1 zeste 2

Année de création : 2005

Enregistré au CND le 30 novembre 2005

 
close

1 zeste 2

création 2005

chorégraphie Frédéric Werlé, Bruno Sajous

« Faire un beau spectacle », c'est l'objectif que Bruno Sajous et Frédéric Werlé se sont donné. Un spectacle avec de la vidéo, des costumes, du décor, des accessoires, des lumières colorées et des paillettes. Avec de la danse, du chant, des images et des mots. Et surtout avec deux personnages qui se rencontrent, s'épaulent et se complètent.
Bruno Sajous possède un formidable sens du mouvement ; il représente parfaitement le danseur contemporain centré sur l'art du « motion » - terme cher à Alwin Nikolaïs (avec lequel Bruno Sajous a travaillé) qui renvoie à la qualité du geste.
Frédéric Werlé « aime les délires », l'humour et Don Quichotte, son engagement scénique est fait de ruptures entre se livrer aux spectateurs et les mettre à distance.

« Dans 1 zeste 2, chacun s'appuie sur un univers pour en créer un troisième, chacun s'ouvre à de nouveaux comportements tout en préservant son autonomie » expliquent les chorégraphes.
Sous prétexte de raconter l'histoire d'un danseur qui cherche son propre langage, les deux compères s'engagent dans un processus de ping-pong, ils se cherchent, se stimulent, se défient et parfois se jaugent.
Leur complicité dans le travail et sur scène naît de leur confiance en ce qui les distingue. La compétition devient alors un rouage théâtral dont ils se moquent.

Bruno Sajous et Frédéric Werlé s'appliquent à proposer « leur » beau spectacle en s'adonnant au bricolage, en faisant dérailler les images, en laissant basculer leur propre rapport à la représentation. Ils se réfèrent au champ chorégraphique sous forme de pied de nez, de clin d'œil et de croc-en-jambe. Ils passent d'une démonstration de danse exemplaire à une variation saugrenue sur les animaux, d'un duel farfelu à un interlude pédagogique simultanément cocasse et technique.
Faisant succéder de multiples saynètes, osant les gags, 1 zeste 2 oscille entre l'affirmation et le doute, entre l'observation et la spontanéité, entre le naturel et l'artificiel. Se risquant sur tous les tableaux avec leur sincérité, les deux chorégraphes troublent leur propre vision du spectacle chorégraphique en l'émaillant de semi-échecs, de retournements, d'images surréalistes et de voyages inachevés.
Ils investissent sur le plateau la qualité de rapports créée par le travail d'élaboration et de répétitions et l'irriguent d'une tendresse non dénuée de pudeur.

Cette expérience chorégraphique, qu'ils veulent « tout simplement humaine », s'éloigne à dessein d'un questionnement esthétique sur la dimension spectaculaire. Elle offre les deux danseurs à la vulnérabilité d'un présent en train de se jouer. Elle donne à voir la mise en spectacle du désir de spectacle.

Geisha Fontaine

Générique

chorégraphes et interprétes Frédéric Werlé, Bruno Sajous
conception lumières Nicolas Delarbre production Association Iritis
réalisation Centre national de la danse

durée 61 minutes

En savoir plus

Ressource électronique de la médiathèque du Centre national de la danse
1 zeste 2

Dernière mise à jour : mars 2010

Sajous, Bruno

Premier pas de jazz à l'American Center à Paris, puis premier pas en moderne à New York pendant trois ans dans l'école d'Alwin Nikolais et Murray Louis. Nikolais l'engage dans sa compagnie junior et l'invite en qualité de soliste pour sa création "Segue". Au cours de ces années, il rencontre Bill T. Jones avec lequel il travaille sur la création de "Promise Land". De retour à Paris, il danse dans le spectacle des Jeux Olympiques d'Albertville mis en scène par Philippe Decouflé, puis il commence à enseigner après avoir obtenu son diplôme d'Etat de professeur de danse contemporaine. Il travaille également avec le chorégraphe Serge Ricci. Il monte ensuite sa propre compagnie Incanto pour laquelle il crée des chorégraphies qui restèrent pour la plupart dans l'ombre.

Dernière mise à jour : janvier 2011


Werlé, Frédéric

Depuis qu'il a vu Madame Butterfly au Théâtre de Metz, Frédéric Werlé danse. Il danse avec les compagnies Chopinot, Decouflé, Preljocaj, Haleb, Castafiore et un passage avec Appaix, Baïz ou Berretini.
Il fabrique des spectacles avec la compagnie IRITIS au moins depuis la sortie de "Boy meets Girl" de Leos Carax, et même quand on entendait "Dur dur d'être bébé !" de Jordy.
Après une expérience de direction artistique à Saint-Denis pour Philippe Decouflé et La Chaufferie, il travaille au CNCDC de Chateauvallon. En 2005, il retrouve Régine Chopinot, qu'il croisa à l'époque de "Besoin de rien envie de toi" de Peter & Sloane, et un peu avant que Sergueï Bubka devienne le premier sauteur à la perche à franchir six mètres.

En savoir plus

Blog de Frédéric Werlé

Dernière mise à jour : janvier 2011