur et l’œil de la caméra, extension du regard du spectateur qui pénètre ainsi jusqu’au cœur de la danse. 

Le rythme de ce travelling entre en dialogue, en relation, avec le rythme chorégraphique, pour en révéler les glissements et revirements sensibles. Absent et omniprésent à la fois, le spectateur entre dans le territoire de la danse, l’intimité de la performance. Il scrute les formes, les espaces, les pleins et les creux, les muscles, les cheveux, la peau... 

La magie du montage de cinéma lui offre le privilège de l’ubiquité : la danseuse apparaît tantôt monumentale, monstrueuse, par le choix d’un gros plan, d’une perspective inattendue. Tantôt, au contraire, par le choix d’un plan d’ensemble, elle semble minuscule, perdue dans l’immensité. 

Dans Janet on the roof, un mur noir long de sept mètres pour deux mètres de hauteur se rapproche lentement tout au long du spectacle, du fond de la scène où on le distingue à peine d’abord, jusqu’à l’avant-scène, où il prendra finalement la place de la soliste. Ce lent et subtil amenuisement de l’espace mène à l’anéantissement de l’être qui, jusque-là, dansait devant nous. Un effet tout à la fois simple, implacable et puissant. 

Au cinéma, cette idée doit être retranscrite avec la même subtilité et la même inexorabilité, pour en transmettre toute l’émotion. D’une part, grâce à un découpage qui se resserre progressivement et joue avec la perception, presque inconsciente, de la fin qui approche. D’autre part, grâce à un plan qui proposera une perspective inédite, un point de vue sur le dispositif scénique que le spectateur de théâtre ne pouvait pas avoir : celui d’un plan en coupe de l’ensemble du plateau. Au fur et à mesure de la représentation, l’espace de l’interprète se restreint, alors que la pénombre envahit concrètement l’écran, jusqu’à avaler l’interprète. 

JANET ON THE ROOF propose de faire l’expérience paradoxale, simultanée, d’une disparition et d’une apparition. Le corps, tendu dans l’effort constant, entre effacement et dévoilement, finira par être avalé par l’émergence régulière et inéluctable du mur, forme pure, rectangulaire, noire, insondable. Le vivant n’est plus, seul reste le solide inanimé, la matière impassible. [...] » 

David Mambouch 

Pontvianne, Pierre

Lauréat du prix de Lausanne en 1999, Pierre Pontvianne travaille au sein de compagnies internationales - Nederland Dans Theater, Frankfurt ballet, Carte Blanche... Il s’investit dans de nombreux projets chorégraphiques alternatifs et fonde la compagnie PARC en 2004 à Saint- Étienne, avec Émilie Tournaire et Pierre Treille. 

Depuis 2012, le travail de Pierre Pontvianne est présenté dans de nombreux festivals : Festival des 7 Collines, June Events, Biennale de la danse, Rencontres Chorégraphiques Internationales de Seine Saint-Denis, Festival Pharenheit, Festival Sens dessus-dessous, Festival Antigel, Festival International Les Brigittines, Festival Faits d’Hiver, Festival de danse de Cannes... Il est aussi montré, entre autres, sur les Scènes Nationales de Gap – la Passerelle, de Blois – la Halle aux Grains, de Chalon-sur-Saône – l’Espace des Arts, à la Comédie de Saint- Étienne, à l’ADC de Genève, à l’Arsenic à Lausanne, au Korzo Theater à Den Haag, à la Maison de la Danse et au Théâtre de la Ville. 

En 2021 et 2022, Pierre Pontvianne présente deux créations commandées par le Ballet de l’Opéra National de Lyon : la pièce BEASTS et un solo dans le cadre du programme Danser Encore. Il prépare, pour la fin de cette année, la pièce Kernel, commande du Festival de Danse de Cannes. 


En savoir plus : http://www.compagnieparc.com

Mambouch, David

David Mambouch est formé comme acteur à l’École Nationale Supérieure des Arts et Techniques du Théâtre de 2001 à 2004. De 2004 à 2010, il fait partie de la troupe permanente du Théâtre National Populaire, au sein de laquelle il joue dans de nombreuses mises en scène de Christian Schiaretti (entre autres dans L’Opéra de Quat’Sous, Père, 7 farces et comédies de Molière, Coriolan, Par-dessus Bord, Philoctète) et dans Mère & fils de Joël Jouanneau, mise en scène de Michel Raskine. Parallèlement, il tourne en tant qu’acteur pour la télévision, notamment avec Jean-Louis Lorenzi (Chat Bleu Chat Noir, Épuration, aux côtés de Christiana Réali) et au cinéma avec Richard Dembo (La Maison de Nina, aux côtés d’Agnès Jaoui) et Lola Doillon (Le Voyage de Fanny, aux côtés de Marina Vlady). 


En 2005, il crée, avec Laure Giappiconi, la com- pagnie Les 7 Sœurs, pour laquelle il met en scène deux spectacles, Harold Pinter Club et l’Oracle de Saint-Foix. Auteur, il écrit Kaveh Kanes (2003, mise en scène de Catherine Hargreaves), Terrible (2004), Premières Armes (2007, mise en scène par Olivier Borle au TNP), Noires Pensées, Mains Fermes (2008, mise en scène par l’auteur au Théâtre Les Ateliers à Lyon) et I-A (2017, mise en scène Olivier Borle au Théâtre des Clochards Célestes). 


Après une formation de scénariste, aux côtés de Jean-Marie Roth. Il co-écrit plusieurs scénarios de long métrage, dont Hors Série avec Bruno Darmon et Jean-Marie Roth et La Jeune Fille Violaine avec Coralie Dedykere. Il écrit et réalise également de nombreux courts métrages, notamment avec Laure Giappiconi et Olivier Borle, une mini-série en 12 épisodes intitulée La Grande Cause


Depuis 2012, il collabore avec la Compagnie Maguy Marin. Réalisateur d’abord, pour le film nocturnes, adaptation cinématographique de la pièce éponyme. Interprète, pour les reprises de May B et Umwelt


Il crée aux côtés de Maguy Marin et Benjamin Lebreton le solo Singspiele, dont il est interprète et créateur sonore. 

En 2015, il crée La Katet Compagnie, il met en scène Juan (Théâtre National Populaire), Hamlet- Machine en collaboration avec Philippe Vincent. Avec Agnès Potié il collabore sur le solo Kutabuk, dont il signe également la bande sonore. Il est aussi l’un des neuf auteurs de passion(s), premier Laboratoire Artistique de RAMDAM, un centre d’art (2016, Montpellier Danse) et propose aussitôt un second Laboratoire, Nuaj Live Tribute, nouvelle création de La Katet Compagnie (2016, RAMDAM, un centre d’art). Il est également collaborateur et interprète du chorégraphe Pierre Pontvianne (Cie PARC) avec lequel il crée la pièce Mass en septembre 2018 aux Ateliers de Paris. 


Source : Naïa productions

JOTR

Direction artistique / Conception : Réalisation, montage : David Mambouch

Chorégraphie : Pierre Pontvianne

Interprétation : Marthe Krummenacher

Conception vidéo : Image : Pierre Grange ; Assistante image : Pascaline Manachère

Lumières : Valérie Colas

Costumes : Janet Crowe

Décors : Pierre Treille

Son : Pierre Pontvianne

Autres collaborations : Machinerie : Coralie Verdier

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Compagnie PARC / Coproduction This film was partially made possible with funding from KYLIAN PRODUCTIONS (NL), Le Dôme Théâtre Albertville, Avec le soutien du Ministère de la culture / Direction générale de la création artistique. Avec l’aimable autorisation de Janter Lumban Gaol, Apen Sitanggang, Guy de Saint Cyr pour leurs images des avalanches pyroclastiques du volcan SINABUNG à SUMATRA. Location matériel Philippe Vincent / Cie Scènes – Theâtre – Cinéma. Le Tournage a lieu au Dôme Théâtre à Albertville et Ramdam, un centre d’art en juin 2019. 1ère diffusion le 6 décembre 2019.

Durée : 40 min

Nos suggestions de videos
03:46

La Valse de Vaslav

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Hard to be soft

Doherty, Oona (France)

  • Ajouter à la playlist
03:01

Peekaboo

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
04:07

Icons

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:50

Witness

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
03:18

Under my skin

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
05:59

STAYIN ALIVE

Tompkins, Mark (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Eins Zwei Drei

Zimmermann, Martin (France)

  • Ajouter à la playlist
02:59

Dialogue with Rothko

Carlson, Carolyn (Dialogue with Rothko)

  • Ajouter à la playlist
02:52

Firebird

Goecke, Marco (France)

  • Ajouter à la playlist
04:10

La Bête

Schwartz, Wagner (France)

  • Ajouter à la playlist
05:12

Savušun

Darabi, Sorour (France)

  • Ajouter à la playlist
04:28

20 Minutes for the 20th Century, but Asian

Lin
, River (France)

  • Ajouter à la playlist
05:55

Dance, if you want to enter my country!

Matsune, Michikazu (France)

  • Ajouter à la playlist
04:21

DISPARUE (dehors)

Santander Corvalán, Marcela (France)

  • Ajouter à la playlist
02:33

Everything Not in Its Right Place II

Bhu Bhu II (France)

  • Ajouter à la playlist
05:28

Your teacher, please

Teodoro, Ana Rita (France)

  • Ajouter à la playlist
04:46

Still waters

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
59:29

Double Vision

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
11:37

Arcana : Density 21.5

Carlson, Carolyn (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Genèse des oeuvres

Parcours

Centre national de la danse

Genèse des oeuvres

Parcours

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Découvrir
En savoir plus

Collaborations artistiques

Parcours

Centre national de la Danse

Collaborations artistiques

Parcours

Petit panorama de collaborations artistiques, des « couples » de chorégraphes aux créations impliquant des musiciens ou des plasticiens, via quelques rencontres atypiques

Découvrir
En savoir plus

Rencontres avec la littérature

Parcours

Centre national de la danse

Rencontres avec la littérature

Parcours

La collaboration entre chorégraphe et écrivain fait apparaître de multiples combinaisons. Parfois, ce n’est plus le chorégraphe qui « met en danse » le texte d’un auteur, c’est l’écrivain qui prend la danse pour sujet ou matière de son texte.

Découvrir
En savoir plus

Danse et performance

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et performance

Parcours

 Echantillon d’extraits des figures burlesques de la Performance en danse.

Découvrir
En savoir plus

La ronde

Parcours

Olivier Lefebvre

La ronde

Parcours

 De l’importance de la Ronde en danse aujourd’hui.

Découvrir
En savoir plus

Folklores dites-vous ?

Parcours

Sarah Nouveau

Folklores dites-vous ?

Parcours

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Découvrir
En savoir plus

Danse et percussions

Parcours

Camille Rocailleux

Danse et percussions

Parcours

Découvrez de quelles manières ont collaboré chorégraphes et éléments percussifs.

Découvrir
En savoir plus

Rituels

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Rituels

Parcours

Découvrez comment la notion de rituel prend sens dans diverses danses à travers ces extraits.

Découvrir
En savoir plus

L’espace scénique

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

L’espace scénique

Parcours

Un spectacle de danse se déroule dans une zone spatiale définie ou non. Ce parcours permet de comprendre l’occupation de l’espace scénique en danse.

Découvrir
En savoir plus

Les états de corps

Parcours

Philippe Guisgand

Les états de corps

Parcours

Explication du terme « état de corps » pour la danse.

Découvrir
En savoir plus

Le ballet poussé à bout

Parcours

Olivier Lefebvre

Le ballet poussé à bout

Parcours

L'évolution du ballet, de sa forme romantique au néo-classique.

Découvrir
En savoir plus

La danse au Québec : Les corps déraisonnables

Parcours

Geneviève Dussault

La danse au Québec : Les corps déraisonnables

Parcours

Première partie du Parcours consacré à la danse au Québec, voici un ensemble d’extraits présentant l’utilisation très physique du corps.

Découvrir
En savoir plus

La Biennale de la danse

Exposition virtuelle

Biennale de la danse

La Biennale de la danse

Exposition virtuelle

La Biennale de la danse est un événement lyonnais que la ville traverse toutes les années paires. Voici l’histoire de cette aventure et un historique de toutes ses éditions.

Découvrir
En savoir plus

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

Créée à Lyon en 1980, la Maison de la Danse fut le premier théâtre en Europe dédié exclusivement la danse. Avec plus de 150 000 spectateurs par saison et près de 200 levers de rideaux, la Maison de la Danse rassemble aujourd’hui un large public de spectacles très fédérateurs mais aussi d’œuvres innovantes et de recherche. Théâtre de diffusion mais aussi pôle européen de création et d’innovations numériques, la Maison de la Danse vous ouvre ses portes et vous dévoile ses projets.

Découvrir
En savoir plus

Corps dansants

Parcours

Centre national de la danse

Corps dansants

Parcours

Focus sur la variété des corps que propose la danse contemporaine et la manière de montrer ces corps : de la nudité complète au corps tout à fait caché ou recouvert.

Découvrir
En savoir plus

Féminin - Masculin

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Féminin - Masculin

Parcours

Promenade entre les différentes conceptions et réceptions des genres dans les différents styles et époques de la danse.

Découvrir
En savoir plus

Danse et accessoires

Parcours

Julie Charrier

Danse et accessoires

Parcours

Les créations chorégraphiques comprennent parfois des accessoires pour compléter, nourrir ou contraindre la danse.

Découvrir
En savoir plus

Danse et arts plastiques

Parcours

Marie-Thérèse Champesme

Danse et arts plastiques

Parcours

Danse et arts plastiques sont parfois en collaboration sur scène. Ce Parcours ne peut aborder toutes les formes de leurs relations ; il tente seulement de montrer l'importance de la création plastique dans certaines chorégraphies.

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus