Faites demi-tour dès que possible

2012
Auteur : Androphyne
Année de création : 2009

Enregistré au CND le 26 janvier 2012

 
close

Faites demi-tour dès que possible

création 2009

chorégraphie Magali Pobel et Pierre-Johann Suc

Faites demi-tour dès que possible s'ouvre sur le premier solo de Pierre-Johann Suc, composé en 1998. Il y est question d'une histoire de famille alsacienne, de ses silences, de judéité, d'exil, de déportation. Puis s'ensuit un road movie décalé, jouant sur les codes du reportage ou du carnet de voyage, filmé au cours d'un périple en 2008. Sur trois écrans, comme sur les vitres d'une voiture, défilent les lieux de l'Histoire : camp de Gurs, Vichy, Alsace puis Nuremberg, Auschwitz-Birkenau. Le film laisse ensuite de nouveau place au solo initial, repris cette fois par le père du danseur, comme pour signifier, après tout cela, que le geste a vécu et porte les traces d'une histoire. Le fils revient aussi, accompagné d'un enfant. Trois générations sont convoquées sur scène, pour dilater ou décentrer un même passé familial, et surtout, réinventer le projet initial à l'aune de sa transmission.

Générique

Conception et chorégraphie Magali POBEL, Pierre-Johann SUC
Interprétation Daniel SUC, Pierre-Johann SUC et Aurel ou Romane SUC
Lumières Harrys PICOT Régie son Chloé SEILLER Décors Christian FRAPREAU
Musique Eddy CRAMPES
Vidéo Pierre-Johann SUC, Eddy CRAMPES
Réalisation Centre national de la danse
Durée 60 minutes

Dernière mise à jour : avril 2012

Androphyne

MAGALI POBEL ET PIERRE-JOHANN SUC

Formés au Centre national de danse contemporaine d'Angers (CNDC) de 1996 à 1998, Magali Pobel et Pierre-Johann Suc fondent Androphyne en 1998, compagnie installée dans les Landes depuis sa création.

Touche-à-tout insatiables, ils se placent rarement à l'endroit où on les attend. Qualifiées de pluridisciplinaire, leurs créations sont à considérer avant tout comme de simples "spectacles vivants". Un frôlement incessant des interstices, où seule importe la sincérité corporelle des acteurs du processus. Ainsi, leur approche est à l'image de leurs pratiques : multiple et ludique. De l'importance d'un regard au questionnement des limites d'un corps, ils ne savent jamais où va commencer l'expérience et jusqu'où elle va les mener. Une utopique recherche de mobilité qui se placerait toujours ailleurs, à l'image d'un enfant, pour retrouver ce plaisir espiègle : jouer.

En août 1998, ils créent le trio "Le Marchand de silence". En 1999, leur rencontre avec Manuel Sorto, cinéaste, homme de théâtre salvadorien, met l'image au cœur de leur travail. En 2000, leur duo "Les Oubliés", soutenu par le Centre chorégraphique national de Biarritz – Thierry Malandain, est présenté au festival Le Temps d'aimer de Biarritz. En 2002, les chorégraphes imaginent un temps fort de la création chorégraphique émergente avec le soutien du département des Landes et s'associent au Théâtre Le Parnasse de Mimizan pour l'organisation du Festival Les Mouvementées (de 2004 à 2010).

En 2003, la compagnie invite le chorégraphe Jacques Patarozzi à interpréter le rôle d'un passeur de l'au-delà (dans un dispositif vidéo) dans la pièce "Il faisait trop beau", inspirée du mythe d'Orphée et Eurydice. En 2005, ils font appel au musicien toulousain Eddy Crampes pour la pièce "Pas à pas jusqu'au dernier", diffusée pour la première fois au CDC de Toulouse.

En 2006, Androphyne est accueillie en résidence par le Centre chorégraphique national d'Orléans – Josef Nadj pour la création "Le spectacle dont vous êtes le héros", pièce pour huit interprètes, puis s'engage en 2008-2010 dans une résidence- compagnonnage avec Le Parnasse de Mimizan et présente en 2009 "Faites demi-tour dès que possible".

Androphyne est compagnie associée au Cuvier d'Artigues-près-Bordeaux – CDC d'Aquitaine (2011-2013) et bénéficie en 2011-2012 du soutien de l'ensemble des Centres de développement chorégraphique pour le projet [...] OU PAS.

En savoir plus

Site de la compagnie Androphyne

Dernière mise à jour : avril 2012

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection