Répétition du Ote'a Hitoto

2010
Année de création : 2007
Déposée par : Numeridanse.tv

L'apprentissage de la danse tahitienne commence très tôt à Tahiti, il n'est pas rare de commencer vers l'âge de 3 à 4 ans. Natalia a intégré la compagnie en tant que « junior » à l'âge de 9 ans. Ici, elle répète son ote'a solo « Hitoto ».

 
close

Ote’a Hitoto

Répétition 2010

L'apprentissage de la danse tahitienne commence très tôt à Tahiti, il n'est pas rare de commencer vers l'âge de 3 à 4 ans. Makau Foster Delcuvellerie a formé des centaines de danseuses qui aujourd'hui se produisent dans la plupart des compagnies tahitiennes. Natalia a intégré la compagnie en tant que « junior » à l'âge de 9 ans. Ici, elle répète son ote'a solo « Hitoto » sur la scène du grand théâtre de la Maison de la Culture de Papeete pour le gala des 10 ans de la compagnie en mars 2010.

Générique

Réalisation captation Marc E. Louvat production Atelier Tahiti Docs date du document vidéo Mars 2010 Dernière mise à jour : juillet 2011

Foster Delcuvellerie, Makau

Makau Foster Delcuvellerie passa sa prime jeunesse sur l'atoll de Hao, élevée comme c'était la tradition par ses grands-parents, des gens simples qui vivaient comme leurs parents et les parents de leurs parents, au rythme lancinant des îles et vivaient de la pêche et de la cueillette. Puis, fut le temps du collège et on l'envoya étudier à Hawaï.

Lorsqu'on aborde avec elle cette période de sa vie, elle se souvient de ceux qui lui ont tout appris. Des Paumotu (habitants des îles de l'archipel des Tuamotu), des Polynésiens vivants depuis de longues années à Hawaï et qui, tout imprégné de leur culture originelle, enseignaient aux jeunes Hawaïens les traditions anciennes de l'Océanie. Cet enseignement, dur, contraignant pour de jeunes adolescents de l'American way of life, elle s'en souvient, et en parle avec émotion. Elle se souvient des douleurs, des longues séances d'échauffement, où le corps prend la parole et raconte des histoires. Elle n'a pas appris dans les livres, mais dans la tradition orale, celle qui permit à des générations de préserver leurs savoirs ancestraux.

« A 16 ans, je dansais sur les grandes scènes du Polynesian Cultural Center à Hawaii. Pendant des années, j'ai sillonné le monde pour y danser, puis finalement je suis revenu à Tahiti où j'ai achevé ma formation avec Coco Hotahota, chorégraphe du groupe Temaeva qui m'a permis de faire le point sur ma culture océanienne. Puis, je me suis lancé et ai enseigné le ori tahiti et créé la compagnie Tamariki Poerani en 1999. »

Depuis la compagnie a monté plusieurs spectacles : "Munanui" (1999), "Merehenua" (2001), "Te ariki Tuohea" (2003), "Mokorea" (2004) et "Mono'i" (2009). Les chorégraphies de Makau Foster Delcuvellerie ont été reprises par des compagnies de ori Tahiti au Japon, au Mexique et aux Etats-Unis.

Source : Site de la cie Tamariki Poerani

En savoir plus

tamarikipoerani.com

 

Louvat, Marc E.

Installé depuis 1994 en Polynésie, le réalisateur Marc E. Louvat s'est tout de suite intéressé au Ori Tahiti. Pour le compte de l'Institut de la Communication Audiovisuelle (ICA), il réalise de nombreuses captations du Heiva i Tahiti (concours de chant et de danse traditionnelle annuel), réalise les vidéos et les CD des compagnies O Tahiti E, Les Grands Ballets de Tahiti, Heikura Nui, Te Hau Nui et Tamariki Poerani de 1997 à 2003. Depuis 2007, il accompagne la compagnie Tamariki Poerani pour laquelle il réalise des vidéos, gère le site Internet et produit CD et DVD. Il réalise actuellement un documentaire intitulé « Ori Tahiti by Makau » avec la chorégraphe Makau Foster Delcuvellerie.

Source: Marc E. Louvat

Tamariki Poerani

Direction artistique: Makau Foster Delcuvellerie

Année de création: 1999

La compagnie Tamariki Poerani a été créée par la chorégraphe Makau Foster Delcuvellerie à l'occasion du Heiva i Tahiti 1999. Tamariki Poerani signifie littéralement « Les enfants de Hao », atoll des Tuamotu dont est originaire Makau. Compagnie de Ori Tahiti traditionnel, Tamariki Poerani revendique ses influences paumotu (Archipel des Tuamotu) en ayant notamment à son répertoire des danses traditionnelles de cet archipel (kapa paumotu) et des hakkas qui ne sont pas dansés à Tahiti.

Depuis 1999, la compagnie a monté plusieurs spectacles : Munanui (1999), Merehenua (2001), Te ariki Tuhoea (2003), Mokorea (2004) et Mono'i (2009). De nombreux prix ont récompensé la compagnie tant à Tahiti qu'à l'étranger. La compagnie se produit un peu partout autour du monde (Chine, Japon, Etats-Unis, Mexique, Hawaii,…) lors de festivals et de concours de danse traditionnelles.

Source : Marc E.Louvat

En savoir plus

tamarikipoerani.com