Aller au contenu principal
Retour à la recherche
  • Ajouter à la playlist

Coupé Décalé Acte 1 Extrait 3

Coupé Décalé Acte 1 Extrait 3

Coupé Décalé

COUPÉ-DÉCALÉ / ROBYN ORLIN & JAMES CARLES
PROJET EN 2 ACTES - Création février 2014 

À PROPOS DU PROJET

La danse populaire apparaît comme une conduite individualisée qui permet aux 
interprètes de sélectionner, de reproduire ou de combiner les éléments du code de mouvements préexistant (...) Étant un moyen de communi- cation artistique, les signes chorégraphiques de la danse populaire n’ont pas une individualité propre dans le processus de la communication. Ils sont groupés dans des structures et des formes (à fonctionnalité interne bien précisée) suivant certains modèles établis par la tradition et étermi- nés par la logique de la pensée chorégraphique, constituant de cette manière les éléments expressifs capables de transmettre un message. Il va de soi que la langue chorégraphique populaire et la danse proprement dite se trouvent dans un rapport dialectique d’interdépendance, de conditionnement réciproque. Dans ce sens, on ne peut concevoir l’exécution d’une danse en dehors du processus préalable d’apprentis- sage ; d’autre part, la langue chorégraphique vit et s’enrichit seulement par sa pratique.
(Quelques aspects théoriques de l’analyse de la danse populaire de Vera Proca-Ciortea et d’Anca Giurchescu)
. Le projet Coupé-décalé s’intéresse au regard que portent les chorégraphes contemporains sur cette pratique populaire provenant de la culture Attiée (Côte d’Ivoire) apparue à Paris au début des années 2000. Aujourd’hui la création contemporaine s’empare de nombre de pratiques populaires et les interprète pour nourrir une « nouvelle langue chorégraphique », retour éternel comme source d’inspiration.


DE LA DANSE TRADITIONNELLE AU PHÉNOMÈNE POPULAIRE ESTHÉTIQUE ET SOCIOLOGIQUE

Le nom coupé-décalé vient d’une forme de danse traditionnelle de Côte d’Ivoire : l’Akoupé du groupe ethnique Attié en Côte d’Ivoire. Dans le début des années 2000 à Paris, ce mouvement à la fois danse et musique urbaine (croisant la rumba congolaise, le hip hop, les musiques caribéennes et les chansons populaires françaises) est impulsé par la communauté noire d‘origine africaine et antillaise. Il s’agissait pour cette jeunesse désorientée et désargentée (étudiants et sans papiers) de se donner une illusion de réussite et de respectabilité en fréquentant les plus grands clubs « Black » de Paris à côté d’une population véritablement aisée et qui montre avec une certaine insolence les signes extérieurs de nouvelle « réussite » sociale. Ces soirées donnaient lieu à des compétitions de « frime » (farôter) : C’est la personne la mieux habillée, c’est-à-dire, qui portait les plus grandes marques et qui dépensait le plus d’argent qui était désigné comme étant le vainqueur. 


Peu à peu les individus se sont constitués en groupe et organisaient des « battles » d’un nouveau genre. On vit ainsi apparaître des groupes comme la « Jet Set » de Paris, la « Jet8 », les « Intouchables » en France, mais également à l’étranger comme les « Siciliens de Ge- nève » en Suisse, la « Cour royale » à Londres etc... Ces groupes se livraient à de rudes « batailles » et avaient mis au point un nouveau langage, un style vestimentaire, des rituels, comme par exemple celui de distribuer d’importantes sommes d’argent au public « le travaillement ». C’est un producteur de musique David Monsoh qui, en observant ces « jeux » très particuliers de jeunes adultes (ils avaient entre 18 et 24 ans), a eu l’idée d’en faire un grand mouvement populaire. C’est la « Jet set » de Paris qui fut choisi, le leadership fut naturellement donné à Doug Saga, car naturellement excentrique, extravagant et impertinent.


Au fil du temps, la danse se popularise sous l’impulsion d’un groupe de DJs ivoiriens tel que DJ Jacob et on nomme la danse « Décalé-coupé
» puis « Coupédécalé » pour des raisons esthétiques. Douk Saga sort le premier morceau dénommé « Sagacité » en 2003. Le clip vidéo « Saga-cité » promeut la danse, mais aussi les concepts qui accompagnent le coupé-décalé : « Farot farot » (faire le malin), « Boucantier » (homme qui fait parler de soi, qui fait son « Boucan »), « Travailler » (jeter des billets de banques). C’est alors que les boucantiers de la JetSet arrivent à Abidjan, les prestations et concerts se multiplient, notamment un concert géant au Palais de la culture de Treichville. 


Le nom des danses et des musiques est assez évocateur : crise économique (titre musique et danse : Qualité de vie/ Lâcheté), guerre en Irak (titre musique et danse : Guantanamo), épidémie (titre musique et danse : grippe Aviaire) etc. Il y a aussi des textes plus « légers » ou plus « politiques » (titre musique et danse : On ne sait pas où on va mais on y va quand même !). Un des avatars de cette esthétique est le « LOGOBI », musique et danse de bal dans sa forme la plus primaire, populaire et consensuelle (titre : Corde à sauter...). 


Cette esthétique va irriguer à une vitesse remarquable la société française et africaine dans toutes ses composantes. Bien que portée de façon dominante par les jeunes issus de classes défavorisées, leurs ambitions dépassent les clivages sociaux, ethno-raciaux et nationaux. Elle fût adoptée de façon très spontanée par la jeunesse de tous les continents. La danse se pratique aussi bien par les hommes que les femmes, mais la « présence masculine » est plus importante. Les DJ parisiens ont fortement contribué au développement, ainsi qu’à la diffusion de cette danse/musique. Les danses sont improvisées et chaque « pas de base » ou « concept » sont nommés. Il y a réciprocité et coïncidence entre la danse et le concept qui la sous-tend. Cette musique/danse a plusieurs visages : satire sociale et politique, danse à forte connotation sexuelle, pur divertissement etc.


DU PHÉNOMÈNE POPULAIRE 
AU PROJET CHORÉGRAPHIQUE EN 2 ACTES

Le projet volontairement scindé en deux parties met en scène le danseur et chorégraphe James Carlès dans une vision que s’approprie Robyn Orlyn. On connaît la passion de la chorégraphe sud-africaine pour tous les phénomènes dansés et identitaires liés à la culture noire. Quant à James Carlès, il poursuit son travail de recherche sur l’origine et l’émergence des danses noires et leur circulation dans le monde entier.
Dans le deuxième acte, il propose sa vision du coupédécalé avec les danseurs qu’il a choisis pour leur connaissance et leur maîtrise de cette danse. 
Les deux actes offrent ainsi une confrontation de regards qui tend à figurer notre propre approche de la danse noire.

COUPÉ-DÉCALÉ / ACTE 1 / I AM NOT A SUB-CULTURE, RATHER A GALLERY OF SELF-PORTRAITS WITH A HISTORY WALKING IN CIRCLES

SOLO DE ROBYN ORLIN POUR JAMES CARLES 

« Je connais mieux l’Afrique anglophone que l’Afrique francophone, je n’avais jamais entendu parlé du coupé-décalé. James Carlès est venu me voir et m’a montré des images filmées dans des discothèques, cela m’a fait penser à des danses et des mouvements qui sont sortis des townships d’Afrique du Sud à la fin de l’apartheid. Le kwaito dans les années 1990 et le pantsula un peu avant offraient un mode d’expression aux jeunes générations, elles y trouvaient un exutoire à la misère et une manière de s’affirmer. Je retrouve dans toutes ces danses et mouvements populaires une combinaison d’humour, d’histoire douloureuse et d’humanité.
Nous avons regardé des vidéos de ses pièces chorégraphiques et nous avons surtout énormément parlé, échangé sur des sujets qui nous touchent personnellement tous les deux : comment nous sommes considérés dans notre pays et dans des pays où nous sommes étrangers, comment sont considérés nos enfants dans ces pays... 


Nous avions des expériences et des perceptions sensiblement différentes, mais nos questionnements étaient les mêmes. Je lui ai donc soumis le projet de créer un solo avec lui. Je suis curieuse de voir comment il peut amener sur la scène son histoire personnelle, entre le Cameroun, les Etats-Unis et la France. Et je voudrais replacer cette histoire dans un contexte plus large, celui de l’Europe où pour ma part je vois une ligne de couleur traversant les sociétés.
Quand je décide de travailler sur des formes d’expression populaire, j’aime aller à la source des choses et construire le spectacle avec les gens qui pratiquent vraiment cette forme de danse ou de musique chez eux. C’est ce que m’ont permis de faire les membres du groupe Via Katlehong Dance qui mixent le pantsula et le gumboot d’Afrique du Sud pour le spectacle Imbizo e Mazweni.
Je travaille de manière très intuitive, sur le moment avec le ou les danseurs,
à partir de leur « storytelling », leur histoire et la façon dont ils racontent cette histoire. Pour ce solo, nous utiliserions sans doute de la musique de dancefloor et l’intérêt de James pour le coupé-décalé, d’autant que la créativité vestimentaire, l’élégance, est une caractéristique importante du mouvement. Je suis très intéressée par cette dimension aussi. » 
Robyn Orlin.

Propos recueillis par Dominique Crébassol (Novembre 2012)

COUPÉ-DÉCALÉ / ACTE 2 / ON VA GÂTER LE COIN !
PIÈCE DE JAMES CARLÈS POUR 5 DANSEURS
LE TRAVAIL DE LA VIDEO CE QUE L’ON SAIT DE L’ORIGINE DU MONDE / CHARLES ROSTAN

Mon travail de la vidéo du « Coupé-décalé. Acte 2 : On va gâter le coin ! » s’inspire de l’essai de Stephen Smith (Négrologie : Pourquoi l’Afrique meurt aux éditions Calmann-Lévy, 2003), où son point de départ « tombe sous le sens pour qui n’a pas de parti pris, ni amour ou haine de l’Afrique ni honte de soi : Le présent n’a pas d’avenir sur le continent. La liberté de ton est celle de l’urgence, sans mépris pour personne.». 


Le Coupé-décalé m’apparaît comme né de cette urgence, danse hybride, forme expressive fondée sur des contraires, une émancipation face à la dureté du quotidien. « Akoupé » symbolise le corps coupé et signifie tricher, voler, arnaquer. « Décalé » symbolise l’idée de faire fortune en partant ou en s’enfuyant. C’est dans cette analogie que m’est apparue l’image de ce corps matriciel, conflictuel, générant des images de l’Afrique actuelle, une présente absence. L’Afrique est le mouroir de tous les espoirs, pourquoi meurt-elle ?
Parce qu’elle se suicide dans un environnement démonté par la mondialisation. J’exploite moi même ce corps comme on exploite les ressources et richesses de ce pays. C’est l’image du tronc du monde, le corps de la femme noire originelle, fondatrice, créatrice mais un corps en souffrance, gisant, agonisant et privé de ses membres pour agir.
 Comme Stephen Smith dans la conclusion de son ouvrage, je m’adresse ici à mes « amis occidentaux qui perçoivent le continent noir comme un grand parc naturel et leurs habitants - immuables depuis la nuit des temps comme hantés de vieux démons. [...] Ils entretiennent [ainsi] un rêve fou qui tue.». 


La temporalité de la vidéo traduit ce suicide assisté, ce décalage entre modernités tardives et cultures authentiques. Les images montrées entretiennent ce rêve fou et meurtrier. Il y a des rescapés dans cet océan de malheur. Certes l’Afrique est éternelle, elle est le berceau de l’humanité avant qu’elle ne devienne son tombeau. Oui heureusement, l’Afrique bouge, les corps bougent et vivent d’une apparente simplicité mais j’imagine maintenant faire bouger des cadavres.
S’agitent-ils dans une danse macabre ?

Carlès, James

James Carlès est chorégraphe, chercheur et conférencier. Il reçoit une formation initiale en danses et musiques d'Afrique et de sa Diaspora puis il se forme auprès des grands noms de la danse moderne à New York et à Londres principalement. Depuis 1992, il a engagé une démarche artistique et analytique qui explore les "lieux de jonctions" entre les danses, rythmes et philosophies d'Afrique et de sa Diaspora avec les techniques et les cadres de pensées occidentales. A ce jour, le répertoire de sa compagnie est riche de plus d'une cinquantaine de pièces de sa propre création et d'auteurs comme Katherine Dunham, Pearl Primus, Talley Beatty, Asadata Dafora, Géraldine Armstrong, Rick Odums, Wayne Barbaste, Carolyn Carlson, Robyn Orlin, etc.

Danseur soliste et performer hors pair, James Carlès a été interprète et collaborateur artistique pour non seulement, de nombreux "ensembles musicaux" allant du Baroque, à la musique contemporaine, en passant par le Jazz; mais également des chorégraphes tels que Carolyn Carlson, Robyn Orlin, Rui Horta, Myriam Naisy, etc.

Artiste associé à l'Astrada-Jazz In Marciac de 2012 à 2014, chercheur associé au laboratoire LLA Créatis de l'université Jean-Jaurès de Toulouse, James Carlès est particulièrement investit dans des projets patrimoniaux pour la diversité et la diffusion de la culture chorégraphique.
Il est également créateur et directeur artistique du festival "Danses et Continents Noirs".

Nos suggestions de videos
02:56

Rhizikon

Moglia, Chloé (France)

  • Ajouter à la playlist
04:07

Gaff Aff

Zimmermann, Martin (Switzerland)

  • Ajouter à la playlist
03:37

Mouvements #05

Moglia, Chloé (France)

  • Ajouter à la playlist
03:00

Last night on earth

Jones, Bill T. (France)

  • Ajouter à la playlist
14:00

Chantier autorisé au public

Ganga Bouetoumoussa, Boris (Chantier autorisé au public)

  • Ajouter à la playlist
06:10

CHUT

Chaillé, Fanny de (France)

  • Ajouter à la playlist
14:25

Concert for Shadows

Urciuoli, Giuliana (Italy)

  • Ajouter à la playlist
03:52

Gaffe

Gaffe (France)

  • Ajouter à la playlist
05:09

Extérieur Nuit

Extérieur Nuit (France)

  • Ajouter à la playlist
00:00:31

Eye Vanish

Eye Vanish (France)

  • Ajouter à la playlist
04:42

Runthrough

Runthrough (Viet Nam)

  • Ajouter à la playlist
02:07

Ping Pong

Ping Pong (France)

  • Ajouter à la playlist
12:00

Opus 05 sur Mvet camerounais revisité

Carlès, James (France)

  • Ajouter à la playlist
01:02:15

Les Soli noirs - 2015

Alexandre, Yvann (France)

  • Ajouter à la playlist
05:13

Sous apparence

Gillot, Marie-Agnès (France)

  • Ajouter à la playlist
01:51

Waterdrops

Arques, Juanjo (Netherlands)

  • Ajouter à la playlist
26:09

Flag

Lheureux, Yann (France)

  • Ajouter à la playlist
29:02

Acte sans parole I

Dupuy, Dominique (France)

  • Ajouter à la playlist
03:06

D'après une histoire vraie

Rizzo, Christian (France)

  • Ajouter à la playlist
02:52

Exit / Exist

Maqoma, Gregory Vuyani (France)

  • Ajouter à la playlist
Nos suggestions de themas

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

K. Danse - Jean-Marc Matos

Danse et arts numériques

Exposition virtuelle

Créations de spectacles, performances participatives et installations mêlant danse contemporaine et arts numériques interactifs. Une constante dialectique entre le corps vivant (vécu) et le corps visuel (donné à voir ou virtuel). Une exposition proposée par Jean-Marc Matos, chorégraphe de la compagnie K. Danse.

Découvrir
En savoir plus

Partenaires artistiques de K. Danse

Exposition virtuelle

K. Danse - Jean-Marc Matos

Partenaires artistiques de K. Danse

Exposition virtuelle

Artistes danseur.e.s, performeur.e.s, chorégraphes, plasticiens, compositeurs, vidéastes, codeurs créatifs, créateurs de lumière, photographes,  ... 

Découvrir
En savoir plus

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

La compagnie Dyptik

Exposition virtuelle

Découvrez la compagnie Dyptik, leur travail et leur lieu de création dans cette exposition virtuelle.

Découvrir
En savoir plus

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

Centre chorégraphique James Carlès

Les racines de la diversité en danse contemporaine

Exposition virtuelle

La danse contemporaine désigne des courants artistiques succédant à la danse moderne. Mais il est difficile de cerner précisément cette expression, tant elle inclus différentes pratiques et esthétiques. Aujourd’hui, le mot « contemporain » intègre des danses actuelles, urbaines, théâtrales, de différentes origines géographiques ou «culturelles». Une exposition virtuelle signée par la Compagnie James Carlès Danse &Co.

Découvrir
En savoir plus

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Céline Roux

La filiation «américaine» de la danse moderne [1900-1930] : De la danse libre à la Modern Dance.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

QUDUS ONIKEKU : Se réapproprier une mémoire oubliée

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

QUDUS ONIKEKU : Se réapproprier une mémoire oubliée

Exposition virtuelle

Découvrez le travail du chorégraphe Qudus Onikeku à travers cette exposition, réalisée par un groupe d'étudiants de l'Université de Lyon 2 issus du Master Arts de la scène et du spectacle vivant (théâtre et danse), en collaboration avec la Biennale de la danse - édition 2021 et Numeridanse. 

Découvrir
En savoir plus

CHRISTIAN & FRANÇOIS BEN AÏM ET L'ÉLAN VITAL - échappées chorégraphiques salvatrices

Exposition virtuelle

Christian et François Ben Aïm

CHRISTIAN & FRANÇOIS BEN AÏM ET L'ÉLAN VITAL - échappées chorégraphiques salvatrices

Exposition virtuelle

Avec cette exposition virtuelle et à travers la démarche du tandem  fraternel, pénétrons dans le monde des BEN AÏM et dans l’univers de leur  dernière pièce : FACÉTIES

Découvrir
En savoir plus

La petite histoire de Numeridanse

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

La petite histoire de Numeridanse

Exposition virtuelle

Comment ce projet un peu fou a-t-il été créé ? Et par qui ? Voici une exposition virtuelle qui nous permettra de répondre à toutes les questions que vous pourriez vous poser sur Numeridanse,  l’occasion aussi de vous raconter notre histoire, et surtout celle de la  plateforme...  

Découvrir
En savoir plus

Carolyn Carlson, a woman of many faces

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

Carolyn Carlson, a woman of many faces

Exposition virtuelle

Comment raconter la vie et l’œuvre d'une femme qui a marqué la danse et les danseurs dans tant de villes, à tant d'époques et de tant de façon différentes ? Une exposition en quatre chapitres qui retraverse l'histoire de cette femme-artiste. 

Découvrir
En savoir plus

La filiation « américaine » de la danse moderne. [1930-1950] De la Modern Dance expressive à une vision moderne abstraite.

Parcours

Céline Roux

La filiation « américaine » de la danse moderne. [1930-1950] De la Modern Dance expressive à une vision moderne abstraite.

Parcours

Découvrir
En savoir plus

La part des femmes, une traversée numérique

Exposition virtuelle

VIADANSE Direction Fattoumi/Lamoureux - CCN de Bourgogne Franche-Comté à Belfort

La part des femmes, une traversée numérique

Exposition virtuelle

Une exposition virtuelle proposée par notre contributeur VIADANSE - CCN de Belfort en Bourgogne-Franche-Comté.

Découvrir
En savoir plus

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Charles Picq, réalisateur en danse

Exposition virtuelle

Rencontre avec Charles Picq, réalisateur et vidéaste de la danse. 

Découvrir
En savoir plus

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Julie Charrier

Pourquoi je danse ?

Webdoc

Danses sociales ou contestataires, rythmes ou identités, rituels ou plaisirs...Les raisons de danser sont multiples, autant que les points de vue. Un webdoc pour parcourir, extraits d’œuvre et témoignages d’amateurs à l’appui, toutes les bonnes raisons de danser !
Découvrir
En savoir plus

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

Les Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis

Exposition virtuelle

Une traversée de l’histoire des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis, depuis le Concours de Bagnolet jusqu’aujourd’hui.  

Découvrir
En savoir plus

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LE FESTIVAL VAISON DANSES

Exposition virtuelle

Depuis plus de 20 ans, Vaison Danses accueille les plus grands noms de la danse. La scène du majestueux théâtre antique va à nouveau vibrer en juillet 2019 avec des compagnies internationales prestigieuses et des chorégraphes de renom. L’occasion pour Numeridanse de faire découvrir ce festival ! 

Découvrir
En savoir plus

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Numeridanse.tv

LATITUDES CONTEMPORAINES

Exposition virtuelle

Latitudes Contemporaines, festival de la scène contemporaine internationale, se déroule tous les ans au mois de juin sur le territoire dense de la métropole lilloise et frontalier de la région Hauts-de-France. 

Découvrir
En savoir plus

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

40 ans de rock et danse

Exposition virtuelle

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus, oh oh oh

Chic planète, dansons dessus...

Et mettons-nous tous nus 

> Chanson de l’Affaire Louis Trio (1987)

Découvrir
En savoir plus

Danses indiennes

Parcours

Anne Décoret-Ahiha

Danses indiennes

Parcours

Une découverte de la danse indienne au travers de créations chorégraphiques qui la dévoilent, la suggèrent, la revisitent ou la transforment !

Découvrir
En savoir plus

Le corps et les conflits

Parcours

Olivier Lefebvre

Le corps et les conflits

Parcours

Regard sur les liens qui semblent émerger entre le corps dansant et le monde envisagé comme un organisme vivant.

Découvrir
En savoir plus

LES CENTRES CHORÉGRAPHIQUES NATIONAUX

Exposition virtuelle

Maison de la Danse de Lyon

LES CENTRES CHORÉGRAPHIQUES NATIONAUX

Exposition virtuelle

Comment sont nés les centres chorégraphiques nationaux (CCN) ? Que représentent-ils aujourd’hui ? 

Découvrir
En savoir plus
En naviguant sur ce site, vous reconnaissez et acceptez l'usage de cookies pour faciliter votre navigation.
Vous pouvez bloquez ces cookies en modifiant vos paramètres de sécurités de votre navigateur ou en cliquant surce lien.
J'accepte En savoir plus