Olympia

2016
Auteur : Mantero, Vera
Année de création : 1993

Enregistré au CND le 6 octobre 2016

 
close

Olympia

 

Olympia traverse la scène, nue. Dans sa main droite, le livre Asphyxiante culture de Jean Dubuffet. Elle déambule puis s’installe sur un lit défait, dans une pose en tout point semblable au double peint par Édouard Manet. Elle fixe le public quand soudain, un muscle tremble, dans un mouvement impliquant la totalité du corps. Chaque geste qu’elle esquisse devient alors une possibilité inachevée, en résonance à cette quête que Vera Mantero poursuit sans relâche pour comprendre ce que veut dire la danse, ce que l’artiste peut dire avec la danse et ce qu’il dit au moment-même où il danse.

 

Générique

Conception et interprétation
Vera Mantero
 
Création lumières
João Paulo Xavier
 
Lumières
Bruno Gaspar
 
Texte
Jean Dubuffet
 
Musique
Extraits de musiques des Pygmées Baka, Cameroun
 
Durée
18 minutes
 
Remerciements
Ana Mantero et Miguel Ângelo Rocha

 

Mantero, Vera

Vera Mantero étudie la danse classique et travaille au Ballet Gulbenkian (Lisbonne, Portugal) pendant cinq ans (1984-1989). Elle abandonne définitivement l'entraînement classique après un an de stage à New-York, où elle étudie des techniques release, théâtre, voix et composition. Elle débute comme chorégraphe en 1987 et présente ses spectacles dès 1991 sur la scène européenne, en Argentine, au Brésil, au Canada, aux États-Unis et à Singapour.

De son travail chorégraphique, sont à noter ses solos Perhaps she could dance first and think afterwards (1991), Olympia (1993), One mysterious Thing, said e.e.cummings* (1996), What can be said about Pierre (2011) et The Caldeirão Highlanders, exercises in fictional anthropology (2012) ; ainsi que ses pièces en groupe Under (1993), For Boring and Profound Sadnesses (1994), Poetry and Savagery (1998), Until the moment when God is destroyed by the extreme exercise of beauty (2006) et We are going to miss everything we don't need (2009).

En 2013 et 2014, Vera Mantero crée les installations de performance Shadows on offer et More for Less than for More. Cette dernière pièce est présentée en deux versions différentes : occupant tout l'espace de la salle - sièges et proscenium - en 2013, et dans des jardins potagers urbains créés pour la présentation finale du projet en 2014. Elle a été créée en partenariat avec Culturgest et le théâtre Maria Matos dans le cadre du projet Create to Connect financé par la Commission européenne. Ces projets, ainsi que The Clean and The Dirty, création de l'artiste créée en avril 2016 au théâtre Matos Maria dans le cadre du cycle « Les trois écologies», reflètent clairement les préoccupations de la chorégraphe pour des questions fondamentales telles que l’environnement, la stabilité économique, l’insertion et la cohésion sociale, ainsi que la citoyenneté.

Son travail artistique est reconnu par des prix institutionnels tels que le prix Almada (ministère de la Culture - 2002), le prix des Arts Gulbenkian pour sa carrière en tant que créateur et interprète (2009), ainsi que par des initiatives telles que la rétrospective organisée par Culturgest dans 2009, intitulé «Mois de Mars, Mois de Vera », ou la représentation portugaise à la 26e biennale de São Paulo (2004) avec un travail co-créé avec le sculpteur Rui Chafes, intitulé Eating your heart out.

En 2014, Vera Mantero intègre, en collaboration avec Jorge Andrade et Pedro Penim, le casting de la version portugaise de Quizoola! par Tim Etchells / Forced Entertainment.

Vera Mantero est invitée par Boris Charmatz pour faire partie des « 20 danseurs pour le 20e siècle», une archive vivante des solos chorégraphiques définissant du 20e siècle, qui a eu lieu à la Tate Modern (Londres) et au Palais Garnier en 2015, au Staatsoper, à Hanovre (Tanzkongress) en juin 2016, ainsi qu’en décembre au Museo Reina Sofía (Madrid).

Vera Mantero participe régulièrement à des projets internationaux d'improvisation aux côtés d’improvisateurs et de chorégraphes tels que Lisa Nelson, Mark Tompkins, Meg Stuart et Steve Paxton. Depuis 2000, elle se consacre de plus en plus au travail de la voix, en chantant le répertoire de plusieurs auteurs, et participe aux projets de musique. Elle enseigne régulièrement la composition et l'improvisation au Portugal et à l'étranger.

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection