Sans Objet

Déposée par : Fondation BNP Paribas

Avec "Sans objet" j'ai voulu introduire sur scène un robot industriel ayant la force de déplacer des éléments de décor aussi bien que des acteurs. La machine devient un protagoniste à part entière.

 
close

Sans Objet

SANS OBJET / création 2009

conception, scénographie et mise en scène Aurélien bory

L'art ne progresse pas, n'est pas performant, ne se mesure pas, ne prouve rien. Au point de départ d'un spectacle je cherche toujours à répondre à deux questions : «De quoi s'agit-il ? Et à quoi bon ?» Dans le même temps j'imagine l'espace scénique. La scénographie a toujours été centrale dans mes spectacles. Elle n'a pas une fonction décorative, mais une fonction d'action. Elle agit sur l'acteur, et réciproquement. La scène n'est-elle pas l'art de l'espace ? Avec "Sans objet" j'ai voulu introduire sur scène un robot industriel ayant la force de déplacer des éléments de décor aussi bien que des acteurs. La machine devient un protagoniste à part entière. Il s'agit d'un bras articulé, mécanique. On va l'utiliser comme une «marionnette» -un être 100 % technologique- dans son dialogue avec un homme contemporain ordinaire. Ces personnages sont obligés de cohabiter sur scène, dans l'impossibilité de s'ignorer. C'est comme si l'homme d'aujourd'hui était composé de deux facettes : il est encore du côté de l'humain, mais de plus en plus dans la technologie. Ce rapport entre l'homme et la machine est en pleine évolution. Il ne s'agit pas de le juger, mais de le constater. Le robot est arrivé dans le monde industriel dans les années 70 ; l'idée est de l'extraire de son milieu en le plaçant sur scène. Ainsi, bascule-t-il dans le champ de l'art, de l'inutilité. Il devient «sans objet», acteur. De tout temps on a tenté de franchir la frontière du vivant et du non vivant au travers de l'imaginaire : ainsi en est-il des objets auxquels on prête une âme, du mythe de la statue qui s'anime, ou encore de bien des ressorts de la science fiction… Cette perspective m'intéresse dans la mesure où elle devient de plus en plus concrète. À l'heure actuelle ne mélange- t-on pas le biologique et l'électronique, soit du vivant et de l'inerte ! On observe un double mouvement : le robot tend à s'humaniser, et l'homme à se robotiser. L'humain risque de devenir «moins bien» que le robot. La performance est au cœur de cette question. L'homme sera contraint de se «technologiser» s'il veut rester dans la course. Autrefois, pour mettre à l'épreuve ses capacités, il se mesurait à l'animal. Aujourd'hui le défi est dans la technologie. En robotique les Japonais ont quasiment vingt ans d'avance sur les Européens et j'aurais pu m'aventurer du côté de leurs derniers développements. J'ai pourtant choisi ce vieux robot, basique, qu'est le robot industriel pour remonter à la source de cette évolution technologique. Ce qui m'intéresse, c'est ce bras articulé, sa puissance. Olivier Alenda et Olivier Boyer sont les interprètes d'un homme contemporain ordinaire confronté à l'emprise d'un robot.
La mise en œuvre technique est toujours importante dans mes spectacles. En même temps, cela reste très artisanal, le robot lui-même est simple. Et puis je suis entouré d'une équipe technique fidèle et d'une grande compétence à Toulouse : sans elle, j'aurais du mal à réaliser mes créations. "Sans objet" peut signifier «inutile». Ce titre renvoie aussi à la place laissée vide dans un champ informatique : l'intitulé «sans objet» d'un e-mail, l'indéterminé… Et si dans la surprise de sa danse avec l'homme, le robot déplacé de son contexte industriel -devenu fonctionnellement inutile-, nous rappelait à la nature de l'art : être absolument sans objet?

Propos extraits d'un entretien de Marie Bertholet pour le Théâtre Vidy-Lausanne, juillet 2009

Générique

avec Olivier Alenda, Olivier Boyer conception, scénographie et mise en scène Aurélien Bory pilote – programmation robot Tristan Baudoin composition musicale Joan Cambon création lumière Arno Veyrat conseiller artistique Pierre Rigal assistante à la mise en scène et costumes Sylvie Marcucci son Joël Abriac décor Pierre Dequivre
accessoire moniteur Frédéric Stoll patine isadora de Ratuld masques Guillermo Fernandez régie générale Arno Veyrat

production, administration, diffusion Florence Meurisse, Christelle Lordonné production Compagnie 111- Aurélien Bory coproduction TNT-Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées, Théâtre Vidy-Lausanne E.T.E, Théâtre de la Ville-Paris, La Coursive-Scène nationale La Rochelle, Agora-Pôle national des arts du cirque de Boulazac, Le Parvis-Scène nationale Tarbes- Pyrénées avec l'aide de London International Mime Festival Résidence TNT-Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées remerciements à L'Usine, lieu conventionné Arts de la rue - Tournefeuille
La Compagnie 111- Aurélien Bory est conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication-Direction Régionale Affaires Culturelles Midi-Pyrénées, la Région Midi-Pyrénées, la Ville de Toulouse. Elle reçoit le soutien du Conseil Général de la Haute-Garonne
La Compagnie 111- Aurélien Bory bénéficie du soutien de la Fondation BNP Paribas pour le développement de ses projets.

production Compagnie 111-Aurélien Bory, Maison de la Danse date du document vidéo 2011 réalisation vidéo Charles Picq

Durée de l'oeuvre 1h10

Mise à jour : décembre 2011

Bory, Aurélien

Aurélien Bory, né en 1972, est metteur en scène. Il dirige la compagnie 111, fondée en 2000 et implantée à Toulouse. Parti du jonglage, Aurélien Bory développe un « théâtre physique » singulier et hybride, à la croisée de nombreuses disciplines (théâtre, cirque, danse, arts visuels, musique...). Il envisage la scène comme art de l'espace et s'appuie fortement sur la scénographie. Ses plus récentes pièces sont "Géométrie de caoutchouc" (2011) créé à Nantes, "Sans objet" (2009) créé à Toulouse et "Les sept planches de la ruse" (2007) créé en Chine. Ses spectacles sont présentées dans le monde entier et cette reconnaissance internationale débute avec "Plan B" (2003) et "Plus ou moins l'infini" (2005), créés en collaboration avec Phil Soltanoff. Également inspiré par la danse, Aurélien Bory met en scène le chorégraphe Pierre Rigal dans "Erection" (2003) et "Arrêts de jeu" (2006). Il conçoit aussi deux portraits de femme, "Questcequetudeviens?" (2008) pour la danseuse de flamenco Stéphanie Fuster et "Plexus" (2012) pour la danseuse japonaise Kaori Ito. Pour Marseille 2013, il imagine un nouveau projet pour les acrobates marocains, "Azimut" (2013), dix ans après "Taoub" (2004), spectacle fondateur du Groupe acrobatique de Tanger. Les œuvres d'Aurélien Bory sont animées par la question de l'espace. Il ne conçoit son travail théâtral que « dans le renouvellement de la forme » et « en laissant de la place à l'imaginaire du spectateur ». Aurélien Bory reçoit le prix Créateur sans frontières en 2008. Depuis 2011, il est artiste associé au Grand T à Nantes. En 2016, il crée "ESPÆCE", inspiré de l’oeuvre de Georges Perec, lors de la 70è  édition du Festival d’Avignon.

Sources : Site de la Compagnie 111 ; Dossier de presse Plan Bey

En savoir plus

cie111.com

 

Compagnie 111

Direction artistique: Aurélien Bory

Année de création: 2000

La scène est un espace. On peut le délimiter comme le rectangle du plateau et le volume d’air correspondant. Cet espace est le seul support de l’art où l’on ne peut échapper aux lois de la mécanique générale. Cette spécificité est importante. Les corps, les objets sont soumis à la gravité sans échappatoire possible. Ma proposition est de saisir les moyens du corps et les moyens du plateau, quels qu’ils soient, pour envisager ce problème. Le corps, l’objet sont pertinents pour parler de gravité. La relation entre l’individu et l’espace, avec tout ce qui la compose, constitue alors ce qui m’intéresse d’aborder sur un plateau.

Notre théâtre appréhende la scène en tant qu’espace physique et y inscrit des actions physiques. L’acteur est étymologiquement celui qui fait. Une pièce est une série d’actions. Au cirque, l’extraordinaire est annoncé. Au théâtre non. Il s’invite par surprise. Dans l’idée du cirque, on vient voir l’être extraordinaire, alors qu’au théâtre, c’est notre semblable que l’on regarde. La scène est un monde. L’acteur se situe dans cet espace, et l’interrogation porte sur la place de l’homme dans le monde. Je pars de la relation entre ces deux éléments : l’espace scénique comme monde, et les acteurs comme figures de l’homme ordinaire.

La question de l’espace pose celle de la limite. La limite est l’inconnue même. Elle aiguise notre sens de la découverte. Elle incarne l’endroit de la création. Notre théâtre est traversé par plusieurs disciplines, cirque, danse, arts visuels, musique, mais notre intérêt pour le renouvellement de la forme, pour l’indéterminé, est plus grand que l’appartenance à une discipline quelle qu’elle soit. Je préfère que la forme s’échafaude à la lisière des choses.

Je travaille à partir de contextes différents. Toutes mes collaborations s’envisagent de cette manière : une hybridation de pratiques ayant un champ de convergences. Chaque création s’inscrit ainsi dans la rencontre avec un autre contexte: celui d’un artiste, d’un lieu, d’une pratique, d’un milieu. Dans chaque cas, la démarche reste la même : c’est dans le déplacement des choses qu’on peut les amener aux bords, à l’endroit du questionnement.

Source : Site de la Cie 111

En savoir plus

cie111.com

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Fondation BNP Paribas

Fondation BNP Paribas

Déposée par : Fondation BNP Paribas

La Fondation BNP Paribas est l’un des rares mécènes à soutenir des chorégraphes et des artistes issus des nouveaux arts du cirque. Aide à la création, soutien à la diffusion des spectacles et aux résidences d’artistes sont autant de moyens pour la Fondation BNP Paribas de favoriser le développement et le rayonnement de la création contemporaine aux côtés des autres partenaires institutionnels.

Voir la collection
Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés, une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection