Skip to main content
Back to search
  • Add to playlist

Contemporain - Épreuves de danse 2023 - Variation n°9 - Fin de 2ème cycle, examen d'entrée en cycle diplômant, épreuve d'admissibilité EAT, garçon

Contemporain - Épreuves de danse 2023 - Variation n°9 - Fin de 2ème cycle, examen d'entrée en cycle diplômant, épreuve d'admissibilité EAT, garçon

Contemporain - Variation n°9 - Fin de 2ème cycle, garçon

Commentaire pédagogique


Qualités proposées : sens de l’élan, de retenu, de prise d’espace et de dialogue avec la musique. L’élan et la prise d’espace créent la forme.
 

- Course diagonale en silence, arrivée pied gauche en avant en lançant les bras, courbe du dos en arrière, toute la colonne vertébrale est engagée.

- Début musique.

- 1 mesure : roulement de tambour : suspension.

- 5 phrases de 2 mesures chacune. Chaque phrase peut être comptée en huit. Travail d’indépendance rythmique dans le tempo de la musique. Qualité de tactilité des pieds.


Première phrase :    1 – 2 : suspension (prise du tempo de la musique)

et 3 : accent pied gauche, 4 : suspension

5 – 6 – 7 – 8 : passage pied gauche même ligne que pied droit en diagonale arrière

Deuxième phrase :   et 1 : accent pied droit, 2 : suspension

et 3 : passage pied droit en arrière, 4 : suspension

5 – 6 – 7 – 8 : haut du corps (porter l’oreille droite en arrière, comme écouter le pied droit)

Troisième phrase :   et 1 : passage à la seconde, 2 : suspension

et 3 : passage à la cinquième, pied gauche devant, 4 : suspension

5 – 6 – 7 – 8 : courbe du haut du dos en avant sans bascule du bas du dos, bras en couronne à l’horizontal, lien avec le sommet du crâne

Quatrième phrase :  et 1 : accent pied droit, 2 : suspension

3 – 4 : poser du pied droit dans la diagonale

5 – 6  – 7 – 8 : poser le pied gauche même diagonale

Cinquième phrase : et 1 : accent pied droit, 2 : suspension

3 – 4 : paumes des mains

5 – 6 – 7 – 8 : jambe droite glisse jusqu’à passé parallèle puis ouverture

la tête suit le mouvement.

- 3 phrases de deux mesures chacune. Chaque phrase est comptée en huit. Chaque pas est sur le temps. Travail sur les cercles LABAN : La tête engage le mouvement et décrit le plus grand cercle possible, nécessitant de se déplacer avec des grands pas dans l’espace.

Premier cercle : cercle en six pas, le bassin restant face, pas en seconde, diagonale arrière extérieure, diagonale arrière intérieure, seconde, diagonale avant extérieure, diagonale avant intérieure. Le cercle se termine par 2 pas tête en diagonale avant portant le bassin dans la direction du deuxième cercle.

Deuxième cercle : 4 premiers pas : la main droite vers le centre, force centripète. Puis 4 pas : bascule vers l’extérieur, garder la référence au centre du cercle, force centrifuge.

Troisième cercle : et 1 et 2 et 3 et 4 et 5 : dédoublement des pas autour d’un pivot, boucle des deux bras, poussée du poignet droit, finir vers le haut. 6 – 7 – 8 : courbe du haut du dos en arrière, coudes qui descendent.

- 3 phrases de deux mesures chacune. Chaque phrase est comptée en huit. Prise d’espace avec élan.

Première phrase : saut aller/retour en continu, avec roulade de côté en boule sur le dos.

Deuxième phrase : dans la diagonale. L’aller s’initie par le regard, le retour par le rebond puis roulade arrière.

Troisième phrase : 1 – 2 – 3 – 4 : arc de cercle pour se retrouver sur les 2 mains et les 2 pieds, coudes et genoux détendus, bassin et épaules au même niveau, regard légèrement en avant.

5 – 6 – 7 – 8 : déplacement en restant sur la même ligne et se retrouver sur le dos, en étoile.

- 2 phrases de deux mesures chacune. Chaque phrase est comptée en huit. Déplacement au sol. Les pieds et les mains ne quittent jamais le sol dans le mouvement des trois étoiles, dos, ventre, dos, jambes plutôt en dehors, attention au placement des genoux, sans poids au sol, nécessité de plier les coudes et les genoux pour les passages. Dans la deuxième phrase, ralentir l’énergie, la tête devient moteur puis suit le mouvement. Qualité de fluidité.


- TRANSITION : sans tempo, suivre le phrasé mélodique de la musique qui se répète deux fois (cloche, chœur, cloche, cloche, cris, cris). Réaction à la première cloche avec la paume de la main droite et reprendre les trois premières phrases du début de la variation, dans l’autre diagonale de l’espace, inverser les pieds avec une variation des bras qui deviennent moteur pour se retrouver dans la diagonale du début de la variation, en 4ème parallèle, pied droit devant. Continuité dans le mouvement, pas d’accent, ni élan.

- 35 mesures 7/8, une mesure de 7/8 par rapport à 2 temps avec des accents sur les débuts des mesures. Je conseille de compter en quatre dès l’arrivée des percussions et de se baser sur le tempo des baguettes et des tablas (la musicalité des mouvements est alors basée sur 2 mesures 7/8). Dialogue entre le phrasé du mouvement et le phrasé musical. Sens de crescendo dans l’énergie. Travail de propulsion du mouvement, les équilibres sont dans une dynamique de suspension et non statiques, le rebond permet de passer d’un mouvement à l’autre, les déséquilibres sont amortis pour retrouver l’élan.

Quelques précisions :

. Pour le 1/2 tour qui suit l’arabesque initiale, la main droite tire le corps.

. Pour le tour côté jardin, dessiner l’espace d’un cercle horizontal avec le pied droit autour du corps pivot.

. Pour le relevé qui suit le tour arabesque, attraper le pied gauche avec la main droite.

. Après le passé en parallèle, glisser le pied gauche le long de la jambe droite et passer par-derrière. Attention pour le contre-temps à libérer la jambe d’appui pour protéger la cheville et rester dans l’axe.

. De dos, avant les 6 ronds de jambe arrière, suspension de 2 temps puis 4 temps sur place de petits pas en désarticulant en dédoublant le tempo (pour prendre le rebond, laisser les ondulations de la colonne vertébrale se faire).

. Dernière qualité mise en jeu après le dernier passé, chercher l’espace avec les pieds, changer de direction, le parcours est libre, le corps accompagnant les élans et la prise d’espace, seule l’initiation par les pas en arrière et la suspension avant le déséquilibre et le pas chassé qui suit sont souhaitées.

. Fin de la variation : l’arrêt de la musique interrompt le mouvement comme au début où l’arrêt du mouvement lance la musique. Finir par la même position qu’au début de la variation. Suspendre un temps dans le silence avant la sortie.

Être vigilant que l’élan et l’énergie demandés ne se traduisent pas par des apnées dans l’exécution des mouvements.


Source : Philippe DUCOU

Ducou, Philippe

Philippe DUCOU débute comme danseur interprète dans les années 80 auprès de chorégraphes déjà inscrits dans l’histoire : Trudy Kressel (Credo, traces, fabula, gens, Ode, Clouds de 1985 à 1992), Alexandre Witzmann Anaya (Sphinx 1990). Puis d’autres, parmi lesquels des rencontres durables et des pièces fortes : Roch in Lichen (Les Honneurs du pied 1991, Un peu perdu sur l’éléphant 1995, Prime abord 1996, Dandin de Molière, mise en scène de Jacques Falguières, 1998), Luc Petton (Trio 1996), Martin Kravitz (Cauchemar, Hands 1991, Langues sacrées 1992, Comtes et confessions 1993), Susanne Linke 1994/2002 (à Essen, Berlin, Bremen et Weimar : Ruhr Ort, Märkische Landschaft, Hamletszenen d’après Shakespeare, rôle dansé de Claudius, La Chute, Honeymoon in Paraguay, Lulu de Wedekind, mise en scène de Stephan Märki, rôle dansé de Jack l’éventreur), Urs Dietrich 1996/2000 (à Bremen Doremilatitodt, Moment Mal, Raum), le Ballet Atlantique (La Rochelle) avec Régine Chopinot La danse du Temps 2000, Faits d’artifice 2001.

Il n’oublie pas les professeurs de ses débuts : Trudy Kressel, Françoise et Dominique Dupuy (Dominique lui transmet deux soli dans le cadre de Passeurs de solitude (2002/2003).

