Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer

Danse et musique

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Balanchine, George (Russian Federation) Petipa, Marius (France) Mudgal, Madhavi (India) Merzouki, Mourad (France) Cunningham, Merce (United States) De Keersmaeker, Anne Teresa (Belgium)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

Danse et musique

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Balanchine, George (Russian Federation) Petipa, Marius (France) Mudgal, Madhavi (India) Merzouki, Mourad (France) Cunningham, Merce (United States) De Keersmaeker, Anne Teresa (Belgium)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

Auteur : Anne Décoret-Ahiha
en fr

Découvrir

Danser tout un spectacle en silence ? L'initiative en revient à l'Américaine Doris Humphrey, qui en 1928, signe Water Study considérée comme la première chorégraphie entièrement sans musique.

« La danse sans musique », écrit en 1760 le théoricien du ballet Georges Noverre, « c’est une espèce de folie » car les mouvements deviennent « extravagants » et sans « aucune signification »1.

Que le danseur suive la musique ? Merce Cunningham rejette cette forme d’assujettissement. Dans les années soixante, le chorégraphe américain conçoit l’idée d’une totale indépendance de la danse et de la musique, la seule ligne de partage étant une durée commune.

Depuis, la danse a remis le son2. Comme si elle ne pouvait résister à l’appel du rythme ! Alors, comment danse et musique s’articulent-elles, comment s’ordonnent-elles selon les époques, les styles, les artistes ? Comment s’entendent-elles pour faire sens et spectacle ? Les huit séquences de ce Parcours sont une invitation à voir la musique et écouter la danse, à découvrir la musicalité d’une interprétation ou d’une écriture chorégraphiques.

Description

Agon - George Balanchine

« Voyez la musique, écoutez la danse » : la formule est empruntée à George Balanchine. Avec Igor Stravinski, son compatriote et ami, il collabora plus d’une vingtaine de fois. Comme pour Agon, crée en 1957. Répondant au principe dodécaphonique, la partition s’organise en douze parties auxquelles font écho les douze danseurs, répartis sous des formes variées : duos, trios…

Dans ce pas de deux, la ballerine dirige son partenaire, à l’instar du violon qui devance les autres instruments. Elle s’élève grâce aux appuis, aux supports qu’il lui offre, tout comme le violon gagne en relief grâce à l’arrière plan musical. Ce jeu de correspondance, pour Balanchine, est à inventer par le chorégraphe. Ainsi, disait-il, « la chorégraphie [réalise] sa propre forme indépendamment de la forme musicale [sans en] dupliquer simplement la ligne et le rythme ».

Le lac des cygnes – Marius Petipa

Un tempo lent, des mouvements amples des bras, des jambes qui dessinent des lignes dans l’espace, c’est le propre d’un adage, comme celui du pas de deux de l’acte II du Lac des Cygnes. Le terme est lui-même issu du vocabulaire musical – adagio -. Avec Marius Petipa, il s’impose comme première partie du pas de deux. Le chorégraphe français installé en Russie, comme les maîtres de ballet de l’époque, dictaient leurs choix aux compositeurs en termes de rythme, de nombre de mesures, de caractère. Considérés comme de simples exécutants, ces derniers bénéficiaient de peu d’estime en Russie.

Samanvaya - Madhavi Mudgal

Musicienne, toute danseuse d’Odissi se doit de l’être ! Cette danse, comme les autres styles classiques de l’Inde, s’organise de manière fondamentale autour du rythme. La structure chorégraphique découle de la structure musicale, bâtie sur des cycles appelés talas. Avec ses pieds, la danseuse suit le pattern rythmique joué par les talams, sorte de petites cymbales, amplifiées également par le tambour. Les bracelets de clochettes qui entourent ses chevilles accentuent la sonorité des frappés de pieds. Ils contribuent à faire de l’interprète, habituellement soliste, une instrumentiste à part entière. (Les sept danseuses rassemblées par Madhavi Mudgal dans cette pièce forment ainsi un véritable orchestre en mouvement.)

Interplay - Jazz Tap Ensemble

Dans les claquettes, ou tap dance, le pied constitue également un instrument de percussion, même s’il est cette fois chaussé spécialement. La richesse des combinaisons rythmiques et sonores provient notamment de la variété des impacts au sol, que ce soit par le talon, la pointe du pied ou le plat de la chaussure.

Tango

Le tango fait partie de ces « musiques à danser ». Né à la fin du XIX° siècle du croisement des cultures noires, créoles et européennes immigrées de l’Argentine, il est à la fois genre musical et danse. Si, entre les deux, des liens étroits se sont tissés, le premier s’est aussi émancipé, osant exister de lui-même. Dans cet extrait, les séquences chorégraphiées de groupe alternent avec des moments où les couples improvisent, comme ils le feraient dans le contexte d’un bal. Sur des mesures de 2 ou 4 temps, ils déroulent une marche sur laquelle ils greffent, selon différents niveaux de vitesse, des figures comme le corte, le double huit ou le gancho, sorte de croc-en-jambe suggestif.

Dix versions - Mourad Merzouki

Il est des musiques qui donnent envie de danser. Le hip hop en fait partie. Quand la gestuelle colle à la rythmique, qu’entre les deux se produit une sorte d’osmose, le plaisir du mouvement se propage jusqu’aux spectateurs. Comme dans cette séquence de Dix versions, une des premières chorégraphies de Mourad Merzouki. Les danseurs s’adonnent ici au popping, au smurf ou encore au boogaloo, trois styles caractéristiques de la danse hip hop pratiquée debout et non au sol comme la breakdance.

Roaratorio - Merce Cunningham

Dans Roaratorio, de Merce Cunningham, pas de coordination entre danse et musique. La danse existe indépendamment de la musique. Et si une relation semble à l’occasion s’établir, elle n’est que le fruit d’une heureuse coïncidence. Quant à l’interprète, désormais privé de tout soutien musical, il se doit de posséder un sens très intérieur du timing, et être très à l’écoute de ses partenaires. Tels sont les principes majeurs développés par Merce Cunningham, dès les années 1960.

Fase - Anne-Teresa de Keersmaeker

Anne-Teresa de Keersmaeker, quant à elle, prête une attention extrême à la musique. Car c’est elle qui l’inspire. Non pas qu’elle vise à illustrer la musique par la danse mais parce que la chorégraphe belge examine d’abord les structures formelles, l’architecture et les règles de composition qui caractérisent une partition avant d’en effectuer une transposition de nature chorégraphique. Ce rapport d’analogie pourra porter sur l’organisation de l’espace, les modalités d’enchaînement des mouvements ou encore sur le matériau gestuel lui-même.

1Jean-Georges Noverre, Lettres sur la danse, 1760

2« La danse remet le son », dossier de la revue Mouvement, novembre – décembre 2012, n°66, pp 35-55.

Approfondir

Ouvrages

BALANCHINE, Georges, MOISSEEVITCH VOLKOV, Solomon, DAY, Carole (trad.). Conversations avec George Balanchine : variation sur Tchaïkovski [Balanchine’s Tchaïkovski], Paris : L'Arche, 1988. 220 p.

NOVERRE, Jean-Georges. Lettres sur la danse, Paris : éd. du Sandre, DL 2006. 219 p.

Article de périodique

APPRILL, Christophe. « Le tango, une ‘musique à danser’ à l’épreuve de la reconstruction du bal », in Civilisations, n°53, 2006, p. 75-96.

Plus d'information

Biographie de l’auteur :

Anne Décoret-Ahiha est anthropologue de la danse, docteur de l'Université Paris 8. Conférencière, formatrice et consultante, elle développe des propositions autour de la danse comme ressource pédagogique et conçoit des processus participatifs mobilisant la corporéité. Elle anime les « Echauffements du spectateur » de la Maison de la Danse.

Le Parcours « Danse et musique » a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI)

Auteur

Anne Décoret-Ahiha

Générique

Sélection des extraits

Olivier Chervin

Textes et sélection de la bibliographie

Anne Décoret-Ahiha

Production

Maison de la Danse

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus