Gueule de loup

2015
Année de création : 1992

Extrait de la pièce de Christine Bastin remontée par le groupe Accords perdus, Danse en Seine (Paris), dans le cadre de "Danse en amateur et répertoire" (2014)

 
close

Danse en amateur et répertoire

Le CN D coordonne un programme d’accompagnement de la pratique amateur au-delà de la phase d’apprentissage technique et du cours de danse, qui permet à des groupes de danseurs, composé d’un minimum de cinq danseurs, de découvrir une écriture chorégraphique à travers une œuvre significative dans l'histoire de la danse, et ayant connu l'épreuve de la scène, ou des danses non reliées à une pratique scénique (danses traditionnelles, danses du monde…) en se confrontant aux sources de cette pratique.

Ouvert à tous les styles et à toutes les histoires de danse, le projet comporte deux volets : l’appropriation dansée d’une œuvre ou l’exploration d’un corpus de danses, la connaissance approfondie de l’environnement culturel du répertoire travaillé.

Le programme permet aux groupes et à leurs coordinateurs artistiques de rencontrer et travailler avec un professionnel confirmé (chorégraphe et/ou interprète du répertoire choisi, notateur ou collecteur) : son intervention auprès du groupe couvre un volume de trente à quarante heures, et plus, réparties en fonction des nécessités de travail. Le groupe s’engage à présenter son travail en public deux fois au minimum, dont une lors d’une journée nationale rassemblant les différents groupes retenus et leur donnant ainsi accès à une grande scène.

Gueule de loup

Chorégraphie Christine Bastin
Extrait chorégraphique remonté par le groupe Accords perdus, Danse en Seine (Paris), dans le cadre de Danse en amateur et répertoire (2014)

 

Les groupes
Exceptionnellement, la reprise de « Gueule de loup » est portée par deux groupes rassemblés sous les auspices de la Maison des pratiques artistiques amateurs, sur un projet au long cours (un large extrait montré dès 2013, une intégrale l’année prochaine). Trois des danseurs sont d’Accords perdus, collectif qui se recompose au gré de projets ponctuels. Six autres sont de Danse en Seine, qui se présente comme compagnie, comptant plusieurs éléments préprofessionnels confirmés voués à des créations de pièces de chorégraphes émergents. Néanmoins bénévole, cette activité se redouble d’une sensibilisation aux pratiques de danse auprès et avec des publics empêchés (le processus de « Gueule de loup » connaît lui aussi pareil volet).

Le projet
« Gueule de loup » avait été créé pour cinq interprètes, avant de connaître un format à trois. Le redéploiement à présent pour neuf est l’occasion de stimulantes variantes ; d’autant qu’en lieu et place d’extraits, il faut ici parler d’une recomposition d’ensemble, en vue de restituer la progression d’une histoire continue. La chorégraphe conduit personnellement le projet, en y reversant ses méthodes de compagnie professionnelle : d’abord des échauffements physiques et sensibles, déjà habités par l’esprit de la pièce, lequel se renforce ensuite en improvisation. C’est qu’il s’agit de revivre un équilibre où le mouvement, éventuellement très sollicitant, ouvre la voie à la constitution d’un personnage émotionnellement très impliqué.

La chorégraphe
La danse de Christine Bastin est emblématique des riches tonalités de la « nouvelle danse française » des années 1980. Elle compose alors des pièces de haute intensité dramatique, très attentives à la constitution de personnages engagés dans un investissement très fort au plateau. Ces pièces oscillent entre une grâce sophistiquée et la brûlure d’un archaïsme brut. Sa grande avidité créatrice se nourrit de multiples références musicales, picturales, littéraires. En 1992, « Gueule de loup » est ainsi une évocation de l’Espagne, qui puise à l’écriture de José Cela. Elle restitue un univers où la pauvreté matérielle déteint sur la rudesse des âmes : la difficulté même à se dire dans le monde laisse place à l’expression de rustiques et brûlantes ardeurs.

 

 

GÉNÉRIQUE

 

Création les 2 et 3 octobre 1992 au Théâtre de la Renaissance à Lyon, commande de la Biennale de danse de Lyon
Pièce pour 4 danseurs Pascal Allio, Katharina Bader, Agnès Dufour, Serge Ambert ou Nasser Martin-Gousset ; et 1 comédien : Dominique Collignon-Maurin

Transmission Christine Bastin
Danseurs Véronique Bernier, Marine Da Costa, Marie D’Angélo, Vincent Haramboure, Elsa Lyczko, Caroline de Saint Jouan, Emmanuelle Simon, Marie Simon, Orianne Vilmer

Durée de l’extrait 17 minutes
Réalisation CND
mise à jour : mai 2016

Bastin, Christine

La danse de Christine Bastin est emblématique des riches tonalités de la « nouvelle danse française » des années 1980. Elle compose alors des pièces de haute intensité dramatique, très attentives à la constitution de personnages engagés dans un investissement très fort au plateau. Ces pièces oscillent entre une grâce sophistiquée et la brûlure d’un archaïsme brut. Sa grande avidité créatrice se nourrit de multiples références musicales, picturales, littéraires. En 1992, « Gueule de loup » est ainsi une évocation de l’Espagne, qui puise à l’écriture de José Cela. Elle restitue un univers où la pauvreté matérielle déteint sur la rudesse des âmes : la difficulté même à se dire dans le monde laisse place à l’expression de rustiques et brûlantes ardeurs.

Source : CND

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Danse en amateur et répertoire

Danse en amateur et répertoire

Danse en amateur et répertoire est un programme d’accompagnement de la pratique amateur au-delà du cours de danse et de la phase d’apprentissage technique. Destiné à des groupes de danseurs amateurs, il ouvre un espace de partage pour ceux qui désirent approfondir une pratique et une connaissance de la danse en relation avec son histoire.

Voir la collection