En Allemagne, il développe une activité de danseur et de chorégraphe et participe à ce titre à des pièces de théâtre au Deutsches Nationaltheater de Weimar, mises en scène Stephan Märki (Werther de Goethe 2003, Wilhelm Tell de Schiller en partenariat avec la Confédération suisse, chorégraphie et mise en espace, 2004), en France au théâtre de Chaillot, (Titus Andronicus de Shakespeare, mise en scène Simon Abkarian 2003, chorégraphie et rôle de Lucius). Il écrit plusieurs soli 1m85, 70kgs, Sous le silence, Regard, regard, en 2004/2006, des duos en France et Allemagne tels que Variations für 2 tänzer und 2 boxen avec Hans Frederwess, 2000, Tchatchatcha felicita, Et si je m’occupais de toi maintenant, féminin-masculin, avec Paola Piccolo, 2002/2006 Die Zahl der Liebe ist Drei avec Claudia Meyer, comédienne, 2003, des pièces de groupe (Variation für Cage 1999, Bienvenue in Deutchland 2003).

Il a créé le Théâtre du Murmure afin de mener à bien ses projets : chorégraphie une danse pour Mlle Julie de Strindberg, mise en scène Jacques Falguières 2004, un duo dansé avec Georges Bigot, comédien, et lui-même comme interprètes, Histoire de l’Ombre 2005/2006, une performance avec une équipe cadet du club de Rugby de Figeac Capdenac pour le centenaire du club et le festival de derrière le Hublot en 2006 et une série de petites pièces sur petit espace les Danses de poche pour quatre danseurs en 2007/2009.

Enfin, en 2007 Claudia Meyer lui demande de collaborer dans Bérénice de Racine à Weimar, Christophe Feutrier dans Un jour sans de Presniakov à Paris, rencontre Valérie Dreville en 2008 sur Le partage de midi de Paul Claudel, retrouve Simon Abkarian en 2009 sur Pénélope, ô Pénélope, Le Petit Théâtre de Pain sur Traces création collective, Christophe Feutrier sur Délire à deux d’Eugène Ionesco, encore Simon Abkarian sur Mata Hari de Jean Bescos en tant qu’interprète en 2010/2011, Valérie Dreville sur la Troade de Robert Granier au théâtre de l’Aquarium, projet ADAMI.

Talents Cannes 2011, met en scène texte et danse Hamlet Machine de Heiner Müller 2011/2012, collabore avec Samuel Sighicelli et le groupe Caravaggio dans The need for Cosmos, le Petit Théâtre de Pain dans Hamlet, mise en scène Ximun Fuchs, 2013, puis neuf, mise en scène Manex Fuchs, 2014, et se lance dans le jardin des (k)délices, chorégraphie à usages multiples opus 1 et 2 et deux soli en cours Œuvres natatoires d’après Jean-Pierre Brisset et Le Tigre bleu de l’Euphrate texte de Laurent Gaudé…

Il est aussi invité dans diverses structures pour y donner stages, master class et créations : en France et autres pays (Italie, Grèce, Allemagne, Portugal, USA, Japon, Chine, Costa Rica, Vietnam...), collabore régulièrement avec l’ARTA, la Cartoucherie à Vincennes, TGP Saint-Denis, les centres chorégraphiques nationaux de La Rochelle, Roubaix et intervient dans multiples structures scolaires et universitaires…

- Diplôme master + DEA gestion + PH D 3ème cycle en communication.

E.S.C.A.E Marseille - I.A.E Grenoble - C.E.L.S.A université Sorbonne Paris

- Diplôme professeur danse

- Agrément ministériel danse/ Institutions scolaires et universitaires.

Boswell, John

Auteur-compositeur, musicien-percussionniste.

Né à Londres, il étudie la batterie auprès du célèbre batteur Kenny Clarke et fait partie de formations de jazz, rock et de cabaret. Il part en Inde étudier les tablas et le pakhawaj pendant 7 ans (1973-1980) auprès des grands maîtres Pandit Kishan Maharaj, Pandit Ishwari Lal et Pandit Amarnath Misra à Bénares (Inde) De retour en Europe, il s’installe à Paris où il exerce dans les divers domaines de la musique.

Musique pour la danse avec Carolyn Carlson, Groupe de Recherche Chorégraphique de l’Opéra de Paris et à l’Atelier de Paris, Cie Peter Goss, Cie Dominique Bagouet, Régine Chopinot, Jean Gaudin, Karine Waehner, Cie Phillipe Talard, Théâtre national de Mannheim, Cie Alpha Jazz, Nadia Coulon, Cie Anne-Marie Porras, Larrio Eckson, Jorma Uotinen, Opéra national d’Helsinki, Dominique Mercy, Cie Pina Bausch, Fondation Jean-Pierre Parrault (Montréal). Cie Marie-Claude Pietragalla.

Musique traditionnelle avec Ustads Moihuddin et Fariduddin Dagar tournée européenne, Pandit Ram Narayan, Shrimati Sharmilla Roy (en duo ainsi que pour son adaptation de Chandalika de R. Tagore), en duo avec la danseuse Nathalie le Boucher (les Asuras), le chanteur Nirmalya Dey, le Binkar Philippe Bruguières, Cite de la Musique « Les Musiciens du Nil » Abdul Rachid et Gewar Khan. Pandit Shivu Taralagatti.

Musique Contemporaine avec Francis Beyer (Future musiques, Musiques pour Demain, Radio France Propositions IV) Noco Musique (les percussions de Strasbourg). David Hykes' Harmonic Choir, (radio WYO New York, festival Cincinnati Sings, Yatsugataki Kogen festival Nagano Japon, Yehudi Menuhin Fondation Bruxelles).

Théatre avec : Cie Le Pont des Arts (Poulet à la Reine, Immortelles pour Mademoiselle, Parlez-moi d’amour, au Centre Pompidou, Festival d’Aix, Festival d'Uzès). Elle entre en Scène (ELLE Magazine tournée nationale). Le Chant de L’Odyssée, l’Ancien Récit du Déluge adaptation de Bruno de La Salle (Festival d’Avignon).

Stages de formation : Stage International de Châteauroux, Expression Contemporaine Bayonne, C.L.I.O. Vendôme, Vacances et Culture (Ministère de la culture Bibliothèque Nationale de France). Stage de Montpellier, stage de Millau, d’Aix-en-Provence, Biennale de Venise. Conservatoire de Rotterdam. Institute for Oriental Arts Amsterdam, Théâtre du Soleil Ariane Mouchkine. Atelier de Paris Carolyn Carlson, CRR Saint-Denis de La Réunion.

Enseignement : École nationale de l’Opéra de Paris, École nationale de musique et de danse d’Évry. École de danse Peter Goss. Folie Musiques, Cité de la Musique La Villette.

Enregistrements : musiques pour le cinéma Mad City de C. Gavras, Grosse Fatigue de M. Blanc, Montparnasse Pondichéry de Gérard Oury, The Truth About Charlie de Johnathan Demy. C.Ds de Mory Kante, Cheb Mamie, Claude Chale, Lionel Bart.

Compositions et Discographie : Rim Zim, Musiques au Corps, Mimons Dansons, Inspirations (Éditions E.P.S. Paris). The Golden Tree (Éditions Femios Paris). On l'appelait Rainer, (musique originale Cie Nadia Coulon). Zen Zucht (musique originale Cie Karine Waehner). Coté Pènte (Fondation Jean-Pierre Parrault Montréal). Marco Polo textes (Cie Marie-Claude Pietragalla). A New-born Child Textes (Sinead O’Connor pour le film Le Premier Cri). Les Robots Dance (Bruno Agatti, Futuroscope Poitiers). Images et In The Beginning textes (La terre vue du ciel de Yann Arthus-Bertrand) Everytime textes (Va Vie et Deviens). Tigers In The Tea House (musique originale Cie Carolyn Carlson). Compose les percussions pour la musique du film Home de Yann Arthus-Bertrand.

Le Mao, Gilles

Contemporain - Variation n° 9 - Fin du 2ème cycle, examen d’entrée en cycle diplômant , épreuve d'admissibilité EAT, garçon

Choreography : Philippe Ducou

Interpretation : Gilles Noel

Original music : John Boswell

Our themas and videos suggestions

Aucun Résultat

By accessing the website, you acknowledge and accept the use of cookies to assist you in your browsing.
You can block these cookies by modifying the security parameters of your browser or by clicking onthis link.
I accept Learn more