Flip book

2010
Année de création : 2008

"Flip Book" est né d'un désir de mettre en jeu le corps cunninghamien par des danseurs européens, tout en travaillant sur une archive « démocratique », c'est-à-dire accessible à tous : le livre de David Vaughan sur Merce Cunningham.

 
close

Flip Book

Flip Book - Boris Charmatz

"Flip Book" est né d'un désir de mettre en jeu le corps cunninghamien par des danseurs européens, tout en travaillant sur une archive « démocratique », c'est-à-dire accessible à tous : le livre de David Vaughan sur Merce Cunningham. Ce projet est la matrice qui servira à la conception de deux autres œuvres : "Roman photo" pour des danseurs amateurs et "50 ans de danse" réalisé avec d'anciens danseurs de la compagnie de Cunningham, danseurs de générations différentes réunis pour l'occasion.
Cette œuvre chorégraphique propose d'« effectuer», en live, les photographies présentes dans le livre, de manière chronologique et dans leur totalité. Si les « formes dansées » sont induites par ces photographies, l'écriture chorégraphique se situe dans les enchaînements, les tissages entre les photographies, les mises en espace de ces captations immobiles. L'écriture chorégraphique doit aussi prendre en charge différents éléments particuliers : comment introduire les scènes quotidiennes présentes dans le livre ? Comment suggérer le « flou » présent dans certaines prises de vue, invisibilité qui ne permet pas aux danseurs de reproduire précisément les formes ? Appelée dans un premier temps Tout Cuningham : chantier, cette pièce est pensée comme un flip book de la vie de Cunningham et expose comment les corps de danseurs européens d'aujourd'hui sont filtrés par cet héritage américain.

Générique

Titre : Flip Book
1ère version sous le titre "Tout Cunningham : chantier"
Année de création : 2008
Lieu de création : LIFE – St Nazaire
Chorégraphie : Boris Charmatz
Lumières : Yves Godin
Son : Pascal Quéneau
avec : François Chaignaud, Boris Charmatz, Raphaëlle Delaunay, Marlène Monteiro-Freitas, Olivia Grandville, Laurent Pichaud
Libre interprétation d'après les photos du livre « Merce Cunningham, un demi-siècle de danse » de David Vaughan, direction de l'ouvrage Melissa Harris, Éditions Plume, 1997
Durée : 40 minutes

Production Musée de la danse
Merci à LiFE (St Nazaire), Hutz (Berlin), Centre de Développement Chorégraphique (Toulouse).

Captation: La compagnie des Indes - Répétition générale, le 08 juillet 2010 au Gymnase du lycée Mistral - dans le cadre du festival d'Avignon.
Avec : François Chaignaud, Boris Charmatz, Raphaëlle Delaunay, Marlène Monteiro-Freitas, Olivia Grandville, Christophe Ives.

En savoir plus

Site de Boris Charmatz

Charmatz, Boris

Boris Charmatz

Né le 3 janvier 1973 à Chambéry

Formé à l'Ecole de Danse de l'Opéra de Paris puis au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon, Boris Charmatz est engagé par Régine Chopinot pour "Ana" (1990) et "Saint-Georges" (1991). En 1992, il est sollicité par Odile Duboc et rejoint la compagnie pour "7 jours/7 villes" (1992), "Projet de la matière" (1993), "trois boléros" (1996). Il participe en outre à la création de "K" de E d'Olivia Grandville et Xavier Marchand (1993).
En 1992, il fonde l'association edna avec Dimitri Chamblas. Ensemble, ils écrivent et interprètent le duo "À bras-le-corps" (1993), puis signent "Les Disparates" (1994), solo bicéphale pour un danseur et une sculpture de Toni Grand. Boris Charmatz présente ensuite "Aatt enen tionon" (1996), pièce verticale pour trois danseurs, puis "herses (une lente introduction)" (1997), quatuor pour cinq danseurs et un violoncelliste sur des musiques d'Helmut Lachenmann. En 1999, il chorégraphie "Con forts fleuve", sur des textes de John Giorno et des musiques d'Otomo Yoshihide. En 2002, il conçoit une pièce chorégraphique en forme de poupées russes, "héâtre-élévision", spectacle réduit à un film, lui-même contenu dans un téléviseur présenté au sein d'une installation à l'attention d'un seul spectateur à la fois. Quatre ans plus tard, il propose avec "Quintette Cercle" (2006), une tranche de ce spectacle en version live. En 2006, il signe le trio "régi" qui réunit sur scène Julia Cima et lui-même autour de la figure de Raimund Hoghe. En 2008, "La danseuse malade", en duo avec Jeanne Balibar, met en scène les textes de Tatsumi Hijikata, père fondateur de la danse butô. En 2009, un dispositif chorégraphique voit le jour à partir du livre « Merce Cunningham, un demi-siècle de danse » de David Vaughan. Conçu à la manière d'un flip-book chorégraphique, le livre en est sa partition. Elaborée en quelques jours, la performance adopte un titre différent suivant les équipes concernées : "Roman Photo" (étudiants, amateurs ou non danseurs), "Flip Book" (danseurs professionnels), "50 ans de danse" (anciens interprètes de la Merce Cunningham Dance Company). En 2010, il crée "Levée des conflits", pièce pour 24 danseurs et 25 mouvements. Artiste associé de l'édition 2011 du Festival d'Avignon, Boris Charmatz crée à la Cour d'honneur du Palais des papes enfant, pièce pour 9 danseurs et 26 enfants.
A partir de 1997, aux côtés d'Angèle Le Grand, il développe des projets très variés au sein de l'association edna. Ces propositions ont pour vocation de dessiner un espace ouvert à des essais multiples : sessions thématiques, réalisation de films ("Les Disparates" de César Vayssié, "Horace Benedict" de Dimitri Chamblas et Aldo Lee, "Une lente introduction" de Boris Charmatz), programmes "Hors-série" proposés par l'équipe d'edna ("La chaise" et "Visitations" de Julia Cima, "Jachères" de Vincent Dupont), production d'installations ("Programme court avec essorage"), organisation d'expositions ("Complexe", "Statuts"), et de projets transdisciplinaires ("Ouvrée - artistes en alpages", "Entraînements-série d'actions artistiques", "Facultés", "Education").
Si Boris Charmatz signe une série de spectacles qui feront date, l'ensemble des projets produits au sein de l'association edna rencontre également un large public au niveau national, européen et international.
De 2002 à 2004, dans le cadre d'une résidence au Centre national de la danse à Pantin, il développe le projet "Bocal", école nomade et éphémère. Professeur invité à l'Universität der Künste (Berlin), il collabore à l'élaboration d'un nouveau cursus en danse qui voit le jour en 2007.
Boris Charmatz participe régulièrement à des soirées d'improvisation (avec Médéric Collignon, Saul Williams, Archie Shepp…) et poursuit son activité d'interprète notamment dans "boléro 2" d'Odile Duboc.
En 2003 Boris Charmatz cosigne avec Isabelle Launay : "Entretenir/à propos d'une danse contemporaine" (coédition Centre national de la danse/ Les Presses du Réel), dont la traduction anglaise a été publiée en mai 2011 sous le titre "undertraining / On A Contemporary Dance" (éd. Les Presses du Réel). En avril 2009 Boris Charmatz signe "Je suis une école" aux Editions Les Prairies Ordinaires, ouvrage en forme de journal de bord qui relate l'aventure que fut "Bocal".
Directeur du Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne depuis janvier 2009, Boris Charmatz propose de le transformer en un Musée de la danse d'un genre nouveau. Un manifeste est à l'origine de ce musée qui a déjà accueilli les projets "préfiguration", "expo zéro", "héliogravures", "rebutoh", "Grimace du réel", "service commandé", "brouillon", "Jérôme Bel en 3 sec, 30 sec, 3 min, 30 min, 3 h", "Petit Musée de la danse", "Rétrospective" par Xavier Le Roy et s'est déplacé à Avignon, Saint Nazaire, Singapour, Utrecht, et New York.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Musée de la danse

Musée de la danse

Boris Charmatz inscrit son travail artistique au sein de l’association edna depuis 1992. Nommé directeur du CCN de Rennes et de Bretagne en 2008, il le transforme en Musée de la danse dès son arrivée en 2009. Né d'un croisement contre-nature entre le musée, lieu de conservation, la danse, art du mouvement, et le centre chorégraphique, lieu de production et de résidence, Boris Charmatz poursuit son travail de création pensant la danse de manière élargie.

Voir la collection