La Minute du spectateur : Luc Petton

2015

Faire danser des corneilles, des cygnes et des grues de Mandchourie. C’est l’aventure incroyable dans laquelle s’est lancé le chorégraphe Luc Petton.

 
close

Minute du spectateur (La)

La Minute du spectateur, un rendez-vous vidéo à visionner avant chaque spectacle pour découvrir en deux minutes un chorégraphe, sa compagnie, son vocabulaire, son œuvre.

Une collection présentée par Dominique Hervieu
Produite par la Maison de la Danse de Lyon
Réalisation vidéo par Fabien Plasson
Avec le soutien de l'Association FRIENDS de la Maison de la Danse
En partenariat avec TLM - Télé Lyon Métropole



© Maison de la Danse de Lyon

Petton, Luc

Après une pratique intense des arts martiaux, Luc Petton découvre la danse contemporaine avec Muriel Jaër, puis Moses Pendelton, directeur de la compagnie Pilobolus. En 1980, il obtient une bourse d'études à New-York au Dance Theater Lab de Alwin Nikolaïs et Murray Louis et danse avec la Compagnie Robin Feld (contact improvisation), tout en continuant à se former auprès de la Compagnie Trisha Brown. De 1981 à 1984, il est engagé au Folkwang Tanz Studio de Essen, dirigé par Hans Zullig dont il reçoit l'enseignement ainsi que celui de Jean Cébron. Il y danse pour plusieurs chorégraphes : Suzanne Linke, Marilén Breuker, Mitsuru Sasaki et Christine Brunel.

En 1986, il fonde avec Marilén Iglésias-Breuker la Compagnie Icosaèdre qu'il codirige jusqu'en 1994. Pendant cette période, il débute ses propres créations, participe à de nombreuses performances et créations ouvertes sur d'autres disciplines artistiques et d'autres cultures, et découvre l'instrumentarium Pilates avec Dominique Dupuy qui remontera pour lui le solo "En vol".

En 1994, il fonde Le Guetteur - Luc Petton & Cie, en Picardie, et amorce un parcours atypique et ascendant sur la scène chorégraphique française. En 1996, aux Presqu'îles de Danse, il crée "IF", trio pour 2 hommes et 1 planche, puis la pièce "Oscar" inspirée par le travail de Oskar Schlemmer au Bauhaus. En 1999, la Biennale du Val-de-Marne lui commande "Polemos", pièce réunissant danseurs et karatékas de haut niveau.

Ornithologue amateur, passionné depuis longtemps par les oiseaux, il se lance en 2004 dans cette fabuleuse aventure de création conjuguant danseurs et oiseaux vivants. Deux versions naissent de ce projet sous le titre générique "La confidence des oiseaux" : la première en plein air, en 2005 avec Art Danse Bourgogne à Dijon et le Festival les Envies Rhônements en Camargue, puis la seconde pour théâtre, présentée en avant-première en 2006 à la Faïencerie de Creil. Cette version théâtre restera évolutive jusqu'à trouver sa forme définitive en Avignon lors des Hivernales de 2008.

Ce « geste poétique » nourri d'expérimentations folles et passionnantes se poursuivra prochainement par une nouvelle création avec oiseaux aquatiques, cygnes, aigrettes, cormorans...et six danseurs, dans une scénographie conjuguant les éléments air et eau. Ce projet se présente comme un palimpseste du "Lac des cygnes" de Marius Petipa et Ivanov, nimbé dans l'atmosphère magico-poétique des "Métamorphoses" d'Ovide…

Source : site internet du CCN Tours www.ccntours.com

Plus d'informations

Site internet de la compagnie

Dernière mise à jour : septembre 2011

Plasson, Fabien

Fabien Plasson est réalisateur, principalement dans le domaine du spectacle vivant (danse, musique, etc.).

C’est au cours de sa formation à l’École Nationale Supérieur des Beaux-Arts de Lyon qu’il intègre en 1995 que Fabien découvre l’art vidéo. Il se forme alors auprès de divers artistes vidéastes (Joël Bartoloméo, Pascal Nottoli, Eric Duyckaerts, etc).
Son approche s’inscrit d’abord dans une recherche plastique avec la création d’installations et d’objets filmiques.

En 2001, il rejoint l’équipe de la Maison de la Danse de Lyon et s’occupe durant 10 ans de la programmation du Vidéo-Bar Ginger&Fred. Il découvre alors l’univers chorégraphique et les enjeux de la vidéo pour la diffusion et la transmission de la danse aux côtés de Charles Picq alors vidéaste et directeur du service vidéo de la Maison de la Danse.

En parallèle, il continue son activité de création plastique, réalise des vidéos de concerts, de pièces de théâtre et crée également des décors vidéos pour le spectacle vivant.

Aujourd’hui, Fabien Plasson est réalisateur vidéo au Pôle Image de la Maison de la Danse de Lyon et pour Numeridanse.tv, vidéothèque internationale de danse en ligne.

Sources: Maison de la Danse ; Site de Fabien Plasson

En savoir plus

fabione.fr

 

Cie Le Guetteur

Créée en 1994 , la Compagnie Le Guetteur noue des liens avec la Picardie lors de la présentation de la pièce Le Grand Vivant au Théâtre Jean Legendre de Compiègne. Cette création de Luc Petton va permettre d’entamer une implantation durable dans cette région. Tout d’abord en résidence à l’Abbaye de Saint-Michel en Thiérache puis à la Maison des Arts de Laon de 1995 à 1997, la Compagnie sera également accueillie à Abbeville, Château-Thierry et Soissons successivement jusqu’en 2012.

Les créations de la compagnie sont assumées par Luc Petton, qui dès ses premières œuvres, amorce un parcours singulier sur la scène chorégraphique française, se faisant notamment remarquer avec « If » et « Oscar », qui tournent en France et à l'étranger. Les pièces suivantes, comme « Polemos », « Sur le fil de minuit », « Sans abord réel » confirment un intérêt du public et des professionnels qui s’affirmera à partir de 2004 dans son projet avec les animaux.

C'est en 2005 que Luc Petton crée « La Confidence des Oiseaux », en version plein air puis en version théâtre. Cette pièce amenant sur scène une trentaine d'oiseaux, rencontre un véritable succès lors de son passage au Festival d'Avignon et au Théâtre national de Chaillot en 2008. L'aventure se poursuit avec « SWAN » pièce chorégraphique pour cygnes et danseuses, revisitant le mythe de Léda et « le Lac des Cygnes », présentée en juin 2012 au Théâtre national de Chaillot et ayant conquis à chacune de ces présentations un public toujours plus nombreux et émerveillé. Luc Petton achève son triptyque avec la création de « Light Bird », pour danseurs et grues de Mandchourie, dont la première a été présentée à nouveau au Théâtre national de Chaillot en mai 2015, après des avant-premières en Région notamment une première présentation publique à l'Espace Jean Legendre de Compiègne.

Attentif à son répertoire, Luc Petton décide en 2013 de recréer sa pièce « Oscar » en version quatuor. Plus légère, adaptée à tous les lieux du territoire, elle permet une sensibilisation aisée à travers des ateliers ludiques et une réflexion sur l'histoire de la danse. Une caractéristique importante compte tenu du travail de médiation que la Compagnie développe lors de ses différentes résidences.

De 2009 à 2012, en résidence au Mail, scène culturelle de Soissons, l’équipe de la Compagnie développe une action de sensibilisation sur le territoire du soissonnais et dans le département de l'Aisne, ayant à cœur de démocratiser l'accès à la culture chorégraphique pour tous les publics. Un engagement que l’on retrouve dans le programme Culture à l’Hôpital auprès de personnes âgées, d'enfants handicapés, mais aussi dans les maisons d'arrêt. De 2012 à 2015, la résidence de la compagnie Le Guetteur à l'Espace Jean Legendre de Compiègne se réalise dans la même optique.

Parallèlement, une résidence extraordinaire avec grues et danseurs est mise en place au Parc zoologique d'Amiens Métropole et à la Maison de la Culture d'Amiens. Ce binôme permet à Luc Petton de mener les recherches spécifiques liées à cette création très différentes des deux précédentes. Les ateliers, masterclasses, conférences occupent une très grande partie des activités de la compagnie (plus d'une vingtaine d'actions en 2015 pour 350 heures d'ateliers), en cherchant à sensibiliser un public toujours plus large dans ce souci de démocratisation de la danse contemporaine. Une même notion de vie nourrit création et actions sur les territoires.

Source: Site de la cie Le Guetteur

En savoir plus

lucpetton.com/fr

Hervieu, Dominique

Née en 1962 à Coutances (en Basse-Normandie), Dominique Hervieu dévore du mouvement sous toutes ses formes, depuis l’âge de six ans. Après un premier amour pour la gymnastique, elle élit la danse comme nouvel objet de sa passion : la danse classique, tout d’abord, qu’elle pratique pendant douze ans, principalement avec Michèle Latini ; la danse contemporaine, par la suite, avec Peter Goss, Alwin Nicolaïs et Hervé Diasnas. 

En 1981, elle rencontre José Montalvo et élabore avec lui une gestuelle originale faite de fluidité, rapidité et précision, qui va donner un style singulier à leurs créations. Leur complicité artistique donne naissance en 1988 à la Compagnie Montalvo-Hervieu qui se produit sur les plus grandes scènes nationales et internationales. Dix ans et cinq créations plus tard le tandem est nommé à la tête du Centre Chorégraphique National de Créteil et du Val-de-Marne. A partir de 2000, Dominique Hervieu cosigne toutes les chorégraphies de la Compagnie Montalvo-Hervieu qui compte parmi les compagnies contemporaine les plus populaires et les plus reconnues en France comme à l’étranger. 

En 2000, ils créent spécialement pour l’ouverture du Festival International du Film de Cannes, Variation au Paradis. Cette année-là, Dominique Hervieu devient conseillère artistique du Théâtre national de Chaillot et prend la direction de la mission jeune public. Elle développe alors une action originale d’éducation artistique, s’appuyant sur les relations entre les oeuvres et les pratiques artistiques d’une part, et sur les relations entre les arts, d’autre part, en partenariat avec le musée du Louvre et plusieurs institutions parisiennes. Elle imagine notamment en 2004 un parcours chorégraphique au Musée du Louvre qui rassemble 5 000 spectateurs. 

En 2001, elle crée "Mosaïque... Danse(s) d’une ville", spectacle chorégraphique pour 180 danseurs amateurs de 15 à 85 ans, véritable portrait dansé multiculturel de la Ville de Créteil immergeant ainsi les citoyens dans la création. En 2002 et 2003 elle crée deux pièces en « solo » : "Intervallo Brio" au Festival Mettre en scène, création rassemblant deux danseurs virtuoses, un grand-père et deux petites filles, et une version chorégraphique du "Corbeau et du renard". En 2006, elle crée avec José Montalvo "La Bossa Fataka" de Rameau. Elle signe également avec lui la chorégraphie et la mise en scène de deux opéras : "Les Paladins", sous la direction musicale de William Christie des Arts Florissants au Théâtre du Châtelet à Paris (2004) et "Porgy and Bess" de George Gershwin à l’Opéra National de Lyon (2008).

En 2006, Dominique Hervieu crée avec la complicité de quatre chorégraphes du monde francophone « L’art de la rencontre - Cartes postales chorégraphiques » pour Les francofffonies !. Douze duos filmés naissent de ces rencontres et fournissent la matière à un documentaire pour Arte. En juin 2008, elle est nommée à la direction du Théâtre national de Chaillot. En 2010 est montée "Orphée", dernière création du duo. En juillet de la même année, elle initie un événement national en faveur de la jeune création, avec le Haut commissaire à la jeunesse et le Conseil de la création artistique, Imaginez Maintenant. En juillet 2011, elle succède à Guy Darmet pour prendre la direction générale de la Maison de la danse et  la direction artistique de la Biennale de la danse à Lyon.
Depuis 2014, Dominique Hervieu développe le volet international du Défilé de la Biennale de Lyon en invitant des groupes de grandes villes européennes (Turin et Barcelone). En 2018, elle sera la Directrice artistique de la Triennale de Yokohama Dance, Dance, Dance.

Source: Maison de la Danse

Cette vidéo est aussi présente dans


Collections

La minute du spectateur

La minute du spectateur

Retrouvez à travers cette collection "La Minute du spectateur", une introduction en images des spectacles présentés à la Maison de la Danse. Portrait ou approche thématique, ce rendez-vous vidéo est l’occasion d’appréhender un style, l’œuvre d’un chorégraphe ou d’une compagnie. Orchestrée par Dominique Hervieu, chaque « Minute » est une courte découverte de la danse, qui fait dialoguer images d’archives et actuelles.

Voir la collection