Aller au contenu principal
Ajouter cette vidéo à une playlist

Title

Choreographer

La vidéo a été avec ajoutée succès.

Vous devez être membre pour profiter de toutes les fonctionnalités Se connecter Register
Vous devez être membre pour voir cette playlist Se connecter Register
Supprimer mon historique vidéo Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Supprimer mon historique de recherche Êtes-vous sûr de vouloir supprimer l'historique ?
Créer une playlist
La description est limitée à 500 caractères
Vous pouvez désormais rendre vos playlists publiques! Pour cela, rendez-vous sur votre compte personnel

Attention !
Cette vidéo contient de la nudité ou de la violence.
Modifier la playlist
La description est limitée à 500 caractères
Supprimer la playlist Êtes-vous sûr de vouloir supprimer la playlist ?
Partager cette playlist
Configurer l'accès Garder votre playlist privée
(elle ne sera visible que par vous)
Rendre votre playlist publique
(et partagez-là avec les autres utilisateurs)
Configurer l'accès
Partager Adresse Partager par e-mail Envoyer

Corps dansants

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Brumachon, Claude (France) Hoghe, Raimund (Germany) Orlin, Robyn (South Africa) Dubois, Olivier (France) Rizzo, Christian (France) D'Urso, Maria Donata (Italy) Linehan, Daniel (United States) Fontaine, Geisha (France) Cottreau, Pierre (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

en fr

Corps dansants

2018 - Réalisateur-rice : Plasson, Fabien

Chorégraphe(s) : Brumachon, Claude (France) Hoghe, Raimund (Germany) Orlin, Robyn (South Africa) Dubois, Olivier (France) Rizzo, Christian (France) D'Urso, Maria Donata (Italy) Linehan, Daniel (United States) Fontaine, Geisha (France) Cottreau, Pierre (France)

Déposé par Maison de la Danse de Lyon

Auteur : Centre national de la danse
en fr

Découvrir

L’un des enjeux de la danse contemporaine consiste à voir, à approcher et à travailler le corps de façon différente que dans les périodes antérieures. Les chorégraphes et les danseurs contemporains cherchent à subvertir un corps dansant trop formaté. Ils veulent échapper aux modèles et interroger ce qui définit, mais aussi limite, le « corps dansant ».

Par ailleurs la pratique, la perception et l’expérimentation du corps sont déterminantes dans le travail du danseur contemporain. Il cherche à affiner la conscience de son propre corps, tandis que le chorégraphe cherche à mobiliser différentes compétences du corps. Selon son style et ses enjeux esthétiques, il ne fera pas appel aux mêmes corps et donc aux mêmes interprètes.

Description

 

D’Indicibles Violences - Claude Brumachon

Dans d’Indicibles Violences de Claude Brumachon, le corps des danseurs est un corps virtuose, sportif, agile. Il exprime une animalité virile qui, selon les mots du chorégraphe, « voyage à l’intérieur d’un volcan de chair extrême »1. Ce corps renvoie aussi à la statuaire grecque ; il est sculptural et relève de critères de la beauté « classique ». Il est expert et admirable. C’est un modèle de corps présent en danse contemporaine, mais dont d’autres chorégraphes ont voulu s’émanciper.

Sans titre - Raimund Hoghe

Raimund Hoghe a souhaité « jeter son corps dans la bataille ». Il pense que « les handicaps physiques choquent plus que la violence sur scène » et propose un « plaidoyer pour l'imperfection »2. Raimund Hogue, chorégraphe et danseur allemand, est bossu : son corps subvertit tous les canons attribués au corps du danseur. Dans Sans titre, en dialogue avec Faustin Linyekula, danseur congolais noir, sa chorégraphie confronte l’Afrique et l’Occident, met en jeu des corps que la danse contemporaine a acceptés petit à petit. Peau noire et bosse blanche deviennent ici un médium artistique et poétique.

Cygne : Daddy I’ve seen this piece six times before and I still don’t know why they’re hurting each other - Robyn Orlin

Questionner les représentations du corps est également un enjeu de la sud-africaine Robyn Orlin. La chorégraphe critique l’utilisation idéologique de critères physiques. Dans cette pièce, une danseuse se couvre de farine pour devenir un impeccable cygne blanc - ce référent incontournable de la culture du ballet occidental. Le corps modèle du danseur est ainsi relativisé et questionné.

La minute du spectateur - Olivier Dubois

La danse contemporaine fait appel à des corps atypiques et variés. Le danseur et chorégraphe Olivier Dubois a des formes « généreuses ». Dans ses premières créations, il confronte l’exhibition de son corps à ce qui relève de son intimité. Il participe d’une lutte des corps destinée à conquérir une place, notamment sur un plateau. Au fil de ses propositions, le corps d’Olivier Dubois ne va plus se distinguer par ses données physiques, mais par la mise en jeu artistique qu’il exprime. Tout corps peut ainsi devenir un vecteur, un allié et le signe prépondérant d’un engagement esthétique.

Skull*Cut - Christian Rizzo

En danse contemporaine, le corps du danseur est parfois nu. Il peut aussi être caché. Dans Skull*Cut, chorégraphie de Christian Rizzo, le danseur et chorégraphe Rachid Ouramdane a l’apparence d’un motard. Il devient ainsi une silhouette, à la fois humaine et indéfinie. C’est un corps reconnaissable dont les volumes et les postures ressortent bien davantage que si le visage et la peau étaient visibles. La figure du motard est un archétype ; mais telle qu’elle est employée ici, elle décale les données relatives au corps dansant. Il en résulte une impression étrange où l’on est troublé par un corps en mouvement que l’on perçoit, mais sans vraiment identifier la personne que l’on regarde.

Collection particulière - Maria Donata d’Urso

Dans Collection particulière, Maria Donata d’Urso travaille sur la plasticité de son corps et propose des images étonnantes où les contours corporels se modifient radicalement. Elle insiste particulièrement sur le rôle de la peau et des appuis. Elle interroge « la notion de surface qu’elle ressent dans le contact physique avec le sol, mais aussi dans l’espace de visibilité de la scène »3. Ce corps matière devient une sculpture abstraite en mouvement et joue de la dissymétrie. Il est ici le sujet de multiples métamorphoses qui lui donnent d’infinis prolongements.

Zombie Aporia - Daniel Linehan

Quand il est sur scène, le danseur associe une compétence technique, un mode d’interprétation et une forme de présence. Or la manière dont le corps s’offre au regard du public varie selon les danseurs et selon le style des chorégraphes avec lesquels ils travaillent. Dans Zombie Aporia, créé par Daniel Linehan en 2011, les trois danseurs, par leur interprétation, induisent une relation directe et enfantine avec les spectateurs. Ils interrogent les relations entre ce que l’on fait, ce que l’on danse, ce que l’on dit et ce que l’on chantonne. Cette évidence finit par entraîner les spectateurs dans des stratagèmes beaucoup plus complexes qui se font jour au fur et à mesure de la pièce. En effet, « cette comédie musicale d’apparence légère s’avère être un manifeste contre le conditionnement des corps et des esprits »4.

LEX - Geisha Fontaine et Pierre Cottreau

Geisha Fontaine et Pierre Cottreau ont conçu LEX en s’emparant des expressions convenues de la critique chorégraphique pour désigner le corps du danseur. Le meilleur danseur serait-il celui qui est le plus virtuose, le plus émouvant, le plus beau ? Les deux chorégraphes mettent en relation les qualités du « bon » danseur et son inscription dans le champ du travail et des lois qui le régissent. Selon quels critères un danseur réussit-il une audition pour être recruté ? Comment fait-il ensuite preuve de ses compétences d’artiste dans le travail avec le chorégraphe ? LEX s’empare de plusieurs atouts prêtés au danseur et de figures récurrentes de la chorégraphie tels que le ralenti, l’enchainement, l’unisson pour interroger la fonction du danseur interprète.

1Claude Brumachon, présentation de la création - www.ccnn-brumachonlamarche.com

2Jeter son corps dans la bataille - www.raimundhoghe.com

3Citée par Gwénola David, « Maria Donata d’Urso - L’interprète du corps », Danser, mai 2005.

4Présentation de Daniel Linehan, Arte Journal, 14 novembre 2011- www.arte.tv

Plus d'information

Biographie de l’auteur :

Le Centre national de la danse (CN D) est un centre d’art pour la danse. C’est une institution dépendant du ministère de la Culture et de la Communication français et dévolu à la danse sous tous ses aspects : la promotion de spectacles et de chorégraphes, la diffusion de la culture chorégraphique, la création artistique, et la pédagogie.

Le Parcours « Corps dansants » a pu voir le jour grâce au soutien du Secrétariat général du Ministère de la Culture et de la Communication - Service de la Coordination des politiques Culturelles et de l'Innovation (SCPCI).

Auteur

Centre national de la danse

Générique

 

Sélection des extraits
Centre National de la danse
 

Textes

Centre National de la danse

Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus