EXTREMALISM - corps en révolte / lichaam in opstand

2015
Année de création : 2015

 
close

EXTREMALISM - corps en révolte / lichaam in opstand

Extremalism est une pièce pluridisciplinaire interprétée par 30 danseurs, dont 24 issus du Ballet National de Marseille et 6 d’Ickamsterdam. Cette production couronne vingt années de collaboration entre le duo de chorégraphes Emio Greco et Pieter C. Scholten. Extremalism profite de sa double nationalité pour célébrer l’évènement par une double première au Holland Festival et en ouverture de Montpellier Danse 2015

La pièce explore la façon dont l’humanité répond à la crise d’aujourd’hui. Que fait un corps dans une situation extrême ?
 Comment survit-il dans un cadre très minimal ? Extremalism compte parmi les œuvres les plus ambitieuses dans l’œuvre d’Emio Greco et Pieter C. Scholten. Avec son imposante sculpture de lumière, ses 30 danseurs sur scène dans une époque où l’on parle de réductions, d’austérité, de coupes, cette pièce prend le contrepied du less is more en célébrant avec majesté, la danse contemporaine et la puissance du corps.

Greco, Emio

 C.Scholten, Pieter

Lorsque le premier - danseur né dans le sud de l'Italie - et le second - à l'époque metteur en scène du théâtre alternatif néerlandais - ont réuni leur talent dans le courant des années quatre-vingt-dix, ils ont fait de leur double signature une aventure chorégraphique.

Partant, en 1995, de la curiosité du corps et de ses motifs intérieurs, ils créent leur première ouevre: le solo Bianco, qui constitue la première partie de la trilogie Fra Cervello e Movimento (entre cerveau et mouvement). La trilogie sera accompagnée d'un manifeste artistique qui se décline à partir du corps et de sa logique en sept nécessités. Ce manifeste est la base du nouveau langage qu'ils ont crée.

 Pour qualifier leur travail, son originalité - où se mêlent rigueur de la recherche et puissance de l'imaginaire-, un nouveau terme a été inventé: extremalisme. Emio Greco et Pieter C. Scholten, dès le début de leur compagnie, baptisé Emio Greco l PC, ont développé un univers et une écriture, forgés de tension et de synchronicité qui emprunte tant au vocabulaire classique qu'à la danse contemporaine.

L'étrange théâtralité dont les pièces sont imprégnées, la haute qualité de la danse d'Emio Greco et de ses danseurs, répétitive ou débordante, sont strictement cadrées par la partition chorégraphique pour construire dans chaque pièce d'énigmatiques fictions de chair. Le corps cet inconnu, avec ses récervoirs de mondes sensibles, semble alors s'y réfléchir, comme s'il était l'auteur même de ces récits, absorbé, immergé dans des espaces inattendue, mystérieux, que la scénographie lumineuse, aves ses jeux de couleurs ou ses monochromies, contribue à dévoiler, en dialogue avec les musiques choisies.

A partir de 2002, à l'invitation du festival international d'Edimbourg, le duo chorégraphie et met en scène deux opéras, dont Orfeo ed Euridice (Ophée et Eurydice) de Gluck. En 2003, invités par le metteur en scène flamand Ivo Van Hove, ils créent Teorema, d'après le film et le roman de Pier Paolo Pasolini.

 Depuis 2004, ils mènent un projet collaboratif avec le compositeur suisse Hanspeter Kyburz, concentré sur l'interaction entre la danse , la musique et l'électronique en temps réel, qui a donné lieu à deux créations, Double Point: + et Double Points: OYTIZ, avec la participation de l'ensemble International contemporain et de l'IRCAM.

Ces excursions interdisciplinaires mènent en 2006 au spectacle de danse très primé, HELL, le premier volet de ce qui deviendra une tétralogie inspirée de La Divine Comédie de Dante. Les deux volets suivants, (purgatorio) POPORERA et (purgatorio) IN VISIONE, présentés en 2008 au Holland Festival à Amsterdam seront basés sur des collaborations avec les compositeurs Michael Gordon (Etats-Unis) et Franck Krawczyk (France). En 2009, les deux chorégraphes expérimentent une collaboration particulière avec la violoniste Janine Jansen et le clarinettiste Martin Fröst, dont naît le spectacle Double Points: Janine / Martin. Le troisième et dernier volet de la trilogie de Dante, you PARA / DISCO se crée ensuite en juillet 2010 à Monaco.

Parmi les créations les plus récentes de la compagnie on compte Beyong Seoul (2009-2010), Le Corps DU BALLET (2011, pour les Ballets de Monte-Carlo), La Commedia (2011, Rocco (2011), Passione in Due (2012, avec Franck Krawczyk), Double Points: Extremalism (2012, pour le Ballet National de Marseille), ADDIO ALLA FINE (2012, pour le Holland Festival), Double Points: VERDI (2013) et L'ETRANGER (2013, Théâtre du Jeu de Paume, Aix-en-Provence).

Emio Greco et Pieter C. Scholten se sont également vu attribuer de multiples prix nationaux et internationaux. Leur oeuvre connaît une grande reconnaissance internationale. Leurs créations sont régulièrement coproduite par d'importants festivals et lieux de spectacle et effectuent de nombreuses tournées dans le monde entier.

En 2009, Greco Et Schloten créent à Amsterdam le Centre international d'arts chorégraphique (ICK) une plateforme interdisciplinaire et internationale pour des talents émergents ainsi que confirmés. ICK souhaite contribuer au développement et à la vitalité de la danse en stimulant la recherche sur la danse, en offrant de l'espace pour des projets de recherche, pour entamer le dialogue avec d'autres artistes.

En 2014, Emio Greco et Pieter C. Scholten sont nommés directeurs artisitques du Ballet National de Marseille. Leur projet s'articule autour de deux thématiques principales, "Le corps en révolte" sur l'expression et la présence de la danse dans la société et "Le corps du Ballet", sur la recherche et le développement d'une nouvelle forme de ballet contemporain.


C.Scholten, Pieter

Lorsque Emio Greco – danseur né dans le sud de l’Italie – et Pieter C. Scholten – à l’époque metteur en scène du théâtre alternatif néerlandais – ont réuni leur talent dans le courant des années quatre-vingt-dix, ils ont fait de leur double signature une aventure chorégraphique.

Partant, en 1995, de la curiosité du corps et de ses motifs intérieurs, ils créent leur première œuvre : le solo « Bianco », qui constitue la première partie de la trilogie « Fra Cervello e Movimento » (Entre Cerveau et Mouvement). La trilogie sera accompagnée d’un manifeste artistique qui se décline à partir du corps et de sa logique en sept nécessités. Ce manifeste est la base du nouveau langage qu’ils ont créé.
masquer
Pour qualifier leur travail, son originalité – où se mêlent rigueur de la recherche et puissance de l’imaginaire -, un nouveau terme a été inventé : « extrêmalisme ». Emio Greco et Pieter C. Scholten, dès les débuts de leur compagnie, baptisée EG I PC, ont développé un univers et une écriture, forgés de tension et la synchronicité, qui empruntent tant au vocabulaire classique qu’à la danse post-moderne.

L’étrange théâtralité dont les pièces sont imprégnées, la haute qualité de la danse d’Emio Greco et de ses danseurs, répétitive ou débordante, sont strictement cadrées par la partition chorégraphique pour construire dans chaque pièce d’énigmatiques fictions de chair. Le corps, cet inconnu, avec ses réservoirs de mondes sensibles, semble alors s’y réfléchir, comme s’il était l’auteur même de ces récits, absorbé, immergé dans des espaces inattendus, mystérieux, que la scénographie lumineuse, avec ses jeux de couleurs ou ses monochromies, contribue à dévoiler, en dialogue avec les musiques choisies.

Parmi leurs créations les plus récentes : « La Commedia » (2011), « Rocco » (2011), « Passione in Due » (2012), « Addio Alla Fine » (2012), « Double Points: Verdi » (2013), « A Man without a Cause » (2013), « De Soprano’s » (2014), « Le Corps du Ballet National de Marseille », « Boléro », « Passione » et « Extremalism » (2015).

Pour nombre de ces spectacles, Emio Greco et Pieter C. Scholten se sont vus attribuer de multiples prix internationaux. Leurs créations sont régulièrement coproduites par d’importants festivals et lieux de spectacle et font l’objet de nombreuses tournées à travers le monde.

En 2009, ils créent ICKamsterdam (Centre international d’arts chorégraphiques d’Amsterdam), une plateforme inter-disciplinaire et internationale pour des talents émergents ainsi que confirmés. Nommés en 2014 à la direction du Ballet National de Marseille, leur projet s’inscrit autour de la thématique du corps, sous deux angles : « le corps en révolte » ou la place de l’artiste dans la société, « le corps du ballet » ou la recherche d’une nouvelle forme de ballet contemporain.

Source: Site du Ballet National de Marseille

En savoir plus

ballet-de-marseille.com

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

Ballet National de Marseille

Ballet National de Marseille

Fondé en 1972 par Roland Petit, le Ballet National de Marseille fait partie des grandes compagnies de renommée internationale. Après Marie-Claude Pietragalla (1998-2004), Frédéric Flamand (2005-2013), Emio Greco et Pieter C. Scholten sont nommés directeurs artistiques en 2014. Leur projet s’articule autour de deux thématiques principales, « le corps en révolte » sur l’expression et la présence de la danse dans la société et « le corps du Ballet » sur la recherche et le développement d’une nouvelle forme de ballet contemporain.

Voir la collection