Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Waxtaan

Maison de la danse 2007 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : Acogny, Germaine (Senegal)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la danse , Saisons 2000 > 2009

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Waxtaan

Maison de la danse 2007 - Réalisateur-rice : Picq, Charles

Chorégraphe(s) : Acogny, Germaine (Senegal)

Présentée dans la/les collection(s) : Maison de la danse , Saisons 2000 > 2009

Producteur vidéo : Maison de la Danse

Vidéo intégrale disponible à la Maison de la danse de Lyon

en fr

Waxtaan

« Waxtaan » est un mot wolof qui signifie «palabre», «discussion». Cette nouvelle œuvre chorégraphique est basée sur les danses traditionnelles -les plus belles et les mieux adaptées à cette création- de plusieurs pays africains. La compagnie met en valeur leurs incroyables richesses gestuelles et rythmiques et pose un regard neuf sur ces danses dont les images habituelles sont celles de folklores populaires. La relecture de ces danses traditionnelles reste contemporaine, ainsi que les outils chorégraphiques mis en œuvre pour la reconstruction et la recomposition de ces danses. L'originalité de l'œuvre ne repose pas uniquement sur le traitement des danses traditionnelles. Elle porte également un regard critique sur les hommes qui nous dirigent. Les danseurs, en effet, parodient les chefs d'états, les ministres, les politiciens, les hommes de pouvoir. Ils les interpellent par la danse afin que les choses puissent vraiment changer et que la situation économique, sociale et culturelle cesse de se dégrader.




Source : Programme de salle Maison de la Danse

Acogny, Germaine

Germaine Acogny est l'une des personnalités les plus  connues de la scène africaine de la danse contemporaine, notamment dans  le domaine de l'enseignement et du développement de la danse  contemporaine en Afrique.  

Sénégalaise et française, elle a participé de 1962 à 1965 à la  formation à l'école de Simon Siegel (la directrice était Mme Marguerite  Lamotte) à Paris et a obtenu un diplôme d'éducation physique et de  gymnastique harmonieuse. Puis, elle a fondé son premier studio de danse à Dakar, en 1968. Grâce à  l'influence des danses qu'elle avait héritées de sa grand-mère, un  prêtre yoruba, et à ses études des danses traditionnelles africaines et  des danses occidentales (classique, moderne) à Paris et à New York,  Germaine Acogny a créé sa propre technique de danse africaine moderne et  est considérée comme la "mère de la danse africaine contemporaine". 

Entre 1977 et 1982, elle a été directrice artistique de MUDRA AFRIQUE  (Dakar), créé par Maurice Béjart et le président et poète sénégalais  Léopold Sedar Senghor. En 1980, elle a écrit son premier livre intitulé "Danse africaine",  édité en trois langues. Après la fermeture de Mudra Afrique, elle s'est installée à Bruxelles  pour travailler avec la compagnie de Maurice Béjart, où elle a organisé  des ateliers internationaux de danse africaine, qui ont connu un grand  succès auprès des étudiants européens. Cette même expérience s'est  répétée en Afrique, à Fanghoumé, un petit village de Casamance, dans le  sud du Sénégal. Des gens d'Europe et du monde entier s'y sont rendus.

Avec son mari, Helmut Vogt, elle a créé en 1985, à Toulouse, en France, le "Studio-Ecole-Ballet-Théâtre du 3è Monde".
Après avoir été absente de la scène pendant plusieurs années, Germaine  Acogny la fait revenir comme danseuse et chorégraphe en 1987. Elle a  travaillé avec Peter Gabriel pour un clip vidéo et a créé son solo  "Sahel". D'autres chorégraphies suivent. Son solo "YE'OU", créé en 1988, tourne sur tous les continents et  remporte le "London Contemporary Dance and Performance Award" en 1991.
En 1995, elle décide de retourner au Sénégal, dans le but de créer un Centre International des Danses Africaines Traditionnelles et Contemporaines : un point de rencontre pour les danseurs venant d'Afrique et du monde entier et, un lieu de formation professionnelle pour les danseurs du toute l'Afrique dans le but de les guider vers une Danse Africaine Contemporaine. La construction du Centre -également appelé "L'Ecole des Sables"- a été achevée en juin 2004. Pourtant, depuis 1998, des ateliers professionnels de trois mois pour danseurs et chorégraphes africains étaient organisés chaque année. Une quarantaine de danseurs venus de toute l'Afrique se sont rencontrés, ont échangé et travaillé ensemble à chaque fois.
En 1997, Germaine Acogny devient directrice artistique de la "section  danse d'Afrique en créations" à Paris, poste qu'elle occupe jusqu'en  septembre 2000. Pendant cette période, elle a été responsable du  Concours de danse africaine contemporaine, une importante plateforme  pour les jeunes chorégraphes africains.

