Eikon [danse de Michael J]

Année de création : 2011

Michael n'est plus là, reste l'émerveillement d'un monde onirique peuplé de fantômes dansants, de sosies dont il a colonisé nos imaginaires. Reste l'émerveillement devant l'icône planétaire. Enregistré au CND le 20 janvier 2012

 
close

Eikon

création 2011

chorégraphie Raphaëlle Delaunay

Michael n'est plus là, reste l'émerveillement d'un monde onirique peuplé de fantômes dansants, de sosies dont il a colonisé nos imaginaires. Reste l'émerveillement devant l'icône planétaire. Son absence de la scène, ce creux est désigné ici par l'absence de ces musiques trop pleines de mémoire, surtout lorsqu'on veut faire surgir la singularité de l'artiste derrière clichés et fantasmes. Cette absence dans le spectacle dessine la singularité d'une présence dont la chorégraphe et son équipe ont rêvé, une esthétique de la disparition. Notamment cette jouissance de la danse qui brûle petits et grands et créent ces pulsions émotionnelles qui seraient le symptôme de l'individu contemporain pris dans la multitude.

Qui serait donc cette créature ? Un artiste génial ou le chef-d'œuvre absolu du show-business ? Notre jouissance c'est aussi d'entrer dans cette post-humanité qui veut réenchanter le monde là où les utopies ont échoué : recréer sur terre le vert paradis des amours enfantines.

Certains diront que le roi de la pop est le symptôme de l'ultra-libéralisme qui aurait réduit l'individu à son fonctionnement pulsionnel. Nous laisserons la question ouverte. Reste le plaisir de cette danse qui convoque nos icônes, de Nijinsky à James Brown, et réunit leurs esthétiques en un seul courant électrique.

L'icône ne se laisse pas définir aisément, le mystère est son charme irradiant. Et notre plaisir !

Michel Jacques

Extrait de presse

Entretien avec Raphaëlle Delaunay sur le site The Dancing Plague

Générique

Chorégraphie Raphaëlle Delaunay
Interprétation Laurent Cabrol, Raphaëlle Delaunay, Mani Asumani Mungai, Asha Thomas
Arrangements, compositions originales et régie son Pierre Boscheron
Lumières Maël Guiblin Costumes Elsa De Witte
Réalisation Centre national de la danse
Durée 60 minutes

Dernière mise à jour : avril 2012

Delaunay, Raphaëlle

Diplômée de la Royal School of dancing de Londres, Raphaëlle Delaunay est admise à l’Ecole de Danse de l’Opéra de Paris où elle intègre les rangs du Corps de Ballet de l’Opéra de Paris. Sur l’invitation de Pina Bausch, elle rejoint le Tanztheater Wuppertal où elle participe notamment aux reprises de "Café Muller", "le Sacre du printemps", "Kontakthof" et à la création de 4 pièces: "Mazurka Fogo", "O Dido", "Wiesenland", "Barbe-Bleue" dans sa version lyrique.

En 2000, elle intègre le Nederlands Dans Theater dirigé par Jiri Kylian. En 2003, la rencontre avec Alain Platel se fait autour de Mozart et du projet "Wolf "qui lui est consacré. Elle a également dansé avec le collectif Peeping Tom (Belgique) dans "Le Jardin" en 2002.

Au sein de la Compagnie Traces, elle crée "Jeux d’intention" (2006), "Vestis" (2006) "Hot Dogs" (2007) "Ginger Jive" puis "Bitter Sugar" en 2009 et Eikon en 2011. Raphaëlle Delaunay est également interprète auprès d’Alain Buffard, Richard Siegal, Boris Charmatz (Flipbook...), Bernardo Montet ; elle collabore avec Jean-Christophe Saïs dans "l’Histoire du Soldat".

Une commande de la Cité de la Musique lui permet de créer "Pétrouschka" en avril 2012 avec l’Orchestre Philarmonique de Radio France. "Chez Joséphine" sera créé en décembre 2013 avec le Caratini Jazz Ensemble et 2 danseurs, dans le prolongement du travail engagé sur les « danses noires ». Elle crée "Chaconne" (2015) à l'invitation des Subsistances avec l'ensemble baroque des Nouveaux Caractères.

Source : Site de Raphaëlle Delaunay

En savoir plus

raphaelledelaunay.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection