On danfe

2005
Année de création : 2005

Avec « On danfe », nous tentons d'emporter le public sur la planète de l'euphorie légère, de l'extravagance, de la volupté sonore et dansée, au cœur de l'œuvre de Rameau convoquant des musiques des Indes Galantes, des Fêtes d'Hébé, Castor et Pollux...

 
close

On danfe

On Danfe

Chorégraphie: José Montalvo et Dominique Hervieu

Interprétation: les danseurs de la Compagnie Dominique Hervieu

Avec « On danfe », nous tentons d'emporter le public sur la planète de l'euphorie légère, de l'extravagance, de la volupté sonore et dansée, au cœur de l'œuvre de Rameau convoquant des musiques des Indes Galantes, des Fêtes d'Hébé, Castor et Pollux et bien d'autres.
Dans notre nouvelle création, et après l'extraordinaire aventure de mise en scène de l'opéra des Paladins en collaboration avec les Arts Florissants et William Christie, nous proposons un éclairage différent, un autre angle d'approche de l'univers "ramiste".  Avec humour, nous souhaitons faire émerger dans ce spectacle la sensualité, l'hédonisme et le libertinage intellectuel qui circulent dans l'œuvre du compositeur. On danfe peut être vu comme l'écho, le commentaire onirique, visuel qui résonne et rebondit sur Les Paladins, mais plus largement sur l'ensemble de l'œuvre de Rameau, puisque d'autres musiques du compositeur sont convoquées, dialoguant avec l'univers sonore contemporain et ludique de Catherine Lagarde.

L'image vidéo est très présente dans ce spectacle puisqu'à sa façon elle nous permet d'exaucer les vœux les plus secrets du théâtre des enchantements. La « Fée technologique » (qui a succédé à la « Fée électricité »), avec ses pouvoirs de projection, de montage, de collage nous permet ainsi de réinventer un monde sensible où l'image et le corps se rencontrent dans un dialogue fantastique et malicieux. Mais, à l'époque comme de nos jours, le « spectacle baroque » reste toujours travaillé par un trouble, une interrogation sur les puissances de l'illusion, le réel et ses représentations.

Nous tentons donc de retrouver l'esprit ramiste au feu et au souffle du présent, de prolonger son geste, suivre son impulsion, qui invite à la fantaisie, l'association, la liberté, la « subtile jubilation des plaisirs maîtrisés ». Dans cette ambition un peu folle, s'exprime avant tout la volonté de mettre en oeuvre les pouvoirs sensuels de la musique. Que faire d'autre aujourd'hui sinon reconduire ce geste avec nos propres moyens, et mettre en œuvre toute la force de la sensualité dans la danse, les images et la mise en scène ?

La ligne chorégraphique prendra chair avec 13 danseurs et 4 comédiens, qui mélangent les pratiques corporelles, danseurs de styles différents (danse classique, danse contemporaine, hip-hop, danse africaine, comédiens, capoeiristes, …), jouant et jubilant de l'art du mélange et de la diversité des styles, des sensibilités et des identités artistiques. Nous vivons avec ces 17 interprètes l'aventure de la rencontre avec l'œuvre de Rameau comme une chance de donner de nouveaux enjeux expressifs et créatifs à notre écriture chorégraphique. Nous confronter à la musique de Rameau constitue un véritable voyage, où nos corps, nos imaginaires, nos regards, se tendent vers le passé pour s'y ressourcer et se réinventer. Ce voyage nous invite aujourd'hui encore, plus que jamais, à rêver donnant ainsi toutes les chances à l'invention au présent.

José Montalvo et Dominique Hervieu

 

Générique

Chorégraphie : José Montalvo et Dominique Hervieu

Scénographie et Conception vidéo : José Montalvo

Conseiller dramaturgique : Louis-José Lestocart

Conseillère à la danse baroque : Cécilia Gracio Moura

Costumes : Dominique Hervieu en collaboration avec Julie Scobelzine et Emilie Kindt-Larsen

Musique : Jean-Phillippe Rameau

Assistante répétitrice : Joëlle Iffrig

Direction technique : Yves FAVIER

Infographie : Basile Maffone, Mathilde Germi, Jean-François Théault

Créations sonores : Catherine Lagarde

Lumière : Vincent Paoli

Assistant vidéo :Etienne Aussel

Créé avec et interprété par (en alternance)

Abdallah Akindouch, Salah Benlemqawanssa,Delphine Caron, Ahmed Khemis, Katia Charmeaux, Emeline Colonna, Court circuit, Serge Dupont-Tsakap, Fonky Foued, Marjorie Hannoteaux, Muriel Henry, Blaise Kouakou, Lady Sèverine, P. Lock, Chantal Loial, Merlin Nyakam,  Pascal Sogny, Véronica Vallecillo, Sharon Sultan

Durée : 1h

Coproduction

Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne/Compagnie Montalvo-Hervieu, Théâtre National de Chaillot, Le Grand Théâtre de Luxembourg, Le Théâtre-Scène Nationale de Narbonne, Les Gémeaux/Sceaux/ Scène Nationale, Le Duo/Dijon. Avec le soutien de la Caisse des Dépôts et Consignations.

Réalisateur de la captation: Charles Picq

 

Dernière mise à jour: Septembre 2011

Hervieu, Dominique

Née en 1962 à Coutances (en Basse-Normandie), Dominique Hervieu dévore du mouvement sous toutes ses formes, depuis l’âge de six ans. Après un premier amour pour la gymnastique, elle élit la danse comme nouvel objet de sa passion : la danse classique, tout d’abord, qu’elle pratique pendant douze ans, principalement avec Michèle Latini ; la danse contemporaine, par la suite, avec Peter Goss, Alwin Nicolaïs et Hervé Diasnas.

En 1981, elle rencontre José Montalvo et élabore avec lui une gestuelle originale faite de fluidité, rapidité et précision, qui va donner un style singulier à leurs créations. Leur complicité artistique donne naissance en 1988 à la Compagnie Montalvo-Hervieu qui se produit sur les plus grandes scènes nationales et internationales. Dix ans et cinq créations plus tard le tandem est nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. A partir de 2000, Dominique Hervieu cosigne toutes les chorégraphies de la Compagnie Montalvo-Hervieu qui compte parmi les compagnies contemporaine les plus populaires et les plus reconnues en France comme à l’étranger.

En 2000, ils créent spécialement pour l’ouverture du Festival International du Film de Cannes, Variation au Paradis. Cette année-là, Dominique Hervieu devient conseillère artistique du Théâtre national de Chaillot et prend la direction de la mission jeune public. Elle développe alors une action originale d’éducation artistique, s’appuyant sur les relations entre les oeuvres et les pratiques artistiques d’une part, et sur les relations entre les arts, d’autre part, en partenariat avec le musée du Louvre et plusieurs institutions parisiennes. Elle imagine notamment en 2004 un parcours chorégraphique au Musée du Louvre qui rassemble 5 000 spectateurs.

En 2001, elle crée "Mosaïque... Danse(s) d’une ville", spectacle chorégraphique pour 180 danseurs amateurs de 15 à 85 ans, véritable portrait dansé multiculturel de la Ville de Créteil immergeant ainsi les citoyens dans la création. En 2002 et 2003 elle crée deux pièces en « solo » : "Intervallo Brio" au Festival Mettre en scène, création rassemblant deux danseurs virtuoses, un grand-père et deux petites filles, et une version chorégraphique du "Corbeau et du renard". En 2006, elle crée avec José Montalvo "La Bossa Fataka" de Rameau. Elle signe également avec lui la chorégraphie et la mise en scène de deux opéras : "Les Paladins", sous la direction musicale de William Christie des Arts Florissants au Théâtre du Châtelet à Paris (2004) et "Porgy and Bess" de George Gershwin à l’Opéra National de Lyon (2008).

En 2006, Dominique Hervieu crée avec la complicité de quatre chorégraphes du monde francophone « L’art de la rencontre - Cartes postales chorégraphiques » pour Les francofffonies !. Douze duos filmés naissent de ces rencontres et fournissent la matière à un documentaire pour Arte. En juin 2008, elle est nommée à la direction du Théâtre national de Chaillot. En 2010 est montée "Orphée", dernière création du duo. En juillet de la même année, elle initie un événement national en faveur de la jeune création, avec le Haut commissaire à la jeunesse et le Conseil de la création artistique, Imaginez Maintenant. En juillet 2011, elle succède à Guy Darmet pour prendre la direction générale de la Maison de la danse et  la direction artistique de la Biennale de la danse à Lyon.

Depuis 2014, Dominique Hervieu développe le volet international du Défilé de la Biennale de la danse de Lyon en invitant des groupes de grandes villes européennes (Turin et Barcelone). En 2018, elle sera la Directrice artistique de la Triennale de Yokohama Dance, Dance, Dance.

Source: Maison de la Danse


Montalvo, José

Au sortir de l'adolescence, José Montalvo entreprend des études d'histoire de l'art et d'arts plastiques. Il est fasciné par la constellation dada et ses innombrables inventions. Il mène, parallèlement à ses études universitaires, l'apprentissage de la danse avec Jérôme Andrews et Françoise et Dominique Dupuy – dont il rejoint la compagnie, les Ballets modernes de Paris – et enrichit sa formation auprès de Carolyn Carlson, Lucinda Childs, Alwin Nikolais et Merce Cunningham.

Les premières créations de José Montalvo sont de courtes pièces ludiques, sortes d'aphorismes chorégraphiques, mini-romans d'émotions dansées pour lesquels il reçoit différents prix internationaux. L'une de ses interprètes s'appelle Dominique Hervieu : c'est le début d'une aventure artistique et d'une profonde complicité, qui donnera naissance à la compagnie Montalvo-Hervieu en 1988. En 1989, José Montalvo s'engage dans une voie nouvelle avec la création d'événements in situ : les Danses à voir et à danser. En juillet 1993, invité du festival Paris quartier d'été, il est l'un des premiers chorégraphes associés au Bal moderne qui voit le jour au Théâtre National de Chaillot à ce moment-là.

Autre moment décisif la même année : "Double Trouble", créé avec la complicité du vidéaste Michel Coste, inaugure un cycle de pièces confrontant l'image technologique et la présence physique des danseurs. Cette période amène la création d'un ensemble d'œuvres qui se répondent et qui, tout en se suffisant à elles-mêmes, pourraient être un jour saisies dans leur ensemble, à la manière d'une grande fresque baroque. Le succès est au rendez-vous. En 1998, José Montalvo et Dominique Hervieu sont nommés directeurs du Centre chorégraphique national de Créteil et du Val-de-Marne. En 2000, José Montalvo est nommé parallèlement directeur de la danse au Théâtre National de Chaillot alors dirigé par Ariel Goldenberg.

En 2001, "Le Jardin io io ito ito" est récompensé par le prix Laurence Olivier. En 2004, la chorégraphie et la mise en scène de l'opéra de Jean-Philippe Rameau Les "Paladins" sont unanimement saluées par la critique. Le spectacle est nominé pour le prix Laurence Olivier et reçoit à Prague le prix de la meilleure captation d'opéra pour le film réalisé par François Roussillon. Il sera repris à Shanghai, Athènes, Paris et Tokyo. Puis ce sont "On danƒe" (2005) et un diptyque consacré à George Gershwin en 2008, avec une mise en scène de Porgy and Bess pour l'Opéra de Lyon et, en écho, une pièce chorégraphique lumineuse créée pour la Biennale de la danse de Lyon : "Good Morning, Mr. Gershwin".

En 2006, il reçoit le prix SACD pour l'ensemble de son œuvre. En juin 2008, José Montalvo et Dominique Hervieu acceptent la direction du Théâtre National de Chaillot. "Orphée" et "Lalala Gershwin" y voient le jour en 2010 et scellent leurs dernières créations communes avant le départ de Dominique Hervieu pour la direction de la Maison de la danse et la Biennale de Lyon. José Montalvo poursuit aux côtés de Didier Deschamps ses missions au Théâtre National de Chaillot autour de ses propres créations et en faveur d'événements contribuant à renouveler le rapport de l'institution avec ses publics. En juin 2013, il est notamment le concepteur et le coordinateur d'une manifestation autour des pratiques amateurs.

En 2013, José Montalvo crée "Don Quichotte du Trocadéro". Il reçoit pour ce spectacle le prix spécial du Meilleur spectacle étranger présenté en Italie lors de la cérémonie des Maschere del teatro Italiano, l'équivalent transalpin des Molières.

Sources : Théâtre National de Chaillot ; Programme de salle de la Maison de la Danse (2014).

 

Compagnie Montalvo-Hervieu

Direction artistique: José Montalvo, Dominique Hervieu

Année de création: 1988

En 1981, José Montalvo – chorégraphe – rencontre Dominique Hervieu – danseuse – et commence à chorégraphier de courtes pièces ludiques, sortes d'aphorismes chorégraphiques, dont elle est l'interpète principale. Ils élaborent ensemble une gestuelle particulière faite de fluidité, rapidité et précision qui va donner un style singulier à leurs productions.

De 1986 à 1988 : plusieurs prix internationaux récompensent les chorégraphies de José Montalvo, toutes interprétées par Dominique Hervieu. C'est le début d'une aventure artistique et d'une profonde complicité, qui donne naissance en 1988 à la Compagnie Montalvo-Hervieu.En 1993, ils créent Double trouble, une pièce inaugurale qui confronte l'image technologique et la présence physique des corps des danseurs.

Ainsi, les deux complices s'investissent dans la production d'un ensemble d'œuvres qui, tout en se suffisant à elles- mêmes, puissent être un jour saisies dans leur ensemble, à la manière d'une grande fresque baroque. Avec «Paradis» (1997) et «Le jardin io io ito ito» (1999), l'originalité de leur démarche est saluée et récompensée dans le monde entier. José Montalvo et Dominque Hervieu créent également pour les danseurs étoiles de l'Opéra National de Paris et l'ouverture du 53e Festival International du Film de Cannes.

Parallèlement à la création, ils se lancent dès 1989 dans la création d'événements in situ proposés aux citadins. En juin 1998, ils sont nommés directeurs du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. En juin 2000, José Montalvo et Dominique Hervieu sont respectivement nommés Directeur de la Danse et Directrice de la mission jeune public et des actions auprès du public au Théâtre National de Chaillot. Ils reçoivent également la distinction de Chevalier des Arts et des Lettres.

A partir de 2002, Dominique Hervieu cosigne avec José Montalvo les spectacles de la compagnie.

En mai 2004, ils chorégraphient et mettent en scène l'opéra de Jean-Philippe Rameau «Les Paladins», sous la direction musicale de William Christie. En novembre 2004, ils imaginent un parcours chorégraphique au Musée du Louvre.

En janvier 2005, ils créent «On Danƒe», et l'adaptent pour le jeune public sous le titre de «La Bossa Fataka De Rameau». En 2006, Dominique Hervieu crée un coffret DVD interactif pédagogique traitant de la diversité culturelle.

En 2008, ils créent « Porgy and Bess » à l'opéra de Lyon et « Good Morning, Mr. Gershwin ». La même année, ils sont nommés par le Ministère de la Culture directeurs du Théâtre National de Chaillot qui devient un lieu exclusivement réservé à l'art chorégraphique.

Sources: Programme de salle Maison de la danse ; "Panorama de la danse" (Rosita Boisseau); Site du Théâtre National de Chaillot

 

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Maison de la Danse de Lyon

Maison de la Danse de Lyon

Dès sa création, la Maison de la Danse a fait preuve d’une conscience patrimoniale en mettant en place une politique de l’image. Une grande partie des spectacles programmés sont filmés, une collection vidéo se constitue et la danse y apparaît dans sa dimension internationale, sous toutes ses formes, genres et styles.

Voir la collection
Théâtre National de Chaillot

Théâtre National de Chaillot

Situé place du Trocadéro, dans le 16e arrondissement de Paris, le Théâtre National de Chaillot est l’un des lieux les plus prestigieux de la capitale. Il est depuis 2008 principalement consacré à la danse, mais reste ouvert à toute la diversité des esthétiques et se distingue comme un théâtre de création. Le chorégraphe Didier Deschamps en a pris la direction en juillet 2011, tandis que José Montalvo en est l'artiste permanent.

Voir la collection