En 2005, elle a été invitée comme régente à l'UCLA (Université de Los Angeles).
Son solo "Tchouraï", créé en 2001 et chorégraphié par Sophiatou Kossoko,  a été présenté avec succès en tournée jusqu'en 2008. Elle l'a présenté  en France (Théâtre de la Ville, Paris), en Allemagne, en Belgique, aux  Pays-Bas, au Danemark, en Italie, aux États-Unis (New York, Chicago), au  Brésil et en Chine (premier festival de danse contemporaine à  Shanghai).
En 2003/2004, elle a créé la pièce "Fagaala", pour sa compagnie JANT-BI,  basée sur le génocide au Rwanda. Elle a été co-chorégraphiée avec Kota  Yamazaki/Japon pour 7 danseurs africains, une fusion entre le Butoh et  les danses africaines traditionnelles et contemporaines. Il a déjà connu  trois tournées très réussies aux États-Unis, et a été présenté en  Europe, en Australie (Festival de Melbourne, Opéra de Sydney) et au  Japon.
En 2007, elle et Kota Yamazaki ont reçu un BESSIE Award (New York Dance and Performance Award) pour "Fagaala".

Plus tard cette année-là, le grand défi était la partie chorégraphique  de l'OPERA du SAHEL, une importante création africaine, initiée et  produite par la Fondation Prince Claus en Hollande. Elle a été créée à  Bamako en février 2007, suivie de représentations à Amsterdam et à Paris  et d'une première tournée africaine en 2009. 

En 2008, un autre travail chorégraphique a été organisé en  collaboration entre la compagnie Jant-Bi (7 danseurs) et la compagnie  Urban Bush Women (7 danseuses afro-américaines) de New York. Cette  nouvelle création "Les écailles de la mémoire" a été créée par elle et  Jawole Zollar, la directrice artistique de Urban Bush Women, et a connu  un grand succès lors de plusieurs tournées aux États-Unis et en Europe. Sa création, le solo "Songook Yaakaar" a été présenté en première à la  Biennale de la danse de Lyon en septembre 2010.

En 2014, le chorégraphe français Olivier Dubois a créé un solo pour  Germaine Acogny "Mon élue noire - Sacre no.2" basé sur la musique  originale du "Sacre du printemps". En 2015, sa nouvelle création en solo "Somewhere at the beginning", est  sortie en collaboration avec le directeur de théâtre Mikael Serre, une  création qui combine la danse, le théâtre et la vidéo. La première a eu  lieu au Grand Théâtre de la Ville du Luxembourg en juin 2015. Elle continue à collaborer avec des écoles internationales et des  centres de danse et donne régulièrement des master classes. A partir de janvier 2015, elle a confié la direction artistique de  l'Ecole des Sables à son fils Patrick Acogny. 

En 2020, Germaine Acogny et Helmut Vogt ont pris la décision de  confier le rôle de direction artistique et de gardien de l'Ecole des  Sables à deux de ses anciens élèves de confiance, également titulaires  du diplôme de technique Acogny : Alesandra Seutin et Wesley Ruzibiza,  pour travailler aux côtés de Paul Sagne, qui a travaillé et évolué au  sein de l'Ecole des Sables pendant les 15 dernières années et qui a  maintenant été nommé directeur administratif.

En février 2021,  le "Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière" en danse a été décerné à Germaine Acogny par La Biennale de Venise..


Source : Site de l'Ecole des Sables

En savoir plus : ecoledessables.org

Picq, Charles

Auteur, réalisateur et vidéaste, Charles Picq (1952-2012) entre dans la vie professionnelle dans les années 70 par le théâtre et la photographie. Après une reprise  d'études (Maîtrise de Linguistique - Lyon II, Maîtrise des Sciences et Techniques de la Communication - Grenoble III), il se consacre à la vidéo, d'abord dans le champ des arts plastiques à l'Espace Lyonnais d'Art Contemporain (ELAC) et avec le  groupe "Frigo", puis dans celui de la danse.

Dès la création de la Maison de la Danse à Lyon en 1980, il est sollicité pour y entreprendre un travail de documentation vidéo qu'il poursuit toujours depuis. Durant les années 80, marquées en France par l'explosion de la danse  contemporaine et le développement de l'image vidéo, il fait de nombreuses rencontres avec des artistes tels qu'Andy Degroat, Dominique Bagouet, Carolyn Carlson, Régine Chopinot, Susanne Linke, Joëlle Bouvier et Régis Obadia, Michel Kelemenis. Son activité se déploie dans le champ de la création avec des installations et des vidéos en scène, ainsi que dans celui de la télévision avec des spectacles filmés, des recréations et des documentaires. Avec Dominique Bagouet (80-90), la rencontre est particulière. Il documente sa création, l'assiste sur " Le Crawl de Lucien" et co-réalise avec lui les films "Tant Mieux, Tant Mieux" et "10 anges". 

Dans les années 90, il devient le directeur du développement vidéo de la Maison de la danse et œuvre, avec le soutien de Guy Darmet et son équipe, pour une place grandissante de l'image vidéo au sein du théâtre à travers plusieurs initiatives :

   • Il fonde une vidéothèque de films de danse, d'accès public et gratuit. C'est une première en France. Poursuivant la documentation vidéo des spectacles, il en organise la gestion et la conservation.
  •  Il impulse la création d'un vidéo-bar et d'une salle de projection vidéo dédiée à l'accueil scolaire.
  •  Il initie les "présentations de saisons" en image.
  •  Il conçoit l'édition du DVD "Le tour du monde en 80 danses", une vidéothèque de poche produite par la Maison de la Danse pour le secteur éducatif.

   •  Il lance la collection « Scènes d'écran » pour la télévision et le web,  il entreprend la conversion numérique de la vidéothèque et crée Numeridanse.
 

Ses principaux documentaires sont : "Enchaînement", "Planète Bagouet", "Montpellier le Saut de l'Ange", "Carolyn Carlson, a woman of many faces", "Grand Ecart", "Mama Africa", "C'est pas facile", "Lyon, le pas de deux d'une ville", "Le Défilé", "Un Rêve de cirque".
  Il a également réalisé des films de spectacle : "Song", "Vu d'Ici" (Carolyn Carlson),"Tant Mieux, Tant Mieux", "10 anges", "Necesito" et "So Schnell", (Dominique Bagouet), "Im bade wannen","Flut" et "Wandelung" ( Susanne Linke), "Le Cabaret Latin" (Karine Saporta), "La danse du temps"(Régine Chopinot), "Nuit Blanche"( Abou Lagraa), "Le Témoin" (Claude Brumachon), "Corps est Graphique" (Käfig), "Seule" et "WMD" (Françoise et Dominique Dupuy), " La Veillée des Abysses" (James Thiérrée), Agwa »(Mourad Merzouki), Fuenteovejuna (Antonio Gadès), Blue Lady revisted (Carolyn Carlson)…
 

Source : Maison de la Danse de Lyon

Waxtaan

Chorégraphie : Germaine Acogny, Patrick Acogny

Interprétation : Babacar Ba, Ciré Beye, Abdou Diop, André Drame, Abdoulaye Kane, Ousmane N'Diaye (dit Bané), Pape Ibrahima N'Diaye (dit Kaolack), Bertrand Tchébé Saky, Abib Sow

Scénographie : Patrick Acogny

Musique originale : Oumar Fandy Diop et les musiciens de l'École des Sables

Musique live : Oumar Fandy Diop, Ndeye Seck, Pape Badara Fall, Abdoulaye Diop, Ousmane Sene

Lumières : Horst Mühlberger

Costumes : Germaine Acogny, Patrick Acogny

Production / Coproduction de l'œuvre chorégraphique : Maison de la Danse/Lyon, Fondation Prince Claus/Pays- Bas, Het MuziekTheater/Amsterdam, Grand Théâtre de la Ville de Luxembourg, SEBT 3ème Monde/Toulouse
, Château Rouge/ Annemasse (résidence)

Production / Coproduction de l'œuvre vidéo : Maison de la Danse 


Durée : 60'

Nos suggestions de videos
03:00

D.opa! [Dopamines of post-Athenians]

Apergi, Patricia (Greece)

  • Ajouter à la playlist
08:02

I think

  • Ajouter à la playlist
14:53

Contrepoint

  • Ajouter à la playlist
04:04

Cabaret Talon

  • Ajouter à la playlist
09:18

Accumulation spectacle de fin d'année 2016

  • Ajouter à la playlist
05:56

Toute la misère du monde

  • Ajouter à la playlist
06:08

Kwa Zulu Natal

  • Ajouter à la playlist
57:18

Cribles. Légende chorégraphique pour 1000 danseurs.

Huynh, Emmanuelle (France)

  • Ajouter à la playlist
46:49

Cribles/live

Huynh, Emmanuelle (France)

  • Ajouter à la playlist
02:57

The seasons

Lock, Édouard (France)

  • Ajouter à la playlist
08:32

Signes et Formes en Mouvement Perpétuel

  • Ajouter à la playlist
15:26

Regarde-moi encore!

  • Ajouter à la playlist
16:10

Boléro

  • Ajouter à la playlist
05:32

Sing Sing

Carlès, James (France)

  • Ajouter à la playlist
09:01

Canon 1

  • Ajouter à la playlist
03:37

Couleurs de femmes

Chane, Yun (Reunion)

  • Ajouter à la playlist
19:21

Rosas danst Rosas [transmission 2015]

De Keersmaeker, Anne Teresa (France)

  • Ajouter à la playlist
02:27

Le Surréalisme au service de la Révolution

Morau, Marcos (France)

  • Ajouter à la playlist
06:06

(...)

  • Ajouter à la playlist
07:20

Amelia

Lock, Édouard (Canada)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

fr/en/

Danse sur Mobilier urbain dissuasif

Exposition virtuelle

fr/en/

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

fr/en/

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

fr/en/

[1930-1960] : Entre Europe et Etats-Unis, un néoclassicisme à l’écoute de son temps

Les Ballets russes ont ouvert la porte à ce qui sera nommé plus tard : le néoclassique. A l’époque, l’expression « ballet moderne » est souvent utilisée pour définir ce renouvellement esthétique : un savant mélange de tradition et d’innovation définit par chaque chorégraphe.

Parcours

fr/en/

La Nouvelle Danse Française des années 80

En France, à l’aube des années 80, une génération de jeunes s’empare du corps dansant pour esquisser leur vision singulière du monde. 

Parcours

fr/en/

les ballets C de la B et l'esthétique du réel

Exposition virtuelle

fr/en/

Folklores dites-vous ?

 Présentation de la manière dont les chorégraphes contemporains revisitent le Folklore.

Parcours

fr/en/

Le défilé de la Biennale de la danse

Exposition virtuelle

fr/en/

La Maison de la Danse de Lyon

Exposition virtuelle

fr/en/

Pantomimes

Présentation de la pantomime dans les différents courants de la danse.

Parcours

fr/en/

La filiation « américaine » de la danse moderne. [1930-1950] De la Modern Dance expressive à une vision moderne abstraite.

Parcours

fr/en/

EIVV 2022 Le montage qui danse

Exposition virtuelle

fr/en/

Pourquoi je danse ?

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !

Webdoc

fr/en/

Genèse des oeuvres

Un spectacle de danse se crée en plusieurs étapes qui se situent entre le moment où s’énonce un désir initial qui lance le projet, et celui de la première représentation.

Parcours

fr/en/

Danses de mains

Ce parcours présente différents extraits vidéo où les mains sont au cœur du mouvement.

Parcours

fr/en/

Vidéo-danses mexicaines

Exposition virtuelle

fr/en/

Hip hop / Influences

Ce Parcours présente un aperçu des racines de la danse Hip Hop.

Parcours

fr/en/

Rituels

Découvrez comment la notion de rituel prend sens dans diverses danses à travers ces extraits.

Parcours

fr/en/

La chorégraphie Belge contemporaine

Ce parcours présente les différents chorégraphes qui ont marqué le territoire belge.

Parcours

fr/en/
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus