Removing

2015
Auteur : Soulier, Noé

Enregistré au Théâtre de la Bastille à Paris le 14 octobre 2015

 
close

Removing

L'observation des mouvements d'autrui peut susciter des expériences proprioceptives et kinesthésiques. Noé Soulier aimerait explorer cet aspect de la perception du mouvement en travaillant à partir de mouvements définis par des buts pratiques : frapper, éviter, atteindre, etc. Contrairement aux mouvements définis de manière géométrique ou mécanique, il s'agit d'un vocabulaire de gestes que les danseurs partagent avec le public. On pense rarement à former une ligne avec sa jambe ou à laisser tomber le poids de son bras, tandis que la plupart de nos mouvements quotidiens sont motivés par des buts pratiques : atteindre un lieu, saisir un objet, éviter un meuble... Le fait de s'appuyer sur un vocabulaire commun permet d'accentuer l’empathie et la résonance kinesthésique.

« Rencontrée sur un plateau, dans les espaces d’une fondation d’art contemporain voire au cœur d’un potager (du roi), l’approche gestuelle de Noé Soulier ne cesse d’intriguer. Fort d’un parcours qui le voit étudier au Conservatoire de Paris puis à l’École Nationale de Ballet du Canada et enfin à P.A.R.T.S. Bruxelles, Noé Soulier interroge la manière « dont on perçoit et dont on interprète les gestes à travers des dispositifs multiples ». Chorégraphie, performance ou essai, tout fait sens chez cet archéologue du mouvement. Adepte du décalage pratiqué comme un art majeur, le chorégraphe, premier prix du concours Danse Élargie en 2010, impose sa signature sans jamais passer en force. À propos de cette création pour six interprètes, Noé Soulier évoque l’observation des mouvements d’autrui, « un vocabulaire de gestes que les danseurs partagent avec le public ». Il s’agit dès lors de travailler sur des séquences de mouvements composées de préparations pour d’autres mouvements… « qui ne viennent jamais. Cette ellipse constante permet de rendre visible l’intention du danseur, car celle-ci affecte les gestes qui précèdent l’accomplissement du but absent ». On devine l’intention de Noé Soulier entre construction intellectuelle et jubilation partagée. À quoi s’ajoutera une autre source d’inspiration, le Jiu-Jitsu brésilien. « Nous travaillons sur des actions orientées vers le corps de l’autre en nous appuyant sur cet art martial. » Et Noé Soulier de jouer sur les niveaux de densité visuelle par des contrastes soudains ou par évolution progressive. Toujours en recherche, sa danse bouscule nos certitudes ».

Philippe Noisette – extrait du programme du Festival d’Automne à Paris

Générique

Spectacle présenté par le CND au Théâtre de la Bastille à Paris en octobre 2015 en association avec le Festival d'Automne à Paris

Conception et chorégraphie : Noé Soulier

Avec : Jose Paulo Dos Santos, Yumiko Funaya, Anna Massoni, Norbert Pape, Nans Pierson, Noé Soulier
Création sonore : Éric La Casa

Production déléguée : ND Productions

Coproduction : LE CND, un centre d’art pour la danse ; Festival d’Automne à Paris ; Maison de la Danse (Lyon) ; TAP − Théâtre Auditorium de Poitiers ; Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse / Midi-Pyrénées ; Musée de la Danse / Centre chorégraphique national de Rennes et de Bretagne ; PACT Zollverein (Essen) ; Kaaitheater (Bruxelles)

Coréalisation : Théâtre de la Bastille ; LE CND, un centre d’art pour la danse ; Festival d’Automne à Paris

Avec le soutien : de la DRAC Île-de-France / Ministère de la Culture et de la Communication

Ce spectacle fait partie du projet d’éducation artistique et culturelle Parcours d’auteurs, co-initié par le Festival d’Automne et la SACD

Avec le soutien : de King’s Fountain

Spectacle créé le 8 octobre 2015 au PACT Zollverein (Essen) 

Durée : 66 minutes

Réalisation : CND

Mise à jour : janvier 2016

Soulier, Noé

Né à Paris en 1987, Noé Soulier a étudié au CNSM de Paris, à l'École Nationale de Ballet du Canada, et à PARTS – Bruxelles. Il a obtenu un master en philosophie à l’Université de la Sorbonne (Paris IV) et participé au programme de résidence du Palais de Tokyo : Le Pavillon.

En 2010, il est lauréat du premier prix du concours Danse Élargie, organisé par le Théâtre de la Ville et le Musée de la Danse avec la pièce « Petites perceptions » où il amorce une recherche sur les modes d'appréhension du mouvement. Avec le solo « Mouvement sur Mouvement » (2013), il introduit un décalage entre le discours et les gestes afin de questionner la manière dont ils collaborent à l'élaboration du sens.

En 2014, il explore la syntaxe du vocabulaire de la danse classique pour en perturber la perception avec « Corps de ballet » créé pour le CCN – Ballet de Lorraine. Dans « Movement Materials » (2014) et « Removing » (2015), il poursuit les recherches initiées depuis Petites perceptions sur la perception et l'interprétation du mouvement.

En octobre 2016, il publie « Actions, mouvements et gestes », une proposition chorégraphique qui prend la forme d'un livre, dans la collection Carnets aux Éditions du Centre national de la danse.

Noé Soulier est artiste associé au CND jusqu’en 2017.

Source: Site de Noé Soulier

En savoir plus

noesoulier.tumblr.com

 

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Centre national de la danse

Centre national de la danse

Menant une politique active de soutien à la création et à la diffusion, le CND favorise la rencontre entre publics et professionnels autour de toutes les esthétiques. Les services et ressources proposés s’adressent à tous les acteurs du secteur (danseurs, chorégraphes, professeurs, administrateurs, chercheurs, programmateurs, compagnies, lieux de création et de diffusion, lieux de formation ou écoles de danse, relais culturels…).

Voir la collection