La peau (audiodescription)


Ce film est conçu à partir du spectacle de Christian Bourigault "L'Auto-portrait de 1917 d'Egon Schiele", solo sereinement torturé qui captait de l'intérieur les tourments du peintre.

 
close

La peau (audiodescription)

 

Ce film est conçu à partir du spectacle de Christian Bourigault "L'Auto-portrait de 1917 d'Egon Schiele", solo sereinement torturé qui captait de l'intérieur les tourments du peintre.

Sur scène, Christian Bourigault se retrouvait face à lui-même, inspiré par les poses déstructurées du peintre expressionniste viennois, qui fut emprisonné pour pornographie et mourut de la grippe espagnole à l'âge de 28 ans. Gilles Moisset transpose le solo en multipliant les effets de miroir, poussant le principe jusqu'à fondre par des effets vidéos ('morphing' notamment) le danseur et son double. Ce faisant, il s'éloigne du caractère introspectif de la danse qui peine à quitter le corps pour habiter l'espace.Fabienne Arvers

 

Générique :

1993, 8', couleur, adaptation

Réalisation : Gilles Moisset

Production : Bagheera, Arcanal

Participation : CNC, ministère de la culture et de la francophonie, Sacem

L’audiodescription a été réalisée par Séverine Skierski pour la Cie Acajou – Danser sans (se) voir (acajou.org).

Contact :

CNC, Images de la culture : idc@cnc.fr

Bourigault, Christian

Christian Bourigault chorégraphie une danse vivante et en mouvement où la prise de risque et l’exigence vont de pair avec le plaisir et l’accessibilité. Il l’accompagne du souci constant de sa transmission au plus grand nombre.

Christian Bourigault crée la Compagnie de l’Alambic en octobre 1990 avec un premier solo : L’Autoportrait de 1917 autour de l’oeuvre du peintre Egon Schiele. Son oeuvre alterne des pièces en solo qui questionnent la relation entre abstraction et théâtralité dans l’écriture chorégraphique et des pièces de groupe en relation avec les questions du monde qui obsèdent le chorégraphe sur ce qu’il appelle « les crispations identitaires ».

Ainsi en écho à la guerre en ex Yougoslavie, et les premiers massacres à Vukovar, il crée en 1991 L’Apocalypse joyeuse (Prix Léonard de Vinci du Ministère des Affaires étrangères ainsi que le prix SACD des jeunes auteurs et le prix SPEDIDAM aux IIIèmes Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis). Au total, ce sont une vingtaine de pièces chorégraphiques qui ont vu le jour et tourné en France et à l’étranger.

En dehors du plateau de théâtre le chorégraphe crée depuis 2003 différents modes de partage de sa recherche en danse : chantier Fiat Lux (2003-2005), collectif de recherche sur la relation lumière/mouvement, Vis à Vis… (huit interprètes-2005), dispositif pour une relation un spectateur/un interprète, Princesse Métamorphée (solo-2008), Sur un air deux… (duo-2010), chorégraphie pour l’espace public et Les Commandos poétiques du mouvement (2010), performances dans l’espace urbain pour 5 à 30 interprètes.

Source : Site du Collectif 12

En savoir plus

collectif12.org

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Collection CNC - Images de la culture

Collection CNC - Images de la culture

Sous l’égide du Ministère de la Culture et de la Communication, le catalogue Images de la culture, géré par le Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), présente 300 de ses films consacrés à la danse. Réunissant captations de spectacle, fictions, entretiens ou documentaires, cette collection donne à voir une précieuse diversité d’esthétiques et d’approches de l’art chorégraphique du XXe siècle à aujourd’hui.

Voir la collection