Aller au contenu principal
Affranchies 4 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg Salle 2 Affranchies 5 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg

Amalia Salle

  

1 - ©Duy-Laurent Tran

  

2 - ©Duy-Laurent Tran

  

3 - ©Duy-Laurent Tran

LA COMPAGNIE BAHIA

BAHIA est un état du Brésil populaire pour son mélange d’épices. La compagnie est composée de six danseurs hétéroclites. Chacun, par ses expériences et sa singularité, représente une épice qui, en les mélangeant, relève les créations chorégraphiques. Fondée en janvier 2019, la compagnie BAHIA est dirigée par la chorégraphe Amalia Salle et est composée de six danseurs interprètes. Définie comme une compagnie urbaine contemporaine, c’est à travers la danse hip hop et contemporaine que celle-ci s’empare de l’actualité, de la société moderne et des dégâts de la technologie sur différentes générations.

Affranchies 7 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg CR1 104.Affranchies-Dan.Aucante.2022.jpg

Clémence Rionda

  

1 - ©Duy-Laurent Tran

  

2 - ©Duy-Laurent Tran

  

3 - ©Dan Aucante

« Pour moi Affranchies c'est comme l'accomplissement d'une quête à la fois collective et partagée mais aussi très individuelle et intérieure. Ce fut un cheminement long et sinueux vers la découverte de l'autre, de soi et de tous les composants de notre Être. Le travail autour de cette pièce m'a demandé une grande implication émotionnelle et m'a donné l'accès à de nombreux questionnements d'ordre spirituel, sociétal, humain... J'ai pu trouver des clefs de résolution pour certains d'entre eux, pour d'autres, la réflexion est encore en cours... Pour conclure je dirai que j'en ressors grandie et nourrie par les énergies de la chorégraphe et des 4 autres danseuses avec qui j'ai la chance de partager cette expérience. »
Affranchies 6 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg MA 2 Affranchies 7 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg

Marion Agosta

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Duy-Laurent Tran

« Affranchies et La chorégraphe Amalia Salle ont réussi à libérer des choses en moi inconnues il y a encore quelques mois. Cette pièce est une main tendue à l’expression, à la libération ainsi qu’à la générosité et le soutien ! Elle me porte et me pousse dans des émotions extrêmes, entourée des quatre autres danseuses avec qui je partage toute ces sensations, ressentis qui ont fait naître une complicité sororale sur scène. Grâce à tous ces éléments je me sens en sécurité d’Être, de Dire et de Faire tout au long de cette pièce. »
Affranchies 1 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg TE 2 DSC05660.png

Tessa Egger

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Duy-Laurent Tran

« Tout a commencé avec une simple question. De quoi avez-vous peur et pourquoi ? C’est de cette manière-là qu’Amalia nous invite à nous poser des questions afin d’alimenter une pièce. La première répétition que nous avions eue dans le cadre de notre première résidence nous a amenées dans une discussion de 6h. 6h à comprendre ce que nous voudrions défendre corps et âmes. Affranchies est, pour moi, un cri vers la liberté. La liberté, aussi vaste qu’on puisse l’interpréter. La liberté d’être. D’être qui nous sommes vraiment, sans jugement, des autres mais surtout du regard qu’on a sur soi à cause des autres. La liberté de vivre ! Qui serait-on sans tous ces codes de la société ? Voilà la question qu’Amalia nous a finalement posé et celle dont on essaye de trouver la réponse à travers notre pièce. Voilà la question que nous vous invitons à vous poser. »
Affranchies 8 (c) Duy-Laurent TRAN.jpg jaune 2 041.Affranchies-Dan.Aucante.2022.jpg

Mat Ieva

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Dan Aucante

« Aussi loin que je me souvienne, je ne me suis jamais sentie adaptée dans cette société. J’ai toujours été en quête de sens, en quête de connections, en quête d’authenticité. Les questions existentielles se sont bousculées encore et encore. Je peux le dire avec des mots aujourd’hui, mais un nuage d’incompréhension planait dans ma tête. Je me retrouvais donc à me faire caméléon dans toutes sortes de situations. Mais quelle est ma place ? Comment me sentir intégrée ? Comment me sentir moins “handicapée” dans cette société ? Et finalement comment m’affranchir ? Système scolaire désastreux pour ma sensibilité, je n’y voyais qu’une seule voie de vie possible : l’artistique. Cette flamme qui brûle en moi depuis mon plus jeune âge, cette envie de pouvoir m’exprimer et faire quelque chose qui me parle sincèrement ; peut-être me sentir vivante d’une certaine manière. Affranchies est une pièce chorégraphique qui met en lumière les questionnements sur le sens de sa vie. Sujet finalement très parlant pour moi ! Dans cette pièce chorégraphique Amalia nous demande une mise à nu et une implication émotionnelle intense. Certains jours, la mise à nu est plus facile à faire que d’autres. Il m’arrive parfois de ne pas avoir envie de faire “violence” à mon corps. Quelques scènes étant dures à interpréter pour moi ; où l'engagement vient chercher dans des sentiments plus rudes. Mais très vite, au fur et à mesure que la pièce avance, je ressens ce soutien vibrant entre les autres danseuses, et une forme d’apaisement. Je crois que danser Affranchies me permet de dire par le corps ce qu’il n’a pas pu être exprimé durant des années dans mes ressentis personnels. C’est peut-être aussi un moyen de retirer quelques somatisations à chaque fois que j'interprète cette pièce. Je l'interprète comme je suis, dans les directions émotionnelles qui me sont demandées, mais toujours avec ma palette de couleurs. Amalia recherche cette sincérité d’être et non pas de jouer. Cette pièce ne peut pas être menti, elle n’a rien de mécanique, tout doit être cherché et recherché en profondeur. De longues discussions ont été faites entre nous danseuses et Amalia. Dans le processus de création nous avons ri, parlé, pleurer, puis parlé ; entre incompréhensions et compréhensions : parler. Nous avions, je crois, toutes besoin que la trame émotionnelle soit ficelée d’une manière à ce que l’on puisse constamment interpréter en vibrant et racontant pleinement Affranchies. Affranchies raconte ce que c’est que de vivre inconsciemment, et parfois malgré nous, dans une aliénation sociale. Comment se découvrir, se rencontrer, s’aimer, trouver un soutien, trouver l’Amour, et finalement se rapprocher au plus près de son être. S’affranchir ne serait-il pas trouvé sa liberté ? » Vous avez cinq heures.
027.Affranchies-Dan.Aucante.2022.jpg Dinelli 2 072.Affranchies-Dan.Aucante.2022.jpg

Philippine Dinelli

  

©Dan Aucante 

  

©Duy-Laurent Tran

  

©Dan Aucante 

Philippine Dinelli s’est formée à différents styles passant du jazz au cabaret, du contemporain aux danses urbaines, à l’Institut des arts du music-hall au Mans et au Peridance Capezio Center à New York. En tant qu’interprète, elle a dansé dans de nombreux clips dont Démons d’Angèle, avec la compagnie Explicite et dans plusieurs événements. Elle donne également des cours de contemporain et de yoga à Paris. En 2019, elle rejoint la compagnie Bahia d’Amalia Salle.
Votre avis nous intéresse
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus