Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer
Retour aux themas

L'artiste engagé

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

L'artiste engagé

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

Auteur : Anne Décoret-Ahiha
en fr

Découvrir

« Je veux dire les problèmes de notre siècle ! ».

C’est par cette formule que l’Américaine Martha Graham, figure majeure de la danse moderne américaine dans les années 1930, énonça l’intention de son travail chorégraphique. Mettant en scène et en mouvement le corps, la danse en est venue à dire le monde et ses tourments, à dénoncer la violence et les travers de la vie sociale, à révéler les affres de l’existence humaine. Telle est l’ambition de ces chorégraphes engagés dont les modes expressifs renvoient, à l’occasion, à d’autres grandes pièces de la danse moderne, notamment celles de Pina Bausch. Au delà du message, la force de leur propos tient à l’engagement physique de leur interprètes, voués entièrement à leur danse, tendus vers l’absolu du geste. Quand il s’agit de prendre position, la danse ne connaît pas la demi-mesure !

Description

Un peu de tendresse bordel de merde ! – Dave Saint-Pierre

Un peu de tendresse bordel de merde ! semble implorer cette jeune femme, frappée par son désir inassouvi, face à l’homme, insensible, qui dédaigne son besoin d’étreinte. Dave Saint Pierre, enfant terrible de la danse québécoise, met à nu, au propre comme au figuré, les comportements amoureux et les exigences affectives. Pour ce faire, il n’hésite par à outrepasser les conventions établies.

Ha ha ! – Maguy Marin

Dans cette pièce, Maguy Marin renonce aux composantes chorégraphiques pour mieux s’en prendre à cette société du divertissement qui consomme plus qu’elle n’agit, qui se distrait au lieu de s’impliquer. Ici, rien d’amusant : c’est la conscience citoyenne du spectateur qui est interpelée. Et si, dans ce défilé de rigolades frivoles pointait la menace inquiétante du totalitarisme ?

Le regard de l'autruche - Tino Fernández

En proie à une guerre civile, opposant l’armée régulière aux guérillas, la Colombie vit dans un climat de tension et de peur qui pèse sur la population. Tino Fernández a voulu en témoigner, avec sa compagnie l’Explose. Dans cette séquence, il convoque des images fortes qui ravivent le souvenir d’une pièce de Pina Bausch. Ici, le chorégraphe développe une danse effrénée, travaillée par l’épuisement et la résistance. Palpations humiliantes, bâillonnements étouffants, poursuites harcelantes : le corps lutte, éprouve. Il cherche ses disparus, symbolisés par les paires de chaussures dispersées sur la scène.

Waxtaan – Germaine Acogny

C’est le registre de la satire qu’empruntent Germaine et Patrick Acogny pour fustiger les dirigeants du continent africain. Cette scène n’est pas sans rappeler La Table verte, de Kurt Jooss, créée en 1932. Dans cette première séquence de Waxtaan, les danseurs parodient les politiciens, les puissants dont les grands discours, avec force gestes, n’ont d’autre écho que le silence de l’inaction – Waxtaan, en wolof, signifie « palabres».

La seconde séquence de Waxtaan traite des stéréotypes dans lesquels le spectateur occidental enferme bien souvent le danseur africain, réduit à l’image du bon sauvage ayant le rythme dans la peau. Mais elle laisse aussi entrevoir une perspective plus intéressante. Prisonnier d’un regard bordé d’œillères, le pantin reprend les fils de son destin et compose à sa guise une identité qui s’accommode d’emprunts extérieurs mais reste enracinée dans un héritage culturel d’une formidable richesse.

Daddy, I’ve seen this piece six times and I still don’t know why they are hurting each other – Robyn Orlin

Les clichés sur l’Afrique, c’est l’un des thèmes de prédilection de la sud-africaine Robyn Orlin. Tout comme celui de la discrimination raciale, sur lequel se fonda le régime de l’Apartheid. Dans Daddy, I’ve seen this piece six times and I still don’t know why they are hurting each other, la danse classique est désignée comme emblème de la suprématie blanche. Pour prétendre figurer dans l’incontournable Lac des Cygnes, la danseuse n’a d’autre choix que de dissimuler sa couleur d’origine. Et c’est par le rouge, celui du sang versé par les opposants à la ségrégation, que le contraste citoyen, entre Blancs et Noirs, prendra fin.

Tempus fugit – Sidi Larbi Cherkaoui

Le pari utopique d'une société multicolore sans accros est loin d'être gagné. Voilà ce que met en scène Sidi Larbi Cherkaoui, chorégraphe belge d’origine marocaine, dans sa pièce Tempus fugit. Dans cette chorale cosmopolite, ralliée autour d’un chant en apparence fédérateur, une voix paternaliste vient rompre l’unisson. Le sentiment de supériorité, qui sous-tendit l’impérialisme colonial, remonte immanquablement à la surface. Et l’ancien colon réinvestit la mission civilisatrice qu’il s’était attribué, pour indiquer, d’un ton professoral, la seule manière acceptable de prononcer, celle qui lui appartient ! Du paternalisme à la xénophobie, nous dit le chorégraphe, il n’y a souvent qu’un pas, que le personnage ne tarde pas à franchir.

Still /Here - Bill T. Jones

Bill T. Jones a conçu sa pièce Still /Here à partir de témoignages de malades du sida, qu'il a recueilli à l’occasion d’ateliers de « paroles et de mouvement ». Comment continuer à vivre normalement quand on se sait condamné ? Comment affronter l’idée d’une mort programmée ? Autant de questions exorcisées par cette pièce, qui mêle danse, vidéo et texte.

Incarnat - Lia Rodrigues

Le caractère saisissant de la scène tiré du spectacle Incarnat de Lia Rodrigues tient autant à sa crudité qu’à son ambivalence. La chorégraphe brésilienne choisit de montrer la chair humaine dans sa réalité sanguinolente. Deux lectures, au moins, sont possibles. Le corps martyrisé, torturé mais aussi le corps enfanté, qui pour voir le jour, doit subir l’épreuve de la naissance. Elle conçoit l'art comme un instrument de connaissance car, dit-elle "la connaissance est le premier pas qui conduit au changement".

Approfondir

Ouvrages

GAUTHIER, Brigitte. Le langage chorégraphique de Pina Bausch. Paris : L'Arche, impr. 2009, cop. 2008. 213 p.

GUILBERT, Laure. Danser avec le III° Reich : les danseurs modernes sous le nazisme. Paris : éd. Complexe, 2000. 448 p. (Librairie de la danse).

HESPEL, Olivier. Robyn Orlin : fantaisiste rebelle. Toulouse : éd. de l’Attribut ; Pantin : Centre national de la danse, DL 2007. 112 p. (Empreintes).

JONES, Bill T., GILLEPSIE, Peggy (collab.), DUMAIS-LVOWSKI, Christian (trad.). Dernière nuit sur terre [Last night of earth]. Arles : Actes Sud, DL 1996, cop. 1997. 310 p. (Librairie de la danse).

ROUSIER, Claire. Etre ensemble : figures de la communauté en danse depuis le XX° siècle. Paris : Centre National de la Danse, 2003. 384 p. (Recherches).

Séminaire

DUPUY, Dominique, (dir.). Danse et politique : démarche artistique et contexte historique, synthèse du séminaire organisé par le Centre national de la danse et le Mas de la danse les 8-12 décembre 2001. Pantin : Centre National de la Danse, 2003. 64 p. (CND Hors Collection).

Plus d'information

Anne Décoret-Ahiha est anthropologue de la danse, docteur de l'Université Paris 8. Conférencière, formatrice et consultante, elle développe des propositions autour de la danse comme ressource pédagogique et conçoit des processus participatifs mobilisant la corporéité. Elle anime les « Echauffements du spectateur » de la Maison de la Danse.

Auteur

Anne Décoret-Ahiha

Générique

Sélection des extraits

Olivier Chervin

Textes et séléction de la bibliographie

Anne Décoret-Ahiha

Production

Maison de la Danse

Le Parcours "L'artiste engagé" a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus