Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer

Rituels

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Mudgal, Madhavi (India) Mantsoe, Vincent (South Africa) Mae-Ja, Kim (Republic of Korea) Rizzo, Christian (France) Ponifasio, Lemi (New Zealand) Hoghe, Raimund (Germany) Maalem, Heddy (Algeria) Delente, Maryse (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

Rituels

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Mudgal, Madhavi (India) Mantsoe, Vincent (South Africa) Mae-Ja, Kim (Republic of Korea) Rizzo, Christian (France) Ponifasio, Lemi (New Zealand) Hoghe, Raimund (Germany) Maalem, Heddy (Algeria) Delente, Maryse (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

Auteur : Anne Décoret-Ahiha
en fr

Découvrir

Modernisation, urbanisation, mondialisation : rien n’y fait : la vie des communautés sociales s’articule toujours autour de rites et de rituels, bien au-delà du domaine religieux. Regardez par exemple le Défilé de la Biennale de la danse, à Lyon. L’enthousiasme populaire qu’il suscita, lors de sa création en 1996, convainquit les organisateurs de la nécessité d’en faire l’un des temps forts de chaque édition ; une sorte de rituel civique qui permet aux artistes, aux danseurs amateurs, aux citoyens de l’agglomération lyonnaise, de se rassembler au cœur de la ville.

Description

Génération - Madhavi Mudgal

Dans les danses sacrées, comme par exemple l’Odissi qui est un des styles classiques de l’Inde, le rituel de salutation sert à marquer le passage entre le temps du quotidien et celui de la danse, entre le profane et le sacré. La danseuse l’accomplit avant et après chaque cours, chaque répétition ou chaque représentation. Il favorise la disponibilité mentale et corporelle de l’interprète.

Desa Kela Patra - Sebatu Bali

Sur l’île de Bali, la plupart des danses racontent des épisodes tirés du Ramayana, l’un des grands textes sacrés hindous. Et pour représenter dieux et déesses, rois et autres figures mythologiques, les interprètes respectent un ensemble de codes relatifs à la disposition de l’espace et de l’orchestre.

Ces rituels qui structurent certaines danses à Bali ou en Inde répondent à une fonction : organiser le réel de manière à le rendre intelligible. L’étymologie du mot « rituel » renvoie d’ailleurs à la notion d’ordre. Les rites servent donc à ordonner le désordre, à donner du sens à l’accidentel et à l’incompréhensible de la vie.

Ebhofolo - Vincent Mantsoe

Les rituels peuvent aussi faire l’objet de créations ou de réappropriations. L’écriture chorégraphique du Sud africain Vincent Mantsoe s’inspire d’éléments tirés de rituels de guérison auquel il fut initié, mais également de mouvements de danses Zoulous, Xhosa, de Taï Chi et de techniques modernes occidentales.

Eye of the Heaven et Chum, Ku Shinmyung - Kim Maeja

Kim Maeja mène une démarche similaire à celle de Vincent Mantsoe. Elle tire son vocabulaire gestuel des cérémonies bouddhiques, des danses folkloriques et chamaniques de Corée.

Des Gnawas dans le bocage – Pierre Guichenet

En mettant de l’ordre dans le chaos, le rituel entend agir sur le réel. Certaines cérémonies visent à établir un dialogue avec les esprits, les divinités et l’au-delà et nécessitent alors des rituels de préparation qui permettent de modifier l’état de conscience. On parle de transes et de danses de possession.

Dans cet extrait du documentaire de l’ethnologue Jean Rouch, c’est une transe de la confrérie religieuse marocaine des Gnawas qui est filmée. Les célébrants entraînés par le rythme répétitif, entament une ronde jusqu’à être « chevauchés » par l’esprit dont ils seront l’incarnation. La transe est précédée d’éléments rituels préliminaires : une procession musicale, des danses des musiciens, la consécration de l’espace, l’offrande de nourriture.

Hibiki et Kagemi - Sankaï Juku et Hymne aux fleurs qui passent - Legend Lin Dance Theater

Les états de corps dans lesquels se meuvent les danseurs japonais de Sankaï Juku et taïwanais du Legend Lin Dance Theater résultent d’un profond travail sur la conscience corporelle, le souffle, le relâché, la relation à la gravité. Les interprètes ont alors besoin d’un long moment de préparation avant d’entrer en scène. Lors de ce rituel, ils méditent et s’enduisent le corps d’un onguent blanc qui marque aussi cette transformation de l’être.

b.c. janvier 1545, fontainebleau - Christian Rizzo

En utilisant des objets ou des éléments à caractère symbolique, certains chorégraphes contemporains donnent également à leur spectacle l’allure de cérémonie rituelle. Dans b.c. janvier 1545, fontainebleau de Christian Rizzo, les nombreuses bougies disposées sur la console noire évoquent un luminaire d’église.

Birds with Skymirrors - Lemi Ponifacio

Tout comme chez Christian Rizzo, la scénographie et les jeux de lumière contribuent également à déployer une atmosphère de religiosité dans Birds with Skymirrors de Lemi Ponifacio. C’est aussi le recours à une gestuelle lente, grave, empreinte de solennité qui mue le danseur en officiant.

Swan Lake, mort du cygne - Raimund Hoghe

Enfin, la dramaturgie même du spectacle et l’organisation scénique reproduisent des schémas propres aux rituels. Raimund Hoghe débute ses spectacles par une marche circulaire, qu’il effectue lui-même. Par ce geste inaugural, il consacre l’espace de la danse et signifie que là, quelque chose de fort va se produire devant les spectateurs.

Le sacre du printemps - Heddy Maalem

Cette œuvre met l’artiste face à un questionnement existentiel : la place de l’être humain au sein de l’univers et au sein de la communauté sociale. Le Sacre est ainsi devenu, en tant que tel, un rite de passage par lequel un chorégraphe atteste de sa maturité.

La version proposée par le chorégraphe Heddy Maalem fut qualifiée de « Sacre africain », notamment du fait de l’origine ouest africaine des quatorze interprètes. Marqué par le chaos urbain de la capitale nigériane, où il a séjourné, le chorégraphe s’appuie sur la musique de Stravinski pour révéler la violence du monde et l’enchâssement de la vie et de la mort. On retrouve également la thématique de l’accouplement. Hommes et femmes se croisent et se prennent avec ardeur.

Le sacre du printemps - Maryse Delente

Dans son Sacre, Maryse Delente raconte l’éveil féminin à la sexualité, l’irruption d’un désir inconnu, à la fois exaltant et effrayant pour ces jeunes femmes qui oscillent entre innocence et perversité.

Approfondir

Ouvrages

DOUGLAS, Mary, GUERIN, Anne (trad.). De la souillure : Essais sur les notions de pollution et de tabou [Purity and danger]. Paris : F. Maspero, 1971. 1934 p. (Bibliothèque d’anthropologie).

SEGALEN, Martine. Rites et rituels contemporains. Paris : Nathan, 1998. 128 p. (Sciences sociales).

STRAVINSKI, Igor. Chroniques de ma vie (1882-1935). Paris : Denoël-Gonthier, 1974. 240 p.

Article de périodique

DOUGLAS, Mary. « La ritualisation du quotidien », in Ethnologie Française, XXVI, 2, Paris, Presses Universitaires de France, 1996, p. 597-604.

Plus d'information

Anne Décoret-Ahiha est anthropologue de la danse, docteur de l'Université Paris 8. Conférencière, formatrice et consultante, elle développe des propositions autour de la danse comme ressource pédagogique et conçoit des processus participatifs mobilisant la corporéité. Elle anime les « Echauffements du spectateur » de la Maison de la Danse.

Auteur

Anne Décoret-Ahiha

Générique

Sélection des extraits

Charles Picq, Anne Décoret Ahiha

Textes et sélection de la bibliographie

Anne Décoret Ahiha

Production

Maison de la Danse

Le Parcours "Rituels'" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus