Epreuves de danse 2016. Danse classique. Variation n°5 bis. Garçon, 2ème option.


Fin du 3ème cycle, DNOP danseur, Bac TMD option danse, EAT Chorégraphe : Joseph LAZZINI, la Fille mal gardée 3e acte Transmetteur : Sylvain BONIFACE Compositeur : Ferdinand HEROLD Interprète musical : Yves CUENOT Danseur : Paul-Adrien REPLUMARD-TOUZAN

 
close

Epreuves de danse 2016. Danse classique. Variation n°5 bis. Garçon, 2ème option.

Ministère de la Culture et de la Communication
Direction générale de la création artistique


Le DVD des épreuves de danse 2016, sa notice d’accompagnement et le CD sont conçus comme un outil pédagogique qui doit permettre à chaque professeur de transmettre les danses dans le contexte d’une culture chorégraphique.
Aussi, la notice d’accompagnement du DVD présente-t-elle pour chaque chorégraphe, pour chaque musicien, une note biographique qui permettra aux professeurs de situer, auprès de leurs élèves, les auteurs et les interprètes.
Par ailleurs, il est particulièrement recommandé de prendre connaissance des commentaires relatifs à chacune des danses. Des chorégraphes reconnus aux professeurs des établissements du secteur public ou du secteur privé, l’éventail des approches chorégraphiques témoigne de la diversité des approches pédagogiques qui sont ou qui peuvent être entreprises. Les variations de fin de cycle 1 et 2 peuvent faire l’objet d’une adaptation technique de la part des professeurs qui ont une connaissance approfondie de leurs élèves et recherchent pour eux, l’engagement corporel le plus juste. Les variations de fin de cycle 3, DNOP danseur, Bac TMD option danse, EAT, sont des extraits de répertoire et doivent, à ce titre, en respecter l’écriture artistique. Par ailleurs, certaines variations peuvent être dansées indifféremment par un garçon ou une fille, selon le choix de l’élève, du candidat ou du professeur.

EXAMEN D’ENTREE DANS LE CYCLE D’ENSEIGNEMENT PROFESSIONNEL
INITIAL DE DANSE (CEPI)
L’examen d’entrée pour le CEPI comporte :
1) Une épreuve éliminatoire (voir le contenu des épreuves dans l’arrêté relatif à l’organisation du cycle d’enseignement professionnel initial de danse).
2) Une épreuve d’admission :
- interprétation de la variation de la fin du 2 èm e cycle,
- interprétation d’une chorégraphie libre,
- un entretien avec le jury.
EXAMENS DE FIN DE CYCLE
Les examens de fin de cycle permettent d’assurer une partie de l’évaluation des élèves (voir schéma d’orientation pédagogique).
Le contenu de ces examens comporte un travail collectif et deux autres épreuves de pratique corporelle dont une variation imposée.
Pour l’année 2016, la DGCA propose les variations imposées dans les disciplines danse classique, danse contemporaine et danse jazz pour :
- la fin du 1er cycle,
- la fin du 2ème cycle,
- la fin du 3ème cycle,
1) à vocation de pratique en amateur (CEC)
2) à vocation pré-professionnelle (DEC, DNOP)
- le baccalauréat TMD option danse *,
- l’examen d’aptitude technique (EAT) au diplôme d’État de professeur de danse.
Ainsi, pour l’examen de la fin du 3ème cycle à vocation de pratique en amateur (qui correspond à l’ancien cursus B), l’équipe pédagogique peut :
• choisir la variation imposée dans un vidéogramme des années précédentes,
• adapter les variations imposées pour le DEC ou DNOP d’une année précédente aux caractéristiques
d’une variation destinée aux élèves d’un cycle à vocation de pratique en amateur,
• composer la variation imposée.
Pour les épreuves autres que la variation imposée, notamment celles relatives au certificat d’études chorégraphiques (CEC) et au diplôme d’études chorégraphiques (DEC ou DNOP), voir le schéma d’orientation pédagogique de 2004 pour la danse.
(*) L’option danse jazz peut être choisie pour le baccalauréat TMD au même titre que les options danse classique et danse contemporaine.

JURYS
Pour la fin du 1 er cycle et la fin du 2 èm e cycle : le jury est présidé par le (la) directeur(trice) ou par le (la) coordinateur(trice) ou directeur(trice) des études chorégraphiques, si celui (celle)-ci n’assure pas en outre les fonctions de professeur(e) de danse dans l’établissement, assisté(e) d’au moins deux personnalités de la danse ou professeur(e)s qualifié(e)s extérieur(e)s à l’établissement, dont l’un(e) au moins est titulaire du C.A. dans la discipline considérée.

Pour l’entrée dans le CEPI : le jury de l’examen d’entrée est composé de la manière suivante :
– le directeur de l’établissement ou d’un établissement du groupement, ou son représentant, président ;
– un ou deux professeurs de l’établissement ou du groupement d’établissements;
– un ou deux personnalités qualifiées extérieures à l’établissement ou au groupement d’établissements. Au sein du jury, deux personnes au moins sont spécialistes de la discipline choisie par le candidat. Les membres du jury sont nommés par arrêté de la collectivité territoriale responsable, ou des collectivités territoriales responsables en cas de groupement d’établissements sur proposition du ou des directeurs des établissements concernés. Pour la fin du 3 ème cycle à vocation de pratique en amateur : le jury est présidé par le (la) directeur(trice) ou par le (la) coordinateur(trice) ou directeur(trice) des études chorégraphiques, si celui(celle)-ci n’assure pas en outre les fonctions de professeur de danse dans l’établissement, assisté(e) d’au moins deux personnalités de la danse ou professeur(e)s qualifié(e)s extérieur(e)s à l’établissement, dont l’un(e) au moins est titulaire du C.A. dans la discipline considérée.
Sur proposition du jury, le (la) directeur(trice) décerne à l’élève l’UV technique du certificat d’études chorégraphiques (CEC). Pour la fin du 3 e cycle d’orientation professionnelle: le jury est présidé par le (la) directeur(trice) ou par le (la) coordinateur(trice) ou directeur(trice) des études chorégraphiques, si celui(celle)-ci n’assure pas en outre les fonctions de professeur de danse dans l’établissement, assisté(e) d’au moins trois personnalités de la danse ou professeur(e)s qualifié(e)s extérieur(e)s à l’établissement, tous(toutes) trois spécialistes de la discipline évaluée dont deux au moins sont titulaires du C.A. dans celle-ci.
Sur proposition du jury, le (la) directeur(trice) décerne à l’élève l’ UV technique du diplôme d’études chorégraphiques (DEC ou DNOP). Pour l’évaluation des disciplines complémentaires obligatoires (formation musicale, histoire de la danse, anatomie-physiologie) et au choix (voir schéma d’orientation), le jury est composé du (de la) directeur(trice) de l’établissement ou du (de la) coordinateur(trice) ou directeur(trice) des études chorégraphiques, si celui (celle)-ci n’assure pas en outre les fonctions de professeur de danse dans l’établissement, et d’un(e) professeur(e) de la discipline. L’élève qui obtient une note au moins égale à 10 (ou plus selon règlement des études) sur 20, se voit décerner l’UV correspondante. Le (la) directeur(trice) de l’établissement décerne le diplôme d’études chorégraphiques, qui peut comporter une mention, à l’élève qui a obtenu les cinq UV. Il est envisageable que la mise en réseau des établissements conduise entre autres à la désignation de jurys communs à plusieurs structures.

DANSE CLASSIQUE

Variation n°5 bis                                                                                     

La fille mal gardée 3e acte

Fin du 3ème cycle, DNOP danseur, Bac TMD option danse, EAT
garçon – 2ème option
(reprise 2014)
Chorégraphe : Joseph LAZZINI, la Fille mal gardée 3e acte
Transmetteur : Sylvain BONIFACE
Compositeur : Ferdinand HEROLD
Interprète musical : Yves CUENOT
Danseur : Paul-Adrien REPLUMARD-TOUZAN
Joseph LAZZINI (1926-2012)
Danseur et chorégraphe néoclassique, a débuté sa carrière en 1945 dans le ballet de l’Opéra de Nice, sa ville natale. Intéressé par la création, il y propose très vite ses premières chorégraphies, avant de partir au San Carlo de Naples puis au Théâtre royal de Liège dont il fonde le ballet.
Après une année à Toulouse, il dirige, de 1959 à 1968, la compagnie de l’Opéra de Marseille avec laquelle il développe un style original et personnel dans des ballets spectaculaires et avant-gardistes qui confrontent le langage académique à ses images d’artiste visionnaire.; ce qui dote très vite cette compagnie d’une stature internationale. En 1969, il crée à Paris sa propre compagnie le Théâtre français de la danse, subventionnée par le ministère des Affaires Culturelles.
Reconnu comme une des figures les plus originales de la danse française du XXe siècle, on lui doit entre autres : Ecce Homo (1968), Cantadagio (1972), une version de Casse-Noisette (1978), Gestazione (1984), une version de la Fille mal gardée (1987), La Troisième Fenêtre (1990).


Sylvain BONIFACE
Formé au conservatoire de Toulouse, il débute sa carrière de danseur interprète au ballet du Capitole de Toulouse puis au ballet de Düsseldorf en Allemagne et au ballet royal des Flandres à Anvers en Belgique et 1er danseur au ballet de l’opéra de Marseille. Il suit une année de perfectionnement à l’Académie A. Vagnova de Saint-Pétersbourg.
Titulaire du CA (1990), il enseigne au CRR de l’île de La Réunion (1991-2003) et au CRR de Dijon depuis 2003. Il assure la fonction de responsable pédagogique du secteur danse depuis 2011.


Ferdinand HEROLD (1791-1833)
Compositeur français, né à Paris dans une famille de musicien. Il entre au Conservatoire national de musique de Paris en 1806, où il a comme professeurs son propre parrain Louis Adam (père du compositeur Adolphe Adam) en piano, Charles Simon Catel en harmonie, Rodolphe Kreutzer en violon et Étienne Nicolas Mehul en composition.
Premier prix de piano en 1810 et Lauréat du prix de Rome en 1812, il séjourne en Italie dès 1813 où il compose ses premières oeuvres.
Le ballet, La Fille mal gardée est créée en 1828. Cette oeuvre originale au sujet comique est en opposition totale aux ballets romantiques tels La Sylphide, Giselle, La Péri..., dont les thèmes étaient généralement dramatiques. Il est amusant de relever qu’en pleine expansion de la technique des pointes, c’est une danse de caractère qui retint le plus l’attention sur ce ballet, La Sabotière, dansée comme son nom l’indique, en sabots de bois. Considérée comme l’un des sommets de la pantomime et de la danse, devenu de nos jours un classique, La Fille mal gardée est une oeuvre aux multiples versions chorégraphiques et musicales, son titre même est très variable d’une version à l’autre : Lise et Colin, La Précaution inutile, Les Rivaux, La Fille rétive, Méchante Lisette… La fille mal gardée est au répertoire de l’Opéra national de Paris et de bien d’autres ballets internationaux.
* * *
COMMENTAIRE RELATIF A LA VARIATION N° 5
Variation de fin de cycle 3 (dec)
Musique : Ferdinand Hérold
Variation extraite du ballet la Fille mal gardée d’après la version de Joseph Lazzini remontée par Sylvain Boniface
Interprète : Yves Cuenot
Danseur-interprète : Paul-Adrien Replumard-Touzan
Sylvain BONIFACE

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Epreuves de danse (archives depuis 1996)

Epreuves de danse (archives depuis 1996)

Les variations proposées par le Ministère de la Culture et de la Communication sont un support à l'enseignement. Elles sont composées par différents artistes et permettent aux élèves de traverser des écritures gestuelles variées qui les sollicitent sur d’autres états de corps que ceux travaillés tout au long de l’année. Cette proposition partagée par l’ensemble des conservatoires peut constituer une référence pour les élèves et une matière d’échange et de réflexion pédagogique.

Voir la